30 livres qui font voyager

© BillionPhotos.com - stock.adobe.com

Découvertes, émotions, moments inoubliables, dépaysement… Les livres sont aussi de formidables invitations au voyage, permettant de s’évader et de découvrir d’autres cultures.

De Sur la Route de Kerouac au Dieu des petits riens d’Arundhati Roy, voici une sélection de 30 romans et récits qui vous feront voyager par les mots et l’imagination, tirée des « livres de route » du Guide du Routard.

Bonne(s) lectures(s) !

Livres qui font voyager : Amérique du Nord

Livres qui font voyager : Amérique du Nord
La route aux USA, un mythe depuis Jack Kerouac © Johnny - Adobe Stock

Ouest américain 

Sur la route de Jack Kerouac  (1957, Gallimard, « Folio Plus »).
Avec ses compères Ginsberg et Burroughs, Kerouac, le vagabond écrivain, a inventé la beat generation, 20 ans avant les années 1970. Sur la route demeure le livre phare de nos ancêtres, les babas, partis sur les chemins de Katmandou. Déçus du rêve américain, ces révoltés refusent le conformisme et les rapports commerciaux qui régissent le mode de vie occidental, pour exalter l’instant présent, la drogue, le sexe, le voyage et ses rencontres imprévues. En 2010 a été publiée aux éditions Gallimard la traduction de la version intégrale du manuscrit, avant censure. Sur la route a été adapté au cinéma en 2012 par Walter Salles.

New York

Trilogie new-yorkaise de Paul Auster (1987, Actes Sud).
Le New York de Paul Auster répond aux lois de l’arbitraire, de l’aléatoire des rencontres et du hasard... Voici donc l’univers dans lequel Quinn, le héros commun aux 3 récits de l’ouvrage (Cité de verre, Revenants et La Chambre dérobée), erre jusqu’à perdre son identité. Une fascinante trilogie qui nous entraîne dans les rues de New York par l’auteur de Brooklyn Follies et du Livre des Illusions, lui-même habitant de Brooklyn.

San Francisco

Chroniques de San Francisco d’Armistead Maupin (1995, 10/18).
Les 6 premiers tomes de ces chroniques écrites par un habitant de San Francisco relatent avec beaucoup d’humour les heurs et malheurs d’une communauté de locataires d’une maison de Russian Hill, tenue par une « femme » extraordinaire. On y retrouve vraiment la vie de la génération des 20-40 ans des années 1970 aux années 1990. Trente ans après, Maupin a replongé dans les Chroniques en publiant 3 nouveaux opus en guise de point final à cette saga.

Québec

Maria Chapdelaine de Louis Hémon (1914, Le Livre de Poche).
Installée avec sa famille dans l’épaisseur des forêts québécoises, cette jeune paysanne s’éprend d’un jeune coureur des bois qui doit partir au loin mais lui promet de revenir. Elle l’attend, ignorant qu’il est mort dans une tempête de neige. Un chef-d’œuvre de la littérature du terroir québécois, écrit par un Breton ! Il est aussi critiqué pour sa célébration de l’immobilisme car, comme le dit le père de Maria : « Au Québec, rien ne doit mourir et rien ne doit changer ! »

Martinique

Texaco de Patrick Chamoiseau (1992, Gallimard, coll. « Folio », no 2634).
Prix Goncourt 1992. Un des représentants de la nouvelle génération d’écrivains créoles. Avec Texaco, il retrace 150 ans d’histoire de la Martinique, de l’esclavagisme à la conquête des villes, en particulier de celle de Fort-de-France, sa ville natale, au travers de la vie des habitants d’un quartier déshérité, Texaco. Un livre fort, exigeant. Chamoiseau écrit une langue difficile mais envoûtante.

