Transports et déplacements Québec

Location de voitures

C'est souvent en réservant depuis l'Europe qu'on obtient les meilleures conditions. Si vous louez sur place, demandez sans ambages « Quel est votre meilleur tarif ? ».
Pour louer une voiture au Canada, il faut avoir minimum 20 ans, mais la plupart des agences demandent un supplément quotidien (25 à 30 $ par jour) aux chauffeurs de moins de 25 ans ; certaines refusent même de leur louer.
Quel que soit l’âge, il est indispensable d'avoir une carte de paiement : elle sert de garantie aux loueurs. Le permis de conduire français est reconnu au Canada (1 an de permis minimum pour une location).

L’hiver, demandez des véhicules équipés de pneus neige (avec supplément).

Location de motorisés (camping-cars)

On parle aussi de « roulotte... »... Bonne idée pour partir en famille ou à plusieurs. Le réseau de location est étendu et l'on trouve des camping-cars dans toutes les régions du Canada. Nombreuses formules : aller simple ou circuit en boucle, kilométrage illimité ou pas, forfaits autoguidés, etc. Idéal pour vivre au rythme de la démesure canadienne.

Conduire au Canada

Conduire une voiture automatique

Il n'y a pratiquement que cela au Canada.
Il n'y a que deux pédales : le frein et l'accélérateur. Pour oublier vos vieux réflexes, calez votre pied gauche dans le coin gauche, et ne l’en bougez plus puisque seul le pied droit est utile.
Pour freiner, posez délicatement votre pied (droit, donc) sur la pédale et n'écrasez pas le champignon (le frein des automatiques est vraiment très sensible) !
Lorsque vous passez de la position « P » à une autre, appuyez toujours sur le frein, sinon vous risquez de faire un bond ! D’ailleurs, les nouveaux véhicules refusent de quitter le point « P » tant que vous n’avez pas posé le pied sur le frein, non mais !

Circuler et s'orienter

La vitesse est limitée à 30 ou 50 km/h en ville et à 90 km/h (parfois 100 ou 110 km/h) sur autoroute. Respectez bien les limitations de vitesse, car les contrôles sont fréquents.

Sauf spécificités locales, les routes sont larges, mais peuvent être un peu gondolées à cause des fortes amplitudes thermiques.

Bonne nouvelle : les autoroutes sont gratuites, et les conducteurs semblent nettement moins pressés qu’en France.

Quelques règles de conduite

- Les feux tricolores : appelés « lumières », ils sont situés après le carrefour et non avant comme chez nous.

- Tourner à droite au feu rouge, à une intersection : à condition d'être sur la voie de droite et sauf indication contraire, vous pouvez tourner à droite au feu rouge après avoir marqué l'arrêt et vous être assuré que la voie est libre. Exception à la règle : l'île de Montréal, où c'est strictement interdit, ainsi qu'à certaines heures dans la ville de Québec.

- « Virage protégé au clignotement du feu vert » : aux intersections, cela signifie que vous êtes prioritaire et que vous pouvez tourner sans risque, la file d'en face étant à l'arrêt.

- La priorité à droite n'existe pas au Canada. Aux croisements dotés de stops pour toutes les voies (ou feux rouges clignotants), la règle veut que le premier arrivé passe en premier.

- Quand un bus scolaire jaune s'arrête, des feux rouges s'allument et un petit panneau « Arrêt » s'affiche sur la portière du conducteur. Toutes les voitures doivent s'arrêter, celles qui suivent comme celles qui viennent en face. Interdit de redémarrer avant que les clignotants s'éteignent, même s'il n'y a pas d'enfants... C'est l'une des pires infractions au code de la route et l'amende est très salée.

