Berlin insolite

Berlin insolite
Potsdamer Platz © golovianko - stock.adobe.com

Berlin s’étend sur 890 km² (8 fois plus que Paris intramuros) pour 3,7 millions d’habitants. Une métropole gigantesque, éclatée et en perpétuelle mutation, où le futur s’invente à partir des vestiges d’une histoire tourmentée. Partout, des immeubles laissés aux bombes (de peinture) et aux pochoirs des street artistes, d’anciens entrepôts industriels réhabilités en lieux culturels, des vestiges de la guerre réhabilités en machines à remonter le temps, des parcs aux racines extravagantes... Berlin n’a pas volé sa réputation de capitale européenne du cool, où la surprise se trouve souvent au coin de la rue. Démonstration avec quelques pépites architecturales méconnues, des visites souterraines surprenantes et des espaces verts décalés résolument post-industriels.

Attention, en raison de la crise sanitaire liée à la Covid-19, certains sites et activités mentionnés dans l'article peuvent être actuellement fermés.

Berlin, laboratoire architectural surprenant

Berlin, laboratoire architectural surprenant
Bierpinsel © visitBerlin, Photo: Dept

Berlin est un laboratoire architectural hors du commun. Il suffit de se balader dans cette ville huit fois plus étendue que Paris pour apprécier son urbanisme plus aéré, moins maîtrisé par rapport aux capitales-musées européennes et qui lui vaut quelques échappées architecturales stupéfiantes.

La palette de styles est large, entre la rigueur stalinienne de la Karl-Marx Allee, le futurisme ramassé de l’ambassade de la République tchèque ou l’abstraction plus colorée et courbée du siège social GSW, mais aussi les élans modernistes de la Potsdamer Platz, le fabuleux musée Juif de Daniel Libeskind, les élucubrations de bâtisseurs de la trempe de Sergei Tchoban (fondation Tchoban, nhow hotel, siège de Coca-Cola) ou de Frank Gehry (bâtiment de la DZ Bank) et la transformation des rives de la Spree.

La liste est loin d’être exhaustive, bien entendu. Plus confidentielles, d’autres constructions arrivent à sortir leur charpente du jeu. À la station de métro Schlosstrasse fane une drôle de fleur brutaliste. Érigé en 1976, la Bierpinsel (en français, la "brosse à bière"), 46 mètres de la tige à la corolle, bariole depuis plus de 40 ans le quartier. Tour à tour, restaurant, boîte de nuit et terrain de jeux des princes des fresques murales, cette tour, rejeton de Ralph et Ursulina Schüler, a été mise en vente par Sotheby’s en 2017 pour 3,2 millions d’euros sans trouver preneur, au grand bonheur des habitants du quartier qui s’en sont pris d’affection. Actuellement des barrières en cloisonnent l’accès et seule la terrasse du premier niveau est accessible.

Bauhaus Archiv © visitBerlin, Photo:Jan Frontzek

De Teufelsberg (montagne du diable), on n’a d’yeux que pour elle. A quelques minutes de l’Olympiastadion, qui vaut son crochet au pas de course, la Corbusierhaus, reniée par Le Corbusier car émancipée des plans originaux (trop de couleurs, absence de rue commerçante), géométrise en angles et en massivité le quartier de Berlin-Westend. Accès libre et atmosphère rétro-futuriste dans les couloirs symétrisés (une teinte par étage).

Visite incontournable pour les amateurs d’architecture, Bauhaus-Archiv, centre de documentation extrait de l’imagination de son fondateur, Walter Gropius, abrite les archives du fameux mouvement Bauhaus  et quelques expositions thématisées sous l’immobile patrouille de ses iconiques cheminées de paquebot qui devraient être rejointes par une structure en verre d’ici 2022. En attendant, les travaux défigurent le panorama et les expositions ont été délocalisées au 1-2 Knesebeckstraße.

À proximité du Bauhaus-Archiv, la moderniste Shell-Haus, qui ondule sa façade plus hardiment encore que les eaux du Landwehrkanal voisin, sait jouer de ses perspectives pour s’exhiber moins compacte qu’il n’y parait.

Berlin, de souterrains en bunkers

Berlin, de souterrains en bunkers
Bunker Berlin © visitBerlin, Photo: Noshe

Berlin a su tirer parti de son histoire mouvementée. Dans La scandaleuse de Berlin (A Foreign Affair, 1948) de Billy Wilder, Marlene Dietrich chantait les ruines de Berlin. La capitale allemande en a pris soin et a su les transformer en lieux de mémoire.

Prêts pour une visite en sous-sol ? L’association Berliner Unterwelten propose quatre visites à la découverte d’abris anti-aériens et antiatomiques, de bunkers militaires ou de tunnels souterrains creusés pour rallier l’Ouest. En circulant dans ces casemates au son belliqueux du métro, on apprend la différence entre abri (murs de 80 cm d’épaisseur recouverts de sable) et bunker (murs en béton armé de 2 m minimum conçus pour résister aux impacts directs) ou les règles qui régissaient cette vie dans les entrailles de la ville. On nous informe également que 70 tonnes de munitions de la Seconde Guerre mondiale seraient extraites chaque année des sols de la capitale tandis que 3 000 bombes resteraient encore enfouies. Le dernier accident mortel a eu lieu en 1994. Si ça peut vous rassurer.

Retour en surface pour un voyage dans le temps. Au cœur du quartier de Schöneberg, le Berlin Story Museum, hébergé dans un triste bunker de la drôle de guerre, offre deux parcours. Le premier revient sur l’histoire de la ville à travers des photographies, des films, des maquettes. Le deuxième se concentre sur la vie d’Hitler et sur son ascension. Objet de multiples légendes, le bunker du Führer y est en partie reconstitué.

