Santé et sécurité Cuba

Santé

Assurance maladie

Il est obligatoire pour les voyageurs de souscrire à une police d'assurance couvrant les éventuels frais médicaux et de rapatriement.

Cette attestation est délivrée gratuitement par les assureurs et les organismes de cartes de paiement.

> Découvrez les assurances voyages Routard Assurance.

Routard Assurance - AVI International

Consultez notre dossier pratique : Comment faire le bon choix dans les assurances voyages ?

Le système de santé cubain

La santé publique est l'une des grandes réussites du socialisme cubain, accessible à tous et complètement gratuite. Et les résultats font l'admiration de beaucoup de spécialistes. En 2014, Cuba a atteint un taux de mortalité infantile le plus faible de son histoire : 4,2. C’est également le taux le plus faible de toutes les Amériques.

L’espérance de vie moyenne est de 78,7 ans (en hausse) et il existe un médecin de famille pour 148 habitants !

C'est fou le nombre d'hôpitaux et dispensairesque l'on trouve dans ce pays ! Il existe une industrie pharmaceutique performante, notamment dans le domaine de l’immunologie moléculaire. La communauté scientifique internationale s’intéresse aujourd’hui avec enthousiasme au CimaVax, un vaccin 100 % cubain qui semble très efficace pour la protection et même la guérison des patients atteints par un cancer du poumon ! Il pourrait même être utile pour d’autres pathologies cancéreuses. Le plus incroyable ? Son coût. Chaque dose revient à environ 1 US$ !

Les médecins sont eux aussi réellement compétents. On trouve des cliniques internationales (avec pharmacie) dans toutes les stations balnéaires et les principales villes. À La Havane, vous pourrez par exemple vous rendre en toute confiance à la Clínica Central Cira García. Sachez que les soins, ici comme ailleurs, sont payants pour les touristes, mais ils sont en général remboursés par la Sécurité sociale en France.

Ailleurs, les pharmacies (farmacia) sont souvent en rupture de stock... Emportez donc vos médicaments, un bon répulsif antimoustiques et des crèmes solaires. Côté pratique, on conseille aussi d’apporter des préservatifs « européens » car les condones de fabrication locale sont de piètre qualité...

Vaccins et maladies

Cuba est l'une des régions des Caraïbes les plus saines après les Antilles françaises. Aucun vaccin n'est obligatoire. Cependant, on peut recommander quelques vaccins classiques pour tout voyageur en provenance de l'hémisphère Nord.

- Les vaccins « universels » doivent être à jour : tétanos, polio, diphtérie, hépatite B et coqueluche.

- Il ne serait pas raisonnable de partir pour Cuba sans être protégé contre la typhoïde et surtout l'hépatite A.

- La fièvre jaune a été éradiquée.

- Comme partout dans les Caraïbes, le sable des plages fréquentées par des chiens présente un risque de larva migrans (dermatite linéaire rampante), pas très grave mais gênante et qui provoque des démangeaisons.

Moustiques, jejenes, soleil et... noix de coco

Il n’y a pas de paludisme à Cuba. Si les autorités conduisent régulièrement de grandes campagnes de démoustication, il est impératif de se protéger des moustiques qui sont nombreux et agressifs en été. Ils peuvent transmettre des maladies graves, comme la dengue, très installée, le chikungunya et le virus zika, eux aussi désormais répandus dans toutes les Antilles. Tous présentent des symptômes similaires à la grippe, additionnés de douleurs articulaires et/ou d’éruptions cutanées.
Il n’existe de traitement préventif pour aucun des trois, ni d’ailleurs de traitement : on n’agit que sur les symptômes. En cas de doute, ne prenez pas d’aspirine, contrindiquée pour la dengue.

- Conseils élémentaires : prenez l'habitude de porter des vêtements couvrants aux heures et périodes sensibles. Sur les zones de peau restées découvertes, appliquez un répulsif antimoustiques. On vous indique une gamme conforme aux recommandations du ministère français de la Santé : Insect Ecran Adulte (DEET 50 %), ou encore Cinq sur Cinq.

- Autre nuisance pour le routard amateur de bronzette, les jejenes (mouches de sable) attaquent parfois sur certaines plages. C'est le cas à Ancón (région de Trinidad) et à María la Gorda notamment. Ce sont des insectes minuscules, mais particulièrement agressifs, surtout avant que le soleil ne chauffe et quand il commence à descendre. Leurs piqûres peuvent provoquer des démangeaisons sévères durant plusieurs semaines pour les peaux délicates. Et le problème est qu'on ne les sent pas immédiatement.