Livres qui font voyager : Amérique latine

Livres qui font voyager : Amérique latine
Cartagena de Indias, ville qui a inspiré l'écrivain colombien Gabriel Garcia Marquez © Silvia - stock.adobe.com

Colombie

L’œuvre littéraire de Gabriel García Márquez.
Né à Aracataca (département de Magdalena), Gabriel García Márquez (1927-2014) est l’écrivain colombien le plus célèbre du XXe s. Très engagé à gauche, proche de Fidel Castro et de la révolution cubaine, il obtient le prix Nobel de littérature en 1982. Pionnier du « réalisme magique », il est porteur d’un style original et truculent, où l’irréel, le surnaturel, le fantastique font soudain irruption dans une narration hyperréaliste.
Son œuvre foisonnante et exubérante culmine avec Cent ans de solitude (1967), roman-épopée racontant l’histoire de la grandeur et du déclin d’une famille sur un siècle, à travers les guerres civiles et les folles passions. Puis vinrent Chronique d’une mort annoncée (1981), L’Amour au temps du choléra (1985) et bien d’autres livres où des êtres et des situations extraordinaires chamboulent la banalité du quotidien. Sa ville natale devient ainsi Macondo, ville fictive souvent présente dans ses histoires, de même qu’il s’inspire de Cartagena de Indias, ville caraïbe où il vécut comme jeune journaliste. Il est mort à Mexico, où il était installé depuis le début des années 1960.

Cuba 

Mes années Cuba d’Eduardo Manet (2004, Grasset).
Compañero des révolutionnaires cubains qu’il suivra dans les situations les plus improbables, Eduardo Manet nous offre un portrait féroce mais tendre du marxisme tropical. Écrivain cubain naturalisé français en 1979, son île natale lui inspire ses meilleurs romans : L’Île du lézard vert avait déjà obtenu le prix Goncourt des lycéens.

Pérou

La Ville et les Chiens de Mario Vargas Llosa (1963, Gallimard, « Folio » no 1271).
Le 1er roman de Vargas Llosa, 1er prix Nobel de littérature péruvien, couronné en 2010. Le plus dur, le plus fort, et pour certains le meilleur avec Conversation à « La Cathédrale » (1969). Dans une école militaire de Lima, 4 garçons forment un cercle secret, « les Chiens ». En miroir du combat pour le pouvoir, ils luttent contre la discipline de fer qui leur est imposée, mais pour en instaurer une autre, encore plus inhumaine ! Un livre dur et fascinant par l’un des plus grands romanciers latino-américains.

Brésil

Bahia de tous les saints de Jorge Amado (1938, Gallimard, « Folio »).
Bahia la Noire et ses mauvais garçons, ses mulâtresses torrides, ses mendiants, ses rites, ses délires... Au travers de la vie d’Antonio Balduino, un Noir laissé-pour-compte, l’auteur chante sa ville et sa foi en l’homme. Un roman d’Amado « 1re manière », d’inspiration marxiste, mais baroque, joyeux et flamboyant. Autres incontournables : Dona Flor et ses deux maris (J’ai Lu, 2012) et Gabriela, girofle et cannelle (J’ai lu, 2014).

Argentine 

En Patagonie de Bruce Chatwin (Biblio Romans, « Le Livre de Poche »).
Une touffe de poils de brontosaure aperçue dans une vitrine chez sa grand-mère, et le petit Chatwin n’a dès lors qu’un seul but dans la vie : partir pour la Patagonie. Voici comment naissent les vocations... et, plus rarement, les meilleurs récits de voyage. Sans le savoir, l’écrivain britannique, avec cette 1re livraison, a renouvelé un genre : le travel writing.

Livres qui font voyager : Europe

Livres qui font voyager : Europe
Ulysse de Joyce, une formidable odyssée dans le Dublin de 1904 © alexgres - stock.adobe.com

Irlande

Ulysse de James Joyce (1922 ; Gallimard, coll. « Folio », 2013).
L’un des chefs-d’œuvre de la littérature mondiale. Au travers des déambulations de Leopold Bloom dans le Dublin de 1904, c’est une relecture, parodie, transposition de L’Odyssée d’Homère qui nous est proposée. Mais le projet de Joyce va bien plus loin : tous les styles, tous les langages se rassemblent en une sorte d’encyclopédie du verbe, comme si l’auteur avait voulu faire de ce livre une somme de la culture et du langage de notre temps. Intimidant ? Beaucoup, c’est vrai, s’y sont cassé le nez. Il faut une bonne boussole pour suivre cette longue et zigzagante (car très arrosée !) croisière dublinoise

Angleterre

Bienvenue au club (2003) et Le Cercle fermé (2006) de Jonathan Coe (Gallimard, coll. « Folio », nos 4071 et 4541).
Au travers de ses héros, de jeunes lycéens de Birmingham à la fin des années 1970 dans Bienvenue au club, que l’on retrouve 25 ans plus tard dans Le Cercle fermé, Coe nous peint une fresque sociale et politique savoureuse, lucide et sans concession. En 2019, on retrouve les personnages dans son dernier roman Le Cœur de l’Angleterre.

