Carte d'identité Martinique

- Superficie : 1 130 km².
- Situation : à 7 000 km de la France, à 3 150 km de New York, à 440 km de la première côte sud-américaine. 25 km la séparent de la Dominique, 37 km de Sainte-Lucie. Quant à la Guadeloupe, elle est à 120 km.
- Préfecture : Fort-de-France.
- Population : 386 490 habitants.
- Densité : 344 hab./km².

Économie

Bien avant l'euro, c'est le sucre qui fut la première monnaie d'échange internationale.

Si le boom économique reposait uniquement sur le sucre et le rhum aux XVIIe et XVIIIe siècles, ce n'est plus le cas aujourd'hui. Le cours du sucre s'étant effondré dans les années 1960, la production annuelle de canne atteint aujourd'hui difficilement 220 000 t, ce qui la place très loin derrière Cuba, et même derrière ses voisines des Caraïbes.

On importe, car, avec une seule usine encore en activité, celle du Galion à La Trinité, les besoins locaux ne sont même plus totalement couverts et le rhum ne se vend pas si bien que ça, malgré l'effet positif de l'AOC créée en 1996.

Petit tour d'horizon économique...

Force et fragilité de la banane antillaise

La banane est curieusement sortie ragaillardie du cyclone Dean en 2007. Les planteurs ont reçu de l'argent de la Communauté européenne.

Aujourd’hui, la « filière banane » reste la principale activité agricole de la Martinique et les champs de bananiers couvrent 25 % de la superficie cultivée du département. Mais, en une vingtaine d'années, l'île a perdu des milliers d'hectares  de terres cultivables par an au profit de la construction.

La Martinique se classe autour du 30e rang mondial de producteur de bananes (c’est l’Inde qui décroche la première marche du podium), mais elle reste tout de même le deuxième fournisseur en Europe (derrière les îles Canaries !). Une position qu’elle occupe principalement grâce à ses efforts constants visant à faire de sa banane un produit d’excellence.

Une économie en pleine crise de nerfs

Quand un conflit social éclate dans ce secteur sensible, c’est l’économie de l’île tout entière qui est en danger. Le port étant la plaque tournante de la Martinique puisque la majeure partie de ce qui s’y consomme est importée, dès que celui-ci est bloqué, le handicap économique apparaît de façon criante, et l'île est alors paralysée. On n’a pas su (ou pas voulu) tisser des liens étroits avec les autres îles de la zone caraïbe, sans doute pour ne pas attiser le sentiment indépendantiste en rapprochant l’économie martiniquaise de celle des îles voisines... Résultat : une insurrection sociale générale en 2009, d’abord en Guadeloupe puis, ici, en Martinique.

Dans ces conditions, difficile de s’étonner des chiffres atteints par le taux de chômage. Et malgré cela, l’île, dans le contexte caribéen, est la plus « riche » de l’arc antillais.

Dans ce contexte difficile, le tourisme est bien sûr un secteur d’activité moteur. Les années glorieuses ont entraîné un « tourisme facile » que la Martinique n’a pas su ou pas pu conserver. Attitude qu’elle risque de payer aujourd’hui au prix fort, face aux îles concurrentes, si le tournant n’est pas pris.

Services voyage



Forum Martinique

Voir tous les messages

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Martinique

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Martinique

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Martinique

Agenda Martinique

Martinique Les articles à lire