Gozo, la petite Malte

Gozo, la petite Malte
Clive Vella / www.viewingmalta.com

La pittoresque Gozo, la plus sauvage des îles maltaises, épargnée par le tourisme de masse, mérite bien plus qu’une escapade. Riche d’un patrimoine naturel et culturel d’exception, cette petite île de 67 km² est une destination à part entière.

Placée sous le signe de la douceur de vivre, Gozo est une terre de paysans et de pêcheurs, soucieuse de conserver ses traditions dont elle est fière. Ses paysages préservés font d’elle une destination « nature » et champêtre.

Les amoureux d’archéologie, d’art et d’histoire seront à la fête dans les temples mégalithiques et les églises baroques. Pour ceux qui aiment bouger, cet écrin de nature est un paradis : randonnée, plongée, escalade…

Dans la lignée d’Ulysse, les amoureux d’histoire et de nature succomberont à leur tour aux charmes de l’île de Calypso.

Une île au naturel

Une île au naturel
Giovanni Maroni / www.viewingmalta.com

Alternance de garrigue et de champs en terrasses, le tout parsemé de collines verdoyantes au printemps, littoral bordé de falaises et de criques rocheuses baignant dans des eaux cristallines : telle est l’image de Gozo qui nous habite longtemps après notre retour.

Ajoutez à ces visions enchanteresses un nuancier de couleurs florales et un éventail de fragrances naturelles, et c’est l’image d’un petit paradis sauvage qui se dessine.

Les plateaux et falaises sont recouverts d’une flore caractéristique du Bassin méditerranéen : plantes aromatiques (thym, fenouil, lavande), figuiers de Barbarie, caroubiers, grenadiers, oliviers et amandiers… Au printemps, les fleurs apportent à la campagne gozitaine des notes colorées : bougainvillées, hibiscus, serpolets, lauriers-roses…

Parmi les spectacles naturels inoubliables de Gozo, la baie de Dwejra, sur une ligne côtière accidentée, est classée réserve naturelle. La Fenêtre d’Azur (Azure Window), une impressionnante arche naturelle, est le symbole de Gozo. Elle est particulièrement fascinante dans les lumières rougeoyantes du crépuscule.

Regardez maintenant vers le large : Fingus Rock, dit « rocher au champignon », ferme la baie. Il doit sa réputation aux supposées vertus médicinales (voire aphrodisiaques !) d’une plante rare qui poussait sur son sommet. Les chevaliers de l’ordre de Malte en avaient même interdit l’accès !

Des villages couleur de miel

Des villages couleur de miel
Citadelle de Rabat - Ted Attard / www.viewingmalta.com

Prouesses architecturales vieilles de plusieurs millénaires, les temples mégalithiques de Malte, parmi les plus importants d’Europe, apportent des témoignages inestimables sur les premiers habitants de l’archipel. Les temples de Ggantija, à Xaghra, sont classés à l’Unesco. Construits il y a 5 800 ans, ils constitueraient les plus anciens édifices religieux au monde.

D’un charme fou, les ruelles des villages de Gozo exhalent une atmosphère méditerranéenne agrémentée d’une touche orientale. La globigérine, pierre calcaire locale couleur de miel, est omniprésente. Le nom même de Malte, dérivé de melita, qui signifie « de miel », s’annonce comme un préambule à la douceur de vivre.

Les façades supportent des bow-windows, balcons en pierre d’influence mauresque. Ici et là, des niches accrochées aux murs lézardés d’anciens palais abritent les statues des saints locaux.

Témoignages d’une foi marquée, les multiples églises baroques font de Malte un conservatoire majeur de ce mouvement. S’imposant à la vue, le dôme de l’église de la Rotunda de Xewkija est l’un des plus grands d’Europe. Ses illuminations nocturnes rendent la vision féerique. L’église recèle une grande toile représentant Saint Jean le Baptiste, l'un des chefs-d’œuvre fameux de Gozo.

Un peu plus loin, les bastions de la citadelle de Rabat (Victoria), capitale de l’île, aussi appelée Gran Castello, dominent la campagne avoisinante. Les remparts ceinturent un lacis de ruelles anciennes et sinueuses au cachet certain, d’où émerge une cathédrale baroque.

