Oslo, nos 10 coups de cœur

Oslo, nos 10 coups de cœur
Oslo et son hôtel de ville © saiko3p - stock.adobe.com

Entre fjord et forêt, Oslo est sans doute la capitale européenne la plus proche de la nature. Mais avec ses nombreux musées, le souvenir d’Ibsen et de Munch, ses audaces architecturales et ses quartiers branchés, la métropole norvégienne se révèle aussi une destination culturelle particulièrement séduisante. À 2 h 15 d’avion de la France, voici un city break à la fois dépaysant et apaisant, mariant air pur et culture. En route pour le meilleur d’Oslo, à travers nos coups de cœur…

Oslo classique

Oslo classique
Palais royal © Sergii Figurnyi - stock.adobe.com

Chaussez vos baskets ! Peu étendu, le centre historique d’Oslo se visite à pied, d’autant plus aisément que certaines rues sont piétonnes. C’est partiellement le cas de Karl Johansgate, la grande artère du centre-ville, l’une des promenades favorites des habitants d’Oslo. Bordée d’immeubles chics et de boutiques élégantes, de grands hôtels  et de cafés, elle s’étend entre la gare centrale et l’agréable parc du château (Slottet), construit au 19e s, où la famille royale réside toujours.

En chemin, on poussera la porte de la cathédrale (Domkirke) en brique  du 17e s pour admirer son buffet d'orgue aux motifs de feuilles d'acanthe et sa fresque moderne de 1 500 m2. Tout autour de l’édifice, des arcades du 19e s abritent des échoppes.

Autre monument remarquable, l’hôtel de ville (Rådhuset) domine de ses hautes tours de brique rouge le port d’Oslo. Construit dans les années 30, cet imposant édifice recèle des grandes fresques sur l’histoire de la Norvège. C’est dans le grand hall qu’est décerné, chaque 10 décembre, le prix Nobel de la paix, auquel un musée (Nobels Fredssenter), situé de l’autre côté de la place, est consacré.

Face à l’hôtel de ville, un chemin conduit, à travers un parc, vers la forteresse (Akershus Festning) médiévale, transformée en château au 17e s. Ses remparts offrent un beau panorama sur le port, tandis que son parc abrite l’intéressant musée de la Résistance norvégienne.

Balade ultramoderne sur le port d'Oslo

Balade ultramoderne sur le port d'Oslo
Quartier "Barcode" © Vladimir Mucibabic - stock.adobe.com

Oslo, une ville tout en contrastes ! Dans la capitale norvégienne, les édifices anciens cohabitent avec les audaces avant-gardistes. Entre les quartiers de Sørenga et de Tjuvholmen, la zone portuaire, qui connaît une profonde transformation, ravira les trekkeurs urbains amateurs d’architecture moderne.

Les édifices les plus révolutionnaires se concentrent sur le front de mer, notamment dans le quartier des affaires de Bjørvika. Il est surnommé le « Barcode » en raison de ses tours longilignes séparées par d’étroites bandes de terrain dessinant une skyline à l’américaine en forme de… code-barres. Hérissé de grues, le quartier, encore en chantier, n’a d’ailleurs pas fini de se transformer, puisque, d’ici 2020, une grande bibliothèque et un nouveau musée Munch vont sortir de terre.

Juste à côté, le superbe opéra (voir ci-dessous) en marbre blanc, construit au bord de l’eau, est désormais devenu la nouvelle icône d’Oslo. En continuant vers l’ouest, quatre bâtiments en bois, rappelant les traditionnelles claies à poisson norvégiennes, attisent la curiosité. Il s’agit du projet SALT qui abritera jusqu'à l'a fin de l'année cafés, restos, salles de concert et même un sauna !

Enfin, près de l’hôtel de ville, une autre belle réussite architecturale a redonné vie aux anciens docks du port d’Oslo : les quais d’Aker Brygge forment désormais un front de mer chic et branché, bordé de boutiques, de restaurants et de terrasses de café, mais aussi d’une belle promenade piétonnière animée.

