Bruce, la péninsule aux deux parcs nationaux

Bruce, la péninsule aux deux parcs nationaux
© Ontario Tourism

En partenariat avec Destination Canada  Destination Canada

À moins de 4h de route de Toronto, la péninsule Bruce abrite deux parcs nationaux, l'un sur terre, l'autre sous l'eau. Le Bruce Peninsula National Park est réputé pour sa flore abondante, notamment ses orchidées sauvages, et sa faune exceptionnelle avec pas moins de 140 espèces d'oiseaux. Mais beaucoup de voyageurs viennent dans la région pour approcher les épaves englouties au fond des eaux turquoise du Fathom Five Marine Park. Car, dans ce coin de l’Ontario, le lac Huron abrite l’un des hauts lieux de la plongée au Canada, un pays où la nature n’en finit pas de nous étonner…

Une péninsule, deux parcs nationaux

Une péninsule, deux parcs nationaux
Tobermory © Ben Jaworskyj

C'est sans doute l’un des plus beaux endroits de la région des Grands Lacs. Dans la province de l'Ontario, à moins de 300 km de Toronto, la péninsule Bruce, longue de 80 kilomètres, s'avance dans le lac Huron, - l'un des cinq Grands Lacs d'Amérique du Nord et le cinquième plus grand au monde (59 600 km2), séparant le bassin principal du lac de la baie Géorgienne (à l’est).

La péninsule accompagne le tracé de l'escarpement du Niagara, une crête rocheuse dont une falaise a donné naissance aux fameuses chutes du Niagara. Où que l'on soit sur la péninsule, on est toujours à moins de 11 kilomètres des rives. Les sentiers de randonnée serpentent entre les arbres majestueux de forêts denses et paisibles, qui se reflètent dans les eaux pures et limpides du lac Huron. Autre attrait de l’endroit, les activités sont possibles en toute saison : pêche dans la glace l'hiver, observation des oiseaux au printemps trekking à l'automne...

La péninsule Bruce se visite en général à partir de la ville de Tobermory, située à une dizaine de km.  Au détour d'un chemin, on tombe sur des plages magnifiques comme celle de Sauble, la deuxième plage d'eau douce la plus longue au monde. Elle doit d'ailleurs doit son nom à des explorateurs français. Ils avaient baptisé la rivière adjacente « la rivière au sable ».

On peut aussi lever la tête pour tourner les yeux vers le ciel. A Lion's Head, les télescopes sont de sortie. Tous les vendredis et samedis durant l'été, au coucher du soleil, une association d'astronomes amateurs se réunit pour faire partager leur passion. Ici, pas de pollution lumineuse. Les cieux sont aussi limpides que les eaux du lac.

Pour ce qui est de son histoire, la péninsule a longtemps accueilli des activités humaines. Brièvement chassés par les Iroquois, les Premières Nations Saugeen Ojibway furent parmi les habitants les plus anciens. Aujourd'hui, les Chippewas de Saugeen et Nawas continuent d'y perpétuer les traditions amérindiennes, notamment en organisant chaque année un pow wow.

Pour toutes ces raisons, la péninsule Bruce est très prisée des touristes : près de 400.000 visiteurs sont venus en 2016 sur la péninsule pour profiter de son sublime cadre naturel, protégé par deux parcs nationaux : le Bruce Peninsula National Park et le Fathom Five Marine Park. Pas mal pour une péninsule d’à peine 80 km de long !

Le parc national de la péninsule Bruce

Le parc national de la péninsule Bruce
© Ontario Tourism

Le parc national de la péninsule Bruce est réputé pour sa variété d'orchidées sauvages : 44 espèces différentes, dont deux non natives de l'endroit, probablement échappées de jardins. Chaque année en juin, un festival leur rend hommage. On y trouve aussi une espèce officiellement menacée de disparition depuis 2008, qui pousse seulement dans la région des Grands Lacs de l’Amérique du Nord : l’hyménoxys herbacé, une plante aux fleurs jaunes vives. Merci de ne pas la fouler des pieds ou encore moins d'en ramener en souvenir chez vous.

