Essaouira : L’art à l’abri des remparts


Essaouira : L’art à l’abri des remparts

Lorsqu’on arrive à Essaouira depuis Marrakech, on est frappé par les contrastes qui opposent ces deux villes du Sud marocain. Ici, pas de pollution ni d’engin motorisé dans la médina : le calme règne. C’est cette douceur de vivre qui a attiré hippies et artistes. En un demi-siècle, la cité a vu défiler Orson Welles, Jimmy Hendrix et bien d’autres. Aujourd’hui, si les touristes ont remplacé les beatniks, la magie continue à opérer. Car dans l’ancienne Mogador, qui compte plus de galeries que de mosquées, l’art est à chaque coin de rue. Les rythmes envoûtants du gnaoua, une musique d’origine africaine, sont omniprésents. Embarquement pour une balade artistique dans la ville dont le nom signifie en arabe « la bien dessinée ».





Intro
Sur les traces de Welles et d’Hendrix
Une médina encore préservée
La ville aux mille et une galeries
Le gnaoua et ses rythmes envoûtants
Infos pratiques

Texte : Jean-Baptiste Herrera. Photo : Jean-Baptiste Herrera
Mise en ligne le 12 février 2007



Drapeau sejours week end Maroc

Partir au Maroc

  • A voir, à faire au Maroc
  • Réserver votre voyage sur mesure
  • Réservez un trek
  • Réservez votre randonnée
  • Réservez un hôtel
  • Trouver un billet d'avion
  • Louer une voiture
  • Trouvez une location
  • Economisez le parking Orly/CDG
  • Réservez un ferry
  • Réservez un vol + hôtel
  • Réservez une auberge de jeunesse