Instants de sérénité au Vietnam

L'Asie sait offrir des moments de quiétude au voyageur enclin à les apprécier. Tombé amoureux du Vietnam dès son premier voyage, Jean-Marie Dufour, membre de la communauté Routard, s'attache à en dévoiler la beauté en se faisant le messager de ces instants privilégiés où se manifestent la joie et l'apaisement. Il partage avec nous quelques-unes de ses très belles images.
À lire également, l'interview de Jean-Marie Dufour.

Le fermier et son buffle

Le fermier et son buffle
© Jean-Marie Dufour

Ce fermier est une petite célébrité locale, pris par de nombreux touristes à Hoi An. Si vous avez la chance de l'apercevoir sur la route venant de Da Nang, n'hésitez pas à vous approcher de lui, en allant à sa rencontre, dans le champ. Il est adorable ! Je lui ai dit en vietnamien que j'étais content de le rencontrer, et que son buffle était beau. Donc il m'a proposé de monter dessus !

Après la pluie

Après la pluie
© Jean-Marie Dufour

Au Vietnam, il ne faut pas hésiter à prendre son appareil quand il pleut. Dès que la pluie s'arrête, l'ambiance très brumeuse peut être magnifique !

Le jardinier âgé

Le jardinier âgé
© Jean-Marie Dufour

Un vieil homme qui enlevait les herbes sèches de son jardin suspendu.

Adoration

Adoration
© Jean-Marie Dufour

Prière dans une chapelle catholique, le soir. On enlève ses chaussures, comme lorsque l'on entre chez quelqu'un.

Le Pont des amours

Le Pont des amours
© Jean-Marie Dufour

Un magnifique endroit où aller observer le coucher du soleil...Et où des vélos, des buffles, des tracteurs, des scooters se croisent (il faut les éviter !). Un vrai terrain de jeu photographique ! Ce petit garçon m'a souri de loin et était prêt pour la photo ! Ce qui m'amuse, c'est qu'il transporte un autre garçon plus grand que lui : qui devrait pédaler ?

Pause

Pause
© Jean-Marie Dufour

Cet homme finissait un travail (son dos est encore transpirant) , et je ne savais pas très bien ce qu'il regardait. Prise dans les montagnes entre Bac Ha et Quang Binh.

Traversée

Traversée
© Jean-Marie Dufour

Entre Quang binh et Yen Minh, je traversais un pont très tôt le matin, pour profiter d'un soleil naissant et d'une brume épaisse.

Femme âgée d'une ethnie montagnarde

Femme âgée d'une ethnie montagnarde
© Jean-Marie Dufour

Cette femme ne souhaitait pas être prise en photo. Après avoir échangé quelques bières avec les autres personnes qui l'entouraient, et après les avoir pris en photo (cela les amusait beaucoup !)… elle a accepté de bon cœur.

Solitude

Solitude
© Jean-Marie Dufour

J'essaie de faire vivre des paysages, en trouvant un sujet dans chacun. Ici, comme dans d'autres photos, un arbre se détache du décor et initie la structure de la photographie.

Madame Xong

Madame Xong
© Jean-Marie Dufour

Cette femme, appelée "La plus belle femme du monde" par le Los Angeles Times, a été rendue célèbre par le photographe normand Réhahn Croquevielle. Ils sont devenus très amis depuis leur première rencontre.

Nervures de rizières

Nervures de rizières
© Jean-Marie Dufour

Rizières en escalier, typiques des régions montagneuses du Vietnam (et d'autres pays...). Prise en fin d'après-midi avec une lumière rasante qui dessine le flanc de la montagne.

À l'aube

À l'aube
© Jean-Marie Dufour

Traversée d'un pont à l'aube, aux premiers rayons du soleil qui traversent le brouillard...

Calme monastique

Calme monastique
© Jean-Marie Dufour

Un moine âgé en train d'écrire (je ne sais quoi), au calme et dans un profond silence, devant de nombreuses bures bien alignées.

Maison isolée

Maison isolée
© Jean-Marie Dufour

Entre Quang Binh et Yen Minh, j'ai vu cette maison isolée, au milieu de ce splendide paysage. De loin, avec ces montagnes à perte de vue, il représentait l'endroit paisible par excellence !

