Croatie : Dugi Otok, l’île préservée

Croatie : Dugi Otok, l’île préservée
Dugi Otok © ventura - stock.adobe.com

À 1 h 30 de ferry de Zadar, Dugi Otok comblera les amoureux de nature aux couleurs méditerranéennes. Alternative aux îles Kornati, l’île est réputée pour son environnement préservé, pour la luxuriance de sa végétation, ses falaises de calcaire, ses criques et plages secrètes aux eaux cristallines. Des collines recouvertes de verdure plongent dans des eaux turquoise, et les pins ploient pour effleurer ces eaux cristallines, propices à la baignade comme au snorkelling : voilà un terreau idéal pour cultiver un tourisme vert et balnéaire invitant à jouer les Robinson Crusoé.

Dugi Otok, une île croate au charme durable

Dugi Otok, une île croate au charme durable
Telascica Bay © xbrchx - stock.adobe.com

La bien-nommée Dugi Otok (littéralement « longue île ») s’étire en une bande de terre de près de 50 km de long. Au sud-est de l’île, une forêt littorale s’étend sur le Parc naturel de Telašćica. La côte sud est soulignée par des falaises hautes de plusieurs centaines de mètres.

En bord de mer, des eaux cristallines viennent caresser les quais sertis de pins ; plus loin, de paisibles plages se nichent au fond de criques secrètes. À mesure que l’on gagne le sud-est, le paysage se fait plus aride. Au sortir des forêts, la végétation se raréfie. Aux pinèdes succèdent des collines arides plantées de murets de pierre sèche et de falaises calcaires tombant à pic dans la mer.

Le relatif éloignement du continent et le faible peuplement préservent le caractère sauvage de Dugi Otok. Ses villages pittoresques vivent en quasi autarcie, comme retirés du monde, une partie de l’année.

Veli Rat © xbrchx - stock.adobe.com

Dugi Otok cultive ses traditions. C’est au large de l’île, aux alentours du 10e siècle, qu’est née celle de la pêche en Croatie. Des concours de pêche sont toujours organisés dans l’archipel. Jusqu’au milieu du 20e siècle, les habitants ont aussi pratiqué l’élevage, la viticulture et l’oléiculture. Si l’agriculture se pratique aujourd’hui sur des parcelles restreintes et pour un usage familial, la tradition perdure dans un souci de consommation « locavore ».

Temple de la nature, Dugi Otok s’est engagée sur la voie du développement durable. À l’aune du classement « Natura 2000 » du Parc naturel de Telašćica, des actions ont été engagées en faveur de la protection de la biodiversité. Habitants et restaurateurs favorisent la production locale et les circuits courts de consommation, et les tavernes servent des produits gastronomiques locaux. Enfin, les autorités soutiennent le maintien d’une faible capacité hôtelière et la limitation du nombre de bateaux de plaisance amarrés dans ses ports.

Sali

Sali
Sali © Marie Borgers

Au sud-est de Dugi Otok, la petite ville de Sali est le centre administratif et culturel de l’île. Au fond d’une baie encadrée de maisons aux couleurs pastel, la minuscule marina permet l’accostage des petits bateaux de plaisance.

Tradition locale depuis plus de 50 ans, la saljska tovareća mužika, littéralement « musique de l'âne de Sali », est en quelque sorte la marque de fabrique de Dugi Otok. Cette musique est jouée à l’aide de cornes de vaches et de tambourins. Le temps fort de Sali n’est autre que le Festival Saljske Užance, largement consacré à ce folklore bien local.

Depuis la marina de Sali, départs possibles vers l’archipel des îles Kornati.

Parc de Telašćica, entre pinèdes et Adriatique

Parc de Telašćica, entre pinèdes et Adriatique
Parc naturel de Telašćica © Marie Borgers

Le parc naturel de Telašćica est recouvert d’une forêt luxuriante de pins, d’oliviers et de figuiers. Dans cette végétation méditerranéenne, on recense près de 500 espèces de plantes. La première oliveraie aurait été plantée au 12e siècle. Certains spécimens parfois centenaires sont encore visibles sur les versants des collines.

