L’Irlande de l’Est, autour de Dublin

L’Irlande de l’Est, autour de Dublin
Phare de Baily et Great Sugar Loaf en arrière plan © MuzzyCo - stock.adobe.com

L’est de l’Irlande possède un caractère particulier. Si l’on y retrouve par exemple des paysages de côte morcelée typiques de l’île, elle se singularise par un charmant environnement campagnard, la présence de nombreux villages et ports, ainsi que de la capitale du pays, Dublin.

On y découvre également des montagnes (mais oui !), de même qu’une noria de sites historiques : on se trouve ici dans le berceau du pays, d’où son surnom d’Ireland's Ancient East.

Toute cette diversité est à apprécier au gré de balades permettant de goûter à tout, mais on peut aussi s’organiser des parcours thématiques. De toute façon, sachez que les distances entre les sites intéressants sont relativement courtes dans cette région. Une preuve supplémentaire de la légendaire courtoisie irlandaise !

Terres ancestrales d’Irlande : aux sources de l’histoire

Terres ancestrales d’Irlande : aux sources de l’histoire
Loughcrew Cairns © Ivan - stock.adobe.com

La côte est de l’île offre un passionnant résumé de l’histoire de l’Irlande, des premiers temps au 20e siècle.

Longtemps glacées, les terres d’Irlande ont été peu à peu peuplées entre la Préhistoire et l’Antiquité, notamment par des Celtes. Des sites mythiques vous font remonter à plusieurs milliers d’années : la colline de Tara (pierre levée, enclos, tombe…), le tumulus de New Grange (spectaculaire tombeau circulaire entouré de pierres ornées de dessins gravés en spirale), les Loughcrew Cairns (tombes dont la plus importante se visite)…

 La christianisation de l’Irlande remonte au 5e siècle, à l’époque du fameux saint Patrick. Parmi les vestiges des premiers monastères (fondements de la vie religieuse du pays) encore visibles figure le superbe site de Glendalough, dans les montagnes de Wicklow, près de lacs sublimes.

On s’y promène librement entre des ruines, une chapelle, un vieux cimetière où s’élèvent des croix celtiques et une étonnante tour cylindrique haute de 33 m (11e siècle), telle qu’on en voit souvent en Irlande. Elle servait à conserver les trésors des moines. Incontournable !

Aux 9e et 10e siècles sont arrivés les Vikings, qui ont eu une forte influence sur le pays, notamment en créant Dublin. Une reconstitution de leur habitat est à voir au National Irish Heritage Park, qui se trouve dans un bois à Wexford. À travers d’autres reconstitutions, il montre aussi comment vivaient les ancêtres des Irlandais des Âges de la pierre et du bronze, de l’époque celte et du début de l’ère chrétienne : huttes, village, monastère, etc. La visite de ce musée en plein air plaira autant aux adultes qu’aux enfants.

Wicklow Gaol © Michel Doussot

Puis vinrent les conquérants anglo-normands au 12e siècle. Les amoureux des châteaux forts ont de quoi rêver en allant visiter la forteresse de Trim, qui a belle allure entre prairie et rivière. Le Rock of Cashel a lui aussi de quoi vous éblouir. Depuis le haut d’un piton rocheux, cet ensemble de bâtiments médiévaux domine sa ville et les environs.

La longue période d’occupation britannique en Irlande n’a pas laissé que de bons souvenirs, c’est le moins que l’on puisse dire. Pour preuve la funeste Wicklow Gaol, prison qui servit entre 1702 et 1928. Furent enfermés ici, dans une promiscuité terrifiante, hommes et femmes de tout âge, des voleurs de pain comme des criminels ou des militants politiques, ou encore des pêcheurs français perdus en mer d’Irlande que l’on accusait d’espionnage ! De là partirent de nombreux prisonniers pour les bagnes d’Australie. On visite ce terrible endroit devenu musée, où les geôles sont occupées par des mannequins réalistes.

