Drapeau Inde

Santé et sécurité Inde

Santé

L'Inde, comme tous les États du sous-continent indien, est l'un des pays du monde où l'hygiène laisse le plus à désirer.

De plus, par philosophie, ou religion, les Indiens n'ont qu'une faible propension à lutter contre les causes les plus évidentes des maladies infectieuses : cadavres d'animaux abandonnés le long des routes, animaux dans les rues et les habitations, jusqu'aux rats qu'on laisse proliférer, voire que l'on adore dans certains temples... Rien d'étonnant à ce que la peste soit présente dans ce pays à l'état endémique.

Les précautions « environnementales » les plus strictes doivent être appliquées pour tout séjour en Inde. En toute première priorité, les précautions alimentaires « universelles » doivent être strictement suivies. Ne boire aucune eau non contrôlée sauf si elle est consommée via Lifestraw (le procédé individuel le plus économique). Il s’agit d’une sorte de paille individuelle qui filtre bactéries, virus et parasites (à ébullition, ou microflitrée (type Katadyn) ; proscrirehauteur de 99,99 % : du jamais vu) avec une capacité de 1 000 litres, soit la consommation d’une personne sur une année. Proscrire les glaçons et si possible les pailles (à usage répété et simplement rincées avant d'être réutilisées), éviter les légumes crus et les fruits non lavés, non pelés, non cuits, le lait et ses dérivés non industriels et s'abstenir de tout produit qui aurait pu être congelé.
Ces recommandations ne s'appliquent pas pour les restaurants très chic (et très chers) des principales métropoles indiennes, qui sont effectivement aux normes internationales. Mais restez prudent tout de même.

- Contre le mal des transports, mieux vaut s'équiper avant de partir d'un antinauséeux et antivomissement.

- Barbier : évitez de vous faire raser par l'un de ces nombreux barbiers aux doigts agiles qui œuvrent dans les rues passantes et autour des gares. La moindre coupure avec un instrument souillé peut représenter un risque de transmission du virus du sida, de l'hépatite C, de l'hépatite B (mais vous êtes bien sûr vacciné), très répandus en Inde.

Diarrhées

Des médicaments stoppant les diarrhées peuvent être achetés en pharmacie sans ordonnance, avant votre départ.

En cas de diarrhée, deux possibilités :

- elle s'accompagne d'une fièvre élevée et/ou d'émissions de glaires, pus ou sang : il faut consulter rapidement un médecin. Idem s'il s'agit d'émissions type « eau de riz » ;

- il s'agit simplement de selles anormalement molles et normalement colorées sans fièvre, une simple « désinfection » intestinale par un antibiotique.

Paludisme

- Il n'y a pas de paludisme dans le centre des grandes villes (nous disons bien « centre » !) ;

- Il n'y a risque de piqûre contaminante que du coucher au lever du soleil ; si bien qu'il n'y aura de risque que si vous envisagez de dormir en brousse, dans une petite ville ou dans des banlieues et bidonvilles. Le risque est démultiplié pendant la mousson.

Si vous considérez que votre séjour vous exposera au risque de paludisme, il vous faudra adopter les mesures suivantes :

- dès le coucher du soleil, ne porter que des vêtements recouvrant le maximum de surface corporelle ; pour les parties qui restent découvertes, utiliser des crèmes, pommades ou sprays répulsifs antimoustiques ;

- la gamme la plus complète de ces produits antimoustiques, conforme aux recommandations de l'OMS et du ministère de la Santé, est  Insect Ecran ; sinon, on trouve sur place un produit très efficace : l'Odomos, une crème qui a en plus l'avantage de sentir plutôt bon (et d'être beaucoup moins chère que les produits européens, mais vu sa composition, à déconseiller pour les enfants) ; également la gamme Good Knight ;

- ne dormir que sous moustiquaire préimprégnée d'insecticide : ces moustiquaires ne sont pas très faciles à trouver en France.

Les précautions contre les moustiques sont d'autant plus utiles qu'elles contribuent à protéger contre les autres maladies qu'ils transmettent, en particulier la dengue (maladie épidémique), le chikungunya (à une altitude inférieure à 1 800 m), l'encéphalite japonaise ou la redoutable leishmaniose viscérale (kala azar).

- Prendre des médicaments préventifs : on recommande pour l'Inde la Savarine®. La Malarone®, beaucoup plus chère, est tout aussi efficace.

Si ces mesures sont correctement suivies, le risque de paludisme peut être considéré en pratique comme nul.

Vaccinations

Aucune vaccination n'est administrativement obligatoire pour les voyageurs en provenance d'Europe. Il convient d'être à jour pour les vaccinations « universelles » : diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite B. Et bien vérifier si l'on est à jour pour rougeole, oreillons, rubéole (ROR).
La vaccination contre l'hépatite A est vivement recommandée pour tous ceux qui ne sont pas naturellement immunisés (en pratique, tous les Européens de moins de 70 ans).
La vaccination contre la fièvre typhoïde est conseillée, l'Inde étant le temple de cette maladie. Le vaccin combiné (une seule injection) hépatite A + typhoïde est possible.
Expatriés et/ou séjours ruraux supérieurs à un mois, vaccin contre l'encéphalite japonaise (en centre agréé seulement).

