Cuisine, gastronomie et boissons Montréal

Cuisine

Types de cuisines

À Montréal, la gastronomie québécoise traditionnelle a pratiquement disparu des cartes, mis à part quelques plats qui ressortent sur les tables familiales au temps des fêtes.
Mais, au quotidien, on mange la plupart du temps à la mode américaine : hot-dogs, burgers, pizzas, sans oublier les sous-marins, des sandwichs garnis de toutes sortes de choses.
Les pubs et les brasseries se spécialisent dans les bons gros steaks, les copieuses salades à l’américaine, les fish and chips parfois accompagnés de salade de chou (coleslaw).

Mais la gastronomie de Montréal, c’est aussi un choix impressionnant de cuisines ethniques. Grâce à la centaine de nationalités installées en ville (près d’un tiers des habitants de Montréal sont des immigrés), on peut se régaler aussi bien de fajitas mexicaines que de souvlakis grecs, de yakitoris japonais ou de pad thai thaïlandais, sans compter les cuisines éthiopienne, colombienne, coréenne, tibétaine...

Le choix est infini, puisqu’on recense officiellement près de 6 000 restaurants sur l’île de Montréal, dont beaucoup sont influencés par les gastronomies d’un ou plusieurs pays du monde. Et, contrairement à l’Europe, où les cuisines étrangères sont généralement adaptées au goût local, les restaurants montréalais servent des plats aux saveurs très authentiques.

Ces dernières années, on assiste par ailleurs à l’émergence d’une cuisine créative, qui met volontiers en valeur les meilleurs produits locaux : poissons et fruits de mer, agneau, gibier, légumes (enfin du vert !), fromages, baies de saison...

Sur ce plan, la tendance est au bio, et l’influence de la cuisine fusion, apparue sur la côte ouest américaine dans les années 1990, est grandissante. Les produits du terroir se sont mêlés aux influences exotiques au contact des communautés immigrées. Souvent, sucré-salé et notes méditerranéennes dominent. Bien sûr, tout cela coûte plus cher.
La cuisine végétarienne et vegan est également très répandue, et bien plus imaginative qu’en Europe.

Pour les fauchés, on trouve de nombreux stands culinaires (« foires alimentaires » ou food courts) dans les souterrains de la ville et les immenses stations de métro. Toutes les cuisines du monde y sont servies à prix modiques. Loin d’être gastronomique, c’est cependant rapide et bien commode par mauvais temps...
Autre plan pas cher, les dizaines de foodtrucks (« popotes roulantes » en v.f.) qui s’abattent le midi sur le centre-ville pour nourrir les employés de bureau.

- De nombreux restos adoptent la formule « Apportez votre vin ». On vient avec sa propre bouteille achetée à la SAQ (Société des alcools du Québec) du quartier, ce qui a le mérite de ne pas alourdir l’addition.

- Les « tables d’hôtes » au restaurant sont l’équivalent de nos menus complets. On prend un plat de la carte auquel on ajoute entrée et dessert pour 10 ou 12 $ de plus que le prix du place principal.

- Rappel, le pourboire (tip) est obligatoire (15 % est l’usage. Il peut être prélevé directement sur le terminal de cartes de crédit.

Spécialités québécoises

- Parmi les spécialités traditionnelles, citons la tourtière, réalisée à base de différentes viandes et parfois de gibier.
- Durant les fêtes familiales et dans quelques restaurants, on trouve encore les fèves au lard ou les ragoûts de pattes de cochon.
- Les soupes sont très populaires : soupes ou crèmes (veloutés) de légumes, de gourganes (fèves), de palourdes (en chaudrée)...
- Essayez aussi les cretons (l’équivalent de nos rillettes), ou la cretonnade (à base de veau ou de volaille)

- Habitué des restos populaires, le pâté chinois, une sorte de hachis Parmentier auquel on ajoute du maïs.

- Le saumon : frais, en tartare, fumé au bois d’érable, mais malheureusement presque toujours d’élevage - donc très gras, écologiquement et diététiquement très contestable !

- Pour les fruits de mer, mieux vaut choisir des restos spécialisés dans la cuisine de la mer pour éviter les préparations décevantes (fritures en tous genres). On trouve des moules, souvent préparées à la marinière, des pétoncles ou des huîtres, mais généralement à des prix assez salés.

- Le homard reste disponible toute l’année. Généralement bouilli, on le trouve souvent sous forme de guédilles (sandwich dans un pain à hot-dog), de surf and turf, plats de homard et de bœuf gargantuesques, et même de McLobster !

- L’un des plats emblématiques du Québec est la poutine : des frites (molles, assez souvent) sur lesquelles on ajoute du « fromage en crotte » fondu, le tout nappé de sauce brune. Certains restos ont à cœur de revisiter ce plat populaire et roboratif avec des produits de qualité.

- Le Canada a hérité des traditions fromagères des deux pays qui l’ont colonisé : fromages fermes (style cheddar) du côté anglais, affinés à pâte molle pour l’influence française. Parmi les plus connus, citons le Pied-de-Vent, le fleurdelisé, le chèvre de Bouctouche, ainsi que diverses tommes. La plupart sont disponibles dans les grands marchés publics de la ville, ceux de Jean-Talon et d’Atwater, par exemple.

