Deux semaines au Vietnam

Hanoi, Sapa, Baie d'Along, Île de Quan Lan… Les sites incontournables, ou plus confidentiels, du Vietnam, dévoilent leur beauté devant la caméra de Raphaël Melloul, photographe et vidéaste, qui a exploré le pays Le Routard en main. Il nous présente également quelques-unes de ses photos et nous parle de son voyage et de sa façon de filmer. À la fin de la vidéo on n'a qu'une envie : partir sac au dos !

Questions à Raphaël Melloul

Le Routard : C'était ton premier voyage au Vietnam ? Qu'est-ce qui t'a fait choisir ce pays ?

Raphaël Melloul : C’était effectivement mon premier voyage au Vietnam en septembre dernier. En règle générale, je privilégie toujours la découverte de nouveaux pays, tous mes voyages sont donc des premières fois. J’avais déjà pu voyager en Asie à Hong Kong et en Thaïlande et j’apprécie beaucoup la culture asiatique. Je voulais découvrir un nouveau pays avec des paysages très variés entre montagne, mer et paysages urbains, je n’ai pas été déçu ! Les liens entre le Vietnam et la France, même s’ils n'ont pas toujours été très glorieux, étaient également l’une des motivations de ce voyage.

Le Routard : Quel itinéraire as-tu réalisé ?

Raphaël Melloul : Pour un voyage de 2 semaines dans un pays si grand, il était nécessaire de faire quelques choix. Après avoir recueilli beaucoup de conseils, nous avons décidé de nous concentrer sur les régions du nord et du centre. Hanoi étant toujours le point de chute, nous avons pu découvrir la région de Sapa au Nord-ouest, la région de la Baie d’Along au nord-est, puis le centre du pays avec le parc de Phang Nha et un peu plus bas Hué, Da Nang et enfin Hoi An. Nous n’avons pas hésité à quitter les régions très touristiques comme la Baie d’Along pour aller découvrir des lieux plus éloignés et plus préservés comme l’île de Quan Lan au nord de la baie d’Along où les occidentaux se comptaient sur les doigts de la main.

Le Routard : Quels types de transports et d'hébergements as-tu utilisés ?

Raphaël Melloul : La première semaine fut assez épuisante car, tous les jours, nous étions à un endroit différent (parfois assez éloigné), les longs trajets se faisaient donc en train de nuit, en bateau ou en bus et les plus courts en scooter ou à pied. Je trouve que le train de nuit est un très bon moyen de se déplacer dans le pays, confortable, économique et permettant d’arriver à une destination sans perdre de temps. Nous avons pris une fois le bus pour revenir de l’île de Quan Lan jusqu’à Hanoi et ce fut l’une des pires expériences : imaginez-vous, 7h de bus avec des bruits de klaxons toutes les 5 secondes, un trajet interminable. Pour l’hébergement, nous dormions soit dans les transports (train, bateau) soit chez l’habitant dans les montagnes de Sapa. Sur la deuxième partie du voyage dans le centre, nous avons plus privilégié des hôtels ou des auberges de jeunesse.

Le Routard : As-tu des coups de cœur et expériences qui t'ont particulièrement marqué et que tu recommanderais ?

Raphaël Melloul : Un ami nous avait recommandé une compagnie (Ethos Spirit) pour les treks à Sapa, à première vue le prix était exorbitant. Nous avons vite compris la justification de ce prix et avons vécu une expérience bien loin des autres circuits touristiques. Accompagnés de notre guide issu du peuple des Hmong, nous avons découvert le premier jour son village, son mode de vie, ses amis et sa famille. Nous avons dîné et dormi chez eux la nuit dans leur maison traditionnelle. Le second jour, nous avions deux guides à moto pour nous emmener un peu plus loin dans les montagnes, nous étions toujours seuls au milieu des montagnes sans croiser un seul touriste. De plus, ils parlaient relativement bien anglais nous permettant de communiquer avec les locaux et afin de nous expliquer la culture locale, une vraie expérience immersive que je recommande grandement.

Le Routard : Étant donné ton métier, la vidéo est très importante pour toi en voyage, est-ce que c'est ta motivation principale pour voyager ?

Raphaël Melloul : La vidéo est très importante en voyage et je pense qu’elle me pousse à aller découvrir de nouvelles choses, à avoir un regard et une curiosité sur ce qui m’entoure. Certains achètent des babioles locales, personnellement je préfère rapporter des souvenirs visuels que je pourrai partager sur internet et revoir dans plusieurs années.

La vidéo fait partie de mon métier et je profite bien souvent de ces vidéos de voyage pour tester de nouvelles choses plus personnelles et développer ma créativité.

Le Routard : Est-ce que tu planifies ton film avant de partir ou tu sélectionnes tes sujets une fois sur place ?