Munis de paires de jumelles, on peut observer aussi la faune locale. Les oiseaux se parent ici autant de plumes que de noms pittoresques: la paruline flamboyante, le goglu des près, la maubèche des champs ou encore l'engoulevent bois-pourri.

Quelque 55 km de sentiers permettent de parcourir des secteurs bien spécifiques du parc. Au départ de Cyprus Lake, les visiteurs apprécient beaucoup de se rendre par le Georgian Bay Trail à la « grotte », une arche-caverne creusée sur les flancs de la côte nord, où les eaux sont d’un turquoise éclatant. Pour y accéder, il faut porter de bonnes chaussures de randonnée et faire attention en se frayant un chemin au bord de l’escarpement du Niagara. D'ailleurs, à certains endroits du parc, on peut faire de l'escalade sur des blocs rocheux. Et, pour se remettre, on peut se prélasser sur le sable de la plage des Sables chantants (Singing Sands), un joli nom pour cette étendue de sable bordée de dunes et adossée à la forêt.

Un moyen de découvrir le parc sous une autre perspective, c'est de s'aventurer en canoë ou en kayak sur les eaux du lac Huron ou de la baie Géorgienne. Si l'on s'éloigne des côtes, il vaut mieux être prudent, les vents sont parfois facétieux. En tout cas, consulter les prévisions météorologiques avant.

Enfin, les amateurs de grande randonnée se lanceront sur le Bruce Trail, un super sentier de 885 km qui longe l’escarpement du Niagara, entre Queenston (près de Niagara Falls) et Tobermory. Comptez quatre bonnes semaines de marche.

Le parc national marin Fathom Five

Le parc national marin Fathom Five
Flowerpot Island © Ben Jaworskyj

Des eaux turquoise limpides miroitant sous le soleil estival… Vous ne rêvez pas, vous êtes bien dans l’Ontario et toujours sur la péninsule Bruce, au cœur du Fathom Five Marine Park ! Une autre merveille de la nature canadienne, qui regroupe une vingtaine d’îles au large de Tobermory.

Parmi celles-ci, la fameuse île « Pot de Fleur » (Flowerpot) tire son nom de ses deux grands champignons rocheux, derniers vestiges d’une falaise érodée. De mi-mai à mi-octobre, deux compagnies fluviales proposent des excursions dans l’archipel, avec ou sans escale à Flowerpot Island, pour profiter de la beauté des lieux.

Parmi les activités incontournables du parc national marin Fathom Five, la plongée sous-marine est facilitée par des eaux calmes et limpides. Près d’une vingtaine d’épaves et la beauté des fonds rocheux font même du parc l’un des musts de la plongée au Canada.

L’eau est tellement limpide que certaines épaves sont visibles depuis la surface, avec un masque et un tuba. Sinon il faut se rendre à Tobermory pour retirer un permis de plongée, après avoir dégusté un délicieux fish and chips. Cela dit, les épaves peuvent être observées au sec, puisque des excursions en bateau sont organisées pour en faire le tour.

L'épave la plus fameuse, près du port de Tobermory, est la goëlette Sweepstakes, longue de 36 mètres. Après avoir été endommagée en 1885, elle repose désormais à trois mètres sous l'eau. Rentrer à l'intérieur est désormais interdit aux plongeurs, leurs bulles risquant d'endommager les structures.

Les plongeurs les plus expérimentés iront voir l'épave de l'Arabia, un voilier échoué à une trentaine de mètres de fond en 1884. Le mât de beaupré, sur la proue, est quasiment intact. Si sa cargaison de maïs a bien sûr disparu, l'épave demeure vaillante. Prête à continuer son voyage dans le temps…

Découvrez l'Ontario

Fiche pratique

Destination Canada

Office de tourisme de l'Ontario

Site de la Bruce Peninsula Tourist Association

Le site fourmille d'infos sur la région et propose un guide à télécharger (en pdf).

Blue Heron Company

La société Blue Heron Company organise plusieurs tours en bateau à travers le parc national marin Fathom Five. Il existe aussi une croisière pour admirer le paysage au soleil couchant.

Tobermory Helicopter Tours

La même société propose depuis 2017 de survoler parc national marin Fathom Five en hélicoptère.

Texte : Routard.com

Canada - Les articles à lire