Drapeau Roumanie

Carte d'identité Roumanie

- Capitale : Bucarest.
- Superficie : 238 390 km².
- Population : 20 120 000 habitants.
- Densité : 84 hab./km².
- Population rurale : 47 %.
- Espérance de vie : 70 ans pour les hommes, 78 ans pour les femmes.
- Monnaie : leu (pluriel : lei ; sigle : Lei).
- Langue officielle : roumain (85 %).
- Statut : république unitaire, pluralité des partis.
- Régime : démocratie parlementaire. Régime semi-présidentiel comprenant un président de la République, un Premier ministre et un Parlement composé d'une Chambre des députés et d'un Sénat.
- Chef d'État : Traian Băsescu, élu le 20 décembre 2004 (centre-droit), et réélu en 2009.
- Sites inscrits au Patrimoine mondial de l'Unesco :

  • le delta du Danube ;
  • les monastères de Moldavie ;
  • le monastère de Horezu ;
  • les sites villageois avec églises fortifiées de Transylvanie ;
  • le centre historique de Sighişoara ;
  • les églises en bois du Maramureş ;
  • les forteresses daces des monts d'Orăştie.

Économie

Quelques chiffres

La Roumanie est la 55e économie du monde par son PIB, ce qui la place dans le peloton de ses voisins, la Hongrie et l’Ukraine. Mais le PIB par habitant, plus représentatif du niveau de vie de la population, classe la Roumanie aux alentours de la 70e place, loin derrière la majorité des pays européens. Il faut dire que 22 % des Roumains vivent sous le seuil de pauvreté ! Ses deux principaux partenaires économiques (pour les importations et les exportations) sont l’Allemagne et l’Italie.

Agriculture : 7,5 % du PIB.
Industrie : 33 %.
Services : 59,5 %.

Historique

L’année 1989 marque la chute de Nicolae Ceauşescu et la fin du communisme en Roumanie, mais également la difficile entrée du pays dans l’économie de marché. Rigide, inadaptée, corrompue et affaiblie par le remboursement de la dette qui obsédait tant Ceauşescu, l’économie roumaine est à l’agonie.
Les dirigeants des années 1990, issus des rangs communistes, lancent une vague de privatisations et mènent une politique de rigueur qui permet de ralentir nettement l’inflation et de redresser la balance commerciale. Mais cette reprise économique s’est très peu répercutée sur le niveau de vie.

L’année 2007 marque un tournant historique pour la Roumanie, qui entre dans l’UE en même temps que la Bulgarie. L’économie du pays connaît une croissance soutenue. Mais la transition économique est loin d’être terminée.

En 2008, patatras ! C’est l’éclatement de la crise financière mondiale, qui touche durement la Roumanie. La mauvaise utilisation des fonds européens est critiquée par les experts. Pagaille, inaction, mauvaise gestion, corruption : les causes du gaspillage ne manquent pas.

Cela n’empêche pas le président Traian Băsescu d’insister auprès de l’UE pour que son pays entre dans la zone euro dès 2015. Et les critères de convergence sont en passe d’être satisfaits.

La croissance, revenue timidement à partir de 2011, est tirée par les exportations industrielles (automobile, textile, électronique, machines-outils et informatique). Mais la Roumanie doit encore faire face à de nombreux défis : remontée du chômage, perte de productivité, manque d’investissements dans l’éducation et la santé, fuite des cerveaux, explosion du nombre de retraités, nécessité de vastes réformes structurelles dans les entreprises publiques, l’énergie ou les transports...

Dacia, la marque automobile symbole d’un pays

La Roumanie est le 30e producteur de voitures au monde, entre la Suède et le Pakistan, mais devant Taïwan, le Portugal, l’Autriche et les Pays-Bas. Dacia est la voiture roumaine issue de la rencontre de la marque Renault avec la Roumanie.

Dans les années 1960, en pleine période communiste, la Roumanie prit la décision de fabriquer sa propre voiture pour le marché intérieur roumain.

La Dacia 1300 est devenue une voiture 100 % roumaine, mais elle plongea dans une période d’immobilisme technologique.

Le 2 juillet 1999 marque le retour de Renault avec une prise de capital de 51 % dans la marque Dacia (aujourd’hui, Renault en possède la quasi-totalité). La Dacia s’ouvre actuellement à une véritable carrière internationale sous la houlette de Renault par la naissance de la Logan, en passe de remplacer l’historique Dacia 1300 sur les routes roumaines.




Drapeau sejours week end Roumanie

Partir en Roumanie


Applis Routard Iphone Ipad