Raphaël Melloul : Cela dépend des fois, pour la vidéo sur l’Islande par exemple j’avais une idée précise en tête sur le ton que je voulais donner. En ce qui concerne celle du Vietnam, j’avais simplement repéré une musique qui me semblait convenir, je voulais également travailler sur des ralentis ainsi que des transitions fluides via des mouvements de caméra. Pour le reste, je fais en fonction de ce que je découvre sur place. Je n’ai jamais de scénario très défini pour ne pas être bloqué sur place en cas d’imprévus.

Le Routard : Comment articules-tu prise de vue et visite, comment se déroule une journée type ?

Raphaël Melloul : Tout dépend du pays et du type de voyage : si beaucoup de choses sont planifiées à l’avance ou non. Si on prend pour exemple ce voyage au Vietnam, la première heure de la journée (pendant le petit-déjeuner) était dédiée à la planification du programme du lendemain et à la réservation du prochain lieu où passer la nuit. Durant la journée, j’ai toujours mon sac photo sur moi, je repère parfois à l’avance certains endroits qui me semblent photogéniques mais je me fie beaucoup aussi à ce que je peux voir sur place et aux recommandations qui peuvent être faites par des locaux. Je voyage également rarement avec des amis tout aussi passionnés que moi par la photo, il faut donc savoir s’adapter pour que le voyage convienne à tout le monde. Enfin j’essaie toujours si possible de faire, en rentrant le soir, une sauvegarde des données sur un disque dur externe, si jamais un incident arrive sur une carte ou sur mon matériel.

Le Routard : Quel équipement utilises-tu ?

Raphaël Melloul : Mon sac photo se compose désormais d’un boitier hybride Panasonic GH5, de divers objectifs : les classiques 12-35 et 35-100mm f2.8 (équivalent 24-70 & 70-200mm en plein format), un grand angle 7-14mm qui me sert pour les paysages et les photos d’architecture et une focale fixe équivalent 50mm f1.4 pour les photos/vidéos de nuit ou lorsque je souhaite avoir un beau flou d’arrière-plan sur des portraits (ce qui est assez compliqué avec ce type de boitier). En passant d’un reflex plein format Nikon à ce nouveau boitier équipé d’optiques équivalentes j’ai pu passer de 4.5 à 1.9 kilos d’équipement, avec certes une légère perte en qualité photo mais avec un bond considérable en qualité vidéo et en agilité. Mon dos m’en remercie grandement.

J’ai également un micro pour enregistrer parfois quelques sons ambiants et un trépied pour les poses longues de nuit.

Pour le voyage au Vietnam, j’avais également fait évoluer mon drone en passant du Phantom 3 au dernier modèle plus léger et pliable de la marque DJI à savoir le Mavic Pro. Malheureusement, il s’est pris un câble électrique dès le deuxième jour de voyage et a fini sa vie emporté par les courants d’une rivière de Sapa. Cela fait partie des risques du métier, il faut savoir relativiser sur ce type d’incident, ce n’est que du matériel. Il y a d’ailleurs un petit clin d’œil à ce triste moment à la toute fin de ma vidéo

Le Routard : Tu ne dois pas passer inaperçu, rencontres-tu des difficultés quand tu filmes ?

Raphaël Melloul : J’avais plus ce problème il y a quelques années avec mon matériel plus lourd et avant que la photo/vidéo de voyage soit si démocratisée. Désormais avec mon équipement plus petit, je passe simplement pour un touriste bien équipé. Ma philosophie est toujours d’être le plus discret possible pour capter des moments pris sur le vif lorsque je filme des personnes et je n’hésite pas à ranger l’ensemble dès que je suis dans des endroits très touristiques. 

Le Routard : Comment réalises-tu les divers effets, avec quel logiciel ?

Raphaël Melloul : Concernant les logiciels vidéo, je travaille sur Final Cut et After Effect (uniquement pour bien stabiliser les timelapses). J’essaie d’avoir la main très légère sur les effets de transition en post prod qui sont bien souvent un effet de mode, quitte à travailler plus les transitions lors du tournage via des mouvements de caméra.

Retrouvez les photos et vidéos de Raphaël Melloul sur sa chaîne Youtube, son compte Instagram et son site personnel.

Pour préparer votre voyage, consultez notre guide de voyage Vietnam, regardez toutes les photos du Vietnam et posez vos questions dans le forum Vietnam.

Ces articles présentant des vidéos peuvent également vous intéresser :

- Écosse, les Highlands grandeur nature
- Un voyage au Japon en vidéo

À voir également nos autres portfolios et toutes les photos de la communauté.

Mise en ligne :

Vietnam Les articles à lire

Bons Plans Voyage

Services voyage