La Haute-Provence au fil de l’eau

La Haute-Provence au fil de l’eau
Basses gorges du Verdon © Olivia Le Sidaner

En Haute-Provence, l’eau est partout. Elle a façonné les paysages de ce territoire et contribué à forger son histoire. Aujourd’hui, elle continue à lui apporter ses bienfaits, attirant sur ses rives les visiteurs en nombre durant les mois d’été.

Aux beaux jours, il est dur de choisir entre les multiples activités nautiques, du pédalo sur le lac de Sainte-Croix au rafting dans les tumultueuses gorges du Verdon en passant par une paisible croisière sur le lac d’Esparron.

Suivre cette route aquatique qui sillonne la Haute-Provence, telle une ligne de vie, c’est aussi aller à la rencontre de villages pittoresques, en goûtant à la douceur de vivre de cette belle région du Sud, également réputée pour ses immenses champs de lavande.

Gréoux-les-Bains, l’« oasis romantique du Verdon »

Gréoux-les-Bains, l’« oasis romantique du Verdon »
Thermes troglodytiques de Gréoux-les-Bains © Olivia Le Sidaner

Installé sur la rive nord du Verdon, le joli village provençal de Gréoux-les-Bains était déjà réputé pour ses sources d’eau chaude dans l’Antiquité. Ce sont les Romains qui, les premiers, y aménagèrent des thermes au 1er siècle.

Aujourd’hui, on profite toujours des bienfaits de ses eaux dans les thermes troglodytiques, qui accueillent aussi bien les curistes que les touristes ayant envie d’une pause détente (forfaits spa à partir de 40 €). Un conseil : essayez l’étonnante piscine de kaolin, qui donne l’impression de flotter en apesanteur.

Une fois sorti des thermes, on poursuit la visite de Gréoux au fil de l’eau, en découvrant ses lavoirs et ses fontaines au détour des étroites ruelles pavées du centre-ville. L’été, la cité aimante du monde, notamment lors des marchés nocturnes du vendredi soir en juillet-août. Il y a foule, alors, aux terrasses des cafés !

Des manifestations culturelles sont aussi organisées dans la cour du château dit « des Templiers » (12e s), bâtisse massive installée sur les hauteurs. Ne pas manquer d’aller voir la jolie petite église Notre-Dame-des-Ormeaux (12e s), avec sa nef romane et son chœur gothique. Les accros du jeu, eux, iront faire un tour au casino. On le voit, il y a mille et une façons d’aborder celle que Giono qualifiait d’« oasis romantique du Verdon ».

Croisière sur le lac d’Esparron-de-Verdon

Croisière sur le lac d’Esparron-de-Verdon
Esparron-de-Verdon © Olivia Le Sidaner

À 13 km à l’est de Gréoux-les-Bains, le village d’Esparron-de-Verdon, perché au-dessus du lac éponyme, est fort prisé des touristes pendant les mois d’été… On repère de loin son château à la tour carrée et crénelée, appartenant depuis le 13e s à la famille de Castellane, qui a choisi d’y aménager de luxueuses chambres d’hôtes.

Pour en savoir plus sur le lac d’Esparron-de-Verdon, qui s’étend sur 328 ha et a été créé par EDF en 1967, rien de tel qu’une agréable croisière commentée sur un bateau électrique (les moteurs à essence sont interdits sur le lac, pour protéger l’environnement). Une balade tranquille le long des falaises calcaires, incrustées de fossiles, et des calanques aux eaux couleur émeraude. Il est aussi possible de découvrir le lac en louant un petit bateau électrique, un canoë ou un paddle, ou bien en faisant une randonnée sur le sentier du garde-canal qui le surplombe.

La Perle du Verdon. Croisière commentée sur le lac d’Esparron, de début avril à mi-octobre. Adulte 10 €, enfant (-12 ans) 5 €. 

