Togo - Une succession à la présidence controversée

La démocratie du petit pays d’Afrique de l’Ouest vient de faire quelques pas en arrière. Samedi 5 février, le président Gnassingbé Eyadéma, qui dirigeait le Togo depuis 38 ans, est mort d’une crise cardiaque à l’âge de 69 ans. Dans les heures qui ont suivi, son fils de 39 ans, Fauré Gnassingbé, ministre des Mines et de la Communication, a pris les rênes de la présidence avec le soutien des chefs de l’armée. Jusqu’alors la constitution togolaise prévoyait une présidence par intérim par le président de l’Assemblée nationale. Mais en l’absence de ce dernier en voyage à Bruxelles, la constitution a été modifiée, et dimanche, les parlementaires ont légitimé la prise de pouvoir de Fauré en le nommant président de l’Assemblée nationale. Certains pays africains et européens ont d’ores et déjà dénoncé le caractère anti-constitutionnel de ces réformes, que l’Union africaine n’hésite pas quant à elle à qualifier de coup d’État. Au ministère français de la Défense, on espère que ces incidents se limiteront au cadre politique.

Infos destination : Togo

Actus Togo

Togo Les articles à lire

Voyage Togo

Bons Plans Voyage

Services voyage