Bilbao, l’énergie basque

Bilbao, l’énergie basque
Bilbao © Michel Doussot

Ville dynamique qui intéresse autant les amateurs d’architecture et les passionnés d’art que les gourmets, Bilbao s’est fait une place entre montagne et mer. Mondialement célèbre pour son remarquable musée Guggenheim, la plus grande ville du Pays basque espagnol possède aussi un charmant centre historique, où l'on se régale dans ses bars à pintxos. De Bilbao, les possibilités d'excursion à la journée ne manquent pas. Cette Basque a décidément tout pour plaire !

La remarquable renaissance de Bilbao

La remarquable renaissance de Bilbao
Bilbao vu du Mont Artxanda © dudlajzov - stock.adobe.com

Bilbao est la plus grande ville du Pays basque espagnol, où on la nomme également Bilbo… Aujourd’hui capitale de la province de Biscaye, elle a été officiellement fondée en 1300 au bord d’une rivière appelée ría du Nervión ou ría de Bilbao, qui va se jeter dans l’océan Atlantique tout proche. Un port important se love dans son estuaire. Sa situation géographique est particulière, car elle se niche entre deux petites montagnes, ce qui l’a amenée à s’étendre en longueur au cours de son histoire.

Aujourd’hui très importante, son agglomération s’est formée à la faveur d’un grand essor industriel suscité par l’exploitation de mines de fer, l’installation de sites sidérurgiques et métallurgiques, de même que d’un chantier naval. Lorsque, dans les années 1980, ces activités ont décliné avec une rapidité saisissante, Bilbao a connu une terrible crise économique dont elle corrige patiemment les effets depuis cette époque.

Si le port existe toujours, le tourisme est devenu un atout majeur pour la ville, en plus d’autres activités (services, technologies de pointe…). Ce n’était pas gagné d’avance ! Bilbao a en effet longtemps été réputée pour ses façades couvertes d’une crasse noire et sa rivière rouge hyper polluée.

Cette rivière a été assainie et une vaste campagne de rénovation des espaces urbains a été entreprise avec succès. À un spectaculaire ravalement général se sont ajoutées la réhabilitation d’anciens bâtiments et la construction de nouveaux, dont la modernité est au diapason de ce qui se fait dans les grandes villes européennes. La star de cette renaissance est évidemment le musée Guggenheim, désormais célèbre dans le monde entier.

Bilbao, destination arty

Bilbao, destination arty
Musée Guggenheim © Fulcanelli - stock.adobe.com

Emblématique du renouveau qu’a connu et connaît toujours la ville, le Museo Guggenheim Bilbao a ouvert en 1997 au bord de la ría du Nervión, sur un ancien site industriel.

Le bâtiment lui-même est une œuvre d’art conçue par le grand architecte canadien Frank Gehry. Il a employé des matériaux comme la pierre, le verre et le titane pour créer des formes qui s’enchevêtrent de façon harmonieuse tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de ce temple profane couvrant 24 000 m² (on lui doit aussi la Fondation Louis-Vuitton à Paris, entre autres).

Faisant partie du réseau des institutions de la Fondation Solomon R. Guggenheim, il est dédié à l’art moderne des années 1950 à aujourd’hui. Dans ses collections figurent des peintures, sculptures ou installations de Rothko, Beuys, Klein, de Kooning, Motherwell, Rauschenberg, Twombly, Rosenquist, Warhol, Kiefer, Basquiat, Schnabel, Tàpies, Serra (« The Matter of Time », immense ensemble de parois formant des couloirs)…

À l’extérieur, on voit plusieurs œuvres monumentales : l’iconique « Puppy », représentation d’un chien constituée de fleurs, et un bouquet de tulipes en acier, tous deux signés Jeff Koons ; « Maman », une araignée de Louise Bourgeois ; « Tall Tree & The Eye », amas de sphères en acier d’Anish Kapoor.

À cela s’ajoutent une sculpture de brouillard de Fujiko Nakaya qui émane par intermittence d’un paisible bassin et la customisation du pont routier qui enjambe une des extrémités du bâtiment. Il s’agit d’une structure rouge de Daniel Buren, qui arbore également des rayures noir et blanc, évidemment.

À quelques pas de là, on trouve le musée des Beaux-arts qui recèle des œuvres anciennes et modernes de Cranach l’ancien, El Greco, Zurbarán, Goya, Cassatt, Gauguin, Bacon, Barceló… Ici, comme au Guggenheim, des expositions temporaires sont également présentées.

D’autres musées thématiques encore sont à découvrir en ville : culture basque, art sacré, archéologie, tauromachie, histoire de l'Athletic Club, fameuse équipe de foot locale…

Le centre de Bilbao, entre Belle Époque et 21e siècle

Le centre de Bilbao, entre Belle Époque et 21e siècle
Immeubles avec bow-windows © Michel Doussot

Du Guggenheim, on entre directement dans le centre de Bilbao… et inversement. Possédant une ambiance de capitale, cette ville est très animée, notamment sur l'avenue Don Diego López de Haro.