Crète

Alexis Zorba de Nikos Kazantzakis (1946 ; Actes Sud, coll. Babel, 2017 ; une nouvelle traduction est parue en 2015, chez l’éditeur Cambourakis qui a commencé à rééditer les livres de Kazantzakis).
Un jeune intellectuel se met en tête d’exploiter une mine de lignite en Crète, en compagnie d’un Grec de Macédoine rencontré par hasard, Alexis Zorba, être dionysiaque, grand amateur de vin, de danse et de femmes, qui va lui donner une véritable leçon de vie. Un récit picaresque des plus truculents dont le personnage principal a été inoubliablement interprété par Anthony Quinn au cinéma.

Naples

L’Amie prodigieuse (2014), Le Nouveau Nom (2016),  Celle qui fuit et celle qui reste (2017), Gallimard, coll. « Folio », et L’Enfant perdue (2018), Gallimard, coll. « Du monde entier », d’Elena Ferrante.
C’est LA saga du moment, un roman-fleuve qui décrit avec justesse et sensibilité l’amitié de 2 adolescentes, Lila et Elena, dans le Naples populaire des années 1950-1960. Le 1er tome évoque l’enfance et l’adolescence, le 2e le début dans le monde des adultes, le 3e les remous politiques et sociétaux des années 1970 et le 4e les désillusions des années 1980. Un magnifique voyage dans l’Italie d’après-guerre.

Lisbonne

Lisbonne revisitée de Fernando Pessoa (2017, Chandeigne).
Une anthologie bilingue des plus beaux textes du poète portugais sur sa ville natale. Du même auteur, Le Livre de l’Intranquillité (1982, Bourgois), sorte de journal fragmentaire en prose considéré, à juste titre, comme son chef-d’œuvre.

Madrid

Amour, Prozac et autres curiosités de Lucía Etxebarría (1999, 10/18, no 3253).
Cristina, Rosa et Ana : une bombe sexuelle, une amazone technocrate et une ménagère dépressive. 3 sœurs que tout sépare... sauf peut-être la drogue, sous toutes ses formes. Histoires croisées du mal de vivre dans les rues madrilènes de la post-Movida, entre crudité et douceur, désespoir et humour (caustique), fatalisme et optimisme. Attention ! « Femmes au bord de la crise de nerfs » !

Fjällbacka, village des romans de Camilla Läckberg© juhumbert - Adobe Stock

Suède

Les Enquêtes d’Erica Falck de Camilla Läckberg (Actes Sud, coll. « Actes Noirs »).
Née en 1974, elle est une des plus jeunes auteurs à succès dans son genre. Ses romans policiers se situent tous près de son lieu de naissance, la petite ville côtière de Fjällbacka. Depuis La Princesse des glaces, publié en 2003, jusqu’à La Sorcière (2017), le dernier en date, Erica Falck (et non Erica Flack !) a déjà convaincu des millions de lecteurs de la profondeur de ses idées noires, mais aussi de son sens aigu de la psychologie et de sa brillante « intuition féminine ».

Allemagne

Les Buddenbrook de Thomas Mann (1901, Le Livre de Poche, coll. « Biblio » no 3192).
La saga d’une grande famille bourgeoise dans le Lübeck du XIXe s. Mann décrit merveilleusement ce milieu, auquel il appartient, et fait graviter autour des Buddenbrook une foule de personnages caractéristiques de la société hanséatique.

Autriche

Vienne au crépuscule d’Arthur Schnitzler (1908, Stock, « La Cosmopolite »).
Arthur Schnitzler (l’un des plus célèbres écrivains autrichiens) dépeint la Vienne de la fin du XIXe s : un monde embrumé de nostalgie magique avec ses palais, ses jardins, ses cafés littéraires, ses cénacles tenus par de riches juifs, et où les femmes du monde donnent la réplique aux musiciens et aux poètes. Mais déjà, derrière les valses langoureuses, se trament les premières tragédies. Intensification de l’antisémitisme, désunion de la société juive face à la question sioniste, prémices du démembrement de l’empire.