- Dans les grandes villes, les parkings (pardon, les stationnements) sont payants et assez chers, particulièrement ceux des hôtels. Mais stationner dans une rue de Montréal ou de Québec est un véritable casse-tête !
Concernant les stationnements payants par horodateur, il faudra mémoriser son numéro d’emplacement et le saisir sur le clavier avant de payer. Dans certaines villes, notamment Montréal, pas besoin de poser son justificatif de paiement sur le tableau de bord, le règlement est enregistré dans l’horodateur avec votre numéro d’emplacement.
On peut également régler de son mobile,

Train(Via Rail)

Pratique pour effectuer de longs trajets entre les grandes villes, mais pas pour sillonner l’intérieur des provinces, mal – voire pas du tout – desservies.

Les trains canadiens sont lents mais confortables. La liaison la moins lente relie Montréal et Toronto (550 km) en un peu moins de 5h.

La classe Évasion est environ deux fois moins chère que la classe Affaires. Les places ne sont pas plus spacieuses, mais on bénéficie de quelques petits privilèges en gare, d'un service plus attentionné et d'un repas chaud gratuit.
En classe Économie, les tarifs jeune (12-25 ans) ou senior (plus de 60 ans) sont accordés sur simple présentation d'une carte d'identité. Les enfants de moins de 2 ans voyagent gratuitement et les moins de 12 ans bénéficient d'une remise de 50 %.

Pour ceux qui comptent sillonner le pays en train, le Canrailpas-Réseau permet d’effectuer 7 à 10 allers simples partout au Canada sur une période de 60 jours ; valable seulement pour les places assises (supplément à payer pour les voitures-lits).
On opte pour les forfaits Grandes économies (choix des places limitées) pour 700-900 $, Économies (un peu plus polyvalent) pour 770-1 000 $, ou Réseau illimité (1 300 $).
Il existe aussi la carte Canrailpass-Corridor, même principe mais sur une période de 21 jours seulement, dans le sud du Québec et de l’Ontario (Québec, Montréal, Ottawa, Kingston, Toronto, Niagara Falls...). Tarif adulte : 300-700 $. Réduction d’environ 10 % dans les deux cas pour les enfants, jeunes, plus de 60 ans et détenteurs d’une carte ISIC.

Bus 

Souvent plus pratique et plus rapide que le train, il permet de parcourir de très longues distances d'une traite (jusqu'aux États-Unis).

Greyhound dessert l'essentiel du territoire ; Coach Canada dessert plutôt l'Ontario et le Québec. Quant à la low‑cost Megabus, elle dessert à des prix défiant toute concurrence Montréal et l’Ontario, dans des bus modernes avec wifi gratuit. Dans la Belle Province, il y a surtout Orléans Express et InterCar.
En Gaspésie et dans les îles de la Madeleine, les minibus du réseau Régîm assurent les liaisons non effectuées par Orléans Express (parfois uniquement sur réservation ou selon la demande).
À deux ou plus, la location d'une voiture se révèle vite plus avantageuse, car les réseaux d'autobus et les fréquences ne sont guère étendus. En revanche, pour le routard solitaire, c'est relax et l'occasion de faire plein de belles rencontres.

Chez Greyhound, les étudiants et les membres de Hostelling International obtiennent entre 25 et 50 % de rabais. Intéressez-vous aussi aux tarifs advance purchase (de - 25 % à - 50 %) pour les résas bien à l’avance, et web only (les mieux, dans les - 40 % à - 50 %).

Auto-stop

On dit « faire du pouce » en québécois, hitchhiking en anglais.

Le stop se pratique de moins en moins, concurrencé par le covoiturage (certes payant, mais vraiment peu dispendieux). Il est néanmoins assez facile dans le nord du Québec, mais il est interdit ou sévèrement découragé dans les provinces anglophones. Les relais routiers (truck stops) sont de bons points de rencontre. Demander directement aux chauffeurs leur destination.
Mais sachez que la pratique n’est pas bien vue en Amérique du Nord.

Services voyage



Forum Québec

Voir tous les messages
Transport

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Transport Québec

Vos discussions préférées du forum Transport Québec

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Québec

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Québec

Agenda Québec

Québec Les articles à lire