Low Cost : petits prix et grands effets

Comment bien choisir son billet ?

Comment bien choisir son billet ?
© Bits and Splits - Adobe Stock

Comment trouver les billets les moins chers ?

- Les tarifs s'indexent sur la demande, que ce soit par anticipation (certaines dates - week-ends, jours fériés - seront forcément prises d'assaut) ou en fonction de l'évolution, surveillée en temps réel, du taux de remplissage des avions : cela s’appelle le yield management. Ainsi, plus un vol est demandé, plus les prix grimpent ! De manière générale, il vaut donc mieux réserver le plus tôt possible… et voyager en période creuse.

- Réservez sur le Web ! On l'a dit plus haut, les compagnies incitent leurs clients à acheter leur billet sur Internet. La réservation en ligne revient en général moins cher que par téléphone ou par agence, car elle donne droit à une réduction tarifaire. Les numéros des centrales téléphoniques, il faut en tenir compte, sont souvent surtaxés. Enfin, c'est sur le Net que les offres promotionnelles sont annoncées et que l'on peut en profiter. Certains transporteurs, comme Ryanair, ont décidé de basculer dans le 100 % web.

Lors de la réservation, faites attention aux options proposées. Par exemple, Easyjet inclut automatiquement une assurance lors de l’achat d’un billet. Pensez donc à décocher ce dont vous n’avez pas besoin, sinon cela vous sera facturé.

Attention, doux rêveurs ! N'oubliez pas dans votre budget que, derrière le prix d'appel, se cachent une ribambelle de taxes d'aéroport et de frais de fonctionnement non inclus, de suppléments carte de crédit, etc., qui peuvent facilement faire doubler le prix du billet ! Certaines compagnies, comme Ryanair et Easyjet, font payer les bagages en soute, voire l’enregistrement...

Et ne vous laissez pas aveugler par une belle étiquette " low cost ", car il arrive que les compagnies traditionnelles proposent finalement (mais c’est rare !) des vols moins chers que ce que vous pourrez trouver chez celles à bas prix, en particulier si vous vous y prenez tardivement. Pensez toujours à comparer, avec un comparateur de vols par exemple, y compris avec d'autres moyens de transport comme l'autocar !

Avantages et contreparties de la flexibilité

De manière générale, les low cost offrent une plus grande liberté de déplacement que les compagnies traditionnelles, ne serait-ce que parce qu'elles proposent des vols directs sur des lignes peu exploitées (Bergerac-Londres, Toulouse-Cardiff, etc.).

- Une envie de dernière minute ? Vous pouvez acheter votre billet jusqu'à deux heures à l'avance chez certaines compagnies. Attention cependant, les délais d'enregistrement sont scrupuleusement respectés, impératif de ponctualité oblige. Le check in se termine généralement trente minutes avant le décollage. Pas la peine de se présenter une fois l'enregistrement fermé, vous trouverez porte close.

- Les low cost offrent la possibilité d'acheter uniquement des allers simples. Cela laisse la liberté de choisir son retour (si retour il y a…) et, si l'on s'y prend bien, de s'en sortir pour bien moins cher qu'avec les allers-retours obligatoires des compagnies traditionnelles. Les correspondances, cependant, n'existent pas, et, si vous prévoyez de continuer sur un autre vol, calculez bien votre temps : il faudra d'abord récupérer les bagages, puis de nouveau les enregistrer avant de rejoindre votre avion, qui ne vous attendra pas en cas de retard.

- Vous changez d'avis ? Il est possible de modifier, en payant un supplément forfaitaire, son vol ou le nom du passager. Attention toutefois, il n'est pas toujours possible de changer de destination (seulement la date ou les horaires), et il faudra payer la différence si le nouveau billet coûte plus cher que le premier (mais ça ne marche pas dans l'autre sens !). Au final, la facture risque d'avoir fortement augmenté. Et, sans supplément au moment de l’achat, le billet est tout simplement ni modifiable, ni remboursable pour la plupart des compagnies.

Dans tous les cas, veillez à lire les conditions d’utilisation du billet pour éviter de mauvaises surprises ! Et en cas de litige, n’hésitez pas à consulter notre dossier sur les droits du passager aérien.

Ce à quoi vous n'aurez pas droit

Outre les apéros et plateaux-repas gratuits qui, finalement, ne semblent pas vraiment manquer à ceux qui voyagent avec des low cost, certaines prestations, en particulier des compensations en cas de problème, ont été rayées du répertoire de ces compagnies.

- Pas facile de faire voyager seul votre bambin : les enfants non accompagnés ne sont parfois pas acceptés en dessous de 14 ou 16 ans selon les compagnies.

- Si vous ne pouvez pas prendre votre vol, il faudra avoir une bonne excuse pour en obtenir le remboursement. Rares sont les compagnies à accepter de rembourser les billets, même si vous changez d'avis à l'avance. Il faudra de toute façon payer des frais d'annulation : pas de quoi récupérer des ponts d'or. Au mieux, tout juste obtiendrez-vous un bon d'achat pour un autre vol. Si, en revanche, le vol est annulé du fait du transporteur, il est tenu de rembourser billet et taxes (les frais de carte bancaire, le cas échéant, sont perdus). Mais n'espérez pas vous faire payer une bonne nuit d'hôtel si vous êtes obligés d'attendre le lendemain pour repartir, il ne faut pas non plus en demander trop !

Texte : Clémentine Bougrat et Jean-Philippe Damiani

Les articles à lire

Bons Plans Voyage