Grèce : Spetses, la dolce vita dans les îles Saroniques

Grèce : Spetses, la dolce vita dans les îles Saroniques
Plage Agii Anarghiri © Jean-Philippe Damiani

À quelques km seulement des côtes de l’Argolide et à 2h de bateau d’Athènes, l’île de Spetses (prononcer « Spetsès ») permet de conclure en beauté un voyage dans le Péloponnèse ou un séjour dans la capitale grecque. Avec son petit port, ses belles demeures d’armateurs, ses pinèdes et ses criques aux eaux cristallines, cette île de l’archipel des Saroniques est particulièrement appréciée par les Grecs pour les vacances d’été. Hors saison, au printemps ou à l’automne, Spetses se découvre en toute tranquillité et pratiquement sans voiture, les pieds dans l’eau et les yeux dans le ciel bleu. Une île à l’âme résolument méditerranéenne et au charme fou.

Spetses, une île grecque au parfum de vacances

Spetses, une île grecque au parfum de vacances
Maisons d'armateurs à Spetses © Jean-Philippe Damiani

Est-ce l’effet du ciel bleu, de l’eau translucide de la mer Égée, l’odeur du jasmin dans l’air, la quasi absence de voiture ? L’île de Spetses dégage un irrésistible parfum de dolce vita, qui conquiert le visiteur dès le débarcadère.

La belle ne manque pas d’atouts avec ses demeures d’armateurs cossues du 18e s face à la mer, les enfants qui jouent le soir sur l’esplanade devant le Poseidonion – le plus ancien palace de Grèce -, les yachts et les bateaux de pêche mouillant dans le vieux port, ses plages dans des criques à l’abri des regards ou la magnifique pinède qui la recouvre presqu’entièrement.

Située à quelques km à peine de la côte de l’Argolide et à 2h10 de bateau du Pirée, cette île de l’archipel des Saroniques se révèle une parfaite destination pour les vacances ou une parenthèse insulaire, après un voyage dans le Péloponnèse ou un séjour à Athènes.

Relativement peu connue des touristes français, Spetses est très prisée par les Grecs et particulièrement par les Athéniens aisés qui y possèdent une résidence secondaire. Il est très facile de venir y passer le week-end depuis la capitale.

Spetses : une île capitale dans l’histoire de la Grèce

Spetses : une île capitale dans l’histoire de la Grèce
Statue de la Bouboulina © Jean-Philippe Damiani

Comme sa voisine Hydra, l’île a joué un rôle capital dans l’histoire grecque, notamment lors de l’insurrection contre l’occupant ottoman dans les années 1820. Spetses, alors fief de riches armateurs, fut la première à armer ses navires pour lutter contre les Turcs en 1821, déclenchant la guerre qui conduisit à l’indépendance de la Grèce en 1830.

Une Spetsiote d’alors est même devenue une figure mythique de l’histoire grecque : la Bouboulina (1771-1825). Un sacré personnage que cette « Jeanne d’Arc hellène », femme-amiral dans un univers masculin devenue une héroïne de l’indépendance grecque. Mère de sept enfants, deux fois veuve de riches capitaines et seule femme armateur à l’époque, Laskarina Bouboulina se lança, à l’âge de 50 ans, dans la guerre contre les Ottomans.

Elle participa notamment au siège du port stratégique de Nauplie, dans le Péloponnèse, à la tête de huit vaisseaux dont l’Agamemnon, son navire amiral. Mais, assassinée à la suite d’une querelle familiale en 1825, elle ne vit jamais la Grèce indépendante…

Demeure de la Bouboulina © Jean-Philippe Damiani

La demeure de la Bouboulina abrite aujourd’hui un musée, du moins son premier étage car le rez-de-chaussée est toujours habité par ses descendants qui assurent eux-mêmes la visite. Un passage essentiel pour découvrir cette page d’histoire particulièrement romanesque et découvrir l’intérieur d’une belle demeure patricienne du 17e s.

Le musée contient, outre les nombreux documents et le sabre de la Bouboulina (dont l’étui était gorgé de poison), de coquets meubles vénitiens, un coffre-fort inviolable à 3 serrures fabriqué à Marseille au 18e s et un superbe plafond en boiseries sculptées du 18e s. La visite peut se compléter par celle du musée de Spetses, lui aussi installé dans une fastueuse demeure d’armateur.

Balade autour du port de Spetses

Balade autour du port de Spetses
Hôtel Poseidonion © Jean-Philippe Damiani

Après ce voyage dans le temps, l’agréable ville de Spetses, qui s’étend sur 3 km, invite à une promenade sur son front de mer, en débutant devant l’hôtel Poseidonion. Le faste de ce palace construit en 1914 - le plus ancien de Grèce - peut étonner sur une petite île de seulement 22 km2.

