Portugal : l'Algarve secrète

Située à l’extrémité sud-ouest de la péninsule Ibérique, l’Algarve est l’une des régions les plus connues du Portugal. Gorgée de soleil toute l’année, l’Algarve est devenue l’une des Mecque européennes du tourisme balnéaire. En été, les touristes débarquent en masse sur la côte sud, près de Faro, dans des hôtels clubs bétonnés et des plages surpeuplées. Pourtant, une Algarve plus sauvage et plus authentique échappe au déferlement estival. Il suffit de sortir des sentiers battus…

Sur les hauteurs de Monchique

Sur les hauteurs de Monchique
Julien Nessi

Au sommet du Mont Foia, le point culminant de l’Algarve perché à 902 m, le regard embrasse toute la plaine jusqu’à la mer. Des surfaces dégagées, recouvertes de jeunes pousses, se devinent sur les collines. Elles témoignent des incendies ravageurs de l’été 2003 qui ont décimé une bonne partie du massif forestier de Monchique. Heureusement, tout n’est pas parti en fumée. La forêt est toujours là, on peut la contempler du haut du Mont Foia, avec ses chênes-lièges, ses eucalyptus ou encore ses pins, formant une belle gamme de verts.

Nous sommes ici en plein cœur de la chaîne montagneuse de l’Algarve, à environ une trentaine de kilomètres au nord de Portimão. En été, c’est l’endroit le plus frais de la région, appréciée pour ses paysages de collines, sa beauté farouche et ses possibilités de randonnée. Plus bas, à 8 km, le village de Monchique doit sa réputation à ses ruelles étroites et au portail manuélin de l’église.

Mais ce sont les thermes Caldas de Monchique, à 6 km au sud de Monchique, qui méritent vraiment le détour. Durant la saison chaude, les Portugais viennent y chercher la fraîcheur de ses eaux à l’ombre des arbres. Ce sont les seuls et uniques thermes de l’Algarve, réaménagés en un petit village fleuri autour d’une placette, avec restaurants et hôtels de charme.

Entre Aljezur et Cap São Vicente

Entre Aljezur et Cap São Vicente
Julien Nessi

Pour atteindre Aljezur, il faut emprunter depuis Monchique une route sinueuse à travers des forêts de pins et d’eucalyptus. Avec ses maisons blanches et ses ruelles discrètes, Aljezur est un petit village typique de l’Algarve. En cette fin de matinée, la présence humaine se fait plutôt rare. « C’est mon village coup de cœur de l’Algarve », confie Érica. Fine connaisseuse de la région, cette jeune guide avoue venir passer ses week-ends ici pour fuir la foule estivale.

Isolé, replié dans l’arrière-pays et bordant le parc naturel de la côte Vicentine, Aljezur est dominé par les ruines d’un château maure du Xe siècle. En haut, sur les vestiges des remparts – dont il ne reste plus grand-chose, la vue plonge dans l’océan Atlantique. Entre terre et mer, Aljezur fait partie des coins les plus authentiques de l’Algarve.

À quelques kilomètres de là, une succession de plages sauvages, bordées par des falaises de rochers noirs, sont facilement accessibles. Entre dunes et marées, entre le mauve des bruyères et le vert de la végétation sauvage, le littoral est un vrai petit trésor naturel, prisé par les Portugais de la région et les surfeurs en quête d’espaces naturels préservés.

Sur la plage de Bordeira, à côté du village de Carrapateira, les paysages sont de toute beauté. Une nature à l’état brut, un peu comme les côtes sauvages, en Bretagne. Il faut emprunter la route 268 pour longer le parc naturel. Par endroits, des chemins de terre permettent d’accéder au plus près de la côte, au-dessus des falaises de pierres noires.

Le parc naturel s’étend jusqu’au Cap São Vicente, bien connu des navigateurs au long cours. Pointe mythique, autrefois vénérée par les Phéniciens et les Romains et considérée au Moyen-Âge comme la fin du monde, le Cap São Vicente attire aujourd’hui les touristes. Un phare visible à plus de 95 km trône au-dessus des falaises de roches de couleur rouge vin avec lesquelles on fabrique de la poudre de terracotta…

Tavira, un joyau préservé

Tavira, un joyau préservé
Julien Nessi

Sur la place de la République, qui servait autrefois de marché aux esclaves, l’atmosphère a bien changé. Aujourd’hui, la place principale de Tavira, pavée de petits carreaux à la portugaise et plantée de poivriers et de palmiers, est le lieu de rendez-vous des habitants de la ville. Des familles attablées en terrasse dégustent des cataplanas, une spécialité de fruits de mer préparée et servie dans une casserole en cuivre typique de la région.

