Le tango
un voyou devenu grand seigneur

Dossier réalisé par Michel Doussot
Merci à Veronika du magazine El Farolito pour l'illustration

Sandro & Veronika, fondateurs d'El Farolito © Deborah LynneÀ cent ans bien sonnés, le tango est en pleine santé. À la fois danse et musique, il continue de passionner des millions d'aficionados à travers le monde. Partout, on apprécie tout autant ses formes les plus anciennes que ses résurgences modernistes.

Voilà soixante-dix ans, une étonnante rencontre a lieu entre deux immenses figures de la musique argentine. Cela se passe à New York où un jeune bandéoniste de treize ans joue devant le chanteur Carlos Gardel, un ami de ses parents. Le petit Astor Piazzolla ignore presque tout du tango et a à peine conscience d'avoir devant lui une grande vedette. Séduit par le talent du muchacho, Gardel l'embauche pour figurer dans son prochain film, El día que me quieras. Et surtout, il lui propose de participer à sa prochaine grande tournée qui va bientôt démarrer. Piazzolla est retenu à New York et regrette de ne pas avoir rejoint l'orchestre de Gardel. Pourtant, c'est durant ce périple que l'avion du chanteur s'écrase avec ses musiciens le 23 juin 1935 sur l'aéroport de Medellin, en Colombie…

Aujourd'hui, personne ne les a oubliés. Ni l'un, ni l'autre. Signe supplémentaire que le tango n'a pas fini de nous faire danser et de nous émouvoir.

Une fleur  des faubourgs
Du bordel aux cours royales
Le tango prend la parole
De l'âge d'or au tango nouveau
Pour aller plus loin


Danseurs : Sandro & Veronika, fondateurs d'El Farolito
Photographe : © Deborah Lynne - www.deborahlynne.com

Argentine Les articles à lire

Services voyage