Dormir chez l'habitant

Gratuit : couchsurfing et échange

Gratuit : couchsurfing et échange
© mooshny - Fotolia

Chez l’habitant, rime parfois avec gratuitement. En réalité, il s’agit plutôt d’un échange de bons procédés.

Ainsi, depuis quelques années, les sites d’échange d’appartements se sont multipliés : www.homeforexchange.comwww.trocmaison.comwww.echangedemaison.comwww.homeforhome.comwww.homelink.com… un concept qui séduit particulièrement. Le site homeexchange.fr propose 400 000 maisons dans 187 pays. On comptabilise au minimum 300 000 échanges d'appartements réalisés dans le monde chaque année.

Si l'échange se fait gratuitement, l'inscription aux sites d'annonce est par contre payante.

Les Parisiens tirent particulièrement leur épingle du jeu, car la capitale reste le must à voir aux yeux des étrangers. Ainsi, il n’est pas rare d’échanger son deux-pièces croquignolet à Montmartre contre une maison avec piscine aux États-Unis. Bien sûr, il faut avoir une monnaie d’échange, cette pratique séduit plutôt la classe moyenne, propriétaire de son logement.

Selon un sondage réalisé par Homelink, 69 % des échangeurs ont des revenus supérieurs à 40 000 € par an. Des individus qui auraient tout à fait les moyens de se payer une chambre d’hôtel.

L’échange de maison, c’est avant tout une philosophie. Certains utilisateurs avouent saisir les opportunités et partir là où cet échange les mène… L’inconnu redonne un parfum d’aventure au voyage. On cherche à connaître un pays de l’intérieur, à vivre les mœurs d’une autre nationalité, sans oublier le côté pratique : difficile de trouver une chambre d’hôtel pour 5 ou 8 personnes. L’échange, c’est l’eldorado des familles nombreuses.

Couchsurfing et wwoofing

Mais les budgets serrés et les voyageurs solos ont aussi leur concept : le couchsurfing. Que celui qui n’a jamais atterri sur le canapé d’un ami pour la nuit, jette son sac à dos ! La différence, ici, c’est que l’on squatte le futon de quelqu’un qu’on n’a jamais vu.

Née en 2004, la formule séduit particulièrement les jeunes, qui en profitent pour se faire des amis et plus si affinités... Encore une fois, la méthode fait un carton. Le site couchsurfing.com compte près de 14 millions de membres dans 250 pays et 200 000 villes.

Dans le même esprit, le "nightswapping" mélange couchsurfing et échange d'appartement. L'idée ? Mettre en relation des particuliers via une plateforme web pour échanger gratuitement des nuits d'hébergement. On gagne des nuits en recevant des membres chez soi que l'on peut utiliser chez d'autres "nightswappers". 

NightSwapping a rejoint le groupe HomeExchange tout en maintenant un concept similaire avec l'accumulation de GuestPoints.

Dernière option pour loger gratos, le wwoofing. Là, il faudra mettre la main à la pâte en contrepartie du gîte et de la nourriture, on vous demandera d’aider aux travaux de la ferme. Un ranch au Texas, une propriété vinicole argentine ou une ferme écolo en Suède, des horizons multiples qui ont de quoi allécher les amateurs de nature et de vie au grand air.

Pour en savoir plus, consulter nos dossiers sur l’échange d’appartement, le couchsurfing et le woofing.

Plus d’infos :

www.trocmaison.com
www.echangedemaison.com
www.homelink.fr
www.switchome.org
www.homeforexchange.com/France/
www.couchsurfing.org
www.wwoof.fr/
wwoofinternational.org/

Texte : Carine Keyvan

Bons Plans Voyage

Articles à lire