Canada : Sunshine Coast, la Colombie-Britannique côté mer

Canada : Sunshine Coast, la Colombie-Britannique côté mer
Skookumchuck Narrows © edb3_16 - stock.adobe.com

De superbes fjords et des baies majestueuses, des plages s’étendant à l’infini, de coquets villages de pêcheurs et des îles posées sur le bleu de l’océan, sur fond de montagnes enneigées… Tel est le tableau idyllique de la Sunshine Coast, une région aussi belle que méconnue de l’Ouest canadien, à seulement 40 km au nord-ouest de Vancouver.

Peu fréquentée et totalement hors des sentiers battus, la Sunshine Coast est une destination idéale pour déconnecter et communier avec la nature vivifiante de la Colombie-Britannique, entre randonnée en forêt et sortie en mer. Avec, le plus souvent, ce privilège, de plus en plus rare aujourd’hui, d’avoir de splendides paysages uniquement pour soi ou presque…

En raison de l'épidémie de Covid-19, les frontières du Canada sont fermées jusqu'au 30 septembre aux non-résidents (sauf cas exceptionnels). Plus d'infos sur le site officiel du tourisme au Canada.

La Sunshine Coast : l’Ouest canadien hors des sentiers battus

La Sunshine Coast : l’Ouest canadien hors des sentiers battus
Ferry en route pour Gibsons © edb3_16 - stock.adobe.com

C’est l’un des secrets bien gardés de l’Ouest canadien, connu des habitants de Colombie-Britannique mais très peu des touristes : la Sunshine Coast, située à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de Vancouver. Un petit coin de paradis canadien, qui s’étend sur 177 km le long du détroit de Georgia, entre les deux majestueuses baies de Howe Sound et Desolation Sound.

Liée à la mer, la Sunshine Coast est relativement isolée. Elle ne se rejoint qu’en ferry depuis Vancouver, via le port de Horseshoe Bay. À son extrémité nord, la région n’est également accessible que par la voie maritime (ferry Comox – Powell River).

Une seule route (Highway 101) dessert le territoire, lui-même divisé en deux par un fjord d’une centaine de kilomètres, le Jervis Inlet. On le traverse grâce au ferry entre Earl’s Cove et Saltery Bay qui relie les deux portions de la côte : celle du sud, plus balnéaire, et celle du nord, plus sauvage et beaucoup moins peuplée, où se trouve le sentier de randonnée Sunshine Coast Trail.

Tin Hat cabin sur le Sunshine Coast Trail © edb3_16 - stock.adobe.com

Avec pour arrière-plan la chaîne des Coast Mountains, l’étroite bande côtière de la Sunshine Coast présente une façade maritime très découpée, ponctuée de caps, de baies, de bras de mer (inlet), de rivières à saumons, de fjords et de longues plages essentiellement de galets.

Outre un cadre naturel exceptionnel, la Sunshine Coast jouit d’un climat nettement plus ensoleillé (d’où son nom) que le reste de la Colombie-Britannique – avec 2 400 h de soleil et tout de même 940 mm de précipitations par an. Même si ce n’est pas les Baléares, la Sunshine Coast peut se vanter de posséder le climat le plus doux du Canada, et les températures y sont rarement négatives.

Gâtée par la nature, la région est recouverte d’une magnifique forêt, composée surtout de pins de Douglas, d’épicéas, de thuyas (red cedar) et d’arbousiers, et compte plusieurs parcs naturels. C’est donc un paradis pour les randonneurs et les amateurs d’activités en plein air (VTT, kayak, pêche, plongée, escalade, paddle, observation de baleines…).

La Sunshine Coast, au fil de ses ports et de ses villages

La Sunshine Coast, au fil de ses ports et de ses villages
Gibsons © edb3_16 - stock.adobe.com

À vol d’oiseau, Vancouver, la 3e ville du Canada, se trouve à une vingtaine de kilomètres. Et pourtant elle semble bien loin, se dit-on en accostant en ferry sur la Sunshine Coast. Aucune route ne conduit ici et, même si on se trouve toujours sur le continent, un parfum insulaire imprègne les lieux.

