12 raisons d’aller à Toulouse

12 raisons d’aller à Toulouse
Jean-Philippe Damiani

Le cassoulet et Airbus. Un pied dans la tradition, l’autre dans le futur, Toulouse fait preuve d’un dynamisme remarquable. Un centre historique préservé, un cadre de vie agréable et une concentration étonnante de bars et de restos : Toulouse a tout pour séduire, à commencer par une atmosphère des plus chaleureuses.  À l’occasion de la parution du nouveau Routard Toulouse, voici notre best of de la Ville Rose.

La vie en rose

Un coup de blues ? Cap sur Toulouse, la "Ville Rose", qui doit son surnom à son architecture en brique de terre cuite. Un rose dont Toulouse décline toutes les nuances, les teintant, selon l’heure ou le lieu, d’ocre ou de rouge. Haute en couleurs, la 4e ville de France, qui attire 15 000 nouveaux arrivants chaque année, est une ville où il fait bon vivre.

Bonne nouvelle pour le visiteur : Toulouse se parcourt à pied, les distances n’étant jamais très grandes. Commencez votre balade par la célèbre place du Capitole (photo), siège du pouvoir municipal et lieu de rassemblement des Toulousains. Spectacle assuré à toute heure de la journée.

Du Capitole s’élance l’entrelacs des ruelles animées qui font le vieux Toulouse, comme la commerçante rue Saint-Rome ou la rue du Taur avec ses façades colorées. La vieille ville regorge d’édifices somptueux, d’admirables églises, d’hôtels particuliers préservés, mais aussi de petites places et de ruelles qui font penser à un gros village. Comment ne pas tomber sous le charme ?

Saint-Sernin, Augustins, Jacobins…

La sainte trilogie toulousaine, à ne pas manquer. Joyau de la cité, la basilique Saint-Sernin, cette "fleur de corail que le soleil arrose" (Nougaro), domine le vieux Toulouse du haut de son clocher octogonal à cinq étages. Construite aux XIe et XIIe s., cette étape majeure du pèlerinage de Compostelle est la plus grande église romane d’Europe. Rien de moins.

Non loin de Saint-Sernin, le couvent des Jacobins illustre à merveille l’art gothique languedocien. Cette forteresse religieuse, érigée aux XIIIe et XIVe s., semble tutoyer les nuages. Dans son cloître, des concerts sont régulièrement organisés.

Autre site religieux exceptionnel, le couvent des Augustins est devenu à la Révolution française un musée. Aujourd’hui, cet ancien monastère gothique abrite un riche ensemble de sculptures médiévales et de peintures (XVe-XIXe).

À la découverte des hôtels particuliers

Et oui ! Toulouse détient le record de France du nombre d’hôtels particuliers du XVIe siècle. Un patrimoine hérité de l’âge d’or du commerce du pastel. À l’époque, les riches Toulousains se faisaient construire de véritables palais de brique en plein centre, souvent surmontés d'une tour.

Ils se trouvent notamment dans le très chic quartier Saint-Étienne. Levez les yeux, observez l’ornementation des façades, traquez les cariatides… Vous n’avez pas fini de vous émerveiller !

L’hôtel d’Assézat, le plus beau de la ville, abrite un musée fort intéressant : la Fondation Bemberg, à visiter pour sa collection d’art des XVIe-XVIIIe s., mais aussi sa salle consacrée à Pierre Bonnard.

Pastel et violette

Deux trésors toulousains remis au goût du jour. Poussant dans les environs de Toulouse, le pastel a fait la richesse de la Ville Rose au XVIe s. Cette plante donnait après traitement une superbe teinture bleue, très convoitée à l’époque. Les feuilles de pastel transformées en boules appelées "coques" ont  alors valu à Toulouse le surnom de "pays de Cocagne".

Aujourd’hui, le pastel connaît un revival grâce à ses vertus cosmétiques et à l’entreprise toulousaine Graine de Pastel, qui commercialise parfums, crèmes de beauté, savons, mais aussi des séances de massage. En juillet, un centre de bien-être (Terre de Pastel) va ouvrir ses portes à Labège, dans la banlieue toulousaine.

Autre fleur redécouverte à Toulouse, la violette est célébrée chaque année en février. La Maison de la Violette, installée à bord d’une péniche-boutique sur le canal du Midi, abrite un petit musée consacré à la violette et un salon de thé. Un endroit bien sympa.