Parapluie artisanal

Parapluie artisanal
© Jean-Marie Dufour

Le fameux "système D vietnamien" qui me fascine à presque chaque coin de rue.

Fille aux maïs

Fille aux maïs
© Jean-Marie Dufour

Près de Yen Minh, cette petite fille traversait la route alors que j'arrivai. J'ai eu le temps de regarder où elle allait, et j'ai adoré ce chemin entre les maïs, son t-shirt qui fait un rappel de la couleur dorée du maïs séché au soleil.

Dans ses pensées

Dans ses pensées
© Jean-Marie Dufour

Une jeune femme, employée de maison, s'est mise naturellement dans cette position à la fenêtre, peut-être pour se reposer, s'évader...

Barque sur le lac de Ba Be

Barque sur le lac de Ba Be
© Jean-Marie Dufour

Une magnifique étendue d'eau, assez touristique mais où une promenade en barque est très apaisante.

Questions à Jean-Marie Dufour

Le Routard : Tu sembles avoir une relation particulière avec le Vietnam, quelle est la raison de ton intérêt pour ce pays ?

Jean-Marie Dufour : Même si certains de mes amis l’ignorent, j’ai du sang vietnamien ! Je ne suis pas typé, mais mon grand-père maternel était en effet originaire de Saigon. En 2010, après mes études d’ingénieur, je suis parti pendant 9 mois en volontariat dans ce pays, à Ho Chi Minh City (qu’on appelle plus souvent Sai Gon, sur place).
Après, j’y suis retourné une fois, puis deux, puis trois fois… En attendant la suivante. Je pense que le sang qui coule dans mes veines n’y est pas pour rien, mais j’ai eu un vrai coup de cœur pour ce pays et y ai maintenant de précieux amis.
Quand j’y retourne, j’essaie de me fixer dans une région que j’explore, pour ne pas courir et "zapper". En août 2016, par exemple, c’était 8 jours consacrés à une partie des montagnes du Nord du Vietnam, et c’est déjà trop rapide ! Mon prochain voyage sera peut-être une petite région du centre du Vietnam, ou bien une région montagneuse du Nord (le Mont Fon Si Pan).

Le Routard : As-tu des coups de coeur ou des expériences qui t'ont particulièrement marqué et que tu recommanderais ?

Jean-Marie Dufour : Oui, indéniablement le Nord du Vietnam ; toute la partie montagneuse au-dessus de Ha Noi est indescriptible. On y croise peu d’occidentaux, et beaucoup d’ethnies montagnardes (qui ne parlent parfois pas vietnamien). Les paysages sont étourdissants de beauté, notamment la route vers Meo Vac dont vous parlez dans le Routard. J’espère y retourner encore, pour faire un itinéraire différent (ascension du mont Fon Si Pan, par exemple). Les petits coups de cœurs, les expériences qui me marquent sont ponctuels et concernent bien souvent des moments de rires et de simplicité avec les Vietnamiens.

Le Routard : Tu pratiques la photo depuis longtemps ?

Jean-Marie Dufour : J’ai démarré la photographie en 2004, avec un très moderne Olympus de 2,1 Megapixels prêté par ma mère. J’ai ensuite acheté successivement des compacts qui allaient très bien pour ma pratique tempérée de la photo. Puis j’ai acheté mon premier reflex pour mes 9 mois au Vietnam en 2010. La photo reste pour moi un loisir à côté du travail ; je multiplie les projets pendant mes week-ends pour progresser en technique (comportement par rapport à son sujet, matériel, retouches…) et pour creuser cette passion XXL qui me ressource.
Pour nuancer, je pourrais dire qu’à l’occasion d’une exposition récente sur le Vietnam, je me professionnalise, dans le sens où je vends les tirages des photos exposées, je les fais encadrer par un menuisier, etc.

Le Routard : As-tu un sujet et/ou un style de prédilection, essaies-tu de faire passer un message dans tes photos ?

