L'Andorre, paradis outdoor

L'Andorre, paradis outdoor
Office de tourisme d'Andorre

En partenariat avec Andorre

L’Andorre est réputée pour ses stations de sports d’hiver, mais elle n’en reste pas moins une destination nature tout au long de l’année. Blottie dans les Pyrénées entre la France et l’Espagne, 92 % de sa superficie (468 km2) est occupée par les forêts, les montagnes, les lacs et les cours d’eau. Un vrai terrain de jeu, donc, pour les amoureux des activités outdoor. Une fois la neige fondue, place à la randonnée, au vélo, au VTT, aux balades à cheval et même au golf. Des activités qui nous en mettent plein les mirettes ! La Principauté abrite, en ces sept régions appelées « paroisses », des paysages d’une grande beauté : trois parcs naturels, près d’une centaine de lacs et 80 sommets, certains à plus de 2 000 mètres d’altitude… En route pour l’Andorre sportive et bucolique !

Randonnée : à la découverte des parcs naturels et des lacs de haute montagne

Randonnée : à la découverte des parcs naturels et des lacs de haute montagne

Avis aux amateurs de rando !  De ce côté-là, la Principauté vous gâte. La preuve, cinq sentiers de Grande Randonnée la traversent : le GR 11 (le fameux qui traverse toutes les Pyrénées), le GR 7, les GRT 1 et 2 et le GRP Andorre (tour complet du pays en une semaine, 120 km). Aux côtés de ces GR, Andorre offre une multitude de sentiers balisés aux randonneurs

A découvrir, notamment : les trois parcs naturels andorrans, qui abritent des lacs de haute montagne. Parmi eux, le parc de la vallée de Sorteny. Il a beau être le plus petit des trois – 1 000 hectares - il abrite une biodiversité d’une incroyable richesse. Au beau milieu de quelque 700 espèces de fleurs et de plantes (dont 50 endémiques des Pyrénées), il n’est pas rare d’apercevoir un chamois…

Pour admirer (ou même gravir !) le point culminant de la principauté, cap au nord-ouest, au parc de la vallée du Comapedrosa. Le pic du même nom la domine du haut de ses 2 942 mètres. Au gré de nos balades, de fabuleux paysages de bois, de cascades et de lacs. Les courageux qui s’en iront conquérir le pic Comapedrosa (rando difficile, compter 8h) se verront bien récompensés : le lac « Estany de les Truites » est une splendeur (le refuge de Comapedrosa se situe sur ses rives).

Troisième parc et non des moindres, puisque c’est le plus grand :  Madriu-Perafita-Claror. Tellement grand qu’il occupe, tout de même, 10 % de la superficie de la principauté. Le GR7 et le GR11 passent par ici. Il a été classé au Patrimoine mondial de l’Humanité en 2004 pour ses traditions montagnardes, vieilles de plus de 700 ans. Ainsi, au fil des sentiers, on aperçoit de petites cabanes de bergers (rénovées il y a peu dans le respect de la tradition), d’anciens potagers, mais aussi des fermes traditionnelles, les bordas. Une randonnée conduit au magnifique lac Estany de la Nou, à plus de 2 000 mètres d’altitude. Elle n’est pas de tout repos (fort dénivelé), mais, après tout, les lacs de haute montagne se méritent ! Celui-ci a la particularité de ne pas geler, grâce à la résurgence des eaux phréatiques.

Tous abritent des refuges, pour passer plusieurs jours dans les montagnes : un à Sorteny, trois à Comapedrosa et cinq à Madriu. Au total, l’Andorre en compte une trentaine.

En dehors de ces trois parcs, il existe évidemment bien d’autres espaces naturels d’une grande beauté, comme la vallée d’Incles, la vallée d’Enclar ou encore le cirque dels Pessons. Côté lacs, une rando appréciée et accessible nous emmène à la découverte de l’ensemble de lacs « Estanys de Tristaina », jusqu’au plus haut, à 2300 mètres d’altitude !

