Italie : Gênes, 5 raisons d’y aller

Italie : Gênes, 5 raisons d’y aller
Gênes © Jean-Philippe Damiani

Si proche et pourtant méconnue… Premier port d’Italie, à 2 h de route de la France, Gênes la secrète a hérité de son glorieux passé un patrimoine exceptionnel, dont l’une des plus vastes vieilles villes d’Europe. Le vieux Gênes, loin d'être muséifié, demeure un quartier populaire et métissé, offrant au voyageur son lot de promenades pittoresques. Adossée à la colline et tournée vers la mer, la ville de Christophe Colomb regorge de palais, de musées, d’églises baroques, de petites boutiques et de restos où se régaler d’une cuisine à la savoureuse simplicité. Prenez le temps de la découvrir, vous ne le regretterez pas : où il y a Gênes, il y a beaucoup de plaisir !

Balades dans le vieux Gênes

Balades dans le vieux Gênes
Centre historique © Xedum - Visit Genoa

C’est le trésor de Gênes, qui vaut à lui seul le voyage dans la capitale ligure. Il ne faut pas hésiter à s’y aventurer ; car le Centro Storico, – parmi les plus grands d’Italie –, cache bien son jeu, à l’abri derrière la Sopraelevata, la rocade suspendue qui le sépare du port.

Une fois passées les hautes façades et les arcades de la rue Sottoripa, un gigantesque dédale de ruelles étroites (les carruggi) s’offre au promeneur. Ayant conservé sa structure médiévale, ce lacis inextricable de venelles est bordé d’édifices si haut que le jour y pénètre à peine. Longtemps délaissé, aujourd’hui en voie de réhabilitation, le cœur de Gênes, à l’instar de celui de Naples, reste un quartier populaire et, comme dans tous les ports, cosmopolite.

Ici, la rue est une scène de théâtre à l’italienne : le linge est suspendu aux fenêtres, les épiceries de quartier drainent leurs lots d’habitués, les échoppes d’antan côtoient les bars remplis à l’heure de l’aperitivo, tandis que, plus loin, des dames pratiquent le plus vieux métier du monde.

Au coin des rues, des statues de la vierge ou de Saint-Georges (patron de la ville) semblent veiller sur le quartier. Au-dessus de certaines portes, trônent les armoiries des grandes familles génoises qui ont légué au centro storico un patrimoine exceptionnel : pas moins de 120 palais – pour la plupart de la Renaissance – dont 42 classés au Patrimoine mondial de l’Unesco !

Se balader dans le vieux Gênes, c’est partir à la découverte de pépites cachées au détour d’une rue, comme le palazzo Spinola : un palais du 16e siècle, construit par la famille Grimaldi (oui, celle de Monaco !), abritant des tableaux de maîtres (Van Dyck, Rubens, Tintoret…) et une décoration somptueuse qui semble sortie d’un film de Visconti.

Cathédrale San Lorenzo © Xedum - Visit Genoa

Parmi les nombreuses splendeurs de la vieille ville, il ne faut pas manquer la cathédrale San-Lorenzo, toute d’ardoise et de marbre, l’ancien Palais des Doges qui abrite aujourd’hui des expositions d’art, la baroque chiesa del Gesù et ses Rubens et, bien sûr, l’adorable piazza San Matteo où la famille Doria fit construire palais et église.

Gênes ne se résume toutefois pas à sa vieille ville. A partir du 19e s., la cité ligure s'est étendue bien au-delà des limites du centro storico. Coincée entre mer et montagne, Gênes s’est développée à flanc de colline. Pour découvrir les quartiers situés dans les hauteurs, on peut emprunter des funiculaires ou des ascenseurs qui les relient au reste de la ville. Il suffit, par exemple, de quelques minutes pour rejoindre le belvédère du Castelletto d'où l'on a un panorama exceptionnel sur le centre historique, le port et la mer.

D'en haut, on prend la mesure de l’étendue de la ville. Voisine immédiate du centro storico, la Gênes bourgeoise et cossue du 19e siècle déploie ses vastes avenues bordées d’arcades (via XX Settembre, via Dante) et d’établissements chics. Vers l’ouest, le port étend ses docks et ses grues, vestiges de la Gênes industrielle. Au sommet des collines, des forts semblent monter la garde. Des chemins de randonnée les relient entre eux.