Des traditions et un artisanat vivants

Des traditions et un artisanat vivants
Dentellière - Marie Borgers

Si Malte est une terre marquée par le folklore, Gozo est le creuset de ces traditions restées ici particulièrement vivaces. Les Gozitains sont fiers d’afficher leur identité : tempérament rural, relation étroite avec la terre, vie de quartier, respect des traditions dans la fabrication des produits artisanaux et alimentaires.

Ce rapport privilégié à la nature se traduit par un engagement en faveur de l’agritourisme et l’écotourisme. Preuve de l’attachement des Gozitains à leur environnement, l’Eco-Gozo est un programme de développement durable qui œuvre pour la conservation et la valorisation du patrimoine naturel. Un label identifie les prestataires travaillant avec des produits bio et locaux.

Les Gozitains perpétuent par ailleurs des traditions comme la restauration de la globigérine, ressource naturelle traitée « comme un bijou », exploitée dans la construction et la statuaire.

Ils cultivent aussi leurs traditions dans l’artisanat. It-Tokk, la place du marché de Rabat, palpite au rythme des terrasses et des marchands de babioles. Dans les ruelles alentours, des échoppes vendent poissons frais, fruits et légumes issus de l’agriculture traditionnelle, souvent biologique, produits artisanaux, vins et fromages produits localement.

Au rayon des traditions artisanales, la dentelle, nécessitant patience et doigté, le tricot et la vannerie s’inscrivent dans une lignée gozitaine ancestrale. Plus récentes sont les traditions du verre soufflé, de la joaillerie et des objets en filigrane d’argent.

Festi, théâtre et jeu de boules

Festi, théâtre et jeu de boules
Procession de Sainte-Marie - Ted Attard / www.viewingmalta.com

Points d’orgue d’une intense vie paroissiale, les festi ou fêtes paroissiales battent leur plein tout au long de l’été. Bien plus que de simples fêtes, ce sont les grands temps forts de Malte.

De juin à septembre, il n’est pas un week-end sans qu’une localité célèbre son saint patron à grands renforts de processions et feux d’artifice. La statue du saint, qui fait l’objet d’une véritable vénération, est portée en procession. Objets d’émulation entre villages, les festi font la fierté des habitants.

Attachées elles aussi à cette tradition unique de par son ampleur, les jeunes générations sont prêtes à reprendre le flambeau. Elles postulent pour le port des statues lors des festi – un grand honneur – ou participent aux fanfares locales (band’s club). Preuve que l’hospitalité n’est pas un vain mot, les visiteurs sont invités à vibrer eux aussi au rythme des festi.

Outre les festi et leur flot de processions et de fanfares, les Gozitains apprécient le théâtre, une scène culturelle très active : drames, opéras, spectacles de danse et de musique... Gozo compte deux théâtres – un fait notoire pour une île de 30 000 âmes. Tous deux sont extrêmement populaires et réputés pour leurs opéras.

Prompts à la convivialité, les Gozitains perpétuent enfin des jeux traditionnels comme le bocci, un jeu de boules à mi-chemin entre la pétanque et le bowling, pratiqué sur les places des villages.

Comino, l'îlot sauvage

Comino, l'îlot sauvage
Comino - www.viewingmalta.com

Ici s’étendent des paysages naturels à l’état vierge où les voitures n’ont pas droit de cité, et des criques paradisiaques. Les chevaliers de l’Ordre de Malte ont utilisé ce repaire de pirates comme terrain de chasse et, surtout, comme bastion voué à la défense de l’archipel contre les Ottomans.

Comme isolé du monde, Comino, bout de terre aride d’à peine 3 km², est ceint de falaises trouées de grottes. Au large de ses côtes déchiquetées, des rochers sont posés dans la grande bleue tels des confettis de pierre. Ce décor servit de cadre au tournage du film Le Comte de Monte-Cristo. Posée sur Comino, la tour Sainte-Marie évoque en effet à merveille le château d’If.

Image paradisiaque aux airs polynésiens, le Blue Lagoon, entre Comino et le minuscule îlot de Cominotto, baigne dans des eaux couleur émeraude, d’une incroyable limpidité. Mention spéciale aussi au Chrystal Lagoon. Eaux turquoise, grottes et trous d’eau… tous les ingrédients sont rassemblés pour faire de Comino un grand spot de plongée.