Territoire traditionnel des Premières Nations Squamish (Skwxwú7mesh), Sechelt (Shíshálh), Sliammon (Tla’Amin) et Klahoose, la Sunshine Coast ne compte que 50 000 habitants, regroupés dans quelques petites villes et ports de pêche bien tranquilles.

Avec son atmosphère très relax, la région est plébiscitée par pas mal d’artistes, d’alternatifs, d’amoureux de la nature, mais aussi des retraités et d’autres déconnectés volontaires de la modernité. La Sunshine Coast serait d’ailleurs, selon le quotidien québécois La Presse, la région canadienne qui compte le plus d’artistes par habitant.

Le site offre une remarquable qualité de vie, à savourer dans ses petits villages et ports de pêche. Le premier d’entre eux en venant de Vancouver, Gibsons, a d’ailleurs été élu en 2009 « communauté de moins de 20 000 habitants la plus agréable à vivre du monde » (LivCom Awards, soutenu par l’ONU) !

Gumboot Café © Jean-Philippe Damiani

Il faut dire que Gibsons (4 600 hbts) a de quoi séduire, avec ses pittoresques maisons en bois à flanc de colline face à la baie Howe, ses cafés, ses petites boutiques, son intéressant Sunshine Coast Museum, ses galeries d’art… et ses trois micro-brasseries, dont Persephone Brewing Company. Un endroit sympa et original, qui est à la fois une ferme et une brasserie, où l’on vous conseille vivement d’aller prendre une petite mousse.

Apprécié des Vancouverois pour le week-end, Gibsons donne envie d’y poser ses valises pour un certain temps… à moins qu’on ne préfère s’arrêter 10 km plus loin, à Roberts Creek : une communauté moins bobo et plus « roots », sans doute la plus alternative et arty de la Sunshine Coast.

Pour prendre le pouls des lieux, rendez-vous au Gumboot Café, un temple granola qui semble n’avoir pas bougé depuis les années 70. Kale, quinoa, muesli, wraps et bière artisanale sont évidemment au menu. En sortant, sur la place principale du village qui consiste en quelques bâtiments en bois au cœur de la forêt, on trouve un cours de yoga, des galeries d’art, une épicerie bio, une bibliothèque et la boutique « Infinity Chill Out Joint » spécialisée dans les produits à base de cannabis !

Madeira Park © edb3_16 - stock.adobe.com

Autre endroit particulièrement sympa à une cinquantaine de kilomètres de là : Pender Harbour, une communauté de 3 000 habitants regroupant 4 villages (Madeira Park, Garden Bay, Kleindale et Irvines Landing) bâtis sur une baie très découpée et surplombée de montagnes.

S'étendant sur un entrelacs de bras de mer, de criques, de lacs et d’îlots, Pender Harbour évoque une sorte de « Venise canadienne » où le bateau reste encore le meilleur moyen de transport. D’ailleurs, la route n’existe ici que depuis les années 60…

L’ancien port de pêche abrite désormais une marina chic (et chère) où une certaine Joni Mitchell possède une résidence secondaire depuis les années 70. On la comprend, Pender Harbour est un superbe lieu de villégiature.

Patricia Theatre © Jean-Philippe Damiani

Une fois franchi le Jervis Inlet en ferry, la partie nord de la Sunshine Coast, nettement moins habitée, se fait beaucoup plus sauvage. Pourtant, en arrivant à Powell River (13 000 habts), l’imposante silhouette d’une cheminée d’usine surprend le voyageur : elle appartient à ce qui fut au début du 20e s la plus grande usine de pâte à papier du monde.

De 1910 à 1930, Powell River s’est développée rapidement autour de l’usine avec la construction de quelque 400 demeures, hôtels et édifices reflétant la prospérité de la ville, dont le Patricia, plus ancien cinéma encore en activité du Canada. Aujourd’hui, l’Historic Townsite constitue un patrimoine exceptionnel de l’époque, classé parmi les quartiers historiques nationaux du Canada (National Historic District).

