Carte d'identité Thaïlande

- Population : environ 68 millions d'habitants.
- Superficie : 513 120 km² (à peine plus petit que la France).
- Capitale : Bangkok (8,5 millions d’habitants, 14 millions dans le « grand Bangkok »).
- Langues : le thaï (langue tonale, comme le chinois et le vietnamien).
- Monnaie : le baht.
- Religions : bouddhisme (près de 95 %), islam (5 %), christianisme (moins de 1 %).
- Nature du régime : monarchie constitutionnelle à tendance autoritaire.
- Chef de l'État : Maha Vajiralongkorn, proclamé roi sous le nom de Rama X en décembre 2016.
- Premier ministre : le général Prayuth Chan-ocha (depuis août 2014).
- Indice de développement humain : 0,726 (93e rang mondial).

- Monuments classés au Patrimoine de l'Unesco : la ville historique de Sukhothai et les villes historiques associées ; la ville historique d'Ayutthaya ; le site archéologique de Ban Chiang ; le complexe forestier de Dong Phayayen-Khao Yai.

Économie

Traditionnellement agricole, l’économie thaïlandaise, la deuxième plus importante d’Asie du Sud-Est (après l'Indonésie), avec un PIB tournant autour des 400 milliards de dollars, s’est fortement industrialisée depuis les années 1950. Aujourd’hui, même si le Centre et le Nord restent d’importants producteurs maraîchers et fruitiers, l’agriculture et la pêche ne représentent plus que 10 % du PIB (mais occupent 40 % de la population active), contre environ 38 % pour le secteur industriel, et 52 % pour les services.
En 2013, pour la première fois depuis 31 ans, le royaume s’est même fait chiper sa place de premier exportateur mondial de riz, doublé par l’Inde et le Vietnam.

Ce sont donc, désormais, les services (finance, communication, transport et tourisme bien sûr) et l’industrie qui tirent l’économie du pays, notamment l’extraction minière, l’assemblage électronique (informatique notamment) et l’industrie mécanique, sans oublier le textile. Jadis atelier de confection des grandes marques du globe, le pays est aujourd’hui déserté par ces mêmes groupes qui s’envolent vers d’autres pays aux salaires misérables plus cléments. Vive la mondialisation...
Le taux de chômage, si tant est que ce concept ait un sens dans les pays en développement, est très bas (en dessous de 1 %), et le pays accueille au moins 2,5 à 3 millions de travailleurs migrants venus des pays voisins.

Droits de l'homme

Opposition muselée, médias censurés, transition politique reportée : depuis le coup d’État de mai 2014 (le 12e depuis 1932), la junte a solidement conforté ses positions. En mars 2016, le général Prayuth Chan-ocha, qui préside le Conseil national pour la paix et l’ordre – institution dirigeante –, a publié un nouveau décret renforçant encore les pouvoirs des forces armées. L’impunité est plus que jamais de mise, et les exactions se multiplient.
L’intervention de l’armée dans l’administration de la justice s’est encore accrue, et le Conseil conserve la mainmise sur le législatif et l’administratif. Le projet de Constitution promis par la junte a été invalidé en septembre 2015, reportant jusqu’à au moins 2017 un éventuel retour à un État de droit.

L’imbroglio politico-judiciaire qui a conduit à l’intervention de l’armée a été étouffé, mais la braise fume encore. Les « chemises rouges », partisans du clan Shinawatra, sont encore très influents dans les campagnes et dans le nord de la Thaïlande, et s’opposent toujours aux élites monarchistes de Bangkok.
L’homme d’affaires et ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra, renversé par l’armée en 2006, est toujours en exil, mais soupçonné de diriger l’opposition depuis l’étranger. Sa sœur, Yingluck, elle aussi Première ministre lors du coup d’État de 2014, est interdite de territoire et est actuellement devant la justice, pour une affaire de « négligence » dans un vaste programme de subvention de la production de riz. Un procès qui, selon certains observateurs, cache mal les difficultés du régime à réduire les fractures de la Thaïlande.

Le roi Bhumibol, censé assurer l’unité du pays, est très âgé et malade, et sa succession s’avère plus que complexe. Pire, la loi sur la lèse-majesté est systématiquement utilisée pour restreindre toute forme de critique du gouvernement, et peut conduire à des condamnations très lourdes (30 ans de prison pour un message Facebook, par exemple).

Si les troubles dans le Sud – en proie depuis plus de dix ans à des affrontements avec les musulmans – ont un peu diminué en 2015, avec le début de négociations entre le régime et des groupes armés, de graves exactions continuent d’être rapportées.

Services voyage



Forum Thaïlande

Voir tous les messages

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Thaïlande

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Thaïlande

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Thaïlande

Agenda Thaïlande

Thaïlande Les articles à lire