La Strada Nuova et ses musées : l’une des plus belles rues d’Europe

La Strada Nuova et ses musées : l’une des plus belles rues d’Europe
Palazzo Rosso © Xedum - Visit Genoa

Au 16e s., à l’apogée de leur puissance financière et politique, les grandes familles de Gênes décident de bâtir sur un terrain vide une rue d’apparat pour les « palazzi dei Rolli » : de somptueux palais, aujourd’hui classés à l’Unesco, destinés à accueillir dignitaires et chefs d’État étrangers.

C’est ainsi que fut créée, à l’orée du centro storico, la Strada Nuova (aujourd’hui via Garibaldi) dont la magnificence inspira les cours d’Europe, les artistes et les voyageurs du Grand Tour. Pur chef-d’œuvre d’urbanisme, la « rue nouvelle » témoigne de l’extraordinaire richesse de la Gênes d’alors. Aujourd’hui, cette artère compte toujours parmi les plus belles d’Europe et ses palais abritent la mairie de Gênes, des banques, des appartements privés et des musées. Trois d’entre eux sont ouverts à la visite.

Attirant le regard de son rouge pimpant, le palazzo Rosso, devenu un musée, a conservé l’atmosphère des résidences de l’époque baroque. À l’intérieur, on admire les fresques de l’école génoise, les stucs, les meubles, les décors, mais aussi des peintures de Véronèse, Guido Reni et Van Dyck. Sur le toit, une terrasse offre une vue à 360° sur la ville, le port et les collines.

De l’autre côté de la Strada Nuova, le palazzo Bianco abrite une pinacothèque de peintures génoises, italiennes et flamandes du 16e au 18e siècle (Caravage, Rubens, Memling, Véronèse…). Un jardin suspendu le sépare du palazzo Tursi. Siège de la mairie, ce magnifique palais de la fin du 16siècle possède lui aussi un musée où l’on peut voir des tableaux, des sculptures et des violons ayant appartenu à Paganini.

Les autres palazzi sont privés, mais on peut pénétrer dans leurs cours intérieures, souvent ornées de fresques et de statues. Une fois par an, plusieurs d’entre eux ouvrent leurs portes au public, lors des Rolli Days, sortes de journées du patrimoine génoises.

À une centaine de mètres de la via Garibaldi, une rue se veut la « concurrente » de la Strada Nuova. Elle fut tracée pour satisfaire une richissime famille génoise qui lui a donné son nom: la via Balbi. Bordée de somptueux édifices, elle mérite le détour pour le Palazzo Reale, qui fut la résidence des rois de Savoie au 19e siècle. Cette superbe demeure aristocratique, donnant sur la mer, recèle nombre d’œuvres d’art et une galerie des Glaces inspirée de celle de Versailles.

L’Aquarium et le Vieux-Port : Gênes moderne

L’Aquarium et le Vieux-Port : Gênes moderne
Porto Antico © Jean-Philippe Damiani

À l’abandon pendant des décennies, le Porto Antico a subi un lifting d’envergure en 1992 pour le 500e anniversaire de la découverte des Amériques par le navigateur génois Christophe Colomb. Un autre natif de Gênes, l’architecte Renzo Piano, à qui l’on doit le Centre Pompidou, a été le maître d’œuvre de ce chantier colossal qui a remodelé cette partie de la ville et son image.

Aujourd’hui, le Porto Antico est en fait le coin le plus moderne de Gênes, avec ses entrepôts reconvertis en restos, boutiques, musées, cinémas et appartements. Un ascenseur panoramique permet même de s’élever dans les airs pour observer l’amphithéâtre naturel dans lequel se love la ville ligure.

Mais c’est surtout l’Aquarium de Gênes qui reste l’attraction majeure du port. Avec près d’1,5 million de visiteurs par an, il fait même partie des sites les plus visités d’Italie. Ce musée en forme de paquebot défie toute mesure avec 71 bassins, plus de 15 000 animaux de 400 espèces différentes barbotant dans 6 millions de litres d’eau. Au fil de la visite, on retrouve son âme de gosse en admirant dauphins, requins, pingouins, lamantins, poissons tropicaux, phoques, anémones, méduses et coraux multicolores. Une visite à faire en famille.

