Géographie et paysages Canaries

Au large de l’Afrique, entre dorsale médio-Atlantique et sud de l’Europe, flotte un monde disparate d’archipels : la Macaronésie. Le terme, assez peu utilisé, sert à unifier ces bouquets d’îles sortis des eaux au gré d’éruptions volcaniques : les Canaries bien sûr, mais aussi les Açores, Madère et le Cap-Vert. Outre leur héritage géologique et leur fond culturel méditerranéen, tous partagent une flore et une faune analogues.

Un archipel éparpillé

Mais revenons à notre sujet : les Canaries. L’archipel compte 11 îles et îlots principaux : les 7 îles majeures, bien sûr, ainsi que Los Lobos, située entre Fuerteventura et Lanzarote et, au nord de cette dernière, La Graciosa, Alegranza et Montaña Clara. L’archipel s’étend sur près de 500 km d’est en ouest. L’île de Fuerteventura est ainsi 3,5 fois plus proche des côtes africaines (97 km) que d’El Hierro, à l’extrémité ouest des Canaries !

Les disparités entre les îles sont grandes. Fuerteventura est ainsi assez plate et aride, Lanzarote davantage marquée par le volcanisme, la grande Tenerife coiffée par le volcan du Teide culminant à 3 715 m, Gran Canaria très escarpée, La Palma plus encore, La Gomera ciselée de vallées encaissées et El Hierro austère et rocailleuse...

Des îles nées de l’océan

À jeter un coup d’œil à la carte, on s'aperçoit que les îles sont plus ou moins alignées d’est en ouest. Comment expliquer ce phénomène ? Par le volcanisme ! Chaque île des Canaries constitue le sommet d’un volcan immergé géant, apparu sur le plancher océanique, qui a peu à peu grossi au gré des éruptions.
Durant plusieurs millions d’années, la lave, coagulée en « coussins » (ou « boudins ») au contact de l’eau froide, s’est entassée comme une gigantesque pile jusqu’à, un jour, percer la surface et donner naissance à une île.

Pourquoi cet alignement ? Tout repose sur le mouvement des plaques continentales. Les Canaries sont apparues près de la ligne de fracture formée par la divergence des plaques africaine et atlantique. La première glisse vers l’est au rythme moyen de 2 cm par an, tandis que la seconde file vers l’ouest à un rythme similaire.
Résultat ? L’océan Atlantique s’agrandit, tandis que les continents s’éloignent et que les îles Canaries, arrimées à la plaque africaine, dérivent avec elle vers l’est, comme sur un tapis roulant... Ceci explique pourquoi Fuerteventura, la plus âgée de l’archipel (environ 20 millions d’années), se trouve le plus à l’est et que la plus jeune, El Hierro (environ 1,1 million d’années) se trouve tout à l’ouest.
Chaque île montre ainsi un état plus ou moins avancé d’un même phénomène volcanique – différentes en apparence aujourd’hui, mais semblables à un moment de leur vie...

Le lent travail de sape de l’érosion

Depuis les premiers conquistadors, l’archipel a connu une bonne vingtaine d’éruptions, à Tenerife, Lanzarote, La Palma et El Hierro. Certaines ont permis aux îles de s’agrandir en gagnant sur la mer – comme, en 1971, l’éruption du Teneguía, au sud de La Palma. Tous ces soubresauts et bien d’autres auparavant ont contribué à modeler et remodeler indéfiniment les Canaries.
Les glissements de terrain, l’érosion quotidienne qui entaille patiemment les pentes tendres des montagnes, les explosions, tout concourt à faire des paysages des îles un catalogue des différents phénomènes liés au volcanisme. La taille des calderas du Teide à Tenerife (la 2e plus grande au monde !), de Taburiente (à La Palma) et de Tejeda (à Gran Canaria) témoignent bien des forces colossales à l’œuvre.

D’une île à l’autre, vous verrez une multitude de cônes, amas de lave coagulée et de scories (bombes et cendres accumulées) qui présentent des pentes très raides. Le festival de couleurs qui les caractérise parfois s’explique par la grande variété de composants chimiques des matériaux expulsés.

Des cratères se creusent, bien sûr, formés tantôt par les éruptions elles-mêmes (la lave expulsée en fontaines s’est figée autour de la bouche), tantôt par une explosion, tantôt par l’effondrement de la poche de magma nourricière une fois vidée. Sur les pentes extérieures, de véritables torrents de lave aujourd’hui figée se sont souvent déversés, les dévalant parfois à grande vitesse, parfois au pas de l’escargot. La teneur en gaz de la coulée détermine non seulement son allure, mais aussi son apparence.

Lorsque la coulée commence à refroidir en surface, le magma continue néanmoins de circuler en dessous. C’est ainsi que se sont formés les nombreux « tunnels de lave » de l’archipel, dont certains mesurent plusieurs kilomètres de long !
Ne manquez pas non plus à cet égard le malpaís de la côte nord-est de Lanzarote, avec les extraordinaires sites de los Jameos de Agua et de la Cueva de los Verdes, tous 2 partie intégrante du tunnel de lave du volcan La Corona...
Sinon, 3 lieux de choix permettent aussi d’en apprendre plus sur ces étonnants phénomènes volcanologiques : le parc national de Timanfaya à Lanzarote, avec son Centro de visitantes y interpretación riche en infos, son parcours en bus ou par ses 2 sentiers de randonnée pédestre ; et le Centro de visitantes y Volcán San Antonio à La Palma ; ainsi que le Centro de Interpretacíon Volcanológica d’El Hierro...

Les volcans sont-ils vraiment endormis ?

Quand on regarde l’archipel au niveau de la mer, la hauteur des îles diminue globalement d’ouest en est. Les vulcanologues calculent que Fuerteventura et Lanzarote, mangées par l’érosion, disparaîtront un jour (10 millions d’années ?) dans les eaux tandis que La Palma croîtra encore ! Déjà, Fuerteventura et La Gomera sont considérées comme éteintes, tandis que Gran Canaria et Lanzarote semblent assagies pour longtemps.

Plus à l’ouest, à Tenerife, les regards se tournent encore, inquiets, vers le Teide. Si l’île n’a pas été l’objet d’une actualité récente (la dernière éruption remonte à 1909), le volcan, au flanc nord très instable, fait craindre un réveil aussi subit que cataclysmique. Le site est donc surveillé étroitement.

La Palma a vu se dérouler la dernière éruption terrestre des Canaries, en 1971, au Teneguía. Autant dire qu’une nouvelle éruption peut se manifester à tout moment.

Les stations sismiques de la Red de Vigilancia Vocanica de Canarias sont plus que jamais en pointe et à l’écoute des entrailles de la terre !

Voyage Canaries

Bons Plans Voyage Canaries

Services voyage



Forum Canaries

Voir tous les messages
Climat

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Climat Canaries

Vos discussions préférées du forum Climat Canaries

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Canaries

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Canaries

Agenda Canaries

Canaries Les articles à lire