Itinéraire d'un stoppeur rusé

Vous vous êtes levé de bonne heure, il fait un temps superbe, et vous avez très envie d'aller à X (éloigné d'au moins deux kilomètres, sinon le conducteur risque de vous claquer la portière au nez). Mais vous n'avez ni voiture, ni vélo, ni moto, et pas assez de sous pour prendre l'avion, le train, le bateau, le bus. Quant à la marche à pied, vous n'y pensez même pas. Que faire ?… Mais bien sûr ! Il reste… l'AUTOSTOP ! Ce moyen de transport vieux comme le monde exige patience et renoncement au confort, mais promet en échange des rencontres fructueuses et un voyage gratuit. Oui, c'est bien le stop qu'il vous faut.

La croyance selon laquelle le fait d’être pris ou non dépendrait essentiellement du conducteur est fausse, ou du moins inexacte : être pris, ou non, dépend en effet dans une large mesure de l’auto-stoppeur lui-même et de son habileté.Il existe donc une technique, ou plutôt des techniques qui élèvent le stop au rang d’un art et qui font qu’il ne suffit pas de se tenir debout au bord d’une route pour que l’on puisse décemment appeler cela « faire du stop ».




Dossier réalisé par Cyril Azouvi
Aquarelles de Céline Potard


Les articles à lire

Roman, gothique, Renaissance, baroque, Art nouveau, art moderne, cubisme... Prague se...