Trois jours à Delhi

Trois jours à Delhi
Jama Masjid © Olivia Le Sidaner

Grouillante, bruyante, extrêmement polluée et embouteillée…  Delhi peut être un choc pour le voyageur fraîchement débarqué d’Occident, soudain plongé dans cette cité en perpétuelle mutation, où l’extrême pauvreté côtoie la richesse, sans transition. Mais la capitale indienne est aussi une ville fascinante et passionnante, profondément marquée par le riche héritage de l’Empire moghol. Des ruelles tortueuses d’Old Delhi aux avenues tirées au cordeau de la ville nouvelle, en passant par ses grands parcs, ses mosquées, ses temples et ses monuments, elle dévoile de multiples visages. Pour la découvrir sans trop courir, comptez au moins trois jours. Petit tour d’horizon des incontournables de Delhi.

1er jour : la ville nouvelle, siège du pouvoir

1er jour : la ville nouvelle, siège du pouvoir
Jantar Mantar de Delhi © dvrcan - stock.adobe.com

Pour faire la connaissance de la mégapole, le mieux est sans nul doute de commencer par visiter New Delhi, moins tumultueuse et oppressante qu’Old Delhi.

Aménagée par les Anglais au début du 20e siècle, la ville nouvelle devint la capitale de l'Empire britannique des Indes en 1911. Aujourd’hui, c’est toujours le quartier des bâtiments officiels (gouvernement, Parlement, Cour suprême, ambassades…).

Si l’on excepte la circulation anarchique, il y règne une impression d’ordre, avec de larges avenues, dont certaines sont disposées en étoile autour de grandes places, comme Connaught Place, le centre névralgique de la vie commerciale et financière.

Pour info, c’est ici que se trouve le seul et unique office du tourisme agréé par le gouvernement (les autres sont des imposteurs !).

Non loin, se trouve le Jantar Mantar, l’observatoire que le maharadjah de Jaipur Jai Singh, passionné d’astronomie, fit construire au 18e siècle. Installés dans un paisible jardin, les gigantesques instruments d’observation ressemblent à des œuvres architecturales futuristes.

À l’ouest, vous pouvez aller jeter un œil au Birla Mandir, un grand temple hindou dédié à la déesse Lakshmi.

Plus au sud, au centre d’une autre place, s’élève la Porte de l’Inde (India Gate), inspirée de l’Arc de Triomphe de Paris. Érigée en 1921 en l’honneur des morts de la Première Guerre mondiale, elle a aussi sa tombe du Soldat inconnu.

2e jour : les trésors moghols et les jardins de New Delhi

2e jour : les trésors moghols et les jardins de New Delhi
Tombeau d’Humayun © Olivia Le Sidaner

Au sud de la Porte de l’Inde, le pittoresque quartier musulman de Nizam-ud-Din porte le nom d’un saint soufi qui fait l’objet d’un culte fervent. Le sanctuaire (Dargah) regroupe des tombeaux en marbre et des mosquées, mêlés aux habitations, dans un dédale de ruelles animées où frayent mendiants, enfants, fidèles, infirmes… et quelques touristes.

À l’est, il ne faut pas manquer d’aller voir le majestueux tombeau d’Humayun (Humayun’s Tomb), le deuxième empereur moghol (16e s). Le mausolée, qui a servi de modèle au Taj Mahal, prend une flamboyante couleur orangée dans la lumière de la fin de journée. C’est l’heure à laquelle les habitants viennent flâner et se détendre sur la pelouse du grand parc qui entoure l’édifice.

Autre endroit très agréable, le jardin de Lodi (Lodi Garden) offre une véritable pause verte au cœur de la cité. En suivant d’agréables chemins, on écoute les milliers d’oiseaux qui chantent à tue-tête (ça change du concert de klaxons !).  D’imposants tombeaux royaux – dont le plus ancien date du 15e siècle – s’intègrent harmonieusement dans ce parc luxuriant, où les familles pique-niquent sur l’herbe, près des enfants qui jouent au ballon, tandis que les amoureux se retrouvent pour des rendez-vous romantiques.

Après cette balade, vous pourrez aller faire un tour au Khan Market, voisin, pour une séance de shopping, à moins que vous ne préfériez pousser jusqu’à Hauz Khas, le quartier branché, où l’on trouve des boutiques de créateurs, des bars et des restaurants.

Enfin, encore plus au sud, ne manquez pas le minaret de Qutb Minar, la plus haute tour de pierre d’Inde (72,5 m), construite au début du 13e siècle. Autour, on admire un ensemble de monuments remarquables, dont un tombeau, un portail en grès rouge finement ciselé, les ruines de la plus vieille mosquée d’Inde, et un étonnant pilier métallique, essentiellement composé de fer, qui a miraculeusement résisté à la corrosion.

