Santé et sécurité Afrique du Sud

Santé

Voir les vaccinations conseillées pour l'Afrique du Sud.

Si les recours sanitaires ruraux sont quasi inexistants, il existe de nombreux hôpitaux (et surtout cliniques privées) de qualité - mais très onéreux - dans les grandes villes : prévoir une assurance assistance internationale.

Sur le plan infectieux, l'Afrique du Sud est un des pays les plus sûrs du continent. Il ne faut pas oublier que nous sommes loin de la zone tropicale, et que le pays est tempéré.

Le paludisme n'est que très peu présent : exclusivement dans le nord-est du pays, là où se trouvent les très touristiques parcs animaliers (parc Kruger et les réserves privées aux alentours de celui-c) ainsi que celles situées au sud du Swaziland. Bien évidemment plus fréquent pendant la saison chaude (notre saison froide).
Comme il s'agit d'un paludisme à Plasmodium falciparum (potentiellement mortel), votre médecin vous prescrira de la doxycycline ou du Malarone (évitez le Lariam, beaucoup trop fort). Toutes les mesures de protection contre les piqûres de moustiques sont aujourd'hui les plus performantes : les gammes Insect Ecran (sous forme de pulvérisateur) et Cinq sur Cinq.

Il faudra également se protéger contre les tiques, très fréquentes en particulier dans les parcs naturels. Ces bestioles transmettent de nombreuses maladies, en particulier la « fièvre africaine à tique ». Par conséquent, éviter les buissons (bush), porter des vêtements recouvrant le maximum de surface corporelle et serrés aux extrémités, inspection cutanée quotidienne.

La tourista est rare dans les grands hôtels et les luxueux lodges des réserves. Pour les séjours ruraux, mieux vaut se contenteer de boissons industrielles, servies en bouteille capsulée (eau minérale), ou de boissons bouillies.

Il est possible de purifier l’eau suspecte grâce à un procédé individuel et économique : une paille d’ultrafiltration de poche, qui piège absolument tous les parasites, virus et bactéries avec une capacité de 2 000 l d’eau purifiée. Grande autonomie, donc. Ni pile, ni substance chimique et un embout qui permet de fixer la paille à une bouteille en plastique (type « cola ») transformée alors en gourde, pratique !

L'eau est potable dans les villes (malgré son goût très chloré) mais à la campagne, pas toujours. Gare aux glaçons, donc.
Idem pour les parasites ; ne pas se baigner en eau douce (bilharziose très fréquente) et ne pas marcher sans protection en terrain boueux.

Le sida - et la tuberculose multirésistante qui va avec - est un drame national : officiellement 19,2 % de la population sud-africaine âgée de 15 à 49 ans est infectée par le VIH, soit environ 7 millions de personnes (dans la réalité, ce chiffre est sans doute plus élevé encore).
Les précautions doivent donc être maximales. L’Afrique du Sud est l’un des pays les plus touchés au monde par la maladie.
Après avoir longtemps nié le problème et distillé par la voix de son ex-président Thabo Mbeki la théorie selon laquelle le VIH n’entraînerait pas le sida, ou bien, selon Jacob Zuma, autre ex-président, qu’une douche suffit pour ne pas l’attraper (!), les autorités ont heureusement changé de position.. Une politique de lutte contre la maladie a, enfin, été mise en place : en 2010 et 2011, près de 15 millions de personnes ont été dépistées et la mise en place de traitements antiviraux a été être prescrite à une grande partie des malades (objectif 90 % à l’horizon 2020).

Évidemment, tatouages, piercings... sont à proscrire. Également très grande fréquence de l’hépatite B.

Sécurité

Avec le deuxième taux mondial (après Israël) de barbelés au mètre carré, l’Afrique du Sud semble tout avoir d’un pays cauchemardesque qu’il ne faudrait pour rien au monde visiter. La lecture de la presse quotidienne est parfois déprimante. Les faits divers sordides n’en finissent pas, et l’horreur côtoie souvent l’absurde au quotidien.

Les raisons sont multiples : éclatement de la cellule familiale sous l’apartheid, sida, conditions de vie misérales, alcool, chômage et inégalités sociales criantes. Ajoutez à cela un nombre anormalement élevé d’armes (légales ou non) et les drames arrivent vite. Le procès d’Oscar Pistorius n’a fait que médiatiser encore plus une violence bien ancrée dans le quotidien.
Alors, que faut-il faire ? Comme souvent, la vérité est ailleurs.

Le consulat général de France à Johannesburg recense une cinquantaine d’agressions de Français chaque année, dont certaines avec violence. Pour remettre les choses dans leur contexte, rappelons que plus de 80 % des crimes se déroulent entre gens qui se connaissent et ne concernent pas les touristes. Une bonne majorité d'entre eux sont des rixes qui dégénèrent à cause de l'alcool.
Dans les faits, si l'on ne fréquente pas les lieux les plus déshérités, dans lesquels on n'a de toute manière rien à faire, il y a peu de risque qu'il arrive quelque chose.