Dans la Pallastrasse, le Hochbunker, monolithe de 4 étages bâti par les travailleurs forcés de 1943 à 1945, est depuis les années 1970 enchâssé dans un immeuble résidentiel, le Pallasseum. Un mariage forcé et une expérience visuelle hybride.

Dans le quartier de Mitte, le Bunker Berlin peut se targuer d’avoir connu plusieurs vies. D’abord abri anti-aérien (1942), entrepôt textile puis de fruits importés de Cuba, club ultra sélectif et plus olé-olé, espace d’exposition et scène de théâtre jusqu’à ce que le collectionneur d’art et homme de pub, Christian Boros, y installe ses trésors (et accessoirement un penthouse avec piscine intérieure au 5e et dernier étage). Visite du jeudi au dimanche, seulement sur réservation.

Enfin, pour les fanatiques, à 1h50 au sud de Berlin, Bücherstadt Wünsdorf prend la main des visiteurs à travers cinq parcours zigzaguant dans un large complexe de bunkers.

Berlin en vert autrement

Berlin en vert autrement
Teufelsberg © Kai - stock.adobe.com

Partons faire un tour dans quelques parcs de Berlin dont 40% de la superficie est botanisée d’espaces verts… qui ne se résument pas au gigantesque Tiergarten ! En fait, nombreux sont les parcs qui étrennent volontiers leur grain (d’herbe) de folie.  

Teufelsberg, colline artificielle reposant sur les gravats de Berlin, n’est connue ni pour ses pentes verdoyantes, ni pour la variété de sa faune, mais pour une station d’espionnage de la NSA (Radarstation) toute délabrée et longtemps convoitée par le réalisateur David Lynch. Avec ses antennes et ses tours radars, le lieu est devenu un temple pour les graffeurs de tout poil. Il vous en coûtera entre 5€ et 10€ (si vous souhaitez prendre des photos, visite guidée à 15€) pour en explorer les recoins.

Ancien parc d’attractions, le Spreepark a été rendu à Mère Nature. Lui survivent ses manèges, en voie de décomposition lente tout de même, donnant à l’ensemble des airs d’enfance congelée. Si le parc n’est pas accessible librement, des visites guidées d’1h30 sont organisées de fin mars à début novembre (5€/3€), tandis que la ville réfléchit à une réinvention du parc qui croiserait culture, art et nature.  

En voilà un autre qui a renié ses origines, le Natur-Park Schöneberger Südgelände (1€ l’entrée). Avec ses 18 hectares au compteur bordant les voies de la S-Bahn à Priesterweg, il a abandonné son train-train de gare de triage pour faire place verte et pas très nette à une forêt majestueuse qui circule entre ses rails, ses sculptures en plein air, sa scène de théâtre, son hangar à locomotives (Lok-Halle) et son vertigineux château d'eau. Et ce n’est pas pour déplaire aux street artistes qui se font, depuis son ouverture en 2000, la main sur ses enceintes, surveillés par les chardonnerets, les faucons crécerelles, les renards roux et les mantes religieuses. À noter que pas très loin, verdissent, comme des enclaves organiques en milieu urbain, de gracieux jardins communautaires (Kolonie Samoa, Kolonie Roseneck).

Tempelhof © Calado - stock.adobe.com

Après les voies ferrées, les pistes d’un aéroport, avec un jardin public sans doute unique au monde installé sur le site de Tempelhof : le mythique aérodrome qui permit d’assurer l'approvisionnement de Berlin-Ouest lors du blocus soviétique de juin 1948 à mai 1949. En 2008, après la fermeture définitive du site, Berlin l’a transformé en parc : Tempelhofer Feld, avec plus de 380 ha de gazon, sillonné de 6 km de tarmac, reconverti en piste pour les cyclistes et adeptes du roller. Sans oublier plus de deux hectares pour les barbecues, près du double pour nos amis les bêtes, des potagers partagés, le tout face aux anciennes infrastructures, intactes, de la tour de contrôle et quelques vieux avions sur le tarmac.

Autre rescapé de l’histoire, le Treptower Park. Offrant de plaisantes balades champêtres, il ressemble à tous ses congénères, des pelouses, des plans d’eau, des chiens à l’affût de pigeons…  jusqu’à ce que le mémorial soviétique (Berlin en compte deux autres) apparaisse dans toute sa corpulence monumentale. Erigé entre 1946 et 1948 en hommage aux 80 000 soldats de l’Armée Rouge décédés pour libérer Berlin, il déploie plusieurs statuaires (un gigantesque soldat russe portant un petit Allemand couronne le mausolée, tandis qu’en face des militaires plient le genou), des dalles funéraires et 16 sarcophages. 

Fiche pratique

Retrouvez tous les bons plans, adresses et infos utiles dans le Routard Berlin en librairie

Consulter nos fiches Berlin et Allemagne.

Office de tourisme de Berlin

Office de tourisme d'Allemagne.

Comment y aller ?

Berlin est reliée à Paris-CDG et à d’autres aéroports français en vol direct ou avec escales, en vol low cost (EasyJet, Transavia...) ou régulier (Lufthansa, Air France...).

Réservez votre billet d'avion pour Berlin.

Trouvez votre hôtel à Berlin

Texte : Florent Oumehdi

Mise en ligne :

Allemagne Les articles à lire

Voyage Allemagne

Bons Plans Voyage

Services voyage