La forêt dissimule aussi de nombreuses essences et herbes médicinales ; ainsi se perpétue la tradition de la phytothérapie. Pour libérer leurs vertus curatives, les herbes sont préparées en tisanes, onguents, jus, poudres et huiles essentielles.

Ce territoire sauvage est marqué par trois phénomènes géologiques et géomorphologiques : trois baies, un lac salé et des falaises calcaires.

Lac salé Mir © bigguns - stock.adobe.com

Au sud-est de Dugi Otok, la baie de Telašćica aligne en réalité trois baies. Elles entaillent l’île sur près de 10 km et abritent une dizaine d’îles et d’îlots. Cet enfilement de baies est le refuge d’un fragile écosystème marin.

Quant aux falaises, survolées par de nombreux oiseaux, elles soulignent par leur blancheur éclatante tout le flanc sud du parc. Elles culminent à 160 m, et protègent de la mer le lac salé Mir, rempli d’eau de mer à l’issue d’une dépression karstique. L’eau du lac, d’une étonnante couleur tirant sur le vert, est toujours un peu plus chaude (encore) que la mer. En été, elle peut atteindre 33 °C. Avis aux frileux !

Sur ces terres en retrait du monde, les amateurs de patrimoine religieux ne seront pas en reste. Disséminées en pleine nature, les églises et chapelles sont le théâtre de pèlerinages et de fêtes patronales célébrées à grands renforts de musique folklorique.

Le parc peut se découvrir à pied ou à vélo. Pour les plus pressés, il est aussi possible de louer des véhicules électriques pour parcourir le territoire en limitant son empreinte carbone. Belle initiative !

Dugi Otok côté mer : Sakarun et Veli Rat

Dugi Otok côté mer : Sakarun et Veli Rat
Phare Punta Bjanka de Veli Rat © Firma V - stock.adobe.com

La star de Dugi Otok n’est autre que la plage de Sakarun. Abritée au fond d’une baie, avec son sable blanc parsemé de galets et son eau turquoise, c’est la plage la plus belle et la plus populaire de l’île. L’appel de l’eau est irrésistible !

Comme posé au bout du monde à l’extrémité occidentale de l’île, le phare Punta Bjanka de Veli Rat est le plus haut de la côte, avec sa lanterne perchée à 42 m. Il se dresse au sortir d’une pinède et d’une végétation méditerranéenne luxuriante. Il domine une mer couleur émeraude et un rivage serti par une ligne rocheuse d’une blancheur éclatante. À signaler : l’appartement au rez-de-chaussée du phare est disponible à la location, mais l’emplacement est prisé, aussi est-il nécessaire de réserver longtemps à l’avance !

Dans la cour au pied du phare, la chapelle Saint-Nicolas est dédiée au saint patron des navigateurs. Hautement romantique, le site accueille régulièrement des fêtes de mariage.

Fiche pratique

Retrouvez toutes les infos pratiques, les bons plans et les adresses dans le Routard Croatie en librairie.

Pour préparer votre séjour, consultez notre guide destination Croatie.

Office national de tourisme de Croatie

Dugi Otok Tourist Board

Parc naturel de Telašćica

Aller à Dugi Otok

Avec Jadrolinija, liaisons entre le port de ferrys de Gaženica, à 15 minutes de route de la vieille ville de Zadar, et Brbinj, sur la côte Nord de Dugi Otok, ou encore Božava, à la pointe Ouest.

1 h 40 de trajet. 2 à 4 allers-retours par jour selon la saison, soit possibilité d’excursion à la journée.

25 Kn par personne (environ 3,30 €), plus environ 100 Kn par véhicule (environ 13,50 €).

Où manger ?

Restaurant Propuh à Sali : Zaglav 23. Sur la marina de Sali, cette taverne perpétue la tradition de cet ancien village de pêcheurs. À la carte, des plats traditionnels de la cuisine dalmate, des spécialités de poissons qui laissent la part belle à l’encre de seiche, des plats de viande et des pizzas.

Texte : Marie Borgers

Mise en ligne :

Croatie Les articles à lire

Voyage Croatie

Bons Plans Voyage

Services voyage