Aker Brygge s’achève à Tjuvholmen, réputé pour ses galeries, le musée d’art contemporain Astrup Fearnley (dessiné par Renzo Piano) et ses immeubles bordés de canaux. Une sorte de Venise du nord ultramoderne, où il l’on peut croiser des… kayakistes !

Une soirée à l’opéra d'Oslo

Une soirée à l’opéra d'Oslo
Opéra © Sergii Figurnyi - stock.adobe.com

Déambuler sur le toit d’un opéra ? Une promenade pour le moins incongrue, mais des plus courantes à Oslo. Édifié en 2009, l’opéra d’Oslo rompt en effet avec les canons des salles d’opéra classique.  

Évoquant pour certains un navire échoué dans le port, pour d’autres un iceberg, l’édifice, sobre et épuré, déconcerte et séduit avec son toit incliné semblant sortir de l’eau, la blancheur immaculée de son marbre de Carrare contrastant avec le verre bleuté de son bloc central, ses salles de spectacle et son hall privilégiant le bois.

Du toit, un belvédère offre une vue plongeante sur la ville et le port, où flotte une sculpture en verre et en métal faisant écho au bâtiment.

Nous vous conseillons de faire la visite guidée de ce bâtiment hors norme et, encore mieux, d’assister à une représentation dans l’une des trois salles de l’opéra. Les billets peuvent être réservés sur http://operaen.no/ et les tarifs débutent à 100 Nok, soit 11 €.

Sur les traces d’Edvard Munch à Oslo

Sur les traces d’Edvard Munch à Oslo
© The National Museum - Børre Høstland

Le peintre norvégien Edvard Munch (1863-1944) est à lui seul une bonne raison de venir à Oslo, où son tableau mondialement célèbre Le Cri est exposé. Un musée est d’ailleurs entièrement consacré à cette figure majeure de l’expressionnisme, dont l’œuvre, d’une intensité rare, est hantée par l’angoisse, la mort et la solitude, mais aussi par la beauté de la nature norvégienne.

Le Munch Museet recèle la plus grande collection au monde de tableaux de Munch, qui a fait donation de son œuvre à la ville d’Oslo. Ne vous attendez pas à y voir forcément les plus grands tableaux du peintre, puisque le musée présente la collection par roulement sous la forme d’expositions temporaires et thématiques.

Pour voir Le Cri, entre autres chefs-d’œuvre (Madone, Danse de la vie…), il faut se rendre à la Galerie nationale (Nasjonalmuseet) où sont également exposées des œuvres de Christian Dahl, Delacroix, Friedrich, Monet, Cézanne…

Plus inattendu, l’université d’Oslo (l’Aula du Domus Media) et l’une des salles de la chocolaterie Freia  arborent aussi des œuvres de Munch (visite sur réservation), qui vécut de longues années à Oslo avant de se retirer à Ekely, dans les environs de la capitale.

Les musées de la presqu’île de Bygdøy

Les musées de la presqu’île de Bygdøy
Vikingskiphuset © Jean-Philippe Damiani

Oslo est indéniablement une capitale culturelle, avec une offre muséale conséquente pour une ville de 650 000 habitants. Prenez, par exemple, la presqu’île de Bygdøy. Entre fjord et forêt, ce quartier résidentiel, à l’écart du centre, compte non seulement plusieurs plages, pistes cyclables et chemins de randonnée, mais surtout 6 musées parmi les plus visités d’Oslo.

Premier en descendant du bateau, le musée du Fram (Frammuseet) est construit autour de deux navires polaires du début du 20e siècle : le Fram et le Gjøa, utilisés lors d’expéditions en Arctique et en Antarctique par le navigateur Roald Amundsen, célèbre pour avoir été le premier à franchir le passage du Nord-Ouest.

Juste à côté, au Kon Tiki Museet, on peut voir le fameux radeau Kon Tiki sur lequel le Norvégien Thor Heyerdahl traversa en 1947 le Pacifique du Pérou à la Polynésie française ! Autres grands navigateurs nordiques, les Vikings ont également leur musée, le Vikingskiphuset où l’on peut admirer trois bateaux vieux de 1 100 ans en parfait état de conservation. Impressionnant !