En cas de séjour prolongé dans le nord du pays, la vaccination contre la méningite à méningocoque (A + C) est recommandée, en particulier aux voyageurs de moins de 40 ans.
Pour les trekkeurs en Inde du Nord, vaccination préventive contre la rage. Expatriés et/ou séjours ruraux (en Inde du Nord, en particulier en zone de rizières et en période de mousson ; en Inde du Sud, pour des séjours supérieurs à un mois) : vaccin contre l'encéphalite japonaise.

Dangers et enquiquinements

Le ministère des Affaires étrangères déconseille aux ressortissants français de se rendre dans la vallée du Cachemire, et déconseille formellement l'accès aux zones frontalières avec le Pakistan.

Drogue

Attention : la détention et la consommation de drogue, y compris le haschich, ont toujours été interdites en Inde. La loi NDPS (Narcotic Drugs and Psychotropic Substances) a été renforcée en 2001. Toute personne inculpée au titre de cette loi est emprisonnée d'office, et il n'est pas rare que l'attente du jugement atteigne 3 ans ! Petit rappel, pour être bien conscient des risques encourus :

  • toute personne détenant de 1 à 100 g de haschich sera susceptible d'une peine de 6 mois à 1 an de prison ferme ;
  • de 100 g à 1 kg, la peine varie de 1 à 10 ans ;
  • au-delà de 1 kg, la peine peut atteindre de 10 à 20 ans.

On a déjà vu, dans les trains, sur les plages et dans les hôtels, des contrôles du genre « opération coup de poing » ne concernant QUE les étrangers.
Ne jamais accepter une boisson ou un gâteau offert par un inconnu. C'est parfois un excellent moyen de vous droguer pour mieux vous dévaliser.

Administration

En cas de difficulté avec une administration, toujours voir le supérieur le plus haut gradé - les subalternes n'ayant ni responsabilités ni initiatives. Soyez ferme, sûr de vous et... patient !

Quelques précautions supplémentaires

- Ne jamais confier de documents officiels à quiconque (on a déjà vu de faux contrôleurs dans les trains). Ayez sur vous une photocopie de votre passeport et de votre visa, et présentez-les toujours en premier lieu... même à la police. N'oubliez pas non plus de faire une photocopie de votre billet d'avion, très utile en cas de perte.
- Évitez d'afficher des signes extérieurs de richesse et de laisser traîner vos affaires sans surveillance (surtout dans les gares et les trains, où les vols sont nombreux). De même, ne confiez pas vos bagages à de prétendus porteurs, ou bien ne les lâchez pas d'une semelle. Mais ça, c'est du bon sens !
- Dans de nombreuses villes, des personnes prétendant appartenir aux offices du tourisme vous attendent à la sortie des gares ou des aéroports, cartes en main (fausses, bien sûr !). Ne pas les suivre, les véritables employés des offices de tourisme, gouvernementaux ou régionaux, vous les trouverez dans leurs bureaux !
- Il faut souvent insister auprès des conducteurs de rickshaws pour vous faire conduire à l'hôtel de votre choix - taxis, même combat !
- Si l'on vous demande depuis combien de temps vous êtes en ville ou si c'est votre premier voyage en Inde, c'est parfois pour flairer en vous la proie facile. Répondez donc que vous êtes ici depuis plusieurs semaines et que c'est votre 3e voyage, par exemple !
- Globalement, attendez-vous à ce qu’on vous demande des prix gonflés. Sachez aussi que les petites arnaques sont le lot quotidien du voyageur en Inde.
- Les routardes se méfieront des « Eve teasers », bandes de jeunes qui s'amusent à pincer très fort les étrangères passant à leur portée... Évitez de porter jupes courtes, T-shirts décolletés ou encore pantalons moulants. En revanche, les lunettes de soleil ont le grand avantage de vous rendre inaccessible. Si vous voyagez seule, n’hésitez pas à dire que vous êtes mariée et que votre chéri vous attend à l’hôtel. Enfin, sachez qu'en Inde, les femmes se font masser par des femmes et les hommes par des hommes.




On en parle sur le forum Inde

> Tous les messages Santé et sécurité Inde

SUJET dernier
  Rajasthan en novembre : traitement antipaludéen nécessaire ? (2 réponses) 03/11/2014
  Kerala en backwaters et paludisme (1 réponse) 23/10/2014
  Problèmes en Inde avec les Femmes ??? (16 réponses) 13/10/2014
  Hopital ayurvedique Matt India à Alleppey (3 réponses) 13/10/2014
  Vaccins pour l'Inde du nord (7 réponses) 17/09/2014
  Vaccins pour Goa (1 réponse) 16/09/2014
  traitement anti palu (9 réponses) 15/09/2014
  Hopital ayurveda à Uttarakhand 15/09/2014
  Savarine ou Malarone en Inde (15 réponses) 03/08/2014
  Medecine aryuvédique en Inde 02/08/2014
Accéder au forum Inde
Drapeau sejours week end Inde

Partir en Inde

  • A voir, à faire en Inde
  • Réserver votre croisière fluviale
  • Réservez un trek ou une randonnée
  • Réservez votre séjour à la carte
  • Réservez un hôtel
  • Trouver un billet d'avion
  • Louer une voiture
  • Trouvez une location
  • Economisez le parking Orly/CDG
  • Réservez un vol + hôtel
  • Réservez une auberge de jeunesse
  • Réservez une escapade urbaine