Pour ceux qui n’auraient pas le pied marin et préféreraient la découverte de Comino sur la terre ferme, il est possible de débarquer pour faire le tour de l’île à pied. Un sentier relie la Santa Marija Gun Battery (la batterie d’artillerie), la tour de garde (tour Sainte-Marie), la petite plage Sainte-Marie et l’unique hôtel de Comino.

Activités aquatiques et de plein air

Activités aquatiques et de plein air
Paolo Meitre Liberatini / www.viewingmalta.com

Les eaux cristallines font de Malte une destination idyllique pour le snorkelling et la plongée. En particulier, les côtes rocheuses et la limpidité des eaux font de Gozo un spot de rêve.

Une visibilité optimale et la richesse de fonds marins font de Malte une destination accessible à tous, y compris aux plongeurs néophytes. Car, à quelques mètres de profondeur, on voit déjà se déployer une vie sous-marine exubérante. Autour des coraux et herbiers de posidonies s’ébattent castagnoles bleues et noires, serrans et rascasses aux nuances de rouges, girelles paons et poissons-perroquets…

Les plongeurs débutants peuvent avoir un aperçu prometteur dans les baies de Xlendi ou de Mgarr ix-Xini, deux spots idéaux pour un baptême.

Les plus expérimentés apprécient d’impressionnantes architectures naturelles – grottes et arches, caves et tunnels, tombants et cheminées –, sans oublier des épaves sabordées pour la plongée. Le spot majeur de Gozo n’est autre que le Blue Hole, cheminée de 25 m se trouvant sous la Fenêtre d’Azur, et communiquant avec la Mer intérieure.

En surface, les baies, criques et grottes secrètes se prêtent à la voile et au kayak. La baignade est aussi un pur bonheur dans les baies azurées de Gozo, ainsi que dans les eaux turquoise du Blue Lagoon, à Comino.

L’appel de l’aventure se vit aussi sur de bucoliques sentiers de randonnée à travers la campagne gozitaine. D’autres chemins encore sillonnent les paysages accidentés de la côte. Les falaises maritimes et formations rocheuses se prêtent enfin à l’escalade et à la descente en rappel.

À table !

À table !
Ftira - Gino Galea / www.viewingmalta.com

Si la cuisine maltaise emprunte aux traditions méditerranéennes, italiennes et britanniques, la gastronomie gozitaine fait la part belle aux produits locaux.

Le repas s’ouvre sur un plateau façon antipasti. La pièce maîtresse en est le ġbejna, fromage traditionnel à base de lait de brebis, qui se décline versions séchée et poivrée. On y picore aussi câpres et olives noires. La kunserva (pâte de pulpe de tomates séchées) et l’huile d’olive s’apprécient sur un morceau de hobza (pain maltais) qui révèle leurs arômes.

Vient ensuite le fameux fenkata, ou lapin en sauce, LA spécialité nationale. Le poisson frais occupe aussi une place de choix. Le torta-tal-lampuki est une spécialité de lampuki (sorte de dorade) préparée en croûte sur une pâte sablée, avec épinards et choux-fleurs.

Pour les mordus de grignotage, les pastizzis sont des sortes de chaussons de pâte feuilletée fourrés à la ricotta ou aux petits pois. Citons aussi la ftira, traditionnelle pizza gozitaine, aux tomates et pommes de terre.

Les desserts sont marqués par les influences orientales et maghrébines : figolli (gâteau sec à la pâte d’amande et au citron), nougat… Les rayons des épiceries et boulangeries alignent miel et confitures, biskuttini (sablés à l’orange ou à l’anis), kwarezimal (biscuit aux amandes douces et au miel), couronnes fourrées à la figue…

Sur la carte des vins, deux maisons se distinguent : Emmanuel Delicata ou Marsovin, l’un des plus grands domaines viticoles du pays. En fin de repas, on apprécie la bajtra, délicieuse liqueur rosée à base de figues de Barbarie, ou le Leila, digestif à base de caroube et d’herbes aromatiques.

Fiche pratique

Fiche pratique
Baron Group Farmhouses / www.viewingmalta.com

Pour préparer votre séjour, consultez notre fiche Malte.

