Sant Jordi en Catalogne : la fête des amoureux… du livre

Sant Jordi en Catalogne : la fête des amoureux… du livre
© Anthony Coadou

Le 23 avril, la Catalogne est en fête. Si la Sant Jordi (Saint Georges) fait penser à une sorte de Saint Valentin catalane, avec échanges de roses et de livres, les festivités ne se résument pas à un tête-à-tête amoureux. Cette date, qui célèbre également la langue et les traditions catalanes, est même devenue la journée mondiale du livre. Dans les rues des grandes villes, comme sur les Ramblas de Barcelone, il y a foule. Et il faut faire preuve d’agilité pour naviguer entre libraires et vendeurs de roses.

Une rose et un livre

Devinette : dans quel endroit du monde amour rime avec culture ? Réponse : la Catalogne, bien sûr ! De Barcelone à Perpignan, pas besoin de cœurs en chocolat pour déclarer sa flamme. Le 23 avril, fête de la Sant Jordi, les Catalans sortent le grand jeu. Ce jour-là, les hommes doivent offrir une rose à la femme qu’ils aiment (jusque-là, rien de très original), et en échange, les femmes donnent un livre aux hommes. Une Saint-Valentin catalane, en quelque sorte, mais où l’aspect commercial ne prend pas le pas sur l’élan festif. Car le 23 avril n’est pas uniquement la journée des amoureux. Depuis 1995, l’Unesco l’a également déclarée « journée mondiale du livre et du droit d’auteur ». Mais avant tout, le 23 avril rend hommage à la légende de Sant Jordi, dont l’origine remonterait à la nuit des temps.

Saint Georges et le dragon

Selon la légende, Sant Jordi (alias Saint-Georges) aurait sauvé une princesse des griffes d’un terrible dragon qui semait la terreur dans la région. D’après certaines versions, du sang du dragon sortit un bouquet de roses rouges que Georges tendit à la princesse. D’où la tradition, qui remonte au Moyen Âge, d’offrir des roses, auxquelles une foire était alors consacrée autour de la Sant Jordi…

Au-delà de la légende, Saint-Georges a bel et bien existé au IIIe siècle et fut martyrisé pour avoir résisté à l’empereur Dioclétien. Cet acte de bravoure lui a valu un culte dans le monde chrétien et en Catalogne, dont il est devenu le patron au XVe siècle. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, la Sant Jordi est devenue un symbole de l’identité catalane puis, dès 1930, une fête littéraire commémorant la langue et la culture catalanes.

La Sant Jordi coïncide en effet avec l’anniversaire de la mort de deux génies de la littérature, Shakespeare et de Cervantès, morts tous deux le 23 avril 1616.

La langue et les traditions catalanes en fête

Et cette tradition reste aujourd’hui encore bien vivante. Il suffit de déambuler sur les Ramblas de Barcelone un 23 avril pour s’en rendre compte. Ici, les vendeurs de roses côtoient les libraires, et la concurrence est rude. Difficile de faire un pas sans être assailli de toutes parts. Et, pour gagner quelques euros, chacun peut devenir fleuriste d’un jour. C’est aussi l’occasion pour les auteurs catalans du moment de se faire connaître, et de lancer leurs livres. D’où ces montagnes de bouquins, dédicacés les uns après les autres.
La Sant Jordi est d’ailleurs perçue par de nombreux Catalans comme une façon de soutenir leur langue et leur culture. Car le 23 avril, les livres vendus sont plus des ouvrages écrits en catalan qu’en castillan. Traditionnellement, sur la place de Catalogne de Barcelone sont aussi organisées des activités pour promouvoir l’usage de cette langue. D’autres villes sont réputées pour leur ambiance particulièrement festive pendant cette journée. À Montblanc, petite cité de 6 200 habitants située à l’ouest de Barcelone, la fête bat son plein pendant une semaine. La ville, déclarée monument historique en raison de ses nombreux édifices médiévaux, fait un saut dans le passé et prend des couleurs médiévales. Elle aurait été le théâtre de la légende de la Sant Jordi, et à cette occasion, du 20 au 29 avril 2007, la légende est revisitée et mise en scène, dans une ambiance digne des plus grands poèmes épiques. Jongleurs, chevaliers, troubadours… tout le monde est de la fête à Montblanc.

La journée mondiale du livre

La Sant Jordi ne se résume toutefois pas à un simple échange de roses et de livres entre amoureux. Cette date commémore aussi la mort de deux des plus grands écrivains mondiaux, Cervantès et Shakespeare, décédés tous deux le 23 avril 1616. C’est pourquoi, en 1995, l’Unesco fait de cette date la « journée mondiale du livre et des droits d’auteurs ». Car l’omniprésent Saint Georges est, en plus, patron des libraires ! Une occasion reprise en France par les libraires indépendants pour lancer leur « fête de la librairie indépendante », et tenter à cette occasion de dénoncer la marchandisation du livre. En général, cette fête se déroule le samedi le plus proche de la Saint-Georges : elle aura lieu cette année le 28 avril. Alors, que vous soyez en France ou en Catalogne, amoureux des livres ou des roses, ne manquez pas d’honorer la Sant Jordi... et ¡ Viva Catalunya !

Pour en savoir plus

Site en français sur la Sant Jordi
www.sant-jordi.fr

La Sant Jordi à Barcelone, par le journal El País
http://e-barcelona.org/ (2005)
www.elpais.com

La Sant Jordi à Montblanc vue par le journal El Mundo
http://www.elmundo.es

La semaine médiévale de la légende de Sant Jordi à Montblanc
www.setmanamedieval.org

La légende de la Sant Jordi (en français)
http://pages.videotron.com/

Le site officiel du tourisme en Catalogne
www.catalunyatourisme.com

Où dormir ?
Pensió 2000 : c/ Sant Pere Més Alt, 6, 08003. Tél. : 93-310-74-66. Internet : www.pensio2000.com. Métro : Urquinaona. En face du Palais de la Musique catalane. De 51 à 65€ la double avec ou sans salle de bains ; 4€ le petit déjeuner que l’on prend dans une petite cour intérieure. Toute la chaleur d’une vraie « pension de famille » : photos des enfants aux murs, un salon plein de vie, où l’on se sent plus un ami de passage qu’un touriste en goguette. Les chambres sont vastes et agréables. Un « supplément d’âme » pour cette adresse.

Où manger ?
Pla dels Angels : c/ Ferlandina, 23. Tél. : 93-329-40-47. Email : pla-dels-angels@semproniana.net. Métro : Catalunya. Ouvert tous les jours, toute l’année. Salades et pâtes à partir de 5€ ; petit menu à midi à moins de 7€. Un petit resto en terrasse au pied du Musée d’art contemporain. La cuisine est fraîche, avec des produits de qualité et une vraie touche inventive, rare dans cette catégorie de prix.

Texte : Naëlle Le Moal

Mise en ligne :

Les articles à lire

Lisbonne est une ville sympa à visiter avec des enfants. Ne pas oublier tout de même...