Juste à droite de l’aquarium, le galion du film Pirates de Polanski évoque la Gênes maritime de l’âge d’or. Une époque que l’on peut explorer en détail au Musée de la Mer Galata, qui retrace la longue histoire commune de la ville et de la Méditerranée.

Boccadasse et Nervi : la Riviera de Gênes

Boccadasse et Nervi : la Riviera de Gênes
Boccadasse © Jean-Philippe Damiani

Bâtie entre montagnes et Méditerranée, Gênes a dû se développer le long d’une étroite bande côtière, sur pas moins de 30 km. L’est du centre-ville concentre les quartiers plutôt huppés du levante (le lever du soleil), l’ouest, plus populaire, s’appelant ponente (le coucher).

Du centre, la belle corniche du Corso Italia conduit vers le levante à l’ancien village de pêcheurs – aujourd’hui bien boboïsé – de Boccadasse, qui fait désormais partie de la ville de Gênes. Avec ses pimpantes maisons colorées, ses chaloupes échouées sur la plage et son air de carte postale, l’endroit fait irrésistiblement penser aux villages des Cinque Terre. Le dimanche, c’est l’une des promenades préférées des Génois.

Quelques kilomètres plus loin, Nervi est le village-quartier le plus oriental de Gênes. Là encore, nous vous conseillons d’aller y faire un tour, notamment pour sa superbe corniche piétonne de 2 km de long avec vue sur le rocher de Portofino. Nervi possède aussi d’intéressants musées disséminés dans un grand parc de 9 hectares donnant sur la mer, dont la Galleria d’Arte Moderna et la Wolfsoniana, antenne locale du célèbre musée Wolfsonian de Miami, consacrée aux rapports entre art et société.

À l’opposé de Nervi, le village de Pegli constitue la pointe occidentale de Gênes. On peut s’y rendre pour visiter la villa Pallavicini, un pittoresque « parc/théâtre » conçu au 18e s qui a été consacré  « parc le plus beau d’Italie 2017 ».

Pesto, farinata et pandolce : Gênes gourmande

Pesto, farinata et pandolce : Gênes gourmande
Farinata © clphotos - stock.adobe.com

Gênes, comme la plupart des villes italiennes, est une destination gastronomique de choix dont certains plats, comme le pesto, sont connus dans le monde entier. Utilisant volontiers herbes et condiments (basilic, sauge, marjolaine…), la cuisine régionale, simple et savoureuse, reflète la dualité du terroir local, à la fois maritime et paysan.

Il ne faut pas manquer, lors de son séjour, de goûter au pesto, ce condiment traditionnel à base de basilic, de pignons, d’huile et de fromage, préparé dans de vieux mortiers en marbre avec un pilon en bois d’olivier. Il accompagne divinement les pâtes locales comme les pansoti, des pâtes farcies à base d’herbes et de fromage, les trofie (petits gnocchis) ou les trenette (sortes de linguine).

Autre spécialité génoise célèbre, la focaccia (équivalent de la fougasse provençale) constitue un délicieux en-cas. À déguster aussi sur le pouce, la farinata, à base de farine de pois chiches et cuite au four à bois, les frisceu et la panissa, servies dans les friggitorie (friteries) du centre historique. Gênes est également réputée pour ses tartes, notamment au riz et aux blettes (pascualina).

Côté mer, on goûtera au stockfish, aux anchois farcis (acciughe ripiene) et surtout au cappon magro, délicieux pâté au poisson, fruits de mer et légumes. Le pandolce genovese (panettone sans œuf) aux raisins secs et fruits confits, les canestrelli parfumés ou les biscuits à l’amaretto sont les desserts les plus courants.

Pour faire des emplettes, direction le Mercato orientale (via XX Settembre), qui régale le tout-Gênes de ses produits frais depuis la fin du 19e siècle, ou l’une des boutiques historiques (botteghe storiche) du vieux Gênes qui ont conservé cadre et recettes ancestrales.