Russie

Transsibérien de Dominique Fernandez (2013, Le Livre de poche, no 32 866, 320 p.).
En mai 2010, une vingtaine d’écrivains, photographes, journalistes, embarquent à Moscou à bord du fameux Transsibérien. L’académicien Dominique Fernandez nous livre dans cet ouvrage 3 semaines d’un trajet mythique jusqu’au bout du bout, Vladivostok, 9 288 km plus à l’est. 3 semaines d’observation et de réflexion(s) que peuplent ses compagnons de voyage, ses rencontres, le souvenir de Tchekhov, Tolstoï, Jules Verne, Pierre le Grand...

Turquie

Istanbul, souvenirs d’une ville d’Orhan Pamuk (2008, Gallimard, coll. « Folio », no 4798, 2008).
Orhan Pamuk retrace sa vie intime dans une grande famille bourgeoise de la ville, où l’on se veut laïque et progressiste. Dans Le Livre noir (1996, « Folio », no 2897), Istanbul est le personnage central, fébrile et contrasté, qui entraîne un jeune avocat dans un jeu de piste mystérieux. Une lecture qui vous lancera à votre tour sur la trace de l’Istanbul profonde, insoupçonnée et insaisissable. Dans Neige (2007, « Folio », no 4531), on suit les traces d’un journaliste parti enquêter sur une série de suicides de femmes voilées à Kars. Un roman qui évoque la fracture est-ouest du pays, sur fond de fanatisme religieux.

Livres qui font voyager : Afrique

Livres qui font voyager : Afrique
L'île Rodrigues, un voyage initiatique de Le Clézio sur les traces de son grand-père © Unclesam - Adobe Stock

Îles Maurice et Rodrigues

Les romans de J.-M. G. Le Clézio : Le Chercheur d’or (1988, Gallimard, « Folio »), La Quarantaine (1997, Gallimard, « Folio »), Voyage à Rodrigues (1997, Gallimard, « Folio »), et plus récemment Alma (2017, Gallimard).
4 ouvrages de ce Prix Nobel de littérature 2008, « écrivain de la rupture, de l’aventure poétique et de l’extase sensuelle », comme le définissait l’Académie suédoise, s’inspirent de l’île Maurice et de l’océan Indien. À travers ses personnages, Le Clézio part à la découverte de sa famille, renoue avec ses racines et chante son amour de la vie. Entre l’île Maurice et Rodrigues, il embarque le lecteur dans une quête du « paradis perdu ».

Maroc

L’Enfant de sable et La Nuit sacrée (1985 et 1987), de Tahar Ben Jelloun (Points, 2014).
2 livres contant le curieux destin de cet « enfant de sable », petite fille que son père, humilié, en bon musulman, de n’avoir pas d’héritier mâle, va faire passer pour un garçon. 20 ans après, son histoire lui est racontée par le même père mourant ; elle décide alors de quitter sa mère et ses sœurs pour vivre en femme dans un corps trop longtemps opprimé.

Kenya

La Ferme africaine de Karen Blixen (Gallimard, coll. « Folio », no 2395).  
L’écrivain danoise vécut près de Nairobi de 1914 à 1931. Ses mémoires d’Afrique connurent le succès dès leur parution en 1937. Si les pages sur la nature et les paysages sont splendides, l’intérêt du livre repose surtout sur l’amour et la fascination sincères qu’exprime cette baronne nordique pour le peuple de l'Afrique. Les passionnés enchaîneront avec le tome 2, moins connu, Ombres sur la prairie (paru seulement en 1960) et avec les Lettres d’Afrique, la correspondance détaillée et émouvante de Karen Blixen pendant toute cette période. Les éditions Gallimard ont réédité en 2006, dans la collection « Quarto », l’ensemble des textes de Karen Blixen consacrés à l’Afrique dans un seul volume de 1 027 pages sobrement intitulé Afrique.

Sénégal

Œuvre poétique, 1945-1961 de Léopold Sédar Senghor (Le Seuil, coll. « Points » no 210).
Le livre comprend l’œuvre intégrale dont les 4 recueils principaux : Chants d’ombre (1945), Hosties noires (1948), Éthiopiques (1956) et Nocturnes (1961). Ces textes admirables, constellés de mots africains, composent une poésie cosmique, où tout se mêle et fusionne. L’inventeur du mot et de la notion de « négritude » fut aussi le 1er président de la République du Sénégal.

