Anvers, un diamant en Flandre

Anvers, un diamant en Flandre
Grand Place d'Anvers © Mapics - stock.adobe.com

Les diamants ne sont pas les seuls à briller à Anvers. 2e port d’Europe, située sur l’Escaut, cette cité cosmopolite de quelque 170 nationalités possède un riche patrimoine artistique, célébré en 2018 par le festival Anvers baroque. Mais la ville du flamboyant Rubens n'a rien d'un musée à ciel ouvert. Du côté des docks, la belle Flamande se réinvente à coups d’audaces architecturales. Au sud, elle se fait capitale de la mode, à la fois cool et branchée. Et, partout en ville, des restos et des bars en tout genre invitent à des pauses gourmandes. Un joyau aux contrastes éclatants, à 2 h de Paris avec le Thalys.

Les vrais joyaux d’Anvers

Les vrais joyaux d’Anvers
Gare d'Anvers © robertdering - stock.adobe.com

Anvers a beau être la capitale mondiale du diamant (85 % de la production mondiale du brut y transite), ses joyaux ne se trouvent pas forcément tous dans le quartier des diamantaires. À vrai dire, il n’y a pas grand-chose à voir dans ce secteur peu reluisant à proximité de la monumentale gare centrale – l’une des plus belles du monde ! –, à part d’innombrables bijouteries et sièges de sociétés.

Les véritables trésors de la ville se nichent en fait dans le centre ancien d’Anvers, à quelques encablures de l’Escaut. Cœur de la cité, la Grand Place (Grote Markt), entourée des splendides maisons des guildes, illustre ainsi à merveille l’âge d’or d’Anvers, au 16e s. À l’époque, le port flamand formait un centre économique majeur en Europe.

Juste derrière, la cathédrale Notre-Dame élance sa flèche, qui semble surgir des maisons de la Grand-Place, à 123 m au-dessus de la vieille ville. Ce chef-d’œuvre d’architecture gothique se visite comme un musée. À l’intérieur, entre autres pièces liturgiques, se trouvent exposés quatre tableaux de Pierre-Paul Rubens, le peintre emblématique de la ville. Le grand maître du baroque a en effet vécu une grande partie de sa vie à Anvers, où il est mort en 1640.

Rubenshuis © GeniusMinus - stock.adobe.com

Rubens, auquel la cité flamande consacre actuellement le festival Anvers baroque, a laissé son empreinte partout en ville. Tout d’abord, dans sa superbe maison-atelier qu’il a agrémentée d’un portique baroque et d’un jardin d’inspiration italienne. Ouverte à la visite, la Rubenshuis nous plonge dans l’univers du maître en faisant admirer les œuvres de sa collection personnelle et quelques-uns de ses tableaux (dont l’un de ses rares autoportraits).

Également conçue par Rubens, la façade de l’église Saint-Charles-Borromée, qui donne sur une charmante place, compte parmi les chefs-d’œuvre du baroque européen. À quelques pas de là, le parcours continue à la maison Snijders-Rockox. Ce musée, qui porte le nom de deux figures du baroque anversois, désormais réunies en un seul lieu, donne à voir plusieurs tableaux de Rubens, entre autres grands peintres flamands (Pieter Bruegel, Van Eyck,  Metsys, Van Dyck...).

Eglise Saint-Paul © pigprox - stock.adobe.com

Artiste infatigable (il aurait réalisé plus de 2 000 œuvres !), Rubens a également peint des tableaux pour l’église Saint-Paul et des dizaines de portraits de la famille Plantin-Moretus, une dynastie d’imprimeurs qui a marqué l’histoire du livre en Europe. Ils sont exposés au formidable musée Plantin-Moretus, qui est le seul au monde à être inscrit deux fois au patrimoine de l’Unesco.

Cette demeure patricienne, – à nos yeux le plus beau musée d’Anvers –, abritait l’imprimerie fondée au 16e s par Christophe Plantin, qui fut le plus grand imprimeur-éditeur de la Renaissance en Europe. Transformée aujourd’hui en musée, on peut notamment y admirer de beaux intérieurs flamands, les plus vieilles presses à imprimer et les premiers atlas du monde, ainsi qu’un ensemble exceptionnel de livres anciens. Une visite passionnante, à ne manquer sous aucun prétexte.

Anvers, côté nord : la renaissance des docks

Anvers, côté nord : la renaissance des docks
Vue d'Anvers depuis le MAS © sharpphotos - stock.adobe.com

Baroque certes, mais moderne avant tout. Loin de s’endormir sur ses prestigieux lauriers, Anvers, où fut érigé le premier gratte-ciel d’Europe (Boerentoren), ne cesse de se réinventer. En 2011, la capitale flamande est ainsi partie à la reconquête de ses docks avec l’ouverture d’un musée devenu l’icône de la ville. 

Il faut dire que le MAS (Museum an de Stroom) impressionne avec ses 10 étages d’énormes cubes de grès rouge en porte-à-faux reliés par des galeries vitrées, évoquant les containers du port d’Anvers. La terrasse sur le toit offre un panorama tout aussi spectaculaire sur la métropole et son port, qui s’étend à perte de vue vers la mer du Nord. Les collections du MAS, fort riches, sont déclinées en thématiques autour de l’histoire et de la culture d’Anvers (puissance, métropole, port mondial...)

L’ouverture du MAS a totalement transformé la zone portuaire Het Eilandje (l’îlot), située au nord de la vieille ville, qui s’affirme désormais comme l’un des quartiers tendance d'Anvers. Tout autour du musée, de nombreux restos et cafés branchés ont fleuri et, sur les docks, des immeubles ultramodernes affichent les prix au m2 les plus chers de la ville.

© Noortje Palmers - Red Star Line Museum

Au nord du MAS, face aux grues sur l’Escaut, l’immeuble de la compagnie de paquebots transatlantique Red Star Line a lui aussi trouvé une nouvelle vocation culturelle, en abritant un passionnant musée sur l’émigration européenne vers l’Amérique. L’occasion d’apprendre que deux millions de personnes transitèrent par Anvers entre 1873 et 1934…

En continuant vers le nord, le quartier est encore un immense chantier, à conseiller aux amateurs de treks urbains, avec des rues aux noms exotiques (Bataviastraat, Madrasstraat...). Sur Indiestraat, une brasserie a remis au goût du jour une vieille bière anversoise, la Seef, à siroter dans la salle des cuves ou dans un biergarten aux beaux jours. Juste à côté, le bar Panieck est un haut lieu de la coolitude anversoise. Ambiance berlinoise garantie.

Plus loin, la promenade sur les docks se termine en apothéose avec une autre icône du nouvel Anvers : la maison du port, signée par l’architecte star Zaha Hadid. Particulièrement surprenant, l’édifice prend appui sur une ancienne caserne de pompiers surmontée d’une monumentale structure futuriste qui évoque la coque d’un bateau ou d’un diamant de verre. Visite guidée sur réservation uniquement.

Enfin, pour les amateurs d’ambiance portuaire, des croisières d’1 h 30 sont organisées d’avril à novembre dans le port d’Anvers, le 2e plus grand d’Europe, dont les 12 000 hectares accueillent chaque année près de 15 000 navires.

Anvers, côté sud : musées et boutiques trendy

Anvers, côté sud : musées et boutiques trendy
© Bram Goots - M HKA

Anvers est aussi une capitale de la mode depuis la fin des années 80 grâce à un groupe de stylistes mondialement réputés : les « Six d’Anvers », dont font partie Walter van Beirendonck, Ann Demeulemeester, Dirk Bikkembergs et Dries Van Noten. 

Star de la mode internationale, ce dernier a installé sa boutique au Palais de la Mode au sud du centre ancien dans le quartier Sint Andries : le « fashion district » anversois, où se trouvent aussi le musée de la Mode (Momu) et des boutiques particulièrement huppées.

À deux rues de là, l’ambiance est nettement plus vintage sur Kloosterstraat. Cette artère, qui file vers le sud de la ville, est dévolue à la brocante et aux antiquités. Très agréable, la promenade sur Kloosterstraat conduit au Zuid, qui est, avec Eilandje, l’autre quartier tendance d’Anvers, avec ses galeries, ses restos et ses bars branchés.

Le Zuid est aussi le poumon artistique de la ville avec trois musées importants : le M HKA (musée d’art contemporain) aux expos temporaires expérimentales, le Foto Museum, dont les riches collections (Doisneau, Man Ray, Cartier-Bresson...) sont présentées par roulement, et le musée royal des Beaux-Arts (KMSKA), qui est le plus grand musée de Flandre.

Pour pouvoir admirer ses collections dans un nouvel écrin, il faudra patienter encore un peu. Le KMSKA est fermé pour rénovation jusqu’en 2019. En attendant, ses plus belles œuvres sont exposées à la maison Rockox-Snijders et à la cathédrale Notre-Dame.

Fiche pratique

Retrouvez toutes les adresses et les infos pratiques dans le Routard Belgique en librairie

Consultez notre guide en ligne Belgique

Visit Anvers

Visit Flanders

Antwerp City Card : accès gratuit aux musées et aux transports, réductions dans de nombreux établissements à travers la ville.