Certains bâtiments ont d’ailleurs changé de vocation : un ancien entrepôt d’usine abrite désormais le Townsite Market, l’ancien palais de justice est devenu un hôtel rétro et cosy (Old Courthouse Inn) et le bureau de poste a été transformé en micro-brasserie : la Tonwsite Brewing, qui produit parmi les meilleures bières artisanales de Colombie-Britannique. Le brasseur, un sympathique Belge, est un fin connaisseur du houblon. Halte obligatoire, après avoir crapahuté dans les magnifiques alentours de Powell River, en randonnée, VTT ou kayak.

Jervis Inlet : un majestueux fjord canadien, format XXL

Jervis Inlet : un majestueux fjord canadien, format XXL
Jervis Inlet © edb3_16 - stock.adobe.com

Une merveille naturelle partage la Sunshine Coast en deux : le gigantesque bras de mer de Jervis Inlet qui s’enfonce dans les terres de Colombie-Britannique sur près de 100 km. Flanqué des falaises abruptes et des sommets des Coast Mountains, le Jervis Inlet, dont la profondeur atteint par endroits 670 m, fait penser aux fjords de Norvège en version XXL, encore plus majestueux.

On peut avoir un aperçu du Jervis Inlet en prenant le ferry qui relie les deux rives de la Sunshine Coast, entre Earl’s Cove et Saltery Bay. Mais, pour l’explorer vraiment, il faut faire une croisière (5 h environ) au départ d’Egmont, car aucune route n’y mène. L’expérience, inoubliable, mérite à elle seule le voyage sur la Sunshine Coast.

Par beau temps, les sommets enneigés se détachant au-dessus des eaux foncées du fjord offrent un tableau des plus spectaculaires. Quand ils sont recouverts par la brume, le Jarvis Inlet, avec son tracé anguleux et ses multiples criques aux reflets métalliques, se fait mystérieux.

Pratiquement inhabité et sculpté par les glaciers, cet ancien territoire de la Première Nation Sechelt, parfois traversé par des baleines ou des otaries, évoque une terre inexplorée, comme un paysage de matin du monde. Solitaire, grandiose et fascinant.

Princess Louisa Inlet © Miki - stock.adobe.com

La balade en bateau conduit sur les eaux opaques du Princess Louisa Inlet, un mini fjord dominé par les Coast Mountains (qui culminent ici à 2 100 m). D’une beauté à couper le souffle, ce bijou d’à peine 8 km de long, aux eaux lisses et miroitantes (200 m de profondeur), est entouré de massives falaises de granite striées de dizaines de cascades.

Au fond du Princess Louisa Inlet, la cascade des Chatterbox Falls (40 m) dévale dans les eaux du fjord. Juste à côté, un ponton conduit à un sentier d’interprétation qui s’enfonce dans la forêt de pins de Douglas. Le site fait partie du parc provincial maritime Princess Louisa, qui englobe également les chutes James Bruce (840 m), les plus hautes du Canada et les 8e du monde. Fabuleux.

Lund et Desolation Sound : le grand frisson, au bout de la route

Lund et Desolation Sound : le grand frisson, au bout de la route
Port de Lund © Jean-Philippe Damiani

C’est sur le petit port de Lund (300 habitants), à 57 km au nord du Jervis Inlet, que la Highway 101 achève sa course dans la mer. Seul le bateau permet de se continuer vers le nord. Nous voici au bout du monde…

Situé sur le territoire de la Nation Tla’Amin, Lund abrite une petite marina entourée d’une promenade en bois, de quelques maisons de bois, boutiques et restos.

Les activités de plein air sont légion. On peut faire de la randonnée, pratiquer la plongée ou du kayak dans les Copeland Islands voisines, partir en mer en zodiac afin d’observer des otaries, lions de mer et, de mai à octobre, des baleines et des orques. De fin août à octobre, des tours d’observations de grizzlys dans leur habitat naturel sont organisés dans le fjord de Toba Inlet.