Afrique du Sud

Un long chemin vers la liberté de Nelson Mandela (Fayard, 1995 ; Le Livre de Poche, 1996).
Commencés en 1974, dans la prison de Robben Island, ces mémoires furent achevés après sa libération, en 1990, au terme de 27 ans de détention ! Celui qui fut « l’homme le plus recherché d’Afrique du Sud » raconte en plus de 750 pages l’histoire de sa vie, entièrement consacrée au combat sans merci contre le système racial de l’apartheid. Son enfance au Transkei, son métier d’avocat à Johannesburg, la formation de l’ANC, sa rencontre avec Winnie Mandela, ses années dans la clandestinité, ses nombreux procès, son interminable détention, sa libération et son élection à la tête du pays après l’abolition de l’apartheid : tout est raconté avec un réel souci du détail. Un vrai cours de démocratie. Une version abrégée est disponible pour les adolescents à partir de 12 ans (L’École des loisirs, coll. « Medium », 1996).

Livres qui font voyager : Asie

Livres qui font voyager : Asie
Le mythique Pavillon d'or de Kyoto qui donne son titre au chef-d'oeuvre de Yukio Mishima © Jean-Philippe Damiani

Japon

Le Pavillon d’or de Yukio Mishima (1956, Gallimard, coll. « Folio »).
La fascination morbide d’un jeune moine bouddhiste, pauvre et bègue, pour le temple du Pavillon d’or de Kyoto, qu’il considère comme l’apothéose de la beauté. Inspiré du fait divers de l’incendie du Pavillon d’or par un moine en 1950, l’un des plus grands romans de la littérature japonaise contemporaine écrit par Yukio Mishima qui s’est donné publiquement la mort par seppuku en 1970.

Inde

Le Dieu des petits riens d’Arundhati Roy (1997, Gallimard, coll. « Folio »).
Pour son 1er roman, cette écrivaine a remporté le Booker Prize 1997, soit le prix anglais le plus prestigieux, obtenu pour la 1re fois par un écrivain indien non expatrié. Rahel revisite les tragédies familiales et notamment l’amour interdit de sa mère divorcée avec un intouchable. Arundhati Roy dépeint de subtiles atmosphères au bord d’un fleuve, où elle a passé son enfance, mais aussi une société kéralaise composite, mélange d’hindouisme et de marxisme tropical sans remise en cause véritable du système des castes. Elle fut d’ailleurs traînée en justice pour cette dénonciation des castes !

Chine

Balzac et la petite tailleuse chinoise de Dai Sijie (2002, Gallimard, « Folio », no 3565).
En 1971, dans un camp de rééducation chinois des ennemis du peuple, au pied de la montagne du Phénix du Ciel, 2 jeunes étudiants découvrent la liberté par la littérature française. Et la beauté des femmes par la même occasion. Et celle de la petite tailleuse. Savoureux, exaltant et jamais pathétique. Francophone vivant en France, Dai Sijie a adapté son roman à l’écran (existe en DVD).

Thaïlande

Anna et le Roi de Margaret Landon (1944, Archipoche ; 1re édition par « The John Day Company »)
Basée sur les mémoires d’Anna Leonowens, l’auteur retrace l’histoire de cette préceptrice anglaise à la cour du roi du Siam dans la 2de moitié du XIXe s. Chargée de l’éducation des (nombreux) enfants du roi Mongkut (Ranma IV) et tout particulièrement du jeune prince héritier, Anna se heurte aux coutumes étranges d’un pays dont elle ignore tout... et qu’elle apprendra à aimer. Bien que largement romancée, l’histoire est agréablement émaillée de détails sur la culture, les habitants et leurs traditions. Interdite en Thaïlande car historiquement discutable, l’œuvre a rencontré un vif succès à l’étranger et a été adaptée plusieurs fois à l’écran.

Bon à savoir : le site de Livres Hebdo a publié une carte des librairies pratiquant le Click & Collect pendant le confinement.

Texte : Routard.com

Bons Plans Voyage

Articles à lire