Les métiers du voyage


Personnel aérien navigant



Le métier

Le métier

Les formations et le recrutement

Portrait

Pour " voir le bas d'en haut ", il faut d'abord choisir son équipage, commercial (hôtesses de l'air et stewards) ou technique (pilotes et copilotes), puis réaliser plusieurs escales obligatoires (sélections et examens) avant d'avoir le privilège de travailler dans les nuages…


L'équipage commercial

On retrouve sous la dénomination personnel navigant commercial (PNC) les métiers de chefs de cabine, d'hôtesses de l'air et de stewards. Leur rôle est de veiller au bien-être et à la sécurité des passagers. Le groupe Air France compte plus de 64 000 salariés (chiffres au 31 décembre 2013). Le personnel navigant commercial représente seulement 21% de l’ensemble de ceux-ci.


© Air France

Chef de cabine
Le chef de cabine a sous ses ordres l'ensemble du personnel navigant commercial. Il est le responsable de la réussite commerciale du vol et de la qualité du service. C'est lui qui rend compte directement au commandant de bord dont il est le délégataire. Lors du briefing, il répartit les tâches de l'équipage commercial et donne les indications du vol. Après le commandant de bord, c'est la deuxième autorité à bord !

Hôtesse de l'air ou steward

Avec les chefs de cabine, ils sont plus de 14 000 à travailler pour le groupe Air France. L’hôtesse de l'air est chargée du confort et de la sécurité des passagers. Elle accueille (toujours avec le sourire) les voyageurs, vérifie le bon fonctionnement des équipements de sécurité, gère l'approvisionnement des repas et des stocks de produits vendus à bord, sert les repas et boissons, effectue les ventes hors taxes, intervient en cas de premier soin, rassure les angoissés, aide les personnes âgées et handicapées… Le tout avec une patience à toute épreuve, malgré les incidents en vol qui, ces dernières années, se sont multipliés. La première cause de l'irascibilité de certains passagers serait l'interdiction de fumer en vol, compensée par la consommation abusive d'alcool…

On l'aura compris, le poste n'est pas de tout repos et demande une bonne résistance physique et nerveuse. D'autres paramètres sont également à prendre en compte, comme les horaires de travail décalés, la station debout prolongée, le décalage horaire, le changement brutal de climat, les temps d'escale très courts, les pressurisations et dépressurisations à répétition, et la difficulté d'avoir une vie personnelle stable. Les vols moyen-courrier (de courte durée) permettent tout de même de préserver la vie de famille.


L'équipage technique

L'équipage technique est constitué des pilotes (ou commandants de bord), copilotes et mécaniciens navigants (poste en voie de disparition). Leur rôle est d'assurer en toute sécurité le transport aérien de passagers d'un point à un autre. Selon les chiffres de 2013, Air France compterait 4 700 personnes pour son personnel navigant technique, soit 7% de l’ensemble des salariés.


© Air France

Pilote et copilote
Y a-t-il un pilote dans l'avion ? C'est préférable et, s'il a un infarctus en vol, c'est son acolyte le copilote qui prendra le manche… Seul maître à bord, le pilote de ligne ou commandant de bord a sous son autorité l'ensemble du personnel navigant.

Avec son copilote (à sa droite), il prépare soigneusement le plan du vol en tenant compte de nombreux paramètres comme les itinéraires à emprunter, les conditions météorologiques… Il prépare les instruments de vol, rentre les données dans l'ordinateur de bord… Avant de prendre les commandes, il doit s'assurer que tout est prêt. Avant le décollage, il consigne à voix haute à son copilote toutes les vérifications de sécurité. Durant le vol, il reste en contact radio permanent avec les tours de contrôle et il doit surveiller tous les paramètres tout en donnant des instructions.

Pilote et copilote peuvent se partager les tâches pour que ce dernier ne perde pas la main, l'un prend en charge les tâches "navigation et pilotage" tandis que l'autre est responsable des tâches "mécanique et communication". Et ils échangent au vol suivant. Métier de prestige et toujours idéalisé, le poste de pilote de ligne comporte aussi des aspects moins séduisants : sélection impitoyable, organisation de travail quasi militaire, pression constante liée à la sécurité et au trafic aérien en hausse constante… Piloter demande une très bonne condition physique (vue, audition, réflexes) et… des nerfs d'acier pour être capable de réagir à toutes les éventualités, même les pires… Comme les autres membres de l'équipage, le pilote subit les effets du décalage horaire et les irrégularités des périodes de travail et de repos.

page précédente page suivante




LES MÉTIERS DU VOYAGE
Commercial /
Financier international
Enseignant à l'étranger
Hôtelier / Restaurateur
G.O. animateur sportif
Le personnel navigant
Diplomate
Marin / Officier de la marine marchande
Grand reporter
Auteur de guides
L'humanitaire

Bons Plans Voyage

Vivre à l'étranger - Les articles à lire

Voyage Expatriation et Erasmus