Également à ne pas manquer, le Musée folklorique norvégien (Norsk Folkemuseet) en plein air. Cette attraction, à conseiller à toute la famille, familiarise avec les traditions norvégiennes au fil d’un parcours reliant chalets, maisons de bois, fermes et édifices représentatifs des différentes régions du pays, du Moyen Âge au 20e s. Clou de la visite, la merveilleuse église en bois debout (stavkirker) de Gol a conservé l'odeur caractéristique du goudron qui recouvre sa charpente en bois.

Les statues du parc Vigeland

Les statues du parc Vigeland
Parc Vigeland © nanisimova - stock.adobe.com

On aime ou on déteste, mais les singulières statues du parc du parc Vigeland comptent parmi les attractions les plus visitées de Norvège.

Il s’agit du plus grand parc de sculptures au monde créées par un même artiste. On y compte plus de 200 statues de pierre, bronze et fonte signées par Gustav Vigeland (1869-1943), qui a également conçu l’aménagement de ce parc de 300 hectares situé à l’ouest du centre-ville.

Les puissantes statues de Vigeland – des hommes, des femmes et des enfants nus illustrant le cycle de la vie humaine – déroutent, amusent et émeuvent tout à la fois. Point d’orgue du parc, un obélisque de 14 m de haut rassemble 121 corps enchevêtrés s’élevant vers le ciel. Sur le pont, la statue en bronze du garçon en colère (Sinnataggen), d’un réalisme criant, est même devenue l’un des symboles d’Oslo.

Les quartiers alternatifs d'Oslo : Grünerløkka, Vulkan et Grønland

Les quartiers alternatifs d'Oslo : Grünerløkka, Vulkan et Grønland
Rivière Akerselva © insidenorway - stock.adobe.com

Nos grands coups de cœur à Oslo. Situé au nord-est du centre-ville, le quartier populaire de Grünerløkka est devenu l’un des endroits les plus sympas de la ville, avec une atmosphère à la fois cool, familiale et branchée, à mi-chemin entre Belleville et Prenzlauer Berg à Berlin.

Bordées d’élégants immeubles réhabilités, les rues de Grünerløkka abondent en petits cafés, restaurants, bars, salles de concert (Blå, Parkteatret Scene) mais aussi épiceries, boutiques de design ou d’objets vintage, notamment autour de la place Olaf Ryess.

Autre atout de Grünerløkka : la verdure, avec des parcs et jardins traversés par la rivière Akerselva que l’on peut longer grâce à d’agréables sentiers de promenade. Fait rare dans une capitale, la rivière forme par endroits des cascades aux flots impétueux.

De l’autre côté de la rivière, l’éco-quartier du Vulkan ne manque pas de charme avec son marché couvert (Mathallen) où l’on peut se restaurer à bon prix et, surtout, la ravissante rue Telthusbakken, bordée de pimpantes maisons en bois, vestiges de l’Oslo d’antan.

Enfin, juste au sud de Grünerløkka, le quartier populaire de Grønland est devenu l’endroit le plus multiculturel d’Oslo, avec ses échoppes colorées, ses effluves d’épices et ses restos exotiques. C’est aussi un quartier branché et animé où l’on trouve l’un des bars les plus animés de la ville : l’Oslo Mekaniske Verksted.

Marchés d'Oslo, food trucks et café noir

Marchés d'Oslo, food trucks et café noir
Food truck © Jean-Philippe Damiani

Manger sans se ruiner à Oslo ? C’est possible, à condition d’oublier la sacro-sainte trilogie « entrée-plat-dessert » accompagnée de sa bouteille de vin.  La ville compte nombre de bons restaurants, où la cuisine fusion fait preuve d’une belle inventivité, mais, pour se régaler, il faut savoir mettre le prix.

La capitale norvégienne n’oublie pas pour autant les budgets modestes avec de nombreux cafés, food trucks et marchés couverts fréquentés par les jeunes Norvégiens.