3e jour : Old Delhi et ses monuments historiques

3e jour : Old Delhi et ses monuments historiques
Quartier de Chandni Chowk © Olivia Le Sidaner

Après l’ordre relatif de New Delhi, place à la grouillante Old Delhi et son incessant ballet de rickshaws, vélos, mobylettes, piétons, voitures et charrettes, au son des klaxons.

Dans le quartier de Chandni Chowk, un marché fondé par l’empereur moghol Shah Jahan au 17e siècle, c’est vraiment le bazar, dans tous les sens du terme. On serpente tant bien que mal à pied au milieu de la cohue, dans un labyrinthe de ruelles étroites où s’alignent les magasins.

Sur les étals des marchands ambulants : du bétel et un échantillon de la street food locale : toutes sortes de samosas et de beignets, dont les délicieux jalebi, la gourmandise sucrée dont le héros du film « Lion » est dingue.

Si la majorité des habitants d’Old Delhi sont musulmans, on y voit aussi des temples hindous, et un énorme complexe religieux sikh, le Gurudwara Sis Ganj, où l’on prie, mange, dort, lit… Bref, un lieu saint débordant de vie !

C’est également ici que se trouve la plus grande mosquée d’Inde : la Jama Masjid, édifiée sous l’empereur Shah Jahan (1656). Perchée en haut d’une colline rocheuse, elle peut accueillir 25 000 fidèles. Après avoir grimpé une volée de marches raides et laissé vos chaussures à l’entrée, on vous invite à enfiler une sorte de blouse si vous êtes une femme, ou un paréo destiné à couvrir vos jambes si vous êtes un homme en short.

Ainsi parés, vous pouvez entrer dans la Grande Mosquée : une immense esplanade à ciel ouvert matraquée par un soleil de plomb (ça brûle les pieds !) et entourée de galeries ombragées, de portes massives, de tours et d’une grande salle de prière dotée de deux minarets et de trois dômes de marbre.

Autre monument incontournable, le Fort Rouge, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, fut édifié du temps de Shah Jahan, pas avare de merveilles architecturales puisqu’on lui doit aussi la construction du Taj Mahal et de l’autre Fort Rouge, celui d’Agra. À l’intérieur de l’immense forteresse de grès rouge, on découvre des palais, des jardins, des mosquées… Tout le raffinement de l’architecture moghole.

Fiche pratique

Retrouvez les infos, bons plans et adresses dans le Routard Inde du Nord.

Retrouvez tous les bons plans, infos et adresses de Delhi dans le Routard Inde du Nord.

Pour préparer votre séjour, consultez nos guides en ligne Inde et Delhi

Site officiel du tourisme en Inde

Comment y aller ?

Vols directs Paris-CDG-Delhi avec Air France, Jet Airways et Air India. Trouvez votre billet d’avion.

Comment se déplacer ?

- De l’aéroport, on peut rejoindre New Delhi en train (comptez 19 minutes pour rallier la station New Delhi, avec une rame toutes les 14 minutes).

On peut aussi prendre un taxi, pour se mettre dans l’ambiance de la capitale. Sur la route, souvent embouteillée, vous aurez tout le loisir d’observer la circulation, et la conduite à l’indienne (sportive), avec les voitures qui se frôlent, déboîtent sans prévenir, et les deux-roues aux multiples passagers (jusqu’à quatre ou cinq !), les femmes montant en amazone, le tout dans un tintamarre de klaxons, une forte odeur de gazole et un brouillard de pollution (même si son efficacité reste limitée, un masque peut être une bonne idée).

Où dormir ?

Nombreux hôtels bon marché dans le quartier de Pahar Ganj. On a bien aimé le Cottage Yes Please (1843/44 Laxmi Narayan Street) en retrait de Main Bazar, au bon rapport qualité-prix.

Plus d’infos sur l’hébergement à Delhi

Trouvez votre hôtel à Delhi

Où manger ?

- Au Mamagoto. Dans le chic Khan Market, à New Delhi, ce resto à la déco arty appartient à une chaîne proposant une cuisine fusion asiatique plutôt goûteuse. Un grand choix de cocktails également.

- Pindi. Certes très touristique, ce resto tout simple proche de l’India Gate sert une bonne cuisine indienne traditionnelle à prix raisonnable. Service agréable.

Où boire un verre ?

De nombreux restaurants ne servent pas d’alcool à Delhi.

Pour boire un verre (cocktail, bière indienne ou autre), vous pouvez aller à Khan Market ou dans le quartier trendy d’Hauz Khas Village, où se retrouve la jeunesse dorée de New Delhi. Par exemple au Coast Café, un bel endroit qui sert aussi de la bonne cuisine du Kerala.

Texte : Olivia Le Sidaner

Mise en ligne :

Inde Les articles à lire

Bons Plans Voyage

Services voyage