Rando dans les basses gorges du Verdon

Rando dans les basses gorges du Verdon
Basses gorges du Verdon © Olivia Le Sidaner

Au départ de Quinson, une belle rando de 10 km (env 3 h) est à faire dans les basses gorges du Verdon, classées Natura 2000. La balade commence sur le sentier de l’ancien garde-canal, qui permettait d’entretenir le canal du Verdon, dont on admire les multiples nuances de vert, tandis que les kayaks et les bateaux électriques glissent tranquillement sur sa surface.

Chemins de terre, passerelles, belvédères, escaliers métalliques se succèdent. Puis, après un tunnel obscur, on s’engage dans le vallon de Sainte-Maxime, cheminant dans une forêt de chênes nains recouverts de lichens, bien rafraîchissante par fortes chaleurs.

Il faut ensuite grimper un peu pour gagner la crête sur laquelle se dresse la petite chapelle Sainte-Maxime. De là-haut, la vue est magnifique. Si vous avez l’idée de vous arrêter pique-niquer ici, sachez que les lieux sont habités par un troupeau de chèvres qui n’hésiteront pas à s’inviter à déjeuner !

De retour à Quinson, ne manquez pas d’aller visiter le musée de la Préhistoire des Gorges du Verdon, dont le bâtiment a été créé par Norman Foster et qui retrace un million d’années d’histoire humaine en Provence de manière interactive. Fort intéressant !

Escapades nautiques au lac de Sainte-Croix

Escapades nautiques au lac de Sainte-Croix
Lac de Sainte-Croix © Olivia Le Sidaner

Plus loin, à la base nautique du lac de Montpezat, on saute dans un kayak et on part à la découverte d’une autre partie des basses gorges du Verdon : le spectaculaire canyon de Baudinard, un long couloir encaissé entre deux hautes falaises abruptes où s’accroche la végétation. On aperçoit parfois des chauves-souris qui s’échappent des grottes creusées dans la roche. Arrivé au barrage de Sainte-Croix, il faut faire demi-tour (comptez env 3 h pour parcourir 4,4 km A/R).

Puis, direction le lac de Sainte-Croix, qui, avec 767 millions de m3 d’eau, est la deuxième retenue artificielle de France, après le lac de Serre-Ponçon. Étendu sur 22 km2, c’est le plus vaste des lacs du Verdon.

Le joli village provençal de Sainte-Croix-du-Verdon, perché à 513 m d’altitude, veille sur son promontoire, non loin de l’entrée des gorges de Baudinard. Plusieurs bases nautiques ont élu domicile sur les rives du lac, louant kayaks, pédalos, bateaux électriques, paddles, catamarans ou encore planches à voile (ex. : Base de l’Étoile, Association Voile et Nautisme). L’été, la baignade est surveillée.

Enfin, pour un panorama fabuleux sur le lac de Sainte-Croix, rendez-vous au belvédère du Galetas (D952), à la pointe nord-est du lac.

Base nautique Aquattitude, à Montpezat. Forfait 3 h : 25 € pour un canoë-kayak de 2 places. Accueil vraiment sympa.

Moustiers-Sainte-Marie, sous le signe de l’eau

Moustiers-Sainte-Marie, sous le signe de l’eau
Moustiers-Sainte-Marie © Olivia Le Sidaner

Au nord du lac de Sainte-Croix, l’eau est également présente dans le très minéral village de Moustiers-Sainte-Marie, bâti à flanc de falaise. L’Adou y coule en cascade entre les maisons fleuries, sous les charmants ponts de pierre et l’ancien aqueduc.

Au gré des ruelles et des placettes, on découvre des fontaines d’eau potable et des lavoirs. L’eau a joué un rôle de premier plan dans l’histoire de Moustiers, qui s’est développé au Moyen Âge en construisant des moulins, puis en exploitant l’énergie hydraulique pour la tannerie, la papeterie, et enfin la céramique, donnant naissance à la fameuse faïence de Moustiers à la fin du 17e siècle.