Jean-Marie Dufour : Je pense que c’est tout ce qui peut provoquer l’apaisement : des paysages, des postures de personnes, des sourires, des architectures bien proportionnées… Tout ce qui peut reposer l’œil et l’esprit, et qui n’est pas forcément connoté « Vietnam » (certaines de mes photos ne sont pas contextualisées, et j’essaie de sortir de la « carte postale vietnamienne »).
D’ailleurs, je fais une exposition sur mes photos en grand format (60*90cm pour la plupart) dont le thème est l’Apaisement. Je cherche encore un lieu pour 2017, et essaie d’exposer une fois par an.
Tous les bénéfices de mes ventes sont consacrés aux œuvres de l’association Coup de Pouce-Pousse. Pour le moment, les ventes ont permis de construire une maison de 32 m2 pour une famille dans le sud du Vietnam ! Ça représente environ 1700 euros, ce qui est suffisant compte tenu du coût local des matériaux, de la main d’œuvre, et des bénévoles (famille, cousins, amis de la famille aidée)  qui participent de bon cœur à la construction. Pour faire croire que je suis un photographe qui rencontre un immense succès, je pourrais toujours m’amuser à dire que les ventes de mes photos m’ont permis de construire une maison familiale  J

Le Routard : Quel équipement photographique emportes-tu en voyage, comment retravailles-tu tes photos au retour, as-tu des conseils notamment pour les portraits ?

Jean-Marie Dufour : L’équipement évolue, j’ai tendance à m’alléger de plus en plus. J’ai toujours deux boitiers reflex, en cas de panne de l’un d’entre eux, et pour éviter de changer d’objectif. Ma pratique actuelle s’oriente vers un boitier plein format sur lequel je mets un 24-70mm F/2,8 (multi-tâches) et un reflex à capteur APSC sur lequel je mets un 85mmF/1,8. J'ai plusieurs objectifs de rechange en cas de panne / de casse aussi...
Pour le re-travail des photos, je corrige mes photos sur ordinateur, pour essayer de retrouver les couleurs, contrastes et lumières que j’ai vus, et que l’appareil ne retranscrit jamais fidèlement. Une fois content du résultat, j’essaie de ne pas exagérer le rendu, pour rester fidèle à mon impression quand j’ai pris la photo. Il m’arrive de passer certaines photos en noir et blanc, mais très peu. J’avais tendance avant à trop saturer mes photos, mais j’essaie de revenir à un style plus sage et sobre.
Pour les portraits, j’ai des conseils à donner, ils sont plus faciles à dire qu’à faire… Car le portrait c’est une question de travail et de temps ! Il faut à mon avis dépasser le portrait « sur le vif », « de loin ». Bien sûr il a ses avantages : capturer le naturel d’une personne, ne pas se faire repérer, ne pas déranger, avoir « la photo qu’on souhaite » et il est pratique quand on est timide (ce que je suis naturellement). Pour moi le portrait de loin est souvent le déclencheur (sans mauvais jeu de mot) de la suite, qui est la vraie joie du portrait : aller voir la personne photographiée, lui montrer sa photo, regarder sa réaction… Lui demander son prénom, son âge. Dire à cette personne qu’elle est belle, qu’on est ravi de la rencontrer. Il y a bien des raisons pour lesquelles on souhaite prendre cette personne en photo : autant aller lui dire directement ! Si on ne maîtrise pas la langue, quelques gestes peuvent aussi suffire pour faire comprendre qu’on ne vient pas juste pour « piller » son image, mais qu’on est heureux de la rencontrer. Et que la photo est même accessoire par rapport à la rencontre, ce n’est pas une finalité ! Si l’on peut, même si cela reste difficile pendant un voyage, on imprime la photo dans une petite boutique et on apporte l’impression à la personne que l’on a photographiée.

Découvrez les autres photos de Jean-Marie Dufour sur son profil routard et son site personnel.

Pour préparer votre voyage, consultez notre guide de voyage Vietnam, regardez toutes les photos du Vietnam et posez vos questions dans le forum Vietnam.

Ces portfolios peuvent également vous intéresser :

Regards indiens
- Vos plus belles photos de Thaïlande
- Moines de Birmanie

Mise en ligne :

Vietnam Les articles à lire

Voyage Vietnam

Bons Plans Voyage

Services voyage