On le doit à un certain Sotirios Anargyoros, qui, après avoir fait fortune aux Etats-Unis, est revenu sur son île natale pour y développer le tourisme. Bien vu ! C’est également ce Spetsiote visionnaire qui a fait planter, dans les années 30, la magnifique pinède qui recouvre l’île et fait construire la route qui en fait le tour.

Juste à côté du Poseidonion, la partie moderne de Spetses-ville, Dapia, est très animée avec ses terrasses de café face au port, sa rue commerçante, ses nombreux restos et son petit marché aux poissons. Juste derrière, dans les hauteurs, le quartier de Kastelli, résidentiel et populaire, compte quelques églises. Beau panorama sur la mer et la côte d’Argolide, à seulement 5 km de là.

Monastère de Saint-Nicolas © Jean-Philippe Damiani

De retour sur le rivage, on longe via le front de mer les murailles des imposantes maisons d’armateurs néo-classiques qui donnent une idée du riche passé de l’île.

Derrière, sur une petite colline, un campanile signale le monastère de Saint-Nicolas (17e s) où fut dressé le premier drapeau de la Grèce indépendante en 1821. Devant l’église, le parvis est décoré d’une belle mosaïque de galets noirs et blancs, emblématique de Spetses. On retrouve en effet ces décorations le plus souvent d’inspiration marine (poissons, navires…) sur le pavé, en de nombreux endroits de la ville.

Paleo Limani © Jean-Philippe Damiani

La promenade longe ensuite des petites plages (Agios Mamas, Agios Nikolaos) et une anse aux luxueux bateaux de plaisance avant de rejoindre Paleo Limani, l’ancien port. Un coin très sympa avec sa baie pittoresque, son petit chantier naval très artisanal, ses bateaux de pêche multicolores et ses nombreux bars et restos au bord de l’eau.

De l’autre côté de la baie, un phare se dresse au milieu d’une pinède peuplée de statues d’animaux ou de personnages mythologiques de l’artiste grecque Natalia Mela. Jolie vue sur le port.

Le tour de Spetses : les plus belles plages de l’île

Le tour de Spetses : les plus belles plages de l’île
Plage Agii Anarghiri © Jean-Philippe Damiani

En dehors du port, Spetses est très peu habitée. L’île est particulièrement préservée (hormis une petite portion du sud victime d’un feu de forêt) et recouverte de pins d’Alep, ce qui fait sa singularité et son attrait. Surnommée l’« île au jasmin », Spetses, dont le nom vient de Spezia (« épice » en vénitien), est également connue pour le throubi, une herbe aromatique utilisée dans la cuisine locale.

Petite (22 km2), pratiquement dénuée de voiture, l’île se parcourt facilement en scooter ou à vélo, mais aussi en bus ou en bateau pendant la saison estivale. Attention, Spetses n’est pas plate du tout.

Une seule route fait le tour de l’île (28 km), entre littoral et pinèdes, reliant les différentes plages et offrant de splendides panoramas sur la mer et la péninsule du Péloponnèse. En chemin, on peut faire des haltes dans les criques qui ourlent le littoral en contrebas de la route.

Les plages aménagées d’Agia Marina, d’Anargyrios, de Kaiki (payante) et de Vrélos, facilement accessibles depuis Spetses-ville, plairont aux amateurs de transats, d’activités nautiques et de musique à fond.

Plage de Korbi © Jean-Philippe Damiani

On vous conseille de vous éloigner un peu et de vous rendre de l’autre côté de l’île, dans le sud.  À 12 km de Spetses-ville, la plage d’Agii Anarghiri étend ses galets sur plus d’une centaine de mètres. Agrémentée d’une taverne, mais aussi de transats et de parasols, elle est très populaire en été, mais presque vide hors saison. De la plage, un sentier conduit à la grotte marine voisine de Bekiris.

Pour être encore plus au calme, il ne faut pas hésiter à s’aventurer du côté des criques ou des plages voisines, comme la petite Agia Paraskévi avec son anse bordée de pins et sa petite église, ou encore celle de Korbi, difficile d’accès et réservée aux nudistes.

Eglise le long de la baie de Zogéria © Jean-Philippe Damiani

Mais le meilleur reste à venir… Tout au nord de l’île, à 6 km de la ville, la baie de Zogéria, bordée de pins, déploie ses criques aux rochers rouges le long d’une mer cristalline où mouillent quelques barques. Un chemin relie les différents spots de baignade sur 1,5 km, en croisant deux églises blanches, jusqu’à une plage où se trouve une taverne. Un petit coin de paradis avec vue sur l’Argolide.

Balade au sommet de l’île de Spetses

Balade au sommet de l’île de Spetses
Panorama depuis les sommets © Jean-Philippe Damiani

Enfin, s’il ne fait pas trop chaud, l’intérieur de Spetses est accessible via des chemins de randonnée. Après une bonne grimpette, la balade, fort agréable, se fait sous les pins à plus de 200 mètres d’altitude.