Pour tout savoir sur l’histoire de cet art délicat, on ira faire un tour au musée de la Faïence, installé dans un hôtel particulier du 18e s et rénové en 2014. Puis, on se rendra à l’atelier Lallier, qui perpétue ce savoir-faire en famille depuis 1969. Pendant la visite guidée, on suivra tout le processus de fabrication d’une pièce de faïence, de la pâte à la décoration, avant la dernière cuisson.

Les gorges du Verdon : le Grand Canyon made in France

Les gorges du Verdon : le Grand Canyon made in France
Gorges du Verdon © Olivia Le Sidaner

Place aux majestueuses gorges du Verdon, le plus grand canyon d’Europe, qui s’étire sur 50 km entre le lac de Sainte-Croix et le village de Castellane, et dont les parois rocheuses atteignent jusqu’à 700 m de profondeur.

Avant de partir à leur découverte, vous pouvez glaner des infos à la Maison des gorges du Verdon, à La Palud. Non loin de là débute la Route des Crêtes (la D23, en sens unique, fermée pendant l’hiver, de fin novembre à fin mars). Depuis les belvédères de cette boucle de 23 km qui surplombe les gorges, on en prend vraiment plein les yeux. Et avec un peu de chance, il est possible d’apercevoir des vautours fauves, réintroduits depuis 1999.

Une autre manière d’explorer les gorges du Verdon est de faire du rafting sur ses eaux tumultueuses, une expérience où l’admiration de la nature se mêle à l’adrénaline au moment de s’engager dans les rapides. Avec la présence rassurante du guide, qui connaît la rivière comme sa poche, on profite pleinement de la descente et de cette plongée au cœur de la nature sauvage des gorges.

Aboard Rafting (base Adventure Forest, à 3 km de Castellane). Descente en raft sur le Verdon : 40 € les 2 h, 55 € la demi-journée, 75 € la journée. D’avril à septembre.

Castellane et le lac de Castillon

Castellane et le lac de Castillon
Castellane © Olivia Le Sidaner

Porte orientale des gorges du Verdon, Castellane est un joli village provençal, blotti au pied d’un impressionnant bloc de calcaire, le Roc (184 m), sur lequel est perchée une chapelle. Entouré de campings, il attire en été de nombreux touristes fans de vacances en plein air.

Les jours de marché, on apprécie l’ambiance qui règne sur la place principale, bordée de petits hôtels et de terrasses à l’ombre des platanes. Pour une baignade tranquille, on pourra se poser sur les rives du lac de Castillon, qui couvre près de 500 ha (c’est le deuxième plus grand lac de la vallée du Verdon). Ou alors louer un kayak, si on a encore de l’énergie à revendre.

Au nord du lac, après avoir traversé le bourg de Saint-André-les-Alpes, on rejoint La Mure-Argens. Le village était autrefois connu pour ses fabriques de drap. L’une d’elles, la draperie Pascal, était installée dans une grande bâtisse longeant l’Issole, un affluent du Verdon. Elle fut transformée en minoterie en 1902.

Aujourd’hui, le musée de la Minoterie y est installé, proposant au visiteur une plongée dans le savoir-faire meunier du début du 20e siècle, le système hydraulique et les machines d’origine étant dans un état de conservation remarquable.

Des thermes de Digne-les-Bains à la vallée du Bès

Ayant commencé cette itinérance aquatique à Gréoux-les-Bains, il semblait logique de l’achever dans une autre station thermale : Digne-les-Bains. À 4 km du centre-ville, les thermes sont lovés au cœur de la Vallée des Eaux Chaudes, dans un environnement aussi vert que calme, parfait pour se délasser. En plus des cures, l’établissement propose des soins beauté et détente (notamment des modelages) dans son Espace Zen. L’ouverture d’un nouveau spa thermal est prévue pour 2020.

Plan d'eau des Ferréols © Olivia Le Sidaner

Près de Digne, en s’engageant sur les petites routes de montagne sinueuses de la vallée du Bès, on suit le fil de l’eau tout en remontant le temps, au cœur de la réserve naturelle géologique de Haute-Provence : d’une pierre deux coups !