Située à une trentaine de kilomètres seulement à l’est de Faro, Tavira est un autre joyau préservé de l’Algarve. Cette petite cité portuaire, ancienne place forte militaire du temps des grandes découvertes, est surnommée « la ville des églises » en raison de leur nombre (36 avec les environs). Avec ses maisons ornées de balcons en fer forgé, ses ruelles étroites et son centre historique dans les hauteurs de la ville, Tavira possède le charme des vieilles cités portugaises.

Carte postale de la ville, le pont romain à sept arches, qui débouche sur la place de la République, fait la fierté des habitants de la cité. Les couvents, monastères et églises se comptent par dizaines, mais l’église de la Miséricorde ou encore Santa Maria do Castelo demeurent les deux édifices religieux les plus intéressants. Se perdre dans les ruelles étroites de la vieille ville de Tavira est sans doute le meilleur moyen d’en découvrir tous les secrets.

De Tavira, ne manquez surtout pas le petit village de Cacela Velha, à seulement 12 km sur la route en direction de Vila Real de Santo Antonio. Posé en bord de mer, à l’entrée d’une lagune, ce petit hameau de maisonnettes blanchies à la chaux, parsemées de cheminées typiques de la région, conserve encore l’esprit authentique de l’Algarve.

Le long du Rio Guadiana

Le long du Rio Guadiana
Julien Nessi

C’est jour de fête dans le village d’Alcoucim, niché au bord du Rio Guadiana, le fleuve frontalier entre le Portugal et l’Espagne. Le maire inaugure ce matin une nouvelle fontaine aménagée à deux pas de la place principale et les habitants organisent plusieurs jours de festivités. Dans ce petit village isolé à l’intérieur des terres de l’Algarve, tout paraît étrangement calme. L’endroit n’est pas très touristique, il faut le reconnaître.

Avec sa place principale, ses petites ruelles et ses façades blanches, Alcoucim donne simplement un aperçu en concentré de la vie quotidienne des habitants dans les villages éloignés de la côte touristique. Excepté pour visiter un château datant du XVIe siècle dans les hauteurs du village, on vient plutôt ici le temps d’une excursion le long du Rio Guadiana au départ de Vila Real de Santo Antonio.

Juste en face d’Alcoucim se trouve le village espagnol de Sanlucar, perché sur une colline. Il suffit de traverser le Rio Guadiana pour le visiter. Pour se rendre à Alcoucim depuis Tavira, le mieux est d’emprunter la petite route départementale 507 qui longe le fleuve Guadiana à partir de Foz de Odeleite. C’est le meilleur moyen d’apprécier la beauté sauvage des terres reculées de l’Algarve.

Ne manquez pas non plus de vous arrêter lorsque vous redescendrez sur Tavira dans le village de Castro Marim qui domine la plaine marécageuse du fleuve Guadiana. Du haut de son château couleur ocre et de ses fortifications, la vue plonge dans les marais salants et la réserve naturelle de Sapal, célèbre pour ses oiseaux migrateurs – notamment les flamants. Destinées à protéger les territoires conquis sur les Maures, les fortifications de Castro Marim servent aujourd’hui de belvédère.

Infos pratiques

Infos pratiques
Julien Nessi

Comment y aller ?
Avec TAP Portugal, vol Paris-Faro (via Lisbonne) A/R, à partir de 200 €.

Où dormir ?

À Monchique
Hotel Termal de Monchique
Caldas de Monchique, 8550-232 Monchique. Tél. : 351-282-910. Internet : www.monchiquetermas.com
À quelques kilomètres de Monchique, un ensemble hôtelier de charme décoré avec soin au cœur des fameux thermes de Monchique.

À Tavira
Pousada Convento Nossa Senhora da Graça
Rua Dom Paio Peres Correia, 8800-407 Tavira. Tél. : 351-281-329-040. Internet : www.pousadas.pt< Une pousada historique installée dans un couvent restauré, sur les hauteurs de la vieille ville de Tavira.

Quinta do Caracol
8800-405 Tavira. Tél. : 351-281-322-475. Internet : www.quintadocaracol.com Une ancienne ferme transformée en chambre d’hôtes. Pour dormir dans de petites maisonnettes blanches décorées avec soin, à deux pas de la vieille ville de Tavira.

Commencez votre voyage en musique, écoutez notre playlist Routard Portugal.

Texte : Julien Nessi

Mise en ligne :

Portugal Les articles à lire

Lisbonne est une ville sympa à visiter avec des enfants. Ne pas oublier tout de même...

Bons Plans Voyage

Services voyage