Vallée de la Drôme, soleil et dolce vita

Vallée de la Drôme, soleil et dolce vita
© L.PASCALE-LADROMETOURISME

Entre Vercors et Provence, une fissure profonde et verte : la Vallée de la Drôme. Avec 300 jours de soleil par an en moyenne, elle bénéficie d’un climat et de paysages exceptionnels, à la fois méditerranéens et alpins. On y cultive de belles vignes, mais aussi une certaine qualité de vie. Villages perchés, dégustations de vins, randonnées et sites historiques : prenez votre temps, la vallée se laisse découvrir tout en douceur et en toutes saisons…

Mirmande, Saoû, Cliousclat : c’est déjà le Sud

Mirmande, Saoû, Cliousclat : c’est déjà le Sud
Saoû © L.PASCALE-LADROMETOURISME

Pas besoin de s’aventurer plus bas pour retrouver la carte postale du sud-est de la France. La Vallée de la Drôme offre déjà à voir les cyprès grimpant sur les murs en pierre, les champs de lavande et les volets colorés. Des airs de Provence, la horde de touristes en moins. Le calme et la beauté des villages perchés inspirent d’ailleurs les artistes, toujours plus nombreux à s’y installer.

C’est le cas de Saoû, revitalisé par ses artisans. Ici, l’ambiance est conviviale et les terrasses vite bondées les jours de beau temps. Un marché de petits producteurs anime la place principale tous les mercredis soirs. Aux alentours, le village regorge d’échoppes et de placettes de charme. Et il suffit de lever la tête pour apprécier le cadre grandiose dont jouit Saoû, ceinturé par les montagnes.

Encore plus spécialisé dans l’artisanat, Cliousclat est le berceau de la poterie locale depuis des générations. Partez de l’église Saint-Jean-Baptiste puis remontez la rue principale, le long des maisons et des jardins cachés, jusqu’à la fabrique de poterie classée Monument historique. Aujourd’hui délabrée, elle abritera un musée et un atelier une fois sa rénovation terminée en 2017. En attentant, vous pouvez pousser la porte de l’un des nombreux artisans pour admirer leur savoir-faire.

Juste à côté, Mirmande figure parmi les « plus beaux villages de France ». Derrière les remparts, les maisons ont conservé leurs façades de pierres et leurs vieilles portes. Deux hommes ont contribué à la renaissance du village : le peintre cubiste André Lhote, en attirant de nombreux artistes, et Haroun Tazieff, ancien maire. Encore préservé du tourisme de masse, Mirmande est un village authentique aux ruelles pittoresques très fleuries.

Enfin, on peut pousser la balade jusqu’à l’entrée sud du Vercors, à Beaufort-sur-Gervanne. Une belle église en pierre dotée d'un cadran solaire domine cette bourgade fleurie. Au détour d’une allée, le spectacle du massif du Vercors s’offre à vous.

Sur les pas des Huguenots

Sur les pas des Huguenots
Le Poët-Laval © L.PASCALE-LADROMETOURISME

Marquée par son passé protestant, la Vallée de la Drôme propose l’un des plus longs parcours de randonnée en Europe (1600 km), « Sur les pas des Huguenots ». Labellisé « itinéraire culture européen », le tracé suit au plus près le chemin historique de l’exil des Huguenots dauphinois vers la Suisse et l’Allemagne, après la révocation de l’Edit de Nantes en 1685. Ils étaient environ 30 000 protestants à fuir, un chiffre énorme par rapport à la population de l’époque. Leur histoire fait terriblement écho à l’actualité et permet de s’interroger sur des problématiques bien contemporaines : l’immigration, l’intolérance, les conditions d’intégration, etc.

En plus d’être intéressant d’un point de vue historique, le parcours est magnifique : il commence par l’un des plus beaux villages de France, Le Poët-Laval, où se trouve le musée du protestantisme dauphinois. Puis il se poursuit entre lacs et montagnes, entre champs de lavande et vignobles, entre cimetières protestants dispersés et chapelles isolées.

C’est sur la portion drômoise que les traces des Huguenots sont les plus prégnantes. Le parcours est tout public, mais vous pouvez aussi faire le tronçon de 130 km à cheval, de Poët-Laval à Esparron, en Isère.

Crest : à l’assaut de « l’autre Bastille »

Crest : à l’assaut de « l’autre Bastille »
Crest © L.PASCALE-LADROMETOURISME

On remonte encore un peu dans le temps du côté de Crest. C’est là que se dresse le plus haut donjon de France (52 mètres), classé Monument historique. Construit sur une crête rocheuse, il surplombe majestueusement la ville médiévale. La tour devient une prison au 17e siècle, ce qui lui vaut le surnom de « Bastille du Sud ». À l’intérieur, les murs sont noircis par les graffitis plus ou moins anciens des prisonniers.

Ne faites pas l’impasse sur la visite guidée, pleine d’anecdotes intéressantes. La terrasse au sommet de la tour révèle un panorama époustouflant sur les fameux Trois Becs, point culminant de la vallée, mais aussi sur les monts d’Ardèche et les cimes enneigées du Vercors. Et à défaut de prendre cette autre Bastille, vous pourrez toujours descendre sa paroi en rappel.