- Le soleil est un ami dont il faut se méfier : ça tape dur sous les tropiques, même à travers les nuages. Enduisez-vous de crème protectrice dès votre arrivée et n'oubliez pas de vous couvrir la tête !

- Autre chose qui peut éventuellement taper dur : les noix de cocos. Sur les plages, évitez de vous mettre à l'ombre des cocotiers ou bien secouez-les avant !

Hygiène alimentaire

L'hygiène de l'eau et de l'alimentation serait officiellement parfaite. Émettons une suspicion légitime, et, par mesure de sécurité :

- ne consommez les fruits et légumes que s'ils peuvent être pelés, s'ils ont été dûment lavés ou, bien sûr, s'ils sont cuits.

- Exigez que les viandes soient bien cuites et servies bien chaudes. De toute façon, on ne conseille pas vraiment la viande à Cuba, car le système de la chaîne de froid n’est pas toujours respecté – et en plus elle est rarement très bonne...

- Pas de problème pour les poissons consommés dans les restaurants, mais ne pas manger, sans avis autorisé, l'éventuel produit de sa pêche : risque d'empoisonnement (ciguatera) par des grands poissons comme le barracuda, la carangue, la murène ou le mérou, comme dans toutes les Caraïbes.

- Consommez sans modération les délicieuses langoustes cubaines et tous les autres crustacés, mais abstenez-vous de manger des coquillages (sauf s'ils sont pêchés loin des côtes).

- Lait et dérivés sont OK s'il s'agit de produits industriels.

- Si l'eau du robinet n'est peut-être pas dangereuse, on la déconseille quand même. Comme dans tous les pays d'Amérique latine, mieux s'en tenir à l'eau minérale en bouteille capsulée.

Sécurité

On se sent globalement très en sécurité à Cuba. Durant de longues années, l’île n’a connu pratiquement aucun problème. Avec l’arrivée du tourisme de masse, les choses ont toutefois un peu changé. Vos CUC intéressent les nouvelles générations, à commencer par les jineteros, petits arnaqueurs spécialisés dans le harcèlement touristique. Leur but ? Toucher des commissions en vous emmenant dans telle ou telle casa particular, tel ou tel paladar. Ils peuvent se montrer très insistants et imaginatifs : certains font semblant d’être les proprios des casas en se postant devant, un trousseau de clef en mains, et inventent un prétexte fallacieux pour vous emmener ailleurs ! D’autres poursuivent les touristes en voiture de location avec leur vélo ou leur moto, leur vendent de faux cigares, etc. Ces jineteros sévissent principalement dans les sites touristiques et autour des places principales des grandes villes. On nous signale quelques cas de détroussage de touristes, dans le centre de La Havane notamment, mais globalement les agressions restent extrêmement rares. Évitez juste de vous promener seul(e) la nuit tard dans des quartiers comme Centro Habana. La police est très présente et vous pouvez compter sur son appui. Si vous êtes victime d’un vol, faites établir un rapport de police. Et exigez un double de votre dépôt de plainte (pas toujours facile à obtenir). Votre assureur vous le demandera.

- Chez l’habitant : il n’y a pratiquement jamais de vols dans les casas particulares. De plus en plus souvent, les chambres sont équipées de coffres individuels (caja fuerte).

- À l’hôtel : dans beaucoup d’hôtels de catégories moyenne et supérieure, il y a aussi des coffres à la réception ou de petits coffres à digicode dans les chambres.

- Dans la rue : règle de base, n’ayez rien à vous faire voler, et on ne vous volera rien. Les Cubains ont de réels problèmes matériels, et le comportement de certains étrangers frise parfois la provocation ! Une seule règle : pas d’ostentation (ne sortez pas votre argent en liasse dans la rue, par exemple !), et quand vous allez vous promener, prenez seulement l’argent dont vous avez besoin et (de préférence) une copie de votre passeport.

- Dans les commerces et les restaurants : toujours bien se faire préciser le prix avant de consommer, que ce soit un mojito ou une bouteille d’eau, et vérifiez les additions et la monnaie qu’on vous rend. Demander systématiquement un reçu, ça évite les abus. Dans les notes, vous constaterez parfois des erreurs. Volontaires ou vraie méprise ? Disons que chacun fait ce qu’il peut pour améliorer son quotidien...