De part et d’autre de la Gran Vía, on tombe en arrêt devant de belles séries de constructions datant de la fin du 19e siècle et des débuts du 20e. On peut voir de nombreuses enfilades d’immeubles avec bow-windows, de même que des bâtiments de style éclectique, quelques perles Art nouveau ou Art déco… Vous avez par exemple le palais Chávarri, le palais de la Diputación, le théâtre Campos Elíseos, le théâtre Arriaga, la gare La Concordia, l’université de Deusto…

L’Azkuna Zentroa est à ne pas manquer, malgré son  aspect austère vu de l’extérieur. Des installations culturelles et de loisirs sont en effet installées dans des bâtiments construits à l’intérieur de cet ancien entrepôt réaménagé par Philippe Starck. Ils sont soutenus par des piliers arborant chacun un style différent…

Au bord de la rivière, le 21e siècle s’affirme résolument. Près de son contemporain Guggenheim, on voit notamment s’élever le Palais des Congrès et de la Musique Euskalduna (architectes Federico Soriano et Dolores Palacios) et la tour Iberdrola (architecte César Pelli) couverte de verre et haute de 165 mètres.

Ce sont deux symboles supplémentaires du renouveau architectural de Bilbao, auquel il ne faut pas manquer d’ajouter le métro, dont les entrées, couloirs et quais ont été conçus par l’architecte Norman Foster (également auteur de la tour Gherkin, alias 30 St Mary Axe à Londres, du viaduc de Millau…).

Casco Viejo, le berceau de Bilbao

Casco Viejo, le berceau de Bilbao
Marché couvert de la Ribera © saiko3p - stock.adobe.com

Située au bord de la rivière, la vieille ville de Bilbao, appelée Casco Viejo, a conservé son tracé médiéval. On la surnomme aussi « las Siete Calles » car elle se constitue principalement de sept rues historiques qui forment un dédale piétonnier plein de charme.

Quantité de boutiques, bars et restaurants animent ces rues étroites ponctuées de petites places et raccordées entre elles par des ruelles.  Y figure également une église gothique de dimensions modestes, mais qui n’en est pas moins une cathédrale. Elle est dédiée à saint Jacques, ce qui nous rappelle que Bilbao se situe sur l’une des voies qui mènent les pèlerins à Compostelle.

Côté rivière, le quartier est bordé par le grand marché couvert de la Ribera, où l’on trouve réunis tous les produits que peut offrir le Pays basque. Avis aux gourmets !

Le Casco Viejo est aussi le point de départ parfait d’une balade à faire le long de la rivière, bordée d’une promenade aménagée qui vous fait passer par le théâtre Arriaga, la gare La Concordia, l’Hôtel de Ville, l’élégante passerelle blanche Zubizuri, le Guggenheim et les vestiges du chantier naval. De là, on peut rejoindre l'avenue Don Diego López de Haro et commencer son exploration du centre-ville.

Bilbao, de la rivière à la mer

Bilbao, de la rivière à la mer
Musée maritime de Bilbao © josemad - stock.adobe.com

La ville de Bilbao ne donne pas directement sur la mer. Mais celle-ci n’est pas très loin. Sur les rives de la rivière qui y mène a existé un chantier naval, lequel a été démantelé dans les années 1980.

Le Museo Marítimo Ría de Bilbao raconte, entre autres, cette épopée industrielle qui s’est achevée dramatiquement pour les ouvriers. Devant le musée s’élève une symbolique grue rouge, au pied de laquelle perdurent des cales où sont entretenus quelques navires anciens.

Un peu plus loin apparaît Zorrotzaurre ! Ce drôle de nom est celui d’une presqu’île, à vocation industrielle également, qui est en train d’être réhabilitée selon les plans de l’architecte Zaha Hadid. À l’avenir, ce sera une île couverte d’espaces verts, de logements et de nouvelles activités. En attendant, des ateliers désaffectés ont été confiés à des structures œuvrant dans les domaines des arts et des loisirs créatifs.

Puente de Vizcaya © jarcosa - stock.adobe.com

Encore plus loin se dessine dans le ciel la silhouette du Puente de Vizcaya, phénoménal pont transbordeur construit à la fin du 19e siècle et qui est toujours en activité. Haut de 45 mètres, son mécanisme permet aux automobiles et piétons de traverser la rivière à bord d’une nacelle, entre les communes de Portugalete et Getxo.

Si vous le souhaitez, un ascenseur vous mène en haut de ce monument inscrit au Patrimoine mondial de l'Unesco, d’où l’on voit les installations du port de Bilbao, lequel s’étend dans un vaste estuaire.

Ce site à ne pas manquer est accessible par le métro, de même que diverses plages appréciées des habitants de l’agglomération.

Bilbao gourmand : l’empire des pintxos

Bilbao gourmand : l’empire des pintxos
Pintxos © Brad Pict - stock.adobe.com

Si le Pays basque se singularise du reste de l’Espagne de diverses manières, il est au diapason des autres régions en ce qui concerne son goût pour les petits bars propices aux rencontres amicales (notamment des membres de cercles nommés cuadrillas) et familiales.