- Le hamburger (ou burger) : comme aux États-Unis, le burger fait un peu figure de plat national ! Évidemment, le choix de la viande est primordial. Pour dévorer un bon burger, ce n’est évidemment pas dans les fast-foods qu’il faut aller, mais dans les vrais restos et les pubs, qui servent d’excellentes viandes tendres et fraîches.
Une remarque cependant : la loi imposant des cuissons strictes aux restaurateurs pour les steaks hachés, les amateurs de viandes bleues seront déçus. C’est toujours servi médium (à point).
Chaque resto propose généralement sa – ou ses – recettes maison, et le burger s’accommode alors à toutes les sauces.
Même les restos végétariens en servent, en remplaçant la viande par des falafels.

Desserts

Au rayon des desserts, noter la tarte au sucre, la tarte aux pécanes (noix de pécan), le gâteau aux carottes et la tarte aux bleuets (sortes de myrtilles) en saison. L’une des spécialités de Montréal est le pouding chômeur.
Au rayon friandises, il faut oser la queue de castor, un beignet plat et allongé nappé au choix de sucre et cannelle, de chocolat ou de beurre d’érable.
Et enfin, les crèmes glacées molles, à tremper dans le chocolat et toutes sortes de sirops multicolores...

Petit déjeuner (« déjeuner »)

Un mot enfin sur le petit déjeuner (« déjeuner » en québécois), l’un des plus copieux que l’on connaisse, et qui se prend volontiers à l’extérieur. À l’image du breakfast américain, il s’agit d’un vrai repas, avec une large variété de plats.
Les œufs d’abord, au plat, brouillés, en omelette, etc., servis avec des toasts beurrés (on dit « rôties ») de pain brun, blanc ou multigrains, et des pommes de terres, du bacon, des saucisses. Dans le genre, le top ce sont les bénédictines, des œufs pochés, allongés sur un petit pain rond toasté et nappés de sauce hollandaise, avec le plus souvent du jambon grillé ou du saumon fumé, mais on en trouve moult déclinaisons.
Autre classique, les bagels , petits pains en forme d’anneaux, à la mie compacte (moelleux à l’intérieur, croustillant dehors), servis soit simplement tartinés de fromage frais, soit garnis de tout et n’importe quoi.
Au rayon sucré, le trio gagnant c’est crêpes, pancakes et pain doré (pain perdu), à napper de sirop d’érable.
L’ensemble s’accompagne en général de fruits frais. Dans la plupart des restos servant le petit déj (certains ne font que ça), le café, servi à volonté, est inclus avec le plat.

Dépanneurs

Ce sont des épiceries de proximité. Très pratiques, elles sont, comme chez nous, nettement plus chères que les supermarchés, mais ont l’avantage d’être ouvertes tard le soir et tôt le matin (généralement de 6h à 21h-22h). Pour dépanner, quoi ! Certains dépanneurs de la chaîne Couche-Tard sont même ouverts 24h/24.

Boissons

Bières

Le Québec est un gros producteur de bière. C’est l’intendant champenois Jean Talon qui, en 1668, produisit la première bière à Québec !

La Molson Canadian, l’une des plus répandues, trouve ses origines à Montréal au XVIIIe siècle. Autre incontournable, la Labatt Blue. Ces deux énormes brasseries se partagent la plus grande part du marché.
Mais, si vous êtes un amateur de bières, ce qui retiendra votre attention, ce sont les microbrasseries qui ont le vent en poupe, comme la Belle Gueule, brassée au cœur du Plateau Mont-Royal. Une parmi d’autres, ces bières semi-artisanales étant désormais innombrables. Puisqu’il est de fait impossible de connaître toutes les marques, on choisira plutôt sa bière en fonction de son type.

Les ale sont des bières de haute fermentation, à plus haute teneur en alcool : de la moins maltée à la plus maltée, vous trouverez la pale ale dont la fameuse I.P.A., soit Indian Pale Ale, amère et très houblonnée, l’amber ale ou encore la brown ale.
Les lagers, blondes ou ambrées, sont des bières de fermentation basse, moins alcoolisées.

Café

La plupart des bons restos et coffee shops sont désormais dotés de percolateurs ou de cafetière à boule Cona. Les coffee shops, souvent pourvus d’une terrasse, sont la version nord-américaine de nos cafés. On s’y arrête pour prendre un espresso, un cappuccino ou un caffè latte, éventuellement assorti d’un muffin ou d’un scone. Pratique, car on en trouve partout en ville, souvent avec un cadre chaleureux.

Légalité

Les bars sont interdits au moins de 18 ans, impossible donc d’y emmener vos enfants boire un coup avec vous. En général, on vous laissera quand même vous installer à l’extérieur s’il y a une terrasse (mais pas garanti).

Services voyage



Forum Montréal

Voir tous les messages
Restos et gastronomie

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Restos et gastronomie Montréal

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Montréal

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Montréal

Agenda Montréal

Montréal Les articles à lire