À Dublin, vous pouvez suivre un circuit de découverte intitulé « Rebellion », sur les traces de l'Insurrection de Pâques 1916 qui précéda l’indépendance de l’Irlande. Il vous fait passer par la Poste centrale, l’hôtel de Ville, Trinity College, St Stephen's Green, le Jardin du souvenir…

Au bord de la mer d’Irlande

Au bord de la mer d’Irlande
Moulin de Tacumshane © Michel Doussot

Ce sont les eaux de la mer d’Irlande qui baignent le littoral de la côte est. Cette mer qui sépare l’île de sa voisine, la Grande-Bretagne, est traversée par des ferries assurant des liaisons entre les deux pays, ainsi qu’avec la France.

On peut aussi s’y offrir de mini-croisières à bord de petits bateaux, par exemple dans les baies de Dublin et de Howth, qui vous font passer par ou face à l’Ireland’s Eye, une petite île sauvage où l’on randonne en découvrant des ruines très anciennes et en observant des oiseaux, des pingouins ou des phoques.

Les ports de plaisance et de pêche sont nombreux sur la côte est, de même que les plages de sable, lesquelles sont impressionnantes par leur longueur. Celle de Curracloe intéressera particulièrement les cinéphiles : c’est là qu’a été tourné le très spectaculaire début du film « Il faut sauver le soldat Ryan » en raison de sa ressemblance avec les plages normandes du Débarquement.

Des randonnées le long de falaises ou de paysages rocheux sont également à faire sur ce littoral. On peut le découvrir aussi par le train depuis Dublin, au gré d’un parcours offrant des points de vue exclusifs.

Prendre les routes qui suivent le tracé du littoral en serpentant dans la campagne permet de traverser de nombreux villages où les maisons sont souvent couvertes de toits de chaume. On s’arrête volontiers pour visiter de jolis sites tels que celui du moulin de Tacumshane, lequel s’inscrit dans un de ces paysages offrant d’infinies nuances de vert dont l’Irlande est riche.

Monts Wicklow : dans la montagne irlandaise

Monts Wicklow : dans la montagne irlandaise
Great Sugar Loaf © mika - stock.adobe.com

Pays de plaines et de vallons, l’Irlande possède aussi des montagnes. Certes, ne culminant, pour les plus hautes, qu’à 1 000 m, elles ont du mal à rivaliser avec les Alpes, les Andes ou l’Himalaya ! Mais enfin, elles existent, notamment à courte distance de Dublin où elles ont belle allure.

Le parc national des monts Wicklow est un petit paradis pour les randonneurs et adeptes d’escalade, de canoë ou de pêche. On y traverse des paysages sauvages faits de landes et de tourbières, ainsi que de forêts et de sommets (le Lugnaquilla est le plus haut avec ses 926 m) ou de vallées encaissées.

L’une d’elles recèle une merveille : l’Upper Lake de Glendalough, tout près de l’ancien monastère du même nom. Les vues sur ce lac sont à couper le souffle – c’est là qu’a été tournée la scène de l’épée sortant de l’eau dans le film « Excalibur » –, de même que celles qu’offrent les bois, les rivières, ou les ruines d’une église qui l’environnent. On s’attend à voir surgir des leprechauns (lutins irlandais) dans ces lieux envoûtants…

Une autre image saisissante est celle qu’offre le Great Sugar Loaf, une montagne en forme de pain de sucre qui ressemble aussi un peu à un volcan. Bien que peu élevé (501 m), il se détache à merveille à l’horizon et cela en différents points de la région. Son allure singulière donne une touche insolite à cette dernière.

Enfin, vous découvrez par ici des pistes de ski ! Ces descentes au revêtement synthétique sont des lieux d’apprentissage et d’entraînement du Ski Club of Ireland, situé à Kilternan, entre les monts Wicklow et Dublin.