Comment y aller ?

En train : Anvers est à 2 h 04 de Paris-Nord avec Thalys.

En avion : vols vers Bruxelles-Zaventem avec Brussels Airlines depuis plusieurs aéroports de France (Marseille, Toulouse, Nice, Lyon...)

Où dormir ?

- Hôtel Les Nuits : Lange Gasthuisstraat 12. Boutique-hôtel cosy avec des chambres confortables, calmes et rénovées, à la déco design. Bien situé, à 10 min à pied de la Grand-Place et de l’Escaut.

- Auberge de jeunesse Pulcinella : Bogaardeplein 1. Pour les petits budgets, une AJ moderne assez centrale. Dortoirs et chambres doubles.

Où manger ?

- Brasserie Appelmans : Papenstraatje 1. À deux pas de la Grand-Place, cette belle brasserie aux murs de brique propose de grands classiques flamands (carbonnade, croquettes de crevette…) et de la cuisine fusion. Bon et copieux. Également un bar à cocktails et à absinthe. Compter 25-35 € le repas.

- Frites Atelier : Korte Gasthuisstraat 32. Une friterie ouverte par le chef étoilé néerlandais Sergio Herman. Résultat : des frites plantureuses accompagnées de sauces goûteuses et parfois sophistiquées (truffe, curry…), mais aussi des snacks (saucisses, croquettes …). Compter 3,5-6,5 € la portion.

- Fish-a-Gogo : Handschoenmarkt 1. Une petite échoppe à deux pas de Grote Markt qui sert de délicieuses croquettes ainsi que des poissons et fruits de mer frais. Une excellente adresse pour manger sur le pouce.

- Restaurant RAS : Ernest van Dijckkaai 37. RAS pour Restaurant An de Stroom, un restaurant sur l’Escaut situé sur la Terrasse Sud. Cadre sobre et chic et cuisine raffinée pour des prix assez élevés mais justifiés. Compter 40-50 €.

- Felix Pakhuis : Godefriduskaai 30. Un resto branché installé dans un entrepôt réhabilité. Lumineux et cosy. Une bonne adresse pour le déjeuner et le brunch du dimanche.

- Goossens : Korte Gasthuisstraat 31. Brioches, cramiques, tartes… Cette boulangerie-pâtisserie, qui existe depuis plus de 150 ans, est une institution anversoise.

Où prendre un verre ?

- Bierhuis Kulminator : Vleminckveld 32-34. Tél. : +32 3 232 45 38. Des centaines de bières (la carte est un livre !), dont certaines rarissimes, sont servies dans ce bar à la déco intimiste et vintage, en forme de bric-à-brac imaginatif. Saluez les deux chats de notre part !

- Den Engel : Grote Markt 3. Une institution populaire sur la Grand Place d’Anvers fréquentée par des habitués (et les autres…) pour ses bières et son ambiance chaleureuse.

- De Vagant : Reyndersstraat 25. Ce vieux troquet est un incontournable pour les amateurs de genièvre, avec plus de 200 sortes différentes à la carte.

- Bar Paniek : Kattendijkdok - Oostkaai 21B. Sur les docks, un bar à l’atmosphère berlinoise, entre biergarten, café à la déco vintage et foutraque, et verdure. Alternatif et sympa, dans un quartier en pleine transformation.

- Seef : Indiestraat 21. Située dans le quartier des docks au nord du MAS, cette micro-brasserie anversoise, qui a remis au goût du jour une bière traditionnelle, abrite aussi un bar où l’on prend une mousse (avec restauration légère) face aux cuves. Biergarten en été.

Le DIVA : pour découvrir l’univers des diamants

Pour s’initier à l’univers des diamants, des bijoux et de l’argenterie, ce n’est pas dans le quartier des diamantaires qu’il faut se rendre mais au DIVA ou l’Antwerp House of Diamonds. Situé dans la vieille ville (Suikerrui 17-19), ce musée, qui a ouvert ses portes le 7 mai dernier, fait découvrir l’art des diamantaires, ainsi que celui des orfèvres et des bijoutiers.

À voir également : le quartier Zurenborg

C’est le quartier Art nouveau (Jugendstil) d’Anvers, situé à l’est du centre-ville entre la gare Anvers Centraal et celle de Berchem, avec de beaux bâtiments de la Belle Époque, notamment dans la rue Cogels-Osylei, où les immeubles exécutent toutes sortes de variations autour du Jugendstil.

Texte : Jean-Philippe Damiani

Mise en ligne :

Belgique Les articles à lire

Des musées passionnants, une architecture splendide, une qualité de vie remarquable et...

Bons Plans Voyage

Services voyage