Nous vous conseillons Mathallen, un marché couvert entre Vulkan et Grünerløkka, qui regroupe une trentaine d’échoppes servant des fish & chips, mais aussi des produits norvégiens, de la cuisine italienne, des tapas,  des tacos… 

Autre tendance très actuelle : la street food avec des food trucks où l’on trouve des plats à moins de 100 Nok (9 €), à manger sur le pouce et au bord de l’eau en été. L’offre est large, du burger aux dim sum, en passant par du pad thaï, des bagels au saumon ou de typiques brioches à la cannelle. Sur le port, on peut également déguster de la bonne street food dans le hangar de Vippa, qui compte plusieurs stands. Mention spéciale pour le burger au canard !

Enfin, Oslo s’est pris de passion pour le café, avec de savoureux espresso, cappuccino et autres macchiato à déguster dans quelques boutiques branchées de la ville, à l’instar de Tim Wendelboe, la star des baristas norvégiens, à Grünerløkka.

La forêt aux portes d'Oslo

La forêt aux portes d'Oslo
Tremplin de saut à skis de Holmenkollen © nanisimova - stock.adobe.com

Rares sont les capitales où l’on vit autant en symbiose avec la nature. À Oslo, il suffit de prendre le métro (ligne 1) pour aller se balader en forêt l’été et partir faire du ski en hiver. De la station de Frognerseteren (25 min du centre-ville), partent plusieurs sentiers de randonnée et des pistes de ski.

Le parc d’hiver d’Oslo compte pas moins de 18 pistes couvrant 90 km. Dans les forêts environnantes, ce sont 2 700 km de pistes qui attendent les skieurs de fond.

En chemin, on peut faire un arrêt à la station d’Holmenkollen (ligne 1), où se trouve l’un des plus grands tremplins de saut à ski du monde, ouvert depuis 1892. Du sommet du tremplin, vue panoramique superbe sur Oslo, la forêt et le fjord.

Excursions dans le fjord d'Oslo

Excursions dans le fjord d'Oslo
Fjord d'Oslo © siempreverde22 - stock.adobe.com

Oslo se trouve au fond d’un fjord pénétrant sur une vingtaine de kilomètres à l’intérieur des terres. Des compagnies y organisent des mini-croisières de 2 h environ toute l’année. Idéal pour admirer le ballet des bateaux sur l’eau, les jolies maisons de bois accrochées aux collines, les phares et les îlots surgissant des flots. En été, des ferries permettent de se rendre sur les îles parsemant les eaux bleutées et calmes du fjord.

Sur Hovedøya, la plus proche d’Oslo, on peut admirer les ruines d’une ancienne abbaye cistercienne avant de se prélasser sur l’une des plages. Les îles de Bleikøya et de Lindøya sont ponctuées de jolies maisons colorées du 19e s, tandis que celle de Langøyene, denuée d’habitation, fera la joie des baigneurs.

Parmi les plus belles excursions, on peut se rendre en bateau jusqu’à Drøbak, au sud d’Oslo, à l’endroit le plus étroit du fjord. Ce ravissant village, qui a séduit les impressionnistes au 19e s, reste très prisé des Norvégiens, notamment pour ses coquettes bâtisses en bois des 18e et 19e s et son église baroque. On y trouve même une maison de père Noël… ouverte toute l’année. Un village de conte de fées.

Fiche pratique

Retrouvez toutes les infos pratiques et les adresses dans le Routard Norvège en librairie

Consulter notre guide en ligne Norvège

Visit Norway

Visit Oslo

Comment y aller ?

Vols directs quotidiens Paris-CDG-Oslo avec SAS et Joon, la filiale à bas coût d'Air France depuis le 19 mars ; depuis Orly, Bordeaux et Nice avec Norwegian. Trouvez votre billet d'avion.

Sur place : nous vous conseillons d’acheter l’Oslo Pass : transports (y compris les ferries) et entrées dans les musées gratuits ; nombreuses réductions dans des boutiques, restos, attractions… Prix : à partir de 395 Nok pour 24 h.

