Var : les villages perchés du pays de Fayence

Var : les villages perchés du pays de Fayence
Callian © Rüdiger Nold - stock.adobe.com

À cheval entre les pentes de l'Estérel et les premiers replis alpins, le pays de Fayence ancre une flottille de neuf villages, perchés au sommet de ses collines. À une trentaine de kilomètres seulement du golfe de Saint-Raphaël, on est là à des années-lumière des strass de la côte.

Ce pays de cocagne ne limite pas sa richesse au seul patrimoine de ces admirables et authentiques villages. La campagne également ravira les amateurs de tourisme vert : oliveraies en terrasses (on parle ici de restanques), quelques vignes pour enivrer ce qu'il faut de vraies bonnes tables gastronomiques, de l'eau à foison qui creusa d'admirables gorges et façonna de merveilleux lacs, des falaises rocheuses qui enthousiasment les grimpeurs, et du soleil été comme hiver.

Et puis, en guise de feu d'artifice, le premier massif forestier de mimosa de France. Il colore le cœur de l'hiver de ces jaunes vifs que Van Gogh seul aurait pu oser dans sa douce démence !

Fayence et Tourrettes, perles du Var

Fayence et Tourrettes, perles du Var
Fayence © Fabrice Doumergue

Depuis la plaine (qui n’est pas la meilleure ambassadrice des lieux), on les avait repérées ces deux-là : main dans la main, sœurs siamoises distantes de quelques centaines de mètres sur leurs éminences respectives.

À une trentaine de kilomètres au nord de Fréjus, Fayence prend des allures de grande dame et affiche son joli patrimoine : vieux lavoir, fours anciens, admirable chapelle romane Notre-Dame des Cyprès. Sa mairie enjambe le boulevard Gambetta et agite ses drapeaux aux voitures qui passent. Depuis ce cœur républicain, les vieilles rues grimpent à l'assaut d'un panorama magique, au sommet du bourg. La tour de l'horloge et son campanile y ponctuent les heures pendant qu'une table d'orientation décrypte l'horizon tous azimuts : entrée en matière parfaite pour situer les étapes de cette itinérance. Qui sait, peut-être partirez-vous découvrir le pays de Fayence depuis le ciel : Fayence est l'un des hauts lieux du vol à voile en France.

Tourrettes, avec son âme créatrice, est un véritable « musée en plein air ». Ses ruelles sont ponctuées d'œuvres d'artistes locaux qui leur donnent du relief : céramiques, peintures, sculptures. Et c'est réussi. Depuis la place de la mairie, joli coup d'œil vers les horizons lointains et sur l'étonnant château du Puy. Il fut bâti au 19e s pour Alexandre Fabre (un Tourrettan à la vie épique), sur le modèle de l'école de l'académie militaire de Saratov... en Russie.

Bagnols, Saint-Paul : au coeur de la forêt varoise

Bagnols, Saint-Paul : au coeur de la forêt varoise
Saint-Paul-en-Forêt © Office de Tourisme intercommunal du Pays de FAYENCE

Saint-Paul-en-Forêt et Bagnols-en-Forêt : le nom de ces villages dit tout de leur environnement qui fera la joie des randonneurs sur des chemins ponctués de multiples essences méditerranéennes. Les grimpeurs ne seront pas en reste avec les parois des gorges du Blavet, de renommée internationale.

On peut ensuite se rafraîchir le regard dans un lac où foisonnent carpes, gardons et brochets. Un plan d'eau au nom si doux à nos oreilles : le lac du Rioutard (on n’invente rien, promis !).

Seillans, l'un des plus beaux villages de France

Seillans, l'un des plus beaux villages de France
Seillans © Fabrice Doumergue

Un des plus beaux villages de France. Le titre n'est pas usurpé pour Seillans, cette petite merveille de vieilles pierres, sortie des âges. Max Ernst, homme de goût, est venu achever ici la toile de sa vie d'artiste. Une exposition lui est consacrée dans la maison Waldberg.

Pour profiter du lieu, il faut ranger son GPS au vestiaire, monter sur la croquignolette place des deux Rocs, passer la porte sarrasine (13e s), et se perdre dans les ruelles enchevêtrées. De ce petit univers tortueux surgissent ici une placette ombragée, là un lavoir ou une fontaine qui content à voix basse de jolies histoires provençales, là encore, un vestige de rempart ou quelque passage voûté par le temps.

Pour prolonger l'instant, ce village de 2 500 âmes compte quelques bonnes tables, allant du salon de thé gourmand au resto chic qui dresse sans façon sa terrasse sous les platanes, adossée à une fontaine rafraîchissante. Et, pour ne rien gâcher, Seillans régale aussi les épicuriens d'admirables huiles d'olives et côtes de Provence. Ce village mérite décidément cent fois les quelques virages nécessaires pour l'atteindre !

