L'espéranto

L'espéranto, c'est "tre facila" !

L'espéranto, c'est
© alexlmx - Adobe Stock

Saviez-vous que cent cinquante heures sont nécessaires à un francophone pour maîtriser l'espéranto, alors qu'il en faut plus de mille pour atteindre un niveau d'anglais équivalent ? On estime que cette langue s'apprend de huit à dix fois plus rapidement qu'une langue nationale.
L'espéranto est rapide et facile à acquérir, de par la simplicité de sa grammaire et les règles de construction des mots.

Petit aperçu du système linguistique espérantiste…
À la base, des mots racines, auxquels on rajoute des affixes (préfixes ou suffixes) pour en préciser le genre, le nombre, et le temps pour les verbes. En gros, ce sont les affixes qui donnent à un mot sa signification. Par exemple, quand le français invente un nouveau mot pour mettre un terme au féminin, l'espéranto se contente de remplacer le « o » final par le suffixe « ino ». Pour dire « père » et « mère », on dit « patro » et « patrino ». Devant les noms, pas de problèmes d'articles féminin ou masculin, on dit « la » tout le temps : la kato (le chat), la bovo (le bœuf), la patro et la patrino (le père et la mère). Et pour dire « la vache » ? « La bovino », tout simplement ! 
Au présent, les verbes se terminent par « as » quelle que soit la personne. Pour savoir de qui on parle, il n'y a qu'à ajouter une préposition. « Mi cantas » signifie « je chante », et « vi cantas » ça veut dire « tu chantes ». Douze terminaisons expriment le présent, le passé et le futur. Ne vous souciez pas des exceptions et des verbes irréguliers, il n'y en a pas.

« L'espéranto, c'est un peu comme un jeu de construction. Parler une langue, c'est une gymnastique, une gymnastique de la parole qu'il faut pratiquer. » Juliette résume ainsi à merveille la virtuosité grammaticale espérantiste.

Si ces quelques règles de base vous ont donné envie d'aller plus loin, lancez-vous ! Pour apprendre l'espéranto, ce ne sont pas les moyens qui manquent. Dans la plupart des villes de l'Hexagone, il existe des associations d'espérantistes, qui organisent régulièrement des stages intensifs, en parallèle de cours à l'année. En France, deux universités enseignent l'espéranto. On est encore en retard par rapport à d'autres pays comme la Chine, qui compte cinquante-sept « facs d'espéranto », mais ce récent boom laisse imaginer des licences d'espéranto comme on trouve des licences d'anglais ou d'allemand. Vous pouvez d'ores et déjà vous initier à la langue par les cours offerts par correspondance ou à l'aide de méthodes disponibles dans le commerce. Sans oublier les nombreuses leçons téléchargeables sur Internet, avec la possibilité d'envoyer par e-mail ses exercices à un correcteur espérantophone. à vous de choisir la technique qui vous convient !

Texte : Leïla Chaibi

Les articles à lire

Bons Plans Voyage