Kayak à Desolation Sound © Destination BC - Andrew Strain

Près de Lund, deux sites méritent le détour. Facilement accessible en bateau-taxi depuis Lund, Savary Island possède de belles plages de sable blanc, surprenantes sous ces latitudes. Grâce à un courant, l’île se targue de bénéficier des eaux les plus chaudes au nord du Mexique. Site protégé, Savary Island compte très peu d’hébergements et la plupart des visiteurs vient y passer la journée.

Autre site majeur de la région : la fameuse Desolation Sound, l’une des plus belles baies de Colombie-Britannique qui s’étend sur 84 km2 et dont Lund est la porte d’entrée. Bordée à l’ouest par les îles de l’archipel Discovery, cette immense baie forme un fascinant labyrinthe maritime composé de passages, de bras de mer, d’île, de criques et de péninsules boisées, dessinant une côte déchiquetée sur fond de montagnes aux sommets enneigés.

Paradis des kayakeurs et des plongeurs, Desolation Sound est protégée par un parc naturel marin où l’on peut camper sur des terrains aménagés. Seul – ou presque – face à l’immensité.

Randonnées sur la Sunshine Coast

Randonnées sur la Sunshine Coast
Vue depuis Soames Hill © Jean-Philippe Damiani

Terrain de jeu de plongeurs, des kayakeurs et des pêcheurs, la Sunshine Coast propose également de nombreuses activités à ceux qui préfèrent le plancher des vaches. La région compte plus de 800 sentiers pédestres et cyclables (vélo et VTT) de tous niveaux, de la courte balade d’une heure ou trek de plusieurs jours.

Parmi les randonnées faciles, l’ascension de Soames Hill (40 min de marche) à Gibsons permet d’admirer une fois au sommet un magnifique panorama sur la côte, la majestueuse baie de Howe Sound, les îles du détroit de Georgia et Vancouver Island.

Autre parcours sans difficulté, le sentier de Smuggler Cove (3 km, 1 h) fait traverser l’écosystème du parc marin de Smuggler Cove avec sa forêt pluviale (spectaculaires arbousiers) et un marécage, avant de longer la côte rocheuse. En chemin, il n’est pas rare d’apercevoir de nombreux oiseaux et de petits rongeurs, dont des castors.

Plus difficiles et assez escarpés, les chemins de Pender Hill (2 km, 1 h 15) et Mount Daniel (5 km, 2 h 30) offrent, quant à eux, un splendide panorama sur les criques et les marinas de Pender Harbour qu’ils surplombent de plusieurs centaines de mètres.

Sur le Sunshine Coast Trail © edb3_16 - stock.adobe.com

Parmi les autres randonnées recommandables, celle de Skookumchuck Narrows Provincial Park (4 km, 1 h), près d’Egmont, permet d’observer des rapides de marées. Un phénomène naturel particulièrement spectaculaire : deux fois par jour, le flux d’eau de mer change de direction sous l’effet de la marée, inversant la direction des rapides et formant de puissants tourbillons à l’intérieur d’un étroit passage maritime reliant la mer et le fjord de Sechelt Inlet. Quelque 760 millions de m3 d’eau sont injectés comme un entonnoir dans ce petit canyon maritime où les marées peuvent atteindre 3 m ! (voir vidéo ci-desous)

Mais le must absolu de la région reste le Sunshine Coast Trail : un sentier de 180 km qui parcourt les montagnes de la partie nord de la Sunshine Coast entre Saltery Bay et le Desolation Sound (Sarah Point). Le trek (compter 10-12 jours), qui offre de beaux points de vue sur la région, est balisé et équipé de 12 refuges et terrains de camping. Pour les amateurs de randonnée au long cours, une expérience à coup sûr mémorable…

Fiche pratique

Consulter notre guide en ligne Canada

Destination Canada : site officiel du tourisme au Canada

Sunshine Coast Tourism : site de l’office du tourisme de la Sunshine Coast

Hello BC : office de tourisme de la Colombie-Britannique

Comment y aller ?