Un après-midi au Muséum

Allez-y avec vos enfants ! Deuxième musée d’histoire naturelle de France, le Muséum possède une collection de plus de deux millions de pièces, dont un impressionnant squelette de quetzalcoatl qui "accueille" le visiteur.  La visite, ludique et interactive, permet d’explorer les mystères du vivant.

En sortant, déambulez dans le jardin botanique (2 500 espèces), passez par le Jardin des plantes pour rejoindre le jardin du Grand-Rond et longer le canal du Midi, de ponts en écluses. Ce n’est plus la Ville Rose, mais la Ville Verte.

Saint-Cyprien et les Abattoirs

Sur la rive gauche de la Garonne, Saint-Cyprien a longtemps été le quartier pauvre de Toulouse. Son impressionnant dôme, l’Hôtel-Dieu-Saint-Jacques, classé à l’Unesco, est d’ailleurs le seul monument notable du quartier.

Populaire et cosmopolite, Saint-Cyprien attire aujourd’hui une population jeune et branchée. Le musée des Abattoirs, consacré à l’art moderne et contemporain, y est sans doute pour beaucoup. On peut y voir d’audacieuses expos et une collection riche de 3 500 œuvres, exposées par roulement. Autre lieu intéressant, le Château d’eau est aujourd’hui une galerie consacrée à la photographie.

Dans la fabrique de l’A380

Tous les Airbus du monde (ou presque) passent par Toulouse, où ils sont assemblés. Une manne pour la Ville Rose, où près de 20 000 personnes travaillent pour l’avionneur, dont les carnets de commande sont pleins.

La visite du site Airbus à Blagnac est un must ! Trois itinéraires d’1 h 30 sont proposés au public, dont le circuit Airbus A380, avec la découverte du hangar d’assemblage du gros-porteur, et le circuit panoramique en autocar sur l’ensemble du site Airbus.

Juste à côté, le musée des Ailes anciennes ravira les passionnés avec sa quarantaine de vieux avions (Mig, Caravelle, Mirage…) rassemblés par des collectionneurs bénévoles. Signalons également l’ouverture en 2014 d’un grand musée de l’aéronautique : Aéroscopia.

Un voyage dans l'espace

La Cité de l’Espace est un parc entièrement consacré à l’aventure spatiale. Allez-y en famille : le lieu, à la fois ludique et éducatif, a de quoi susciter des vocations. C’est le cours de science rêvé !

La Cité fait explorer les mystères de l’univers (planètes, météorites…) et retrace l’histoire de l’astronomie. On y découvre aussi les applications terrestres de la conquête spatiale (météo, satellite, GPS, télécommunications…).

Temps forts de la visite : le Moon Runner qui fait "marcher sur la Lune", le cinéma IMAX, la  reconstitution de la fusée Ariane 5 grandeur réelle ou la visite de la vraie station Mir. Passionnant, même pour les néophytes.

Balade le long de la Garonne

Dès les beaux jours, les Toulousains aiment se retrouver sur la rive droite de la Garonne pour se balader, lézarder au soleil, pique-niquer ou prendre un verre entre amis. Faites comme eux ! Quand le ciel est dégagé, on aperçoit même les Pyrénées.

Lorsque le soleil décline, les belles demeures bourgeoises du quai Lucien Lombard, entre le pont Saint-Pierre et le Pont-Neuf, s’embrasent et prennent des couleurs orangées ou ocre. Installez-vous sur la place de la Daurade au café des Artistes pour prendre l’apéro, en regardant le soleil décliner sur le fleuve. Elle est pas belle, la vie ?

Toulouse gourmand

Saucisse, oie, canard, fénétra et, bien sûr, le cassoulet. Avec près de 1 200 restaurants, Toulouse fait partie des capitales gastronomiques de la France. Il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. De quoi se régaler, donc.

Pour faire ses emplettes, le marché Victor Hugo (tlj 6-13 h) est une véritable institution, particulièrement pour ses restos du 1er étage. Aux alentours, un vrai quartier de Cocagne : fromages de chez Xavier, foie gras de la maison Samaran, saucisse de chez Garcin, glaces au foie gras ou à la truffe de Philippe Faur , vous allez vous régaler !

Fiesta !

Avec plus de 100 000 étudiants, Toulouse est une ville festive et pas seulement les soirs de matches de rugby. De bar en bar, de bodega en bodega, la Ville Rose prend des airs de Barcelone. Il y a du monde, et jusqu’à tard.