Au bord de la D900A, la dalle aux ammonites contient plus de 1 550 fossiles vieux de 200 millions d’années, rappelant que cette région était autrefois recouverte par la mer. Il y a de quoi avoir le tournis à la pensée que cette grande dalle de calcaire était autrefois un fond marin. Plus loin, c’est un ichtyosaure (un reptile préhistorique) âgé de 180 millions d'années qui est fossilisé (pour lui rendre visite, il faut marcher 1 h 30 A/R), puis des empreintes d’oiseaux datant de quelque 20 millions d’années.

Enfin, on profite de la vue sur les clues de Barles, ces étroites gorges sauvages creusées par le torrent. Après cette échappée montagnarde, on finira l’après-midi au bord du plan d’eau des Ferréols, à Digne, pour barboter ou canoter avant d’aller dîner.

Fiche pratique

Retrouvez tous les bons plans, adresses et infos pratiques dans le Routard Provence en librairie.

Pour préparer votre séjour, consultez notre guide en ligne Provence

Office du tourisme des Alpes-de-Haute-Provence

Infos sur la randonnée dans les Alpes-de-Haute-Provence

Comment y aller et se déplacer ?

- En train. Paris-Aix-en-Provence (env 3 h). Puis, location de voiture. Comptez env 1 h de route pour rejoindre Gréoux-les-Bains, 1 h 30 pour aller jusqu’à Digne-les-Bains.

Un site et une appli pour randonner

Le département des Alpes-de-Haute-Provence a lancé un site et une appli mobile gratuite (sur iPhone et Android) recensant une centaine d’itinéraires de randonnée. À télécharger avant de partir en balade !

Où dormir ?

- Le Mas de La Crémaillère : 776, avenue des Thermes à Gréoux-les-Bains. Très bel hébergement thermal de style provençal entouré de cyprès et d’oliviers, proposant des chambres doubles cosy à partir de 125 €/nuit (135 € avec jardin privatif). Forfaits avec accès au spa thermal, à 300 m de l’hôtel. Également un restaurant qui sert une délicate cuisine du Sud. Forfait cuisine santé-nature à 34 € (3 plats). Grande piscine extérieure.

- Tonic Hotel : 36, avenue des Thermes à Digne-les-Bains. Proche des thermes de Digne, et à 3 km du centre-ville. Chambres simples et confortables dans un environnement calme. Belle vue sur les montagnes, et piscine extérieure en été. Accueil chaleureux. Chambre double à partir de 74 € la nuit.

Trouvez votre hôtel dans les Alpes de Haute-Provence

Où manger ?

- Le Bistro : place de l’Amandier à Esparron-de-Verdon. Aux beaux jours, on profite de la terrasse avec vue sur le joli village d’Esparron en dégustant une bonne cuisine, copieuse et servie dans la bonne humeur par une équipe jeune. Bon rapport qualité-prix (ex.: pâtes aux gambas à 17 €).

- Pizzeria du Lac : Route de Nice, Saint-André-les-Alpes. Pour la vue incroyable sur le lac de Castillon. Une pause bien agréable pour grignoter le midi (pizzas, salades, sandwichs…). Accueil sympa. Et concerts certains soirs en été.

- Le Chaudron : 40, rue de l'Hubac, Digne-les-Bains. Dans la vieille ville de Digne, un resto traditionnel servant des spécialités provençales, des viandes et des poissons cuits au feu de bois. Menu 3 plats à partir de 25 €.

Où acheter de bons produits locaux ?

Producteurs de Provence à Gréoux-les-Bains. Vente directe et dégustation de produits locaux. On y trouve notamment les herbes de Provence de Danielle et Christophe Gorse (Senteurs des Collines), toute une gamme d’huiles d’olive (Moulin de Gréoux, Moulin des Varzelles), les saucissons du Petit Testard de Valensole, du miel, du nougat, de la tapenade, des sirops, des bières artisanales…

Texte : Olivia Le Sidaner

Mise en ligne :

Provence Les articles à lire

Voyage Provence

Bons Plans Voyage

Services voyage