Flores de Mayo : les Philippines en fleur

Flores de Mayo : les Philippines en fleur
© Jejomar Alcaraz Roberto

De multiples événements rythment la vie locale des Philippins, connus pour être des amoureux des fêtes. Flores de Mayo (Fleurs de mai) est l’une des traditions les plus attractives de l’archipel. Dans les villes et villages, pendant tout le mois de mai, se déroulent processions dansées, chants et musique, parade dans les rues illuminées, fleuries et parfumées, des banquets… Les Philippines sous leur plus beau jour !

Religion des fleurs

Flores de Mayo est à la fois un festival consacré aux fleurs et une fête religieuse chrétienne en l’honneur de la Vierge Marie. Elle fut importée par les conquistadors espagnols, d’où son appellation. C’est dans la région de Tagalog, après la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception en 1854, et la traduction de Flores de Maria de Mariano Sevilla vers 1865 que débutèrent les Flores de Mayo. Les colons espagnols christianisèrent en effet les Philippines dès le XVIe siècle : c’est le seul pays d’Asie à majorité catholique à ce jour. Les manifestations florales des Philippines commémorent la croix que sainte Hélène, mère du premier empereur chrétien Constantin, rechercha à Jérusalem et rapporta à Rome en 326 après Jésus-Christ.

Après la saison sèche, en mai, les premiers bourgeons de bougainvillées ou gumamelas apparaissent et la saison des moussons annonce l’espoir de bonnes récoltes. C’est à ce moment que commence Flores de Mayo. La fête est organisée chaque année par les paroisses entre le 1er et le 31 mai, à différentes dates selon les villes, leurs budgets et les dons de la communauté. Neuf jours avant la fin du mois a lieu la Krusada. L'après-midi, les enfants composent des guirlandes d’ilang-ilang, ketmies et kalachuchis. Qu’il pleuve ou qu’il vente, ils dansent, chantent et décorent les allées des paroisses de fleurs fraîches cueillies dans leur jardin : sampaguitas, la fleur nationale des Philippines, petites fleurs blanches et violettes sauvages chichiricas, cadena de amor en forme de cœur, les caballeros rouges feu…

Des pétales de roses sont dispersés le long des rues déjà envahies de senteurs sucrées de santan ou daisy jusqu’à l'église principale. Elles sont jetées sur la statue de Marie et des bouquets sont déposés au pied de l’autel en offrande à la Vierge. Après la prière du rosaire et la lecture de méditation des dogmes de la foi, une messe est donnée le soir pour la prière novena.

Santa Cruzan, reine du festival

Flores de Mayo se termine avec la fête de Santa Cruzan à laquelle elle est souvent réduite. Cette parade spectaculaire et glamour, apparentée à un défilé de mode ou à un concours de beauté, éclipse l’ensemble de la manifestation. Celle-ci est considérée comme l’apogée des festivités et célèbre Reyna Elena. Le cortège est composé de plates-formes illuminées et fleuries. D’autres sont plus modestes mais réalisées avec autant de passion.

Sous la domination espagnole, seules les filles de riches familles étaient choisies par le curé de la paroisse pour participer à l’événement. Elles étaient responsables du financement et de l'organisation du festival, de la décoration du carrosse de la statue de Marie et de l'église. Aujourd’hui, ce sont les volontaires qui en sont chargées, les Hermanas. Les sagalas et reynas, les participantes à la procession, sont sélectionnées parmi les jeunes filles des villages, des personnalités du cinéma et de la télévision. Chacune représente les différents titres symboliques de Marie : Reyna Caridad (charité), Reyna Mora (musulmane), Reyna Banderada (drapeau), Reyna Justicia (justice), etc. Des travestis peuvent participer à la marche. Selon les barrios (quartiers), certains portraits manquent ou sont mis en avant.

Après le passage d’enfants déguisés en ange, les reynas grimées et souriantes défilent sous des arches de bambous, pour les Accolades of Our Lady. Elles marchent en s’éventant dans les rues bondées, au rythme des hymnes espagnols et latins. Elles portent de longues robes artisanales ternos en feuille de palme buri, aux couleurs vives, brodées de fleurs, de perles et de coquillages. Leurs partenaires revêtent le Barong Tagalog, la fine chemise traditionnelle blanche transparente ornée, ou assortie et colorée, avec parfois un chapeau chinois. Les Philippins et les visiteurs découvrent enfin la très attendue Reyna Elena. Elle est reconnaissable à la croix miniature du Christ déterrée au site du Calvaire qu’elle tient dans les mains.

Puis, place à la musique traditionnelle de la rondalla avec ukuléléistes, guitaristes et autres instrumentistes. Les fidèles tiennent des bougies et citent Dios Te Salve (Je vous salue Marie). Tandis que les petits gourmands se réunissent pour le pabitin : ils tentent d’atteindre un treillis en bambou, suspendu, hissé et baissé par des cordes. Celui-ci se vide de bonbons ou de fruits dont il était rempli. Le régal continue avec un banquet suivi de concerts.

Où fêter Flores de Mayo aux Philippines ?

Il est dit que cette fête commença en 1865 notamment à Batangas, au sud de Luzon. À Alitagtag, Flores de Mayo est appelée Tapusan et comprend :
- Agoncillo et Bauan, le 23 mai, une danse rituelle en l’honneur de la Croix sacrée et en remerciement des futures récoltes abondantes ;
- Hambo, une marche jusqu’au lac Tagbakin à pied ou en jeep, en chanson, pour y plonger la statue de la Vierge, y recueillir l’eau dans des seaux, s’y baigner ensuite, suivie d’un banquet avant de retourner à la chapelle ;
- Sibatan, une compétition de lance masculine à vélo consistant à atteindre un anneau suspendu à une corde à linge ;
- Putong, un feu d’artifice.

À Manille, Flores de Mayo est toujours grandiose. Elle se déroule de la place ou du parc Rajah Soliman jusqu’à Intramuros aux Punta Real Gardens, avec un dîner sur invitation, des performances et des récompenses. En 2005, la fête était aux couleurs du drapeau rouge, blanc et bleu. En 2008, les tenues du Santacruzan étaient conçues par de célèbres stylistes locaux.

Pour en savoir plus

Consultez notre fiche Philippines

Office de tourisme des Philippines
www.philippines-tourisme.fr
www.tourism.gov.ph

Blogs
www.wowparadisephilippines.com/santacruzan.html blogs.inquirer.net/talesofthenomad/2008/06/06/flores-de-mayo-in-cuenca-batangas

Aller aux Philippines
En avion, avec KLM, avec escale à Amsterdam, ou Cathay Pacific avec une escale à Hong Kong. Tarifs à partir de 650 € l’aller-retour.
Vols également avec Singapore Airlines, Thai Airways et Malaysia Airlines, toutes avec escales. Et aussi les compagnies aériennes du Golfe, tels Saudia, Gulf Air ou Emirates (avec escales).

Texte : Christiane Monsanto

Mise en ligne :

Philippines Les articles à lire

Bons Plans Voyage

Services voyage