À Bilbao, comme dans d’autres villes basques, ces bars invitent à déguster des pintxos. Ressemblant à première vue à des tapas, les pintxos sont des bouchées conçues comme telles ou des plats en réduction.

Exposés sur les comptoirs des bars, vous en trouvez à base de viandes, de poissons, de crustacés ou de légumes, cuisinés de diverses façons, nature… Vous pouvez donc essayer tel ou tel au gré de vos envies et en fonction de votre appétit, sachant que ces établissements mettent souvent un point d’honneur à décliner des recettes originales.

Ceci dit, la gastronomie basque ne se résume pas aux pintxos, aussi raffinés qu’ils puissent être. Bilbao compte aussi des restaurants qui n’ont rien à envier aux bonnes adresses de France ou d’ailleurs. L’art culinaire est une valeur importante dans la région, qui dispose d’une gamme complète de produits locaux de qualité.

À table ou dans les bars à pintxos, les vins de la Rioja (qui bénéficient d’une DOC, équivalent de l’AOC français) sont très prisés, notamment ceux de la Rioja Alavesa, proche de Bilbao.

Escapades autour de Bilbao

Escapades autour de Bilbao
Falaises de San Juan de Gaztelugatxe © mimadeo - stock.adobe.com

Tout en longueur, l’agglomération de Bilbao est bordée par des chaînes de petites montagnes. Les crêtes des monts Pagasarri et Artxanda offrent des points de vue saisissants sur la ville et les paysages situés de l’autre côté de ces hauteurs verdoyantes qui sont parcourues par des chemins de randonnée.

Le sommet du mont Artxanda (251 m) est accessible par un funiculaire, ce qui en fait une destination de balade appréciée des habitants comme des visiteurs de Bilbao.

Plusieurs escapades hors de la ville sont possibles. Au nord-est, vous avez un parcours qui vous mène d’abord à Guernica, ou Gernika en basque, cité qui fut détruite en 1937 par les aviations nazie allemande et fasciste italienne au service des forces antirépublicaines de Franco. On y entretient la mémoire de cette tragédie qui a inspiré une des plus célèbres toiles de Picasso. C’est aussi une ville qui symbolise l’esprit indépendant des Basques à travers la Casa de Juntas et l’Arbre de Guernica.

On se trouve ici dans la réserve de la biosphère d'Urdaibai, zones humides donnant sur la mer. Sur le littoral se succèdent ensuite Mundaka et sa vague gauche fameuse chez les surfeurs, Bermeo et San Juan de Gaztelugatxe, qui donnent à voir des falaises et rochers spectaculaires.

En allant plus à l’est, vous pouvez vous rendre dans la station balnéaire réputée de Donostia /San Sebastian.

Au sud-est, vous prenez la direction des belles villes anciennes de Durango et Elorrio, qui sont aux portes du parc naturel d'Urkiola où l’on se promène ou randonne dans de superbes paysages de montagne (prairies, forêts…).

Plus au sud, vous rejoignez Vitoria-Gasteiz, autre ville au patrimoine remarquable. Capitale du Pays basque, cette cité est directement reliée à Bilbao par une autoroute.

Enfin à l’ouest, Balmaseda et sa vieille ville médiévale vous attendent, de même que les grottes de Pozalagua dont les concrétions sont nombreuses, notamment des stalactites dites excentriques, qui ont adopté des formes très surprenantes.

Fiche pratique

Retrouvez les adresses, bons plans et infos pratiques dans le Routard Pays basque, Béarn en librairie

Consulter nos guides en ligne Pays basque et Espagne

Bilbao Tourisme 

Euskadi/Pays basque Tourisme 

Espagne Tourisme 

Comment y aller ?

Trois vols directs quotidiens Hop ! à destination de Bilbao, au départ de Paris-Charles-de-Gaulle, en correspondance depuis d’autres aéroports français. Trouvez votre billet d’avion.

Se déplacer en ville

Vous pouvez sans difficulté découvrir la ville de Bilbao à pied. À vélo aussi, mais souvenez-vous que les montagnes sont toutes proches !  Les transports en commun sont nombreux : métro, bus et tramways vous permettent de circuler dans l’agglomération.

Où dormir ?

Pension Iturrienea Ostatua : c/Santa Maria 14, au 1e étage. Une pension au cachet indéniable dans une vieille bâtisse du Casco Viejo. Doubles 60-110 €.

Miro Hotel : alameda de Mazarredo 77. Un hôtel chic au design épuré décoré par le styliste espagnol Antonio Miro. Certaines chambres donnent sur le Guggenheim. Doubles 100-160 €.

Trouvez votre hôtel à Bilbao

Quelques adresses gourmandes

- Restaurant Bascook : Barroeta Aldamar 8. Une belle démonstration de ce que la gastronomie basque d’aujourd’hui peut produire, entre tradition, innovation et fusion.

- Les bars à pintxos. Ils sont nombreux à offrir d’excellentes choses, notamment Txiriboga Tabernea, Gure Toki ou Xukela dans le Casco Viejo. Grande concentration sur la plaza Nueva et aux alentours.

Texte : Michel Doussot

Mise en ligne :

Espagne Les articles à lire

Bons Plans Voyage

Services voyage