Mons, vigie du pays de Fayence

Mons, vigie du pays de Fayence
Mons © Fabrice Doumergue

Dominé par le mont Lachens, sommet du Var (1 715 m), Mons est le plus haut perché (814 m) de cette famille de villages du pays de Fayence. Il embrasse un panorama exceptionnel. Par temps dégagé, on y observe même les sommets corses (non, on n'exagère pas !).

Agrippées à une barre rocheuse, ses rues rectilignes sont estampillées en français mais aussi en provençal. On a un faible pour le Caladoun Roumpé Cuou (on vous traduit ?). Des enseignes en ferronnerie essaiment les façades : elles marquent le métier pratiqué jadis dans telle ou telle maison. Autre spécificité monsoise, les grosses pierres posées sur les tuiles romaines des toits : il faut croire que le mistral souffle plus fort ici qu'ailleurs. Pour rester dans le domaine de la pierre, les environs comptent un intéressant patrimoine de mégalithes remontant à 3000 ans avant J.-C.

Sur la redescente vers Callian, ne pas rater l'impressionnante roche taillée. C'est d'ici que partait l'interminable aqueduc destiné à alimenter Forum Julii (Fréjus) du temps des Romains. On s'enfoncera ensuite dans les superbes gorges de la Siagne, qui marquent la frontière avec les Alpes Maritimes voisines (belle randonnée possible).

Callian, un vaisseau de pierre sur sa colline

Callian, un vaisseau de pierre sur sa colline
Callian © Fabrice Doumergue

La star de Callian est un... cochon-fétiche. Évidemment, on admire l'élégant château Goerg. On s'attarde volontiers  sur le mignon clocher en tuiles vernissées de l'église, qui abrite des tableaux de Van Loo. On se régale de l'excellente andouillette fabriquée depuis trois générations par la maison Autran. On exalte ses oreilles lors du festival de violoncelle Cello Fan. Avant de se recueillir au cimetière sur la tombe de Nadia, ornée d'une mosaïque due à son Fernand Léger de mari, et sur celles de Christian Dior ou de sœur Emmanuelle.

Ce village médiéval possède la forme quasi parfaite d'une coquille d'escargot. Au gré de rues empierrées, étroites pour y interdire le soleil lorsque l'été fait rendre gorge aux cigales, on atteint l'ancien château, flanqué de tours rondes et percé de fenêtres à meneaux. Dans les années 1970-1980, un sculpteur belge, Henry Brifaut, égaya ces vieux murs des 12e-13e s de centaines d'œuvres très personnelles. Au pied de la tour de l'horloge, il a enchâssé un cochon dans le mur. Fétichisme, croyance ou superstition, tous les visiteurs tâtent son groin rieur et porte-bonheur. C'est finalement bien lui la star de Callian...

Montauroux, de l'eau comme s'il en pleuvait

Montauroux, de l'eau comme s'il en pleuvait
Lac de Saint-Cassien © Fabrice Doumergue

Au débouché des gorges de la Siagne, retour à la plaine de Fayence. Depuis la place de la mairie de Montauroux, flanquée d'un joli campanile, on traverse le centre ancien jusqu'à la chapelle Saint-Barthélémy (17e s). Elle se distingue par ses murs totalement revêtus de panneaux de bois peint. Christian Dior, qui avait des attaches familiales ici, en fut propriétaire. Le château de la Colle noire lui appartint également : on l'approche (sans pouvoir le visiter) en descendant vers le lac de Saint-Cassien.

Réservoir artificiel à trois branches, ses 420 hectares vous raviront pour pêcher (carpes, brochets, tanches...), observer une riche avifaune (dans la réserve biologique de Fondurane), faire trempette (les criques pullulent), faire du nautisme familial (une base de loisirs loue tout le nécessaire) et même profiter de quelques coins retirés pour pratiquer le naturisme.

Tanneron, bouquet de mimosa sur la Côte d'Azur

Tanneron, bouquet de mimosa sur la Côte d'Azur
Mimosas dans le massif du Tanneron © Marina - stock.adobe.com

Le massif du Tanneron illustre à merveille le bon mot de Cocteau : « La Côte d'Azur est la serre où poussent les racines. Paris la boutique où on vend les fleurs ». C'est sur ce bout d'Estérel que le mimosa a implanté sa colonie. Cette espèce invasive (de la famille des acacias), s'est fait la belle des jardins d'agrément de la côte, où elle avait été importée par les anglais à la Belle Époque.

Et ces pentes abruptes, outre les superbes points de vue qu'elles offrent, sont chaque année le théâtre d'une extraordinaire explosion de bouquets jaunes, de mi-décembre à fin janvier. Quelques répliques moins impressionnantes surviennent en cours d'année (certains arbres ayant plusieurs floraisons). De décembre à mars, on visite les forceries toujours en service : des lieux conçus pour favoriser la floraison et la durabilité de cette fleur très fragile.