On peut ainsi rejoindre, en fin de journée, le monastère du Profitis Illias (280 m), point culminant de l’île. D’en haut, le regard porte sur le Péloponnèse qui s’étend sur des dizaines de km vers le sud, le golfe de Nauplie, Porto Heli, les montagnes de l’Argolide, mais aussi l’île voisine d’Hydra, cette autre perle des Saroniques. Un magnifique panorama à 360 °, particulièrement spectaculaire au coucher du soleil.

Fiche pratique

Retrouvez tous les bons plans, adresses et infos utiles dans le Routard Athènes et Îles grecques ou le Routard Grèce continentale en librairie

Consulter notre guide en ligne Grèce

Discover Greece : portail d'informations sur la Grèce

Comment y aller ?

- Vols directs pour Athènes avec Aegean Airlines au départ de Paris CDG, Nice, Marseille, Lyon, Bordeaux, Lille, Nantes, Toulouse et Strasbourg. Aegean Airlines, « meilleure compagnie régionale européenne » aux World Travel Awards depuis 9 ans, dessert 31 destinations en Grèce.

Pour se rendre de l’aéroport au port du Pirée, on peut prendre la bus X96, le métro ou le taxi en utilisant l’appli Beat très populaire en Grèce.

- Pour se rendre à Spetses depuis Le Pirée : plusieurs traversées quotidiennes avec Hellenic Seaways depuis la porte E8. Compter de 2h20 à 3 h selon le trajet. Tarif : 40,50 €

- Pour se rendre à Spetses depuis Kosta (Péloponnèse) :  jusqu’à 6 traversées par jour. Compter 2 €. Impossible d’embarquer avec sa voiture.

Quand y aller ?

Le printemps (mai-juin) et l’automne (septembre-octobre) sont les meilleures saisons. Températures agréables et  moindre affluence. Spetses est très fréquentée par les Grecs en juillet-août. De novembre à Pâques, certains établissements ferment leurs portes et l’île tourne au ralenti.

Bonnes adresses

- Niriides Guesthouse : située à Dapia, à 100 mètres du port, de la mer et des restos, une ravissante petite maison très calme avec 7 petits studios rénovés, confortables, bien équipés (kitchenette, clim…) et à la propreté impeccable. Petit jardin et terrasse bien agréables. On y prend un petit déjeuner fort copieux et personnalisé. Accueil souriant, discret et attentionné. Une belle adresse. Compter 70-130 € selon saison et type de chambre, petit déj compris.

- Tarsanas : Paleo Limani. Sur le vieux port de Spetses, une « taverne de poissons » où l’on se régale d’une cuisine de la mer à base de produits frais, savoureux et bien préparés. On choisit son poisson et son mode de préparation, comme le fameux « à la Spetsiota », la recette locale à base de tomates, ail et herbes aromatiques. Également des plats de pâtes et risottos à base de fruits de mer, mais aussi des salades, très copieux. Cadre formidable (on dîne au bord de l’eau). Compter 30-40 € le repas.

- NTA Restaurant (Water of Love) : Kounoupitsa. À une dizaine de minutes à pied, ce restaurant en bord de mer sert, dans une grande salle-terrasse au décor élégant, une savoureuse cuisine qui revisite avec brio les grands classiques locaux. Goûtez au poisson à la Spetsiota, mais aussi au rouget en sauce au safran, au poulpe grillé au balsamique et aux oignons caramélisés… Les cuissons et les accords sont parfaitement maîtrisés, les présentations soignées et le service aussi diligent qu’agréable. Une excellente adresse pour un repas quasi gastronomique. Belle carte de vins grecs. Compter 30-40 €.

- Souvlucky : Dapia. Sur le port, une échoppe qui porte bien son nom. Les souvlakis, juteux à souhait, nous rendent effectivement heureux… et pour trois fois rien !

- Pâtisserie Polithis : sur le port de Dapia, la meilleure pâtisserie de l’île où l’on peut déguster la fameuse pâte d’amande de l’île, l’amygdalota.

- Votsalo : Dapia. Dans la rue principale de Spetses, un bar à cocktails sympa à la déco moderne. L’un des bars animés du coin avec le Socrates.

- Jinx : Paleo Limani. Un bar sympa sur le quai du vieux port, pour prendre un verre au bord de l’eau. Bons mojitos.

- Alfis : à Dapia, en bord de mer, un bon glacier avec un large choix de crèmes et de sorbets. Goûtez à celui au melon particulièrement rafraîchissant.

Location de vélo : Bike Center à Dapia, près du marché aux poissons. Bon matériel. 8 € la journée. Tél : 22980-72209 et 69776-45-238

Texte : Jean-Philippe Damiani

Mise en ligne :

Grèce Les articles à lire

Voyage Grèce

Bons Plans Voyage

Services voyage