Châteaux et jardins d’Irlande

Châteaux et jardins d’Irlande
Manoir de Powerscourt © spectrumblue - stock.adobe.com

Il existe au moins un point d’accord entre Britanniques et Irlandais : ils vouent une passion identique aux jardins. Les plus modestes maisons en possèdent fréquemment un, de même bien sûr que les manoirs et châteaux d’agrément qui abondent sur la côte est de l’Irlande. Le comté de Wicklow est d’ailleurs surnommé le Jardin de l’Irlande.

À voir notamment : les châteaux de Kilkenny et de Lismore, d’origine médiévale et remaniés dans un style victorien au 19e siècle, tandis que Castletown House et Russborough House (18e siècle) sont pour leur part des manoirs de style palladien.

Palladien aussi et datant également du 18e siècle, bâti sur les bases d’un château médiéval, le manoir de Powerscourt a été grandement restauré après un terrible incendie qui fit date en 1974. La fameuse scène éclairée à la bougie du film « Barry Lyndon » a été tournée ici par Kubrick, peu de temps avant le drame…

Son parc de 19 hectares est l’un des plus beaux d’Irlande. Il se compose de parterres, de jardins italien et japonais, de bassins, de nombreux arbres, d’une roseraie, ainsi que d’un étonnant cimetière d’animaux qui comprend la tombe d’une vache laitière méritante... Ce parc vallonné s’inscrit dans un décor somptueux formé par la campagne environnante avec comme point de mire le Great Sugar Loaf. À proximité, on se rend au pied d’une fameuse cascade nommée aussi Powerscourt. C’est la plus haute d’Irlande (121 m).

D’autres jardins remarquables sont à visiter dans la région, tels que ceux d’Altamont (grands arbres, pelouses, rosiers, fleurs rares…) et de Mount Usher (mélange de plantes indigènes et tropicales…).

À Dublin, le vert est très présent, et pas seulement sur les drapeaux, les bus ou les boîtes aux lettres ! Les connaisseurs ne manquent pas de visiter les Jardins botaniques nationaux (19 ha) situés au bord de la Tolka. On y trouve des serres qui abritent notamment des palmiers, ainsi qu’une roseraie, un arboretum… La capitale de l’Irlande possède également l’immense parc Phoenix (712 ha !) et d’autres espaces verts situés en centre-ville, comme les délicieux parcs de St Stephen’s Green et Merrion Square, où trône la statue d’Oscar Wilde sur son rocher.

Fiche pratique

Retrouvez tous les bons plans, adresses et infos pratiques dans le Routard Irlande.

Consultez notre guide en ligne Irlande

Irlande Tourisme 

Comment y aller ?

- En avion : vols directs vers Dublin depuis Paris-CDG et d’autres aéroports français en saison avec Aer Lingus. Trouvez votre billet d’avion.

- En bateau : Irish Ferries assure des liaisons entre Roscoff ou Cherbourg et Rosslare, au sud de Wexford et Dublin. Avantage : on s’offre une petite croisière, avec son véhicule dans la soute ou individuellement. On peut opter pour un siège (pas cher !) ou une cabine (de 2 à 4 étoiles).

Bonnes adresses

- Hunters Hotel : Newrath Bridge à Rathnew. Un hôtel tranquille offrant un décor rustique, doté d’agréables jardins (fleurs, gazon, potager…). Également une bonne table.

- Silverfox Seafood Restaurant : Kilmore Quay à Wexford. Un beau choix de produits de la mer, dans le petit port de Crossfarnoge.

- Lynhams of Laragh à Laragh (Wicklow). Une grande auberge chaleureuse et populaire à Laragh dans les monts de Wicklow. On y a savouré un savoureux ragoût de bœuf mariné dans de la Guinness...

- King Sitric : East Pier, Howth (Dublin). Une autre belle adresse pour les amateurs de poissons et de fruits de mer. On peut s’attabler dans sa salle de restaurant, avec vue sur la mer, ou dans son East Café où les plats sont plus simples. Dans le port de Howth, Dublin.

Texte : Michel Doussot

Irlande Les articles à lire

Capitale de la République d’Irlande, Dublin est une des destinations urbaines les plus...

Bons Plans Voyage

Services voyage