Vols directs vers Vancouver depuis Paris-CDG avec Air France, Air Canada et Air Transat. Trouvez votre billet d’avion.

De Vancouver, il faut se rendre à Horseshoe Bay (21 km) pour prendre le ferry vers Langdale, port d’entrée de la Sunshine Coast avec BC Ferries. Compter 40 min de traversée et 10 liaisons quotidiennes en moyenne. La Sunshine Coast est également reliée à l’île de Vancouver par BC Ferries entre Powell River et Comox (1 h 25 de traversée).

Location de voiture indispensable pour visiter la région. Il existe aussi un service de bus entre Powell River et Langdale avec correspondance vers Vancouver, ainsi que des vols entre l’aéroport de Vancouver et Powell River avec Pacific Coastal Airlines.

Quand y aller ?

La Sunshine Coast jouit d’un climat doux et humide, et nettement plus ensoleillé (jusqu’à 2 400 h de soleil par an) que le reste de la Colombie-Britannique. Les précipitations s’élèvent tout de même à 1 000 mm par an. L’été est ensoleillé avec une moyenne de 23-25 °C avec des pointes à 30 °C. L’hiver est humide et frais.

Où dormir ?

- Bonniebrook Lodge : 1532 Ocean Beach Esplanade à Gibson. À 5 km du centre-ville, une ravissante demeure en bois du début du 20e située entre la forêt et le détroit de Georgia avec une plage-jardin privée. Superbes chambres avec parquet, cheminée, literie confortable, bain-jacuzzi, TV à écran plat et, pour certaines, avec balcon donnant sur la mer. Un charme fou, idéal pour une nuit romantique. Doubles 199-269 $.

- Up the Creek Backpackers B&B : 1261 Roberts Creek Road à Roberts Creek. Une AJ installée dans une jolie maison en bois au cœur de la forêt avec dortoirs et chambres privées. Cuisine, solarium, salle commune, terrasse avec hamac et barbecue. Dortoir 28 $, double 84 $.

- Painted Boat Resort : 12849 Lagoon Road à Madeira Park (Pender Harbour). Magnifique resort avec 31 spacieuses villas de vacances au cœur d’une clairière de sapins de Douglas, de thuyas et d’arbousiers avec, pour certaines, vue sur le port. Chambres confortables et lumineuses aux larges baies vitrées, cuisine équipée et déco chaleureuse jouant sur le bois et le verre. Également piscine, bain à remous, spa et activités de plein air. 196-545 $ selon saison et taille de la villa.

- Old Courthouse Inn : 6243 Walnut Street à Powell River. Bâti en 1939, l’ancien palais de justice de style Tudor de l’Historic Townsite a été reconverti en hôtel cosy au style résolument vintage à la déco originale. Un vrai voyage dans le temps. Bon petit déjeuner à l’Edie Rae’s Cafe. Double 129-159 $.

- Lund Resort at Klah Ah Men : 1436 Highway 101 à Lund. L’hôtel historique de Lund, ouvert en 1905, est désormais administré par la Première Nation Tla’Amin. Situé au bord de l’eau, ce beau bâtiment historique dispose de chambres avec balcon pour la plupart, décorées d’œuvres d’art emblématiques de la culture autochtone. L’hôtel propose également des activités et des excursions à ses clients. Bonne et copieuse cuisine traditionnelle à prix modéré au resto Black Eatery très animé. Doubles 155-299 $ selon taille et saison.

Trouvez votre hôtel en Colombie-Britannique

Où manger ? Où prendre un verre ?

- Drift Cafe & Bistro : 546 Gibsons Way à Lower Gibsons. Perché au-dessus du village de Gibsons avec une agréable terrasse donnant sur la mer, ce restaurant à l’atmosphère à la fois bohème et intime possède un charme fou. Dans l’assiette, c’est le bonheur des papilles avec une cuisine jouant avec talent la carte de la fusion Est-Ouest à base de produits locaux et de saison. Goûtez au formidable ceviche de la pêche du jour, au saumon sauvage braisé, canard confit ou à la bouillabaisse réinventée. Plats 23-30 $.