Goûtez aux fruits confits et au chocolat de Romanengo, aux gâteaux de Klainguti (qu’appréciait particulièrement un certain Giuseppe Verdi) ou à la farinata de Sa’Pesta. Et même si vous n’achetez rien, jetez-y un coup d’œil : certaines des boutiques, qui ont gardé leur décoration d’antan, sont de petits trésors du patrimoine populaire génois.

Fiche pratique

Retrouvez toutes les infos, bons plans et adresses de Gênes dans le Routard Italie du Nord, en librairie.

Consulter notre guide en ligne Italie

Visit Genoa

Office national du tourisme italien

Comment y aller ?

Air France dessert quotidiennement Gênes au départ de Paris-CDG avec deux vols par jour, en partenariat avec Hop ! Air France. Les vols sont opérés en Embraer 170, équipés de 76 sièges. Pour la saison été, Gênes est desservie à raison de 3 vols par jour, en partenariat avec Hop ! Air France et City Jet, en Embraer 190 et RJ85 de 100 places. Vols en correspondance via Paris-CDG depuis les aéroports de province ou via Amsterdam avec KLM qui propose un vol par jour entre son hub et Gênes.

Où dormir ?

- Hotel Palazzo Grillo : piazza delle Vigne 4. Ce superbe boutique-hôtel, installé dans l’un des palais du centre de Gênes, a ouvert ses portes au printemps dernier. Construit au 16e siècle et complètement rénové avec goût et sobriété, le palazzo Grillo a conservé des fresques d’origine du Bergamasco tout en misant sur une déco au design épuré. Chambres confortables au luxe discret, parfaitement calmes et donnant, pour certaines, sur l’église et la piazza delle Vigne. Terrasse sur le toit, très beau salon commun aux larges fenêtres et petit déjeuner buffet aussi soigné que copieux. Vraiment une belle adresse, idéale pour les séjours romantiques. Doubles 95 €-230 € selon confort et saison.

- Abbey Hostel : vico di Santa Fede 8-10. Pour les petits budgets, une AJ privée installée dans un ancien couvent du centre de Gênes. Chambres doubles et dortoirs, déco moderne et gaie et espaces communs chaleureux. Comptez 20 € la nuit en dortoir et 50 € la double.

Où manger ?

- Al Veliero : via Al Ponte Calvi, 10R. À deux pas du Vieux-Port, cette sympathique taverne sert les classiques de la cuisine génoise et des plats de poisson particulièrement bien préparés. Pesto, délicieux capon magro, budino all’amaretto… Plats 8-30 €.

- Le Rune : Salita Inferiore di Sant'Anna, 13. Dans une petite rue à deux pas de l’ascenseur de Castelleto, ce restaurant coquet et chaleureux sert des plats de pâtes, de poisson et de viande aussi savoureux qu’inventifs. Goûtez aux raviolis, au poulpe grillé, aux anchois farcis ou au porc aux herbes. Bon rapport qualité-prix. Plats 10-18 €.

- I Tre Merli : Calata Cattaneo 17. Au cœur du Vieux Port, un resto élégant dans une vaste salle lumineuse avec une carte d’inspiration ligure. Également de succulentes focaccie et pizze au feu de bois. Cuisine soignée et prix un poil élevés. Plats 13-25 €.

- Ristorante Da Rina : Mura delle Grazie 3. Une institution du vieux Gênes fréquentée en son temps par l’ancien président de la République italienne Sandro Pertini. Un homme qui avait su rester simple, car l’endroit tient plus de la trattoria traditionnelle que du resto de luxe. Ambiance un rien surannée et, évidemment, tous les classiques sont au rendez-vous.

- Antica Schiamadda : via di San Giorgio 14. L’adresse incontournable du vieux Gênes pour déguster farinata au feu de bois, tartes de riz ou aux blettes, focaccia. À emporter ou à manger sur place, si vous en trouvez une !

- Frigittoria Carrega : via di Sottoripa 113. Sous les arcades face au port, une autre institution populaire de Gênes pour manger à bon prix des fritures de calmars, crevettes, panisses, poulpe.

Où prendre un verre ?

- Les Rouges : piazza Campetto 8a. À l’étage d’un somptueux palazzo, un bar lounge élégant où l’on sirote des cocktails sous des fresques voûtées. Fait également resto.

- Gradisca : piazza delle Erbe. L’un des nombreux bars de la piazza delle Erