Transports et déplacements Jordanie

Taxis

Les taxis collectifs ou taxis « services » à quatre places ne partent que lorsque tous les sièges sont occupés. Un peu plus chers que les bus, ils sont beaucoup plus rapides. Comme ceux-ci, les taxis « services » ont des lignes fixes et régulières. Mieux vaut baragouiner un peu l'arabe pour indiquer au chauffeur sa destination.
Les taxis collectifs sont blancs, tandis que les taxis privés, ou specials, sont jaunes.
À Amman, ces derniers sont munis d'un compteur (meter), qu'ils doivent obligatoirement utiliser. Évitez de demander « how much ? », dites plutôt « meter, please ! ». Attention, les chauffeurs ajoutent parfois leur pourboire spontanément. À vous de voir si le surplus est justifié et raisonnable, car parfois, les chauffeurs pratiquent pour les touristes des tarifs jusqu'à 3 à 4 fois plus élevés que la normale.

À Amman toujours, signalons aussi les véhicules Uber, mais il faut avoir un numéro de prtable jordanien.

Pour des excursions ou pour parcourir de longues distances, notamment pour rallier certaines villes sur la route du Roi où les transports publics sont quasi inexistants, on peut avoir recours à la location de voiture ou à un taxi privé.
Si vous optez pour ce dernier, la course n’est pas si onéreuse à plusieurs et permet de gagner un temps précieux (on évite de longues heures d’attente pour qu’un minibus se remplisse).
Si vous doutez de vos pouvoirs de négociation pour le prix de la course, demandez à votre hôtel, certains proposent une liste de transferts à tarifs fixes, souvent intéressants ; cependant, comparez les offres de plusieurs hôtels, les écarts peuvent être importants, notamment à Madaba ou à Pétra.

Bus et minibus

Toutes les villes sont desservies par des bus et/ou par des minibus. La différence entre les deux n’est pas qu’une question de places. Les bus ont des horaires fixes (plutôt bien respectés pour la compagnie Jett qui relie quotidiennement Amman à Pétra et à Aqaba), tandis que les minibus sont irréguliers, car, comme les taxis « services », ils ne partent qu’une fois pleins. Les minibus sont en général moins chers, mais l’espace est très réduit et ils ne sont vraiment pas pratiques avec de gros bagages.

Stop

Moyen de transport courant en Jordanie et pourtant officiellement interdit. Le conducteur peut encourir une amende plus ou moins élevée s'il est arrêté par la police. Malgré le risque, il se trouvera toujours une voiture pour vous embarquer. Mais une participation aux frais sera souvent réclamée (sauf pour des trajets très courts).

Avion

Une seule ligne aérienne intérieure relie Amman à Aqaba, deux fois par jour. Trajet qui vaut surtout pour sa vue magnifique. Le prix est très compétitif. Le billet est encore meilleur marché si vous êtes venu d’Europe sur Royal Jordanian et si vous avez pensé à réserver ce dernier tronçon en même temps que le vol international.

Location de voitures

On trouve des voitures avec ou sans chauffeur et de toutes catégories auprès de compagnies locales ou internationales à Amman et à Aqaba (réserver à l’avance). Le permis national suffit. Seule condition : avoir plus de 21 ans.

Compter autour de 25-35 JD par jour pour une voiture de catégorie A selon saison, kilométrage illimité, 35-45 JD pour une catégorie B, davantage pour une catégorie C ou D. Pour une voiture avec chauffeur, compter environ 80-100 JD par jour, essence et pourboire non compris. En partageant à plusieurs, on est gagnant... et l’essence est moins chère que chez nous.

Quelle que soit la compagnie, toujours vérifier l’état des pneus et le matériel de base (cric, etc.).

Concernant les petites sociétés de location, examiner de façon plus soigneuse : batterie défectueuse (bon test : le klaxon), chambres à air sans bouchon de valve, pneus lisses, vitres que l’on ne peut plus remonter, etc. Enfin, on peut prendre une voiture à Amman et la laisser à Aqaba contre une substantielle commission (drop-off charge, 50-60 JD selon les compagnies). Éviter les trop petits loueurs, qui rechignent parfois à rendre la caution.

Signalisation routière 

Correcte (pour peu qu’on soit doté d’un bon sens de l’orientation). En arabe et en anglais dans Amman, où il est de toute façon difficile de se repérer au début. Dans les zones touristiques, vous pourrez tomber sur quelqu’un qui parle l’anglais et qui pourra vous aiguiller. En dehors, les habitants vous aideront volontiers, mais ils parlent plus rarement une langue étrangère. Les sites touristiques sont généralement fléchés (en anglais).

Conduite

On roule à droite, malgré le passé britannique du pays. Vitesse limitée à 100 km/h sur les autoroutes, 80 km/h sur les routes et 50 km/h en ville. Mais vous verrez que la conduite en Jordanie est plutôt sportive et le code de la route assez peu respecté. Cela dit, depuis peu les radars ont fait leur apparition et sont même très nombreux (en général dans une voiture de patrouille garée sur la droite de la route). Rester prudent sur la Desert Highway, où les camions (nombreux) roulent souvent comme des fous... Éviter de sortir des pistes dans le désert : on se perd et on s’enlise vite. La ceinture de sécurité est en principe obligatoire.

Essence

Trois sortes, le sans-plomb 90 et le sans-plomb 95 et le 98. Pour vous donner une idée, le litre de sans-plomb 90 (le plus fréquemment utilisé) fluctue autour de 0,70 JD (jusqu’à 1 JD pour le SP 98 !). Toutes les stations sont aussi pourvues en diesel (gazole). Stations assez fréquentes le long des deux axes principaux (route du Roi et route du Désert), signalées sur les cartes nationales. Les rares cas d’arnaque en Jordanie s’effectuent aux pompes à essence : monnaie rendue sur 10 JD alors qu’on avait donné 20... Bien regarder le compteur de la pompe pour qu’il soit remis à zéro au début du remplissage et constater la quantité de litres versés au final, les pompistes (qui parlent rarement l’anglais) remettant parfois trop vite le compteur à zéro sans qu’on puisse vérifier si le montant demandé correspond bien à la quantité d’essence donnée

Train

Pas compliqué : il n’existe qu’une ligne de chemin de fer en Jordanie, utilisée par les trains de marchandises. La ligne mythique du Hedjaz remise en service en 1998, reliant Amman à Damas, n’assurait qu’une liaison par semaine entre la capitale jordanienne et Dera’a, à la frontière syrienne. La guerre en Syrie a interrompu la perspective de rendre la ligne à nouveau opérationnelle.

Voyage Jordanie

Bons Plans Voyage Jordanie

Services voyage



Forum Jordanie

Voir tous les messages
Transport

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Transport Jordanie

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Jordanie

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Jordanie

Agenda Jordanie

Jordanie Les articles à lire