Charleville-Mézières, en souvenir de Rimbaud

Charleville-Mézières, en souvenir de Rimbaud
Jean-Philippe Damiani

Charleville-Mézières ? Le nom évoque avant tout son enfant terrible, Arthur Rimbaud. On y vient sur les traces de l’« homme aux semelles de vent » qui partit vers d’autres horizons. Et puis on découvre une cité attachante, dont le centre historique fait preuve d’une belle élégance. Sans oublier, aux portes de la ville, la majestueuse nature des Ardennes.

Sur les traces d’Arthur Rimbaud

C’est avec une certaine curiosité que l’on débarque à Charleville-Mézières, la ville natale d’Arthur Rimbaud. Certes, le poète génial des Illuminations ne portait pas vraiment dans son cœur la capitale des Ardennes, qu’il qualifiait de « supérieurement idiote entre les petites villes de province » (Lettre à Georges Izambart). Sans doute, l’ « homme aux semelles de vent », en routard de grand chemin, rêvait-il déjà d’ailleurs dans une province qu’il jugeait étriquée.

Charleville, c’est le moins qu’on puisse dire, n’est pas très rancunière. Ici, d’hôtel en librairie, et de resto en salon de coiffure (sic !), le nom de Rimbaud est accommodé à toutes les sauces. Mais venons-en à l’essentiel… Malgré le ressentiment que lui portait l’enfant du pays, la ville est devenue un lieu de pèlerinage pour les aficionados du poète. Ainsi, on vient du monde entier visiter le musée Rimbaud (quai Arthur-Rimbaud). Installé dans un ancien moulin du XVIIe siècle enjambant la Meuse, l’endroit est particulièrement émouvant. La riche collection du musée est présentée avec sobriété : on peut y admirer notamment l’original du poème Voyelles, la fameuse Lettre du Voyant, la montre et le madras éthiopien que Rimbaud portait sur son lit de mort.

De l’autre côté de la rue, la maison des Ailleurs, installée dans la demeure occupée à l’époque par la famille Rimbaud, propose une installation étonnante – et particulièrement réussie – d’artistes contemporains autour de l’œuvre d’Arthur. Pas de reconstitution bidon à l’aide de mobilier d’époque : au contraire, les pièces sont nues, les murs délavés, comme si la maison n’avait jamais été restaurée depuis. Sur les murs sont projetées, accompagnées de musiques et d’extraits de poèmes, des images évoquant le parcours géographique et littéraire du poète. Un bel hommage.

Enfin, au n°12 de la rue Bérégovoy, vous passerez devant la maison natale de Rimbaud, avant de vous rendre sur sa tombe dans le cimetière de l’avenue Charles-Boutet. Elle n’a rien de spécial ; à l’entrée du cimetière, boîte aux lettres à l’effigie du poète. Sur la place de la Gare, « taillée en mesquines pelouses » (A la musique) s’élève un buste commémoratif. Charleville n’est vraiment pas rancunière…

Charleville, ville nouvelle du XVIIe siècle

Autre grand homme local auquel la ville doit une fière chandelle : Charles de Gonzague (1580 – 1637). Alors duc de Rethel, ce jeune homme précoce décide, à l’âge de 26 ans, de fonder une ville nouvelle, Charleville. Son idée : créer une cité idéale pour un citoyen modèle. Une utopie qui rappelle nos « villes nouvelles » des années 60, mais nettement plus réussie.

Il suffit de déambuler sur la place Ducale (photo) pour s’en convaincre. Créée en 1606 sur le modèle de la place des Vosges parisienne par Clément Métezeau (26 ans lui aussi), cette place, un pur chef-d’œuvre, compte parmi les plus belles de France. Longue de 127 mètres de long et large de 90 mètres, elle est dotée de 27 pavillons de style Henri IV et Louis XIII aux toits d’ardoise. Construite en pierre calcaire jaune de Dom et en brique rouge, elle arbore une superbe couleur dorée, voire rougeoyante, selon l’heure de la journée. À contempler absolument depuis une terrasse de café.

Ensuite, il faut se balader tranquillement dans le quartier, rue de la République ou rue du Moulin pour jeter un coup d’œil aux belles demeures aristocratiques. Sur la place Winston-Churchill, une curiosité : l’horloge du Grand Marionnettiste. À chaque heure, un automate en laiton de 10 mètres de haut y actionne des marionnettes. Une manière de rappeler que Charleville-Mézières propose depuis 50 ans un festival mondial des Théâtres de Marionnettes, qui aura lieu l'an prochain du 16 au 25 septembre. Juste à côté, le musée de l’Ardenne retrace l’histoire de la région sur quatre niveaux, du Néolithique au XIXe siècle.

Mézières et la nature aux portes de la ville

Il ne faut pas hésiter à franchir la Meuse via l’avenue d’Arches pour se rendre à Mézières. La basilique Notre-Dame-d’Espérance, construite au XVIe et XVIIe siècles, présente une curiosité rare, sans doute unique en Europe. Extrêmement endommagée pendant les deux guerres mondiales, elle possède plus de 60 vitraux d’art abstrait, réalisés de 1955 à 1979 par René Dürrbach, un ami de Picasso. Les grands thèmes du cycle de la Vierge et de Jésus sont représentés de manière non figurative : formes, couleurs et numéros possèdent leur symbolique. Un dépliant offert à l’entrée permet de décoder l’œuvre. On peut également choisir de se laisser envoûter par les saisissants jeux de lumières, de couleurs et de formes géométriques.

Un aspect sympa de Charleville-Mézières : la ville se trouve aux portes de la nature avec, en arrière-plan, la dense forêt ardennaise. En pleine ville, le mont Olympe offre un bol d’oxygène à deux pas du musée Rimbaud et de la Meuse. Il s’agit d’un beau parc arboré, agrémenté d’un port de plaisance, d’un centre aquatique et d’aires de sport. Agréable par beau temps.

Autre bonne nouvelle pour les amateurs de nature : depuis Charleville-Mézières, la voie verte Trans-Ardennes longe la vallée de la Meuse sur 83 kilomètres jusqu’à Givet, à deux pas de la frontière belge. On peut ainsi musarder à pied, à vélo, à rollers et même à cheval sur ce parcours des plus agréables. Le Pass’Ardennes permet de retourner en train si on le souhaite. Laissez-vous tenter par le fil des ravissantes boucles de la Meuse…

Fiche pratique

Pour préparer votre séjour, consultez notre fiche Champagne-Ardenne.

À lire
Le Guide du Routard publie son premier guide sur la région Champagne-Ardenne. Toutes les infos et les bons plans pour découvrir ce coin de France.

Comité départemental de tourisme des Ardennes

Office de tourisme de Charleville-Mézières

Site sur Arthur Rimbaud

La Voie Verte et location de vélos

À savoir : l’OT de Charleville-Mézières organise des visites de ville par thème. Tél. : 03-24-55-69-90.
L’entrée au musée Rimbaud donne droit à l’accès à la Maison des Ailleurs et au Musée de l’Ardenne pour 4 €. Gratuit pour les jeunes et les demandeurs d’emploi.

Comment y aller ?

Charleville-Mézières est desservie par le TGV depuis Paris-Est. Liaisons TER et Corail depuis Lille – Flandres, Reims et de nombreuses gares de la région.

Où dormir ? Où manger ?

Trouvez votre hôtel à Charleville-Mézières.

Au cochon qui louche : 31, rue Victoire-Cousin. Tél. : 03-24-35-49-05. Déco et accueil très sympa pour une cuisine sans chichi et fort bien troussée. Intéressant menu à 19 € et portions généreuses.

Texte : Jean-Philippe Damiani

Mise en ligne :

Champagne-Ardenne Les articles à lire

Voyage Champagne-Ardenne

Bons Plans Voyage

Réservez votre transfert Lyon <> Aéroport

Réservez votre transfert Lyon <> Aéroport

Transfert Aéroport
HomeExchange - Echange de maison et d’appartements : inscription gratuite

HomeExchange - Echange de maison et d’appartements : inscription gratuite

Echange de maisons
Le plus grand service de réservation de locations de voitures au monde

Le plus grand service de réservation de locations de voitures au monde

Location de voitures

Services voyage