Pour commencer la soirée, rien de tel qu’un apéro en terrasse sur les places du Capitole, de la Trinité ou Saint-Georges. Pour la fête, rendez-vous sur la place Saint-Pierre, avec ses bars QG des étudiants (Le Saint des Seins, Chez Tonton, La Couleur de la Culotte…) : ambiance remuante de 3e mi-temps.

Atmosphère très animée, mais moins hardcore, dans la rue Gabriel Péri, où l’on se retrouve volontiers pour un verre au Télégramme ou à La Maison. À noter : une super salle de concerts, le Connexion, en accès gratuit presque tous les soirs.

Les lumières de la ville

Chut !  Tout le monde est couché ou presque… Et si vous alliez admirer la Ville Rose? La nuit, grâce à des jeux d’éclairage, les quartiers, les monuments et les ponts de Toulouse sont mis en scène sous un nouveau… jour. Idéal pour une balade romantique avant d’aller rejoindre son lit.

Fiche pratique

Nouveau ! Le Routard sort un guide entièrement consacré à Toulouse Métropole : adresses, bons plans, anecdotes, itinéraires, cartes... Tout ce qu'il vous faut pour découvrir à fond la Ville Rose !

Consulter notre guide en ligne Toulouse

Lire notre article Toulouse, ville de festivals

Office du tourisme de Toulouse

Pass Tourisme So Toulouse  : accès gratuit ou tarifs réduits sur 35 sites de la ville et transports gratuits.

Comment y aller ?

TGV quotidiens depuis Paris-Montparnasse (5 h) et Bordeaux (1 h 50). Liaisons ferroviaires Intercités avec la plupart des villes françaises.

Vols directs quotidiens depuis de nombreux aéroports français avec Air France et EasyJet.

Sur place, système de vélo de location en libre-service Vélo Toulouse, bus et métro Tisséo, mais Toulouse se visite facilement à pied.

Où dormir ?

Les week-ends et pendant les vacances scolaires, la plupart des hôtels de Toulouse (et des environs) bradent les prix. Surveillez les promos !

  • Hôtel Saint-Sernin : 2, rue Saint-Bernard. Un hôtel cosy face à la basilique Saint-Sernin. Doubles 70-137 €, selon confort et période.
  • La petite auberge de Saint-Sernin : 17, rue d’Embarthe. Entre le gîte d’étape et l’auberge de jeunesse. À partir de 22 € la nuit en dortoir.

Trouvez votre hôtel à Toulouse

Où manger ?

  • Le J’Go  : 16, pl. Victor Hugo. Formule bistrot-bodega au rez-de-chaussée et restaurant à l’étage, à base d’excellents produits régionaux. Une bonne adresse, très conviviale. Carte 30-55 € au resto, tapas 7-8 € au bar.
  • Emile : 13, pl. Saint-Georges. Le resto fait partie de l’Académie universelle du cassoulet, c’est tout dire ! Une institution où l’on se régale des produits du Sud-Ouest, mais aussi d’excellents poissons. Superbe carte des vins. Menus 36-55 €.
  • Le Chai Saint-Sauveur  : 30, rue Bernard-Mule. Un resto-bistrot à vins à deux pas du centre ville. Très bons crus locaux (mais pas seulement) pour accompagner une cuisine raffinée, inventive et goûteuse. Menus 28-59 € le soir, 15,90-18,50 € le midi.
  • Les Tables de la Fontaine : place de la Trinité. En plein centre, une halte agréable avec une formule intéressante et copieuse le midi. Menu à compter de 13,5 €.

Où prendre un verre ? Où sortir ?

  • Les bars de la place Saint-Pierre : ambiance de troisième mi-temps assurée dans ces bars fréquentés par les étudiants (Bar Basque, Le Saint des Seins, Chez Tonton…)
  • La Maison : 9, rue Gabriel-Péri. On se sent vraiment "à la maison" dans ce bar cosy, idéal pour l’apéro ou un cocktail en soirée. Déco chaleureuse et originale. Bref, on adore !
  • Le Télégramme  : 1, rue Gabriel Péri. Ambiance résolument branchée dans ce bar-resto installé sur 2 niveaux dans une ancienne imprimerie. Déco design très classe. Concerts.
  • Connexion Café  : 8, rue Gabriel-Péri. Bar, salle de concerts dans un ancien garage à la déco underground. Bonne programmation, très éclectique (électro, blues, rock…), et entrée souvent gratuite.

Texte : Jean-Philippe Damiani

Mise en ligne :

Midi toulousain (Occitanie) Les articles à lire

Voyage Midi toulousain (Occitanie)

Bons Plans Voyage

Services voyage