Office de tourisme de Malte et sa page Facebook

Comment y aller ?

Vols directs vers La Valette au départ d’Orly et de Roissy-Charles-de-Gaulle avec Air Malta en partage de code avec Air France (exploités par la compagnie maltaise). En été, départs possibles de Lyon.

Et pour rejoindre Gozo :

- Gozo Channel Company : ferry reliant Cirkewwa (Malte) à Mgarr (Gozo). On ne paye l’aller-retour qu’à l’embarquement pour le retour (pas de ticket à l’aller). L’été, départs toutes les 45 min en journée. 4,65 € l’aller-retour pour un piéton, 15,70 € avec une voiture. Environ 45 min de traversée.

Où dormir ?

En farmhouse

Spécialités gozitaines, les farmhouses sont des fermes restaurées et reconverties, ou tout simplement de grandes villas à l’architecture traditionnelle (pierre blonde, arches, carrelages à l’ancienne, mobilier rustique, petites cours ombragées…), proposées à la location. Nombreuses sont celles qui disposent d’une piscine privée. À partir de 80-100 € la nuit, et jusqu’à 150 à 300 € pour les plus belles. Plus d’infos sur le site de Baron Farmhouses, l'un des réseaux de réservation.

À l’hôtel

Il existe sur Gozo une offre d’hôtels du 1 au 5 étoiles (dont le Ta Cenc Hotel avec une curiosité intéressante : des trullis comme à Alberobello, dans les Pouilles). À noter, le label Eco-Gozo qui distingue les hôtels engagés dans une démarche de développement durable.

Trouvez et réservez votre hôtel à Gozo.

Où manger ?

- Ta Rikardo : dans la citadelle de Rabat (Victoria). À la carte de ce resto traditionnel aux airs de taverne, le fenkata bien sûr, mais aussi fromage de chèvre poivré, vins et autres produits de la ferme de Rikardo. Signe de l’authenticité de l’adresse : c’est un lieu de rendez-vous des Gozitains.

- Zafiro : le resto du San Andra Hotel, dans le village de pêcheurs de Xlendi. Nombreux plats à base de poisson frais, à déguster sur une terrasse les pieds dans l’eau, au bord de la crique aux eaux bleu-vert.

Avec qui bouger ?

- Gozo Adventures : large panel d’activités sportives et de plein air : randonnée, VTT, kayak, escalade et descente en rappel, snorkelling, tours en bateau… Formules à la journée alliant deux activités.

Très intéressant également, l’éco-tour A Taste of Gozo (65 €) prévoit tour de la citadelle de Rabat, rencontre de Gozitains (boulanger et fromager traditionnels, dentelière, restaurateur de statues), traite des brebis, jeu de bocci avec des habitants…

- St Andrews’s Divers Cove : un centre de plongée très pro, affilié CMAS et PADI, qui s’adresse aux plongeurs néophytes et chevronnés. Certains instructeurs parlent le français. 40 € le baptême de plongée, 30 € la plongée guidée (transport et moniteur inclus). Supplément de 15 € pour une plongée en bateau (d’avril à novembre). Sorties à la journée (notamment à Comino) ouvertes aux non-plongeurs accompagnateurs.

Comment se déplacer entre les îles ?

- Gozo Channel Company : voir plus haut.

- Galaxy Charters : balades en speed-boats (hors-bord), excursions plongée et pêche, et location de bateaux. Courriel : info@galaxy-charters.com. Tél. : (356) 9947-8621. Lancement d’un site prévu à l’automne 2014.

- Oh Yeah Malta : excursions autour de Comino et locations de bateaux.

Où acheter des produits gozitains ?

- Ta Mena Estate : pionnière dans l’agritourisme, cette propriété produit et vend sur place, avec la passion des bonnes choses, huile d’olive, purée de tomates séchées, câpres, pâtisseries, vins, miels, marmelades et chutneys.

- Prickly Pear : cette charmante petite boutique fourmille d’objets artisanaux à la fois contemporains et typiquement maltais : bijoux en filigrane d’argent reprenant les motifs de la dentelle, mosaïques, céramiques...

Texte : Marie Borgers

Mise en ligne :

Malte Les articles à lire

Voyage Malte

Bons Plans Voyage

Services voyage