Echappées sauvages, de la Drôme au massif du Vercors

Echappées sauvages, de la Drôme au massif du Vercors
Le Grand Pomerolle © L.PASCALE-LADROMETOURISME

Avec ses 85 circuits pédestres et ses 36 boucles VTT, la Vallée de la Drôme offre des possibilités infinies de balades « nature » pour tous les niveaux. En vélo, on peut longer la Drôme, dernière rivière sauvage d’Europe, en passant par la Vélodrôme. Ou bien suivre le cours du Rhône sur la ViaRhôna, une voie verte qui permet de relier le lac Léman à la Méditerranée.

Sportifs ou non, ne manquez pas l’atypique forêt de Saoû, située dans le « synclinal perché » le plus haut d’Europe. Ce phénomène géologique a entraîné une foison de végétation : un tiers des espèces végétales de la Drôme sont concentrées ici, ce qui fait du synclinal une véritable « arche de la biodiversité ». Beaucoup d’espèces protégées s’y plaisent, comme les chevreuils, les renards ou les loups. Un tas d’activités sont proposées : sentiers de randonnée, circuits à vélo, escalade ou encore passages équestres. Un site incontournable et très intéressant !

L’hiver, direction les Grandes Traversées du Vercors pour randonner à ski, en raquettes ou en chiens de traîneau à travers crêtes et forêts. À noter aussi pour les grimpeurs, deux grands sites d’escalade de renommée internationale : Saoû et Omblèze, avec ses magnifiques gorges dans le Parc naturel régional du Vercors.

Des bulles et du picodon

Des bulles et du picodon
Vignes à Vercheny © L.PASCALE-LADROMETOURISME

Le vin fait partie intégrante de l’art de vivre drômois. Destination parfaite pour l’oenotourisme, la Vallée de la Drôme produit un vin rare et confidentiel, le brézème. Sa particularité ? C’est le plus petit vignoble des côtes-du-Rhône. Le cépage rouge donne un vin assez puissant en bouche, et plutôt tannique.

Côté blanc, la clairette de Die est l’autre vin incontournable de la région. Planté à 700 mètres d’altitude, c’est le plus haut vignoble de France. Il donne un vin blanc pétillant, très fruité, obtenu d’après une méthode dioise ancestrale. L’UJVR (Union des jeunes viticulteurs récoltants) livre ses secrets de fabrication au cours d’une visite guidée passionnante. Dégustation à la fin, bien sûr. Ouvert au public gratuitement le vendredi à 14 heures.

À savourer également, « L’Oublié » (AOC côteaux de Die) du domaine Peylong à Suze : son appellation ne s’étend que sur un hectare, d’où son nom ! Le Domaine Peylong propose aussi une visite et une dégustation gratuites, dans une jolie salle au style industriel. Vous ne pourrez pas quitter la Vallée de la Drôme sans avoir goûté (avec modération) à la clairette de Die tradition, un vin blanc pétillant léger et fleuri. Le « Mois de la Vigne » en septembre met à l’honneur tous ces bons vins, à travers des stages de dégustation et des balades commentées dans les vignes.

En guise d’accompagnement, rien de mieux que le picodon, un délicieux fromage au lait de chèvre typique de la région. En Appellation d’Origine Protégée, il ne peut être produit qu’en Drôme et en Ardèche. Les habitants le célèbrent en juillet, lors de la Fête du Picodon.

Fiche pratique

Préparez votre séjour avec notre guide en ligne Ardèche, Drôme

Drôme Tourisme

Comment y aller ?

- En train : gare de Valence à 40 minutes de Lyon en TGV, à 2h10 de Paris. À 1h de Marseille, 3h de Genève et 4h de Bruxelles.

- En voiture : par l’A7 et l’A49. À 1h30 de Lyon, 2h de Marseille, 3h de Genève.

- En avion : à 1h30 de l’aéroport de Lyon Saint Exupéry.

Où dormir ?

- Le Domaine du Roc, dans les hauteurs de Saoû. Une ancienne bergerie reconvertie en maison d’hôtes et rénovée avec goût. Vue imprenable sur les monts d’Ardèche. Potager, piscine, terrasse et barbecue à l’extérieur. Un véritable havre de paix. De 130 à 230 euros par chambre.

- Le Dérot Moulinage, à Montclar sur Gervanne. Chambres et table d’hôtes tout près du Vercors. La propriétaire est adorable et excellente cuisinière. Repas à 22,50 euros par personne (entrée, plat, fromage et dessert). Chambre double à 60 euros.

- Camping Gervanne 4 étoiles, à Mirabel-et-Blacons. Au bord de la rivière avec plage de galets. Plusieurs types d’hébergement : tantes lodges, chalets, et dans les arbres.

Trouvez votre hôtel dans la Drôme

Où se régaler ?

- La Treille Muscate, à Cliousclat. Restaurant-hôtel 3 étoiles ouvert depuis 1992, avec parking et jardin. Douze chambres magnifiques avec une vue superbe sur la campagne drômoise. Formule bistrot dans le jardin. Le restaurant propose une cuisine 100% fait maison, avec des produits frais, de saison et locaux.

- L’oiseau sur sa branche, sur la Placette à Saoû : esprit guinguette, terrasse toujours pleine les beaux jours. Ici, le propriétaire ne sert ni Coca ni Ice Tea : uniquement des boissons faites maison, comme l’hibiscus et le thé givré à l’orange.

- La part des anges : 27, rue Archinard à Crest. En plein centre-ville, sur la rue Archinard. Décoration moderne et épurée, mais gastronomie traditionnelle. Excellent rapport qualité-prix.

Texte : Anissa Hammadi

Mise en ligne :

Ardèche, Drôme Les articles à lire

Services voyage