Seniors en voyage

Carte d'identité des papys voyageurs

Carte d'identité des papys voyageurs
© luengo_ua - Adobe Stock

17 millions des Français avaient plus de 60 ans au 1er janvier 2015 selon l’INSEE, il y en aura 22 millions à l’horizon 2040. Cette population dispose de temps libre et, souvent, d’un pouvoir d’achat renforcé par la fin du remboursement d’un crédit, le départ des enfants de la maison… 

Les professionnels du tourisme se frottent les mains à l’idée de millions de nos aînés disposés à se payer des vacances. 
Selon une étude d’Eurostat, les plus de 55 ans représentent plus de 30% du tourisme européen. Les plus de 65 ans, eux sont les plus dépensiers en voyage. Le secteur touristique européen enregistre par contre un recul d'activité chez les plus jeunes. 
Pourtant, le « tourisme senior » n’est pas un secteur sur lequel les voyagistes misent ouvertement. L’explication est simple : les anciens sont des voyageurs (presque) comme les autres. Petit tour d’horizon de leurs habitudes en ce domaine.

Qui sont-ils ?

Parmi les 55 ans et plus, on distingue deux principales catégories de voyageurs. Les enfants du baby-boom, nés après 1946, sont de la génération des premiers routards. Ils ont l’expérience des voyages et en maîtrisent les ficelles, même les plus modernes comme les séjours à bas prix vendus sur Internet. Ceux qui voyageaient beaucoup pendant leur vie active profitent de la retraite pour accélérer le rythme. 

Toujours selon étude d’Eurostat, les voyageurs seniors voyageant à l'étranger correspondent à 24% de l’ensemble des plus de 55 ans. A l’opposé, leurs parents, qui sont nés avant les congés payés et la démocratisation des voyages à l’étranger, préfèrent les vacances en France, dans les stations balnéaires ou à la campagne. Qu’on se le dise: des habitudes bien rodées ne changent guère et bien qu’ils dépensent plus, les plus de 65 ans voyagent moins.

Où partent-ils ?

Bien que les retraités n’aient, par définition, pas de contraintes temporelles, 51 % des plus de 65 ans partent en été, comme 57 % des Français. Ce mimétisme s’explique par plusieurs facteurs. Les jeunes seniors qui ont encore des enfants à la maison, ou ceux qui partent avec leurs petits-enfants, voyagent pendant les vacances scolaires. Surtout, ils tiennent à avoir une vie sociale: la meilleure façon de ne pas se retrouver tout seul, ou entre papys, en vacances, est encore de partir en même temps que les autres. Cependant, ils partent aussi le reste de l’année, profitant des tarifs «basse saison» ou de promotions offertes pour un séjour en semaine. C’est pourquoi on a tendance à retrouver une forte concentration de personnes âgées en période creuse.

Comment partent-ils ?

Pour la majorité des vacances, les seniors ne font pas appel à des voyagistes. Près des deux tiers profitent d’un hébergement «non marchand», c’est-à-dire d’une résidence secondaire ou d’un pied-à-terre dans la famille ou chez des amis. En revanche, lorsqu’ils font appel à des professionnels, ils privilégient le confort et le tout compris: hôtel, chambres d’hôtes, croisières, thalassos, séjours en villages-vacances…

Que cherchent-ils ?

Selon une étude d’Amadeus de 2014, les seniors ont changé et forment désormais une catégorie de voyageurs à part. Ils ne veulent pas être traités en « vieux » et voient leur retraite comme une nouvelle jeunesse, le moment pour enfin explorer le monde, à leur rythme. Ils se laissent désormais plus guider par une volonté d’accomplir quelque chose, de faire la différence et de donner une signification à leurs actions. Ils préfèrent, en outre, le contact humain à la technologie.

Le site Camping-and-Co.com a effectué en 2015 auprès de sa clientèle de campeurs une enquête allant dans le même sens. Elle montre que, comme la majorité des Français, la plupart des seniors ne partent en vacances qu’une semaine par an (à 67%) et choisissent souvent les mois de juillet et août (à 53%).

À lire: Le Tourisme à l’âge de la retraite, de Pascal Pochet et Bernard Schéou, La documentation française, 2002.

Conclusion: nos aînés voyagent, pour l’ensemble, de la façon dont ils l’ont toujours fait et, plus généralement, à peu près de la même manière que la majorité des Français. Ils ne cherchent pas à se démarquer des autres, redoutant d’être parqués « entre vieux » et privilégiant les rencontres intergénérationnelles.

Les offres « spécial senior », les croisières ou voyages en autobus organisés, ne correspondent donc plus à ce public en évoluant continuellement et à la recherche d’insolite. Aux agences de voyage de comprendre quelle est la formule adaptée ! 

Voilà qui explique qu’il n’existe que peu d’offres touristiques exclusivement destinées aux seniors. Quelques voyagistes cependant s’adressent directement à eux.

(1) Baby-boom et consommation touristique à l’âge de la retraite, étude qualitative de Touriscopie pour la direction du Tourisme, décembre 2004.

Texte : Clementine Bougrat

Les articles à lire

Bons Plans Voyage