- Persephone Brewing Company : 1053 Stewart Road à Gibsons. À la fois petite exploitation agricole et microbrasserie, Persephone porte haut les couleurs de la communauté de Gibsons et du terroir local. Sa bière artisanale, fabriquée à partir de houblon cultivé sur place, a été distinguée comme la meilleure de Colombie-Britannique en 2013. On peut la déguster au bar ou en terrasse sur place, mais aussi visiter la ferme et la brasserie.

- Gumboot Cafe : 1053 Roberts Creek Road à Roberts Creek. Ce café sympathique, à la déco rétro, semble n’avoir pas bougé depuis les années 70. Chou frisé, quinoa, muesli, pâtisseries, wraps et bière artisanale sont copieusement servis. Un rendez-vous apprécié des habitants du coin et un bel exemple de la coolitude de la Sunshine Caost. Plats 8-15 $.

- Lagoon Restaurant @Painted Boat : 12849 Lagoon Road à Madeira Park (Pender Harbour). Si vous ne dormez pas au Painted Boat Resort, ne manquez pas son restaurant, le Lagoon, qui compte parmi les meilleures tables de la Sunshine Coast. Le chef, d’origine française, concocte une cuisine savoureuse et inventive à partir d’excellents produits locaux, comme le saumon sauvage mariné au sirop d’érable et à la sauce soja, l’agneau mariné aux herbes ou de succulents raviolis aux crevettes sautées et à la courge. Plats 28-42 $.

- Costal Cookery : 4553 Marine Avenue à Powell River. Dans une salle chaleureuse avec vue sur la mer à la déco épurée, ce restaurant travaille avec une indéniable réussite les produits de la région dans un esprit « Farm to Table », avec une touche épicée et asiatique particulièrement maîtrisée, ainsi que des salades et des burgers plus classiques. Également une belle carte des cocktails pour une adresse des plus recommandables. Plats 15-29 $.

- Townsite Brewing : 5824 Ash Avenue à Powell River. Avec un Belge à la barre, rien d’étonnant à ce que cette microbrasserie installée dans l’Historic Townsite cumule les récompenses. Ale, IPA, witbier, bières aromatisées, stout… L’offre est large et le succès est au rendez-vous. Également un écomusée de la bière pour en savoir plus sur les secrets de fabrication et un bar animé avec un beau comptoir.

- Boardwalk Restaurant : 9673 Longacre Road à Lund. Sur la marina de Lund, un resto des plus agréables installé dans une demeure en bois de 1926 déplacée du Toba Inlet (!), un fjord de la région du Desolation Sound. On y déguste une cuisine simple (fish & chips, burger, tacos de la mer…) et savoureuse, à base de produits locaux et bio, pour la plupart sans gluten. Plats 15-25 $.

Activités

SloCat Harbour Tour à Madeira Park (Pender Harbour). Une croisière commentée à bord d’un petit bateau dans la marina de Pender Harbour, dont on découvre les ravissants paysages, les belles demeures, l’histoire mais aussi la faune (aigles chauves, otaries…). Tarif : 60 $ pour un tour de 90 min.

Sunshine Coast Tours à Egmont. Croisière sur les fjords de Jervis Inlet et de Princess Louisa Inlet dans un petit bateau de 12 passagers maximum. Pause déjeuner (prévoir un lunch) aux chutes Chatterbox. L’un des musts de la Sunshine Coast avec des paysages mémorables. Tarif : 155 $ pour une croisière de 5 h.

Terracentric Adventures à Lund. Cette agence sérieuse propose de nombreuses excursions en zodiac et/ou en kayak dans la région du Desolation Sound, de durées et de tarifs variables. Idéal pour se familiariser avec ce paysage et cet écosystème exceptionnels.

Texte : Jean-Philippe Damiani

Mise en ligne :

Canada Les articles à lire

Voyage Canada

Bons Plans Voyage

Services voyage