Tous les itinéraires de randonnées sont disponibles sur le site visitandorra.com (le PDF « Montagne », en téléchargement gratuit, les recense aussi).

Cyclotourisme et VTT

Cyclotourisme et VTT

Un vrai petit paradis du deux-roues que la Principauté d’Andorre ! D’ailleurs, de grands événements cyclistes comme le Tour de France ou La Vuelta a España empruntent certains de ses vingt-et-un cols. Mais pas besoin d’être un pro, pour parcourir l’Andorre à vélo : sur la vingtaine de routes cyclistes réparties sur les sept paroisses, il y en a pour tous les niveaux. Des routes en parfait état, un défilé incroyable de paysages pyrénéens : le cyclotourisme est ici un régal, à tout point de vue.

Rouler, c’est aussi découvrir le riche patrimoine culturel de la principauté et notamment ses petites églises romanes. Dans la paroisse de Canillo, l’itinéraire Canillo-El Forn (5,2 km), accessible, nous fait découvrir celle de Saint-Miquel de Prats. On admire aussi deux chapelles romanes au village de Nagol, sur l’itinéraire Sant Julià de Lòria - Certers (paroisse de Sant Julià de Lòria), accessible lui aussi (5,2 km). La plus grande église romane d’Andorre, Sant Marti de la Cortinada, se situe quant à elle dans le village de La Cortinada (paroisse d’Ordino). L’itinéraire qui y mène (El Serrat - Arcalís) est cependant très difficile et donc réservé aux cyclistes aguerris. Du côté de la forêt de Peguera, sur l’itinéraire Sant Julià de Lòria - La Peguera (13,9 km, difficile), on aperçoit des bordas, de vieilles maisons de haute montagne, typiques de l’Andorre.

Pour passer la nuit, on trouve des hôtels spécialement adaptés aux cyclistes, avec des locaux pour stationner son vélo, des pompes à air et autres informations touristiques… Leurs restaurants proposent même des petits déjeuners à horaires flexibles. Un pictogramme sert à les repérer.

Ceux qui préfèrent le VTT se voient tout aussi gâtés. En plus des sentiers tracés en pleine nature, l’Andorre abrite un Bike Park. Une fois la neige fondue, les vététistes prennent la place des skieurs, dans les télécabines ! On le trouve à Vallnord, à la station de Pal-Arinsal. Là, plusieurs pratiques : la descente (40 pistes avec un dénivelé de plus de 1000 mètres), le wood park ou encore le cross-country. Il accueille même des championnats internationaux comme la Coupe du Monde et le Mondial Masters de VTT.

La meilleure saison pour rouler ? Sans hésiter, le printemps et l’été.

Tous les itinéraires vélo et VTT sont disponibles sur le site visitandorra.com (le PDF « Cyclotourisme », en téléchargement gratuit, les recense aussi).

L'Andorre à cheval

L'Andorre à cheval

L’Andorre se découvre à pied, à vélo, à VTT… mais aussi à cheval. Là encore, un bon moyen d’admirer les paysages naturels de la principauté. S’il faut être expérimenté ? Justement, pas forcément.

Rendez-vous notamment au club hippique l’Aldosa de la Massana. Situé dans le village d’Aldosa, à 1250 mètres d’altitude, il propose plusieurs circuits, selon les niveaux de pratique. Les débutants s’en iront sur le chemin des Molleres et des Costes de Giberga, pour une balade d’une heure. Les plus aguerris, eux, galoperont sur le chemin du Sola (2h). Quant aux plus jeunes, ils peuvent se balader à dos de poney.

Et ce n’est pas fini : le club propose aussi des randonnées à cheval dans le parc naturel du Comapedrosa, l’un des trois parcs naturels d’Andorre. Un bon moyen de découvrir ses forêts de conifères, ses chemins fleuris, ses zones rocheuses et les eaux cristallines de ses petits ruisseaux…

Deux autres adresses pour monter à cheval, en Andorre : le centre équestre Nòrdic Aventura à El Tarter ou encore le parc d’aventure Naturlandia, à Sant Julià de Lòria.