Fiche pratique

Retrouvez tous les bons plans, infos pratiques et adresses dans le Routard Côte d'Azur

Consulter notre guide en ligne Côte d’Azur

Office de tourisme du pays de Fayence 

Office de tourisme Estérel Côte d'Azur 

Comment y aller ?

– En voiture : par l'autoroute A8 ou par la nationale 7 (DN7), pour Trenet un peu.

– En TGV : trains directs pour Les-Arcs-sur-Argens ou Saint-Raphaël depuis Paris, Lyon, Marseille, Nice.

– En avion : vols quotidiens avec HOP ! Air France vers les aéroports de Toulon-Hyères ou Nice Côte d'Azur depuis plusieurs aéroports français.

Sur place, il faut impérativement être véhiculé pour découvrir l'arrière-pays.

Bonnes adresses

Chambres d’hôtes La Bégude du Pascouren : 74, chemin de la Bane, Le Haut Pascouren, Fayence. Cinq chambres de plain-pied vastes et agréables, avec terrasse. Elles offrent un confort qui mériterait plein d’étoiles... Belle piscine chauffée. Cuisine d’été.

La Table d'Yves : 1357, route de Fréjus à Fayence. Salle chaleureuse, terrasse généreusement ouverte sur les vignes et, au loin, sur le vieux village. Décor idéal pour cette cuisine de chef (Yves Merville) spontanée et savoureuse, précise et conviviale à la fois.

La Pause Tourrettane : pl. de la Mairie à Tourrettes. On se « pause » volontiers sur la belle terrasse, un œil sur son andouillette de Callian, l'autre sur un paysage de rêve...

Hôtel-Restaurant des Deux Rocs : 1, pl. Font-d’Amont à Seillans. Une merveille d’hôtel... particulier du 17e s. Élégance, douceur et esprit « maison de famille » (c’en est une). Chambres toutes romantiques et charmantes. Aux beaux jours, (excellents) repas servis autour de la superbe fontaine de la place. Un coup de cœur. Réouverture en mars.

Chez Hugo : 4, rue de l’Hospice à Seillans. Terrasse dressée à même la ruelle d'où le regard vogue jusqu’au lointain Estérel. Une cuisine fleurie, colorée, et des plats du jour bons, copieux et avantageux.

L'auberge provençale : 7, rue du rempart du Midi à Mons. Panorama à couper le souffle depuis la salle vitrée ou la terrasse en encorbellement sur le vide. Parfait à toute heure et même pour une pause gourmande dans ce resto converti en salon de thé entre deux services.

Les Gîtes du Lac : RD 37, Le Gabinet, à Montauroux. Dans un ensemble de vieilles masures en pierre, chambres et gîtes agréables, au décor un peu ethnique. Vue somptueuse sur les collines et le plan d’eau. Cuisine commune. Accueil jeune et sympa.

Le Lac : rives du lac à Tanneron. Petite adresse parfaite pour une escale autour d'un verre, en terrasse, avec une vue imprenable sur le lac.

Chambres d'hôtes Lou Pero Mousco : 486, route de Fayence à Saint-Paul-en-Forêt. Une suite familiale, « La tour », et une chambre dans une annexe, « La maisonnette ». Le tout décoré au goût du jour et aménagé avec astuce. Piscine noyée dans un petit jardin d’Éden. Petit déj pousse-au-crime... Mon tout est d’un excellent rapport pour la région !

Découvrir autrement

- Trésor en Pays de Fayence permet une découverte en famille ou entre amis des villages et sites du territoire sous forme de chasse au trésor. Festival du quatuor à cordes en Pays de Fayence (mi-sept) pour s'en mettre plein les oreilles.

- Tourrettes : marché paysan (ferme du Laquet, D 562 ; tlj sauf lun et mar hors saison ; producteurs locaux), vol à voile, écomusée agricole.

- Callian : charcuterie Autran (1, route de Fayence ; tlj sauf dim ap-m et lun) ; festival Cello Fan (5-6 j. fin juin-début juil).

-Seillans : Maison Waldberg (pl. du Thouron ; tarif : 3 €) ; Domaine viticole Château des Selves.

 - Mons : circuit des mégalithes (18 km, 6 h A/R ; topoguide), La roche taillée (par le GR 49).

- Montauroux : bambous du Mandarin (pont de la Siagne ; Pâques-Toussaint) : une bambouseraie dans une ambiance asiatique ; randonnée au pont des Tuves (topoguide) superbe balade dans un environnement fragile, au cœur des gorges de la Siagne.

Texte : Fabrice Doumergue

Mise en ligne :

Côte d'Azur Les articles à lire

Voyage Côte d'Azur

Bons Plans Voyage

Services voyage