Histoire Marrakech

Les Almoravides

Le premier campement, entouré d'une enceinte de branchages, fait progressivement place à quelques constructions solides autour d'une kasbah et d'une mosquée. Youssef ben Tachfin, cousin d'Abou Bekr, aménage des canaux d'irrigation et fait creuser des puits reliés par des conduits souterrains (khettara) pour alimenter le site en eau.

La ville acquiert pendant plusieurs siècles le statut historique de capitale méridionale du Maghreb. En 1062, Youssef ben Tachfin s'empare de Fès, de Meknès et de Taza. En 1086, il débarque à Algésiras et étend son empire jusqu'à Lisbonne et Tolède. Son fils Ali (1107-1144), qui lui succède à 23 ans, entoure Marrakech d'une véritable ceinture de remparts en pisé, percés de portes monumentales. Il perfectionne le système d'alimentation hydraulique, construit les premières fontaines publiques et développe les cultures en créant de nombreux vergers. Grand amateur d'art et d'architecture, le jeune monarque fait appel à des artistes andalous qui dotent sa capitale de magnifiques édifices. Musiciens, savants, écrivains et artistes divers se succèdent à sa cour.

Ibn Toumert, choqué par le faste de cette cour et par le déclin religieux du royaume, prêche une réforme pour le rétablissement d'une foi pure. Avec quelques compagnons, il fonde une confrérie appelée les Almohades. Le souverain consolide le système défensif des remparts de Marrakech.
Cette précaution n'empêche pas Abd al-Moumin ben Ali, disciple préféré et successeur d'Ibn Toumert, de s'emparer de la capitale, en 1147. Ses troupes fanatiques la pillent, exécutent une partie de la population. C'est la fin de la dynastie almoravide. De toutes les splendeurs de cet âge d'or, il ne reste plus que de rares vestiges, comme la koubba.

Les Almohades

Abd al-Moumin ben Ali, le nouvel émir de la dynastie almohade (1144-1163), établit sa capitale à Marrakech où il fait construire la Koutoubia (1157), la plus grande mosquée du Maghreb, et dessiner un verger qui deviendra le jardin de la Ménara.

Abou Yacoub Youssef (1163-1183), son fils, poursuit l'œuvre de bâtisseur. Il rassemble à sa cour de Marrakech un grand nombre d'artistes, d'historiens et de savants.

Son fils Yacoub (1184-1199), né d'une esclave noire, dote Marrakech d'une nouvelle mosquée, celle de la Kasbah, encore visible aujourd'hui. Sous son règne, la capitale maghrébine se couvre de palais, d'édifices civils et religieux, et de jardins. Le commerce est florissant et la ville se développe considérablement. On agrandit les murailles que l'on perce de nouvelles portes.

Le déclin

Mais sa mort, en 1199, marque la fin de son empire et le déclin de Marrakech. Son fils, Mohammed en-Nacir (1199-1213), né de mère chrétienne, préfère s'établir à Fès. S'ouvre alors une longue période de troubles. Les provinces regagnent leur indépendance et Marrakech n'est plus la superbe capitale de jadis.

En 1269, Abou Youssef Yacoub, chef de la tribu des Beni-Merine, profitant des divisions des Almohades, s'empare de la ville et transfère sa capitale à Fès-el-Jédid, c'est-à-dire la « ville nouvelle ». Les Almohades tenteront bien de résister encore. Mais leur dynastie s'éteint en 1276. Elle aura réussi, en moins d'un siècle, à faire de Marrakech la ville la plus grande et la plus peuplée du pays. La ville entame une période de léthargie de plus de 250 ans.

Les Saadiens

En 1524, le sultan saadien Ahmed Aredj rétablit Marrakech comme capitale. La ville retrouve progressivement sa splendeur. La conquête de nouveaux territoires assure à Ahmed el-Mansour le contrôle de tout le commerce caravanier entre le fleuve Niger et le Maroc. L'or du Soudan qui entre dans ses caisses lui permet de réaliser de somptueuses constructions.
À sa mort, Marrakech va être à nouveau délaissée. Moulay Ismaïl (1646-1727) préfère Meknès comme capitale. Le palais El-Badi est démantelé et les tombeaux saadiens sont murés.

Moulay Hassan, un des fils du roi Sidi Mohammed ben Abdellah, agrandit le dar El-Beida, « la maison Blanche », pour y installer son harem dans le jardin de l’Agdal. Le grand chambellan de moulay Abdel Aziz se fait construire le palais de la Bahia, « la Merveilleuse ». Son frère, plus modeste, se contentera d’édifier le dar Si-Saïd, transformé de nos jours en musée d’Art régional. Les jardins de l’Agdal et de la Ménara sont replantés.
Mais Marrakech se dépeuple progressivement.

Le renouveau

Sous le protectorat français, la ville perd définitivement son rang de capitale. Le maréchal Lyautey, commissaire résident général de 1912 à 1925, lui préfère Rabat. Il tient cependant à préserver le patrimoine artistique des Marrakchis. La vieille cité sera conservée intacte. On dit même que Lyautey entra dans une violente colère lorsqu'il découvrit la première construction en béton (un café) sur la place Jemaa-el-Fna.
Henri Prost, architecte urbaniste, a pour mission d'édifier à proximité une ville nouvelle pour les Européens : Guéliz. Ses constructions doivent être de la même couleur ocre rouge que celle de la médina.
Avec sa population de près d'un million d'habitants, Marrakech est aujourd'hui la 4e ville du pays. Avec le développement du tourisme, la ville a retrouvé une nouvelle jeunesse au XXe siècle grâce à la vogue de l'exotisme et des voyages : de palais en jardins, de riad en soirées folles, la mode lancée il y a déjà plusieurs décennies par quelques happy few allait contribuer au développement fulgurant du tourisme en ce début de XXIe siècle.

Services voyage



Forum Marrakech

Voir tous les messages

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Marrakech

Vos discussions préférées du forum Marrakech

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Marrakech

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Marrakech

Agenda Marrakech

Marrakech Les articles à lire