Autres activités : pêche, escalade et via ferrata, tyrolienne, golf…

Autres activités : pêche, escalade et via ferrata, tyrolienne, golf…

Côté activités en pleine nature, l’Andorre a bien plus à offrir encore.

Pour découvrir les montagnes de plus près, rien de tel que l’escalade. Les voies, pour tous les niveaux, sont nombreuses et présentes dans les sept paroisses. Parmi les spots réputés, on trouve la Cascade Riu d’Urina (12 voies) dans la paroisse de Canillo, le secteur Encodina (13 voies) dans la paroisse d’Ordino, ou encore Agulles d’Engolasters (17 voies) dans la paroisse Escaldes-Engordany. Allez, un petit dernier ! Sant Antoni de la Grella, dans la paroisse de La Massana : on grimpe ici sur de la roche calcaire, à plus de 1 150 mètres d’altitude, dans un cadre naturel d’une grande beauté.

Pour côtoyer le vide, l’Andorre compte également plus de 16 via ferratas. La paroisse de Canillo en abrite de nombreuses, qui satisfont tous les niveaux. Certaines sont idéales pour les débutants, comme le Canal de Mora (400 mètres de long, dénivelé de 200 mètres, peu difficile) dans la paroisse de Canillo. D’autres sont réservées aux experts, comme Racons : son parcours, très vertical, en fait l’une des plus impressionnantes de toute la principauté !

Cinq ravins permettent aussi la pratique du canyoning. Quatre se situent dans la paroisse d’Ordino : Canaleta (l’un des plus difficiles), Encodina (sans grande difficulté), Segudet (l’un des moins compliqués, parfait pour débuter) et Engesur (difficile). Le dernier, le Torrent de l’Aviar (accessible), se trouve dans la paroisse d’Encamp.

Pour faire le plein de sensations, on peut sinon opter pour un circuit d’aventure et ainsi expérimenter ponts, passerelles et autres tyroliennes, au beau milieu de majestueuses forêts. Deux noms à retenir : Bosc Aventura (en plein cœur de la vallée de Madriu, classé au patrimoine de l’Unesco) et Bosc de Segudet. Quant à la tyrolienne la plus longue des Pyrénées (550 mètres de long, 40 mètres de hauteur, pointes à 80 km/h), elle se situe à Mon(t) Magic, à Canillo. De là-haut, vue imprenable sur le lac Llac del Forn !

Sur la terre ferme, mais toujours en hauteur, on peut sinon pratiquer le golf, dans des cadres naturels exceptionnels. Et pourquoi pas dans le green le plus élevé d’Europe ? Situé à 2250 mètres d’altitude, le Golf Soldeu, à la station de Grandvalira, est accessible en télécabine. On peut sinon se rendre à la Vallée d’Ordino (P&P et Golf Club) ou au Pitch & Putt Vall d’Ordino, une alternative au terrain de golf (espace plus petit, moins de matériel…).

Après les golfeurs, les pêcheurs. On sort les cannes à pêche de mi-avril à fin septembre environ. Les spots sont nombreux : rivières, réserves de pêche, lacs et même lacs de haute montagne ! A plus de 2 000 mètres d’altitude, la pêche à la mouche est ici une spécialité. Parmi les poissons, de nombreuses truites : la truite de rivière, la truite mouchetée et la truite arc-en-ciel. Il ne faut pas oublier, avant de partir pêcher, de bien se renseigner sur les zones et les périodes de pêche et, bien sûr, de se procurer un permis (il en existe à la journée).

Toutes ces activités sont à retrouver sur le site visitandorra.com (le PDF « Carte de Pêche », en téléchargement gratuit, les recences toutes).

En savoir plus

Plus d’info sur visitandorra.com

Texte : Routard.com

Andorre Les articles à lire

Voyage Andorre

Bons Plans Voyage

Services voyage