- Dans les bars dansants, les boîtes et discothèques : être davantage vigilant car la foule attire les petits voleurs de nuit.

- Les vols de vélos sont courants : si vous comptez en louer un, pensez à demander un antivol à votre loueur !

- Si vous êtes en voiture : fermez toujours portes et fenêtres et évitez de laisser le véhicule la nuit sans surveillance. Beaucoup de casas particulares ont un garage ou connaissent quelqu’un qui en a un, voire s’en remettent à un gardien qui passe la nuit dans la rue. Il en coûte en général 2 ou 3 CUC.

- On constate, tristement, le développement de l’arnaque à la « confiance ». En gros, vous êtes banalement abordé par un jeune couple ouvert et sympa qui vous demande d’où vous venez, si vous aimez Cuba, etc. La conversation se prolonge de façon conviviale, souvent au bar où... vous risquez de payer les consommations plus chères.
Parfois, c’est un prétexte pour vous vendre de faux cigares, vous demander des vêtements, de l’argent ou vous amener à une prétendue bonne adresse (ou toute autre combine !).
Après quelques jours sur l’île, on apprend à se méfier de la formule « ¿ de que país ? »...

- Mentionnons aussi le coup du « service rendu » par un Cubain serviable (ou encore un couple), qui se propose de monter avec vous en voiture pour vous indiquer le chemin et qui tentera de vous extorquer un paquet de CUC à l’arrivée pour lui payer le taxi retour...
On a aussi entendu parler de certains auto-stoppeurs qui profitent d’un arrêt dans une station-service ou un bourg qu’ils connaissent pour signaler un pneu à plat (en fait, crevé par leurs soins)... Comme par hasard, ils connaissent quelqu’un qui peut effectuer rapidement la réparation (au prix fort !).

- Ces petites et moyennes arnaques, essentiellement présentes dans les zones les plus touristiques, peuvent naturellement gâcher les rapports avec les Cubains et développer un sentiment de méfiance. On finit par se demander à chaque fois : qu’y a-t-il derrière cette chaleureuse rencontre ? Que cache une telle gentillesse ? Il serait pourtant dommage de se priver de la richesse des rapports humains et culturels avec les Cubains. D’autant que, croyez-nous, nous en avons rencontré plein qui nous ont donné un coup de main pour rien, avec le sourire et en refusant même tout pourboire ou geste de remerciement.

- À noter enfin, à La Havane : des papis et des mamies en costume créole, cigare au bec, posent pour les touristes. Mais là, évidemment, ils attendent une petite rétribution... Normal.

- Jineteras : étymologiquement, une jinetera est une « cavalière ». Autrement dit, une fille qui accompagne un garçon. Vous remarquerez la pudeur du terme, pour ne pas parler de prostitution. Véritable phénomène de société apparu avec l’expansion du tourisme, les jineteras étaient encore omniprésentes il y a quelques années. Chassées et punies par la police, elles se font bien plus discrètes ces derniers temps. Sous ce terme de jineteras on trouve la prostitution « à l’ancienne », claire et évidente, dans les bars et les boîtes. Les femmes qui vous repèrent vous lancent des œillades bien appuyées et sans équivoque. Ne perdez pas le nord.

Il y a aussi la rencontre plus classique, dans la rue ou lors d’un cours de salsa ou dans une salle de concerts. Cette jinetera-là a un autre désir. Elle rêve d’une vraie relation, d’un mariage pourquoi pas, de billet sans retour pour une vie hors de Cuba... Vous devenez alors le novio, le fiancé qu’elle présente aux frères et sœurs, aux parents – lesquels font mine d’ignorer d’où vient l’argent qui a permis d’acheter l’écran plat ou le beau frigo...

À la jinetera correspond son pendant mâle, le pinguero. À ne pas confondre avec le jinetero, dont on parle plus haut.

Équipez-vous pour votre voyage

Consultez la boutique du voyageur pour bien préparer vos vacances, vos week-ends, vos séjours : Tous les Guides du Routard, les produits santé & hygiène pour le voyage, le matériel Rando & Trek, les bagages et sacs à dos, Équipement & Vêtements voyage, Accessoires de voyage, mais aussi les produits Insolite & idées cadeaux pour voyageurs...

Services voyage



Forum Cuba

Voir tous les messages
Santé et sécurité

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Santé et sécurité Cuba

Vos discussions préférées du forum Santé et sécurité Cuba

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Cuba

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Cuba

Agenda Cuba

Cuba Les articles à lire