Les lieux saints des grandes religions


Les grandes religions disposent toutes d'un ou plusieurs lieux saints qui remontent à la création de ces religions. Il s'agit généralement d'une église, d'une mosquée ou d'un temple. Ces lieux revêtent une importance particulière pour les fidèles. Ils ne sont pas toujours accessibles aux voyageurs athées ou pratiquant une autre religion.


La Basilique St Pierre du Vatican
La Basilique St Pierre du Vatican
© Rong Wang

La basilique Saint-Pierre du Vatican
(christianisme - État du Vatican)

Ce monument de la chrétienté donne sur la place Saint-Pierre, qui peut recevoir jusqu'à 150 000 fidèles pour l'angélus pontifical (le dimanche à 12h).
Classée par l’Unesco, la basilique Saint-Pierre a été construite aux XVIe et XVIIe siècles. Elle occupe le site de l'ancien cirque de Caligula et Néron. C'est dans ce cirque que l'apôtre Pierre fut martyrisé, en l'an 67. Il avait été choisi par Jésus pour fonder l'Église de la chrétienté.
L'angélus pontifical et la basilique Saint-Pierre sont accessibles à tous.

La mosquée du Haram de La Mecque
(islam - Arabie saoudite)

Bâtie en 1570, cette mosquée est gigantesque. Sa cour peut accueillir 2,5 millions de fidèles. Au centre, se trouve la Kaaba. C'est le lieu le plus vénéré de l'islam. Selon la tradition, il s'agit d'un temple construit par Abraham et son fils Ismaël, au carrefour des routes caravanières du Moyen Orient. Envahi peu à peu par des cultes païens, ce temple fut vidé de ses idoles en 630 par Mahomet. Il instaura alors le culte d'Allah, dieu unique, comme au temps d'Abraham.
Les non-musulmans n'ont pas le droit d'entrer dans La Mecque, première ville sainte de l'islam.


Le temple de Vishvanâtha de Bénarès
(hindouisme - Inde)

Chez les hindous, les lieux saints sont nombreux, car cette religion est polythéiste. Elle révère les trois dieux principaux Brahma, Vishnu et Shiva. Ville dédiée à Shiva, Bénarès est l'un des lieux où le principe divin se trouve en permanence. Il est présent notamment dans le Gange, dont l'eau purifie les fidèles.
Au Vishvanâtha (Temple d'Or), les hindous vénèrent Shiva, divinité favorisant la transformation de soi.
Construit au Xe siècle, ce temple n'est pas accessible aux non-hindous.


Le temple de la Mahabodhi de Bodhgayâ
(bouddhisme - Inde)

C'est à Bodhgayâ, sous un figuier des pagodes, que le prince Siddhartha Gautama a reçu la révélation du bouddhisme au VIe siècle avant notre ère. Le temple de la Mahabodhi a été construit à cet endroit.
Classé par l’Unesco, il remonte au Ve siècle. À côté, se trouve le Vajrasana (Trône de Diamant) où s'est assis le prince, devenu Bouddha. Un arbre de la Bodhi (figuier sacré) rappelle également le figuier de Siddhartha Gautama.
Le temple de la Mahabodhi peut se visiter.


Le Mur des Lamentations de Jérusalem
(judaïsme - Israël)

Ce mur d'enceinte est le seul vestige du Temple de Jérusalem, lieu saint de la religion juive dès 957 avant notre ère. Le temple fut détruit par les Romains au Ier siècle. L'esplanade située face au Mur des Lamentations forme une synagogue à ciel ouvert, qui peut recevoir plusieurs dizaines de milliers de fidèles. En hébreu, le Mur des Lamentations s'appelle Kakotel (Mur de l'Ouest), car il ceinture le versant ouest du mont du Temple.
Il est ouvert à la visite.
Le Mur des Lamentations, Jérusalem, Israël
Le Mur des Lamentations, Jérusalem, Israël.
© Jean-Marc Biehler
Le tourisme religieux
Page suivante


Les articles à lire

La Havane, la musique, les plages, le vieux Trinidad, le souvenir de Che Guevara, les...

Voyage

Bons Plans Voyage