Si on ne risque rien dans les campagnes, il est nécessaire de suivre quelques conseils dans les grandes villes.

- Autant que possible, ne pas s'afficher comme touriste : pas de sacoche banane, d’appareil photo en bandoulière ni tenue trop marquée « touriste ». Par ailleurs, les voitures de location sont facilement repérées, et ce sont les seules du marché à ne pas avoir de système antivol crédible.
En ville, toujours garer son véhicule dans une rue surveillée et ne pas laisser sa voiture dans la rue la nuit. Faire très attention dans certains quartiers comme Yeoville, à Johannesburg.

- Ne jamais jouer les héros : certains quartiers sont dangereux (Hillbrow à Johannesburg, les rues derrière le front de mer à Durban la nuit, Downtown à Cape Town après la sortie des bureaux). Pour ces coins-là, n'y allez pas du tout et il ne vous arrivera rien. Et si on vous rançonne, donnez ce que vous avez. Si vous avez un doute sur certains quartiers, demandez conseil autour de vous, à votre hôtel par exemple.

- Si vous faites preuve d’un peu de finesse, d’intelligence et de sensibilité, l’Afrique du Sud ne vous posera pas de problèmes particuliers. On déconseille tout de même d’aller dans un township seul. Il y a des tours organisés pour cela.
Alors que l’histoire de ce pays a posé les bases d’un racisme généralisé et de situations sociales tendues, on s’aperçoit rapidement que les Sud-Africains sont des gens très accueillants et respectueux des touristes.

Conseils pratiques

- Argent, papiers, billets : profitez des coffres que les hôtels mettent souvent à disposition pour déposer papiers et billets. Sinon, une pochette dissimulée sous les vêtements est une bien meilleure idée qu'un sac porté à l'épaule ou une banane qui font le bonheur des pickpockets.
Gardez les gros billets dans la pochette, et dans votre poche les quelques coupures dont vous aurez besoin pour la journée.
En balade, il est préférable de ne prendre qu’une somme modique en petites coupures.

- Carte de paiement : si votre carte reste bloquée, ne tapez pas votre code et ne laissez surtout personne vous aider. Évitez de retirer de l’argent la nuit à un distributeur, faites-le en journée et à un distributeur attaché à une banque (plus facile pour récupérer votre carte en cas de blocage de celle-ci). Dans les grandes villes, le soir, préférez les distributeurs situés à l'intérieur des centres commerciaux, des épiceries ou des stations-service, équipés de caméra de surveillance, ou sont surveillés par des vigiles.

- Objets de valeur : gardez à l’esprit que les vols sont pour la plupart commis par nécessité. Ne tentez pas les éventuels intéressés en exhibant vos joyaux. Pas de bijoux, pas de bijoux volés ! Pour les appareils photo ou caméras, mettez-les plutôt dans un sac à dos sans prétention que dans une sacoche spécialement conçue à cet effet.

- En voiture : en ville, fermez les portes à clé de l’intérieur et remontez les fenêtres dans les quartiers chauds. Évitez de rouler dans Johannesburg la nuit (risque de carjacking). Renseignez-vous auprès de vos hôtes sur les routes et les quartiers à risques.
Ne laissez rien dans la voiture, ni dans le coffre, ni dans la boîte à gants. Laissez d’ailleurs cette dernière ouverte pour que son contenu soit visible de l’extérieur. Cela vous évitera de retrouver vos vitres cassées. Contractez absolument une assurance vol et accident de voiture avant de partir.

- Braquages : en règle générale, pas de balades en solo la nuit. Les parcs, les gares, les plages et les endroits déserts sont à éviter absolument dès qu’il fait sombre. À Johannesburg, on se doit d’être encore plus prudent que dans les autres villes, surtout dans le centre. Prenez le taxi pour vous déplacer dans vos virées nocturnes. Devant une arme, ne jouez pas au héros : n’offrez aucune résistance et videz vos poches.

- Restez calme en toutes circonstances, et tout se passera bien. Malgré les conseils élémentaires de prudence ci-dessus, l'Afrique du Sud n'a rien d'un Far West.

Requins

Les côtes sud-africaines sont connues pour être infestées de requins, même si les autorités ont prévu des filets de protection et font surveiller les rivages de certaines plages. Alors renseignez-vous toujours avant d’aller vous baigner. Nous vous en parlons évidemment dans les textes des plages concernées.

Bons Plans Voyage Afrique du Sud

Services voyage



Forum Afrique du Sud

Voir tous les messages
Santé et sécurité

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Santé et sécurité Afrique du Sud

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Afrique du Sud

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Afrique du Sud

Agenda Afrique du Sud

Afrique du Sud Les articles à lire