Où dormir ?

- Scandic Vulkan : Maridalsveien 13A. Situé à deux pas de la rivière Akerselva et du marché couvert de Mathallen, un hôtel moderne et écolo (chauffage géothermique, panneaux solaires), avec des chambres confortables au design épuré. Celles des derniers étages offrent de belles vues sur les quartiers voisins de Grünerløkka et Vulkan. Salle de sport, bar, resto et excellent petit déj buffet, sans oublier un bon rapport qualité-prix. Doubles à partir de 849 Nok (91 €).

- Saga Hotel Oslo Central : Kongens Gate 7. Une AJ centrale, moderne et pratique. Idéal pour les petits budgets. Dortoir dès 400 Nok (45 €), double dès 600 Nok (67 €).

Où manger ?

- Villa Paradiso : Olaf Ryes Plass 8. Sur l’une des places les plus sympathiques de Grünerløkka, ce resto italien chaleureux et animé sert de succulentes pizzas et de plantureux desserts. Une valeur sûre du quartier. Pizza à partir de 154 Nok (16 €).

- Olympen : Grønlandsleiret 15. Une belle brasserie du début du 20e s, avec de superbes lustres en cristal où l’on peut déguster des classiques norvégiens revisités (saumon, hareng, agneau…). Olympen brasse même sa propre bière. Une institution d’Oslo au cœur du quartier cosmopolite et populaire de Grønland. Plats à partir de 240 Nok (25 €), 170 Nok le midi (19 €).

- Illegal Burger : Møllergata 23. Pour manger de bons burgers à deux pas de l’animation de la place Younstortget et des bars de la rue Torgata. Pour certains, ce sont les meilleurs d’Oslo. On ne les a pas tous testés, mais ceux d’Illegal Burger nous ont séduits par leur qualité et leur inventivité ! Compter 170 Nok (19 €) pour un double burger-frites.

- Mathallen : entre les quartiers de Vulkan et Grünerløkka, une ancienne fabrique sur la rivière Akerselva transformée en un marché couvert. On peut s’y procurer des produits norvégiens et surtout se restaurer à très bon prix grâce à une trentaine d’échoppes proposant des mets de qualité. Tacos, pâtes, tapas, fish & chips, sandwiches et autres petits plats… et même des macarons.

- Vippa : Akerhusstranda 25. Sur le même principe que Mathallen, mais au cœur du port d’Oslo en contrebas de la forteresse d’Akershus, cette halle abrite échoppes et tables où se restaurer à bon prix, tendance « street food ». Dim sum, pizza et même de succulents burgers au canard. Ambiance jeune et animée.

- On trouve également des food trucks dans les rues d’Oslo : une page Facebook les recense avec géolocalisation.

Où boire  un café ? Prendre un verre ? Où sortir ?

- Oslo Mekaniske Verksted : Toyenbekken 34. Dans le quartier populaire de Grønland, cette ancienne usine de machines-outils abrite un théâtre et, surtout, un bar chaleureux à la déco vintage et bohème. Belle terrasse pour les beaux jours et une chaude ambiance les week-ends. Un vrai coup de cœur !

- Blå : Brenneriveien 9C. Dans un ancien bâtiment industriel au bord de la rivière Akerselva, le meilleur club de la ville pour venir écouter un concert ou danser. Les concerts gratuits de jazz du dimanche sont très populaires.

- Parkteatret Scene : Olaf Ryes Plas 11. L’autre club sympa de Grünerløkka, où venir écouter un concert ou danser, fut, à la fin du 19e s, le premier cinéma de Norvège. Musique pop-rock le plus souvent.

- Tim Wendelboe : Grüners Gate 1. Pour déguster un excellent café à Grünerløkka. Une référence à Oslo.

Commencez votre voyage en musique, écoutez notre playlist Scandinavie disponible sur Deezer et Spotify.

Texte : Jean-Philippe Damiani

Mise en ligne :

Norvège Les articles à lire

Voyage Norvège

Bons Plans Voyage

Services voyage