Géographie et paysages Guyane

Du vert et encore du vert... La Guyane, terre française sur le continent sud-américain, s’intègre dans le plateau des Guyanes qui s’étend de l’Orénoque à l’Amazone (du sud du Venezuela au nord-est du Brésil). Ses frontières sont délimitées à l’ouest par le fleuve Maroni, à l’est par l’Oyapock, et au sud par les monts Tumuc-Humac.

90 % du territoire est occupé par la forêt amazonienne, une forêt tropicale primaire, c’est-à-dire non exploitée par l’homme. La Guyane possède un patrimoine naturel inestimable, avec 8 millions d'hectares de forêt vierge, dont de plus de la moitié est classée en zone protégée. Cette forêt est traversée par un réseau hydrographique très dense.

La bande littorale, qui rassemble l’essentiel de la population et des grandes villes (Cayenne, Kourou, Saint-Laurent-du-Maroni), s’étend sur 350 km de côtes atlantiques. Le courant des Guyanes qui longe celles-ci, charriant les alluvions amazoniennes, donne à l’eau de mer sa couleur brunâtre et envase les côtes. Des bancs de boue, sous l’action du courant, se déposent et s’éloignent de manière cyclique. Les plages ne sont fréquentables qu’à marée haute, la vase les rendant dangereuses autrement. Pour trouver un coin de mer bleue, il faudra voguer jusqu’aux Îles du Salut, situées au-delà du courant des Guyanes !

Les fleuves et autres cours d'eau sont les voies de circulation naturelles de la Guyane. Les seules voies de pénétration de la forêt sont ces nombreux fleuves et rivières (appelées « criques ») qui la zèbrent. On ne les remonte qu’en pirogue, la faute aux nombreux « sauts » (rapides) à franchir. Les deux plus importants, le Maroni et l’Oyapock, s’allongent respectivement sur 680 et 370 km.

Parcs

Marais de Kaw, plages, montagnes, savanes et forêts... la Guyane présente une incroyable biodiversité.

Le Parc naturel régional de Guyane

Parallèlement aux différentes réserves naturelles existantes en Guyane, le Parc naturel régional (PNR) a été créé en 2001. D’une superficie totale de 6 998 km², il est séparé en deux pôles distincts.

- À l'Ouest, les communes de Mana et d'Awala/Yalimapo. Il s’agit ici de préserver l’écosystème du littoral, sa mangrove, ses oiseaux, les tortues luths qui viennent y pondre leurs œufs (la plage des Hattes est leur lieu de prédilection), etc. Le parc est l'une des plus importantes zones de ponte des tortues luth. Les villages galibis d’Awala et de Yalimapo peuvent être visités.

- L'Est, les marais de Kaw, sur le territoire des communes de Roura et de Régina/Kaw. Cette zone comprend les marais et la montagne de Kaw (montagne Favard). Sur cette dernière, on a découvert des vestiges amérindiens remontant à plus de 2 000 ans.

Les marais hébergent de nombreux oiseaux, ainsi que l'une des dernières populations stables de caïmans au monde. Ces caïmans sont parmi les rares qui subsistent en Amérique du Sud. On recense 4 espèces de caïmans : à lunettes, gris, rouges et noirs.

Au milieu des marais, le petit village de pêcheurs créoles de Kaw est accessible uniquement en pirogue. Une Maison de la réserve, au design moderne tout en bois, y a été ouverte en 2001 ; on y trouve des informations sur la réserve, sa flore et sa faune.

Le Parc amazonien de Guyane

Au Sud de la Guyane s'étend le Parc amazonien de Guyane, créé en 2007. D'une biodiversité exceptionnelle, ce parc national français préserve et valorise la richesse des patrimoines culturels des populations amérindiennes, bushinengués et créoles vivant sur son territoire. D'une superficie de 34 000 km², il couvre et protège une partie de la forêt équatoriale amazonienne de certaines activités humaines comme l'orpaillage. De nombreuses espèces d'arbres et d'animaux y sont protégées.

Faune

Signes de cette incroyable biodiversité, les chiffres sont évocateurs : 740 espèces d’oiseaux, 480 espèces de poissons d’eau douce, 188 espèces de mammifères... Et l’on découvre sans cesse de nouvelles espèces !

- Parmi les mammifères, les plus redoutés ne sont pas forcément les plus faciles à observer : jaguar, puma, ocelot. Il y a aussi les singes (hurleurs, singes-araignées, tamarins...), tapirs (maïpouris »), cochons-bois (pécaris), tatous, paresseux, biches, agoutis, cabiai, etc.

- Reptiles : serpents (boas, anacondas, serpents corail, serpents jacots à la couleur vert émeraude...), caïmans (noirs, à lunettes...), tortues terrestres ou marines (tortues luths), etc.

- Amphibiens : grenouilles (dendrobates, rainettes forgerons...), crapauds (crapauds bœufs, crapauds feuilles...), etc.

- Insectes : moustiques, fourmis manioc, papillons (le superbe morpho aux ailes bleues), etc.

- Araignées : les mygales, impressionnantes par leur taille, sont rarement agressives.

- Oiseaux : ibis rouges, toucans, perroquets (aras...), hérons, martins-pêcheurs, urubus, etc.

- Poissons : raies, piranhas (« pirayes »), aïmaras, coumarous, requins, mérous, tarpons, etc.

L’inventaire est impressionnant, autant par le nombre que par la nature des espèces, mais ne vous attendez pas à croiser un boa au détour de chaque arbre : l’observation de la faune nécessite beaucoup d’attention, et mieux encore, les conseils d’un guide expérimenté... Penser à prévoir une paire de jumelles et, de nuit, une lampe frontale ou de poche.

Observation des animaux dans les réserves naturelles et au zoo de Guyane

En Guyane, hormis les singes, les oiseaux et quelques grenouilles, l'observation des animaux est aléatoire. C'est pourquoi les réserves naturelles donnent un accès privilégié à la biodiversité de l'île.

D'avril à juillet, on observe la ponte des tortues marines, parmi lesquelles la tortue luth dans la réserve naturelle de l'Amana, aux salines de Montjoly (qui forment une lagune) et sur les plages de l’île de Cayenne. La saison de l'éclosion des tortures s'étend ensuite de juillet à septembre.

On peut observer une multitude d’oiseaux marins face aux îles de la réserve naturelle du Grand Connétable, ou encore des oiseaux et des caïmans dans la réserve naturelle de Kaw Roura.

Autre option, le zoo de Guyane (entre Cayenne et Kourou), qui permet de voir les espèces emblématiques de la région : singe hurleur, jaguar, ibis rouge, toucan, grand tamanoir, tapir, iguane, tortue charbonnière, caïman…

Flore

Là encore, la diversité est de mise : on ne dénombre pas moins de 5 500 espèces végétales, dont 1 300 essences d’arbres.

- Sur le littoral, la mangrove et ses palétuviers occupent les bancs de vase instables, formés par les alluvions amazoniennes.

- Un peu plus avant dans les terres, les « pripris », ou savanes inondées, forment des marais ornés de végétation aquatique.

- Au-delà, la savane sèche s’étend sur quelques kilomètres de largeur : il y pousse des herbages et des arbrisseaux.

- La forêt regorge de milliers d’essences d’arbres (amarante, wacapou, acajou...) et de plantes épiphytes (qui s’appuient sur ces derniers sans les parasiter) : lianes, orchidées, etc. La végétation y est étagée, les plus hauts arbres pouvant atteindre 40 m. L’atmosphère est constamment humide, mais, contrairement aux idées reçues, on peut progresser dans les sous-bois sans trop de difficultés, car la végétation est raréfiée au niveau du sol à cause de la faible lumière.

Services voyage



Forum Guyane

Voir tous les messages
Climat

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Climat Guyane

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Guyane

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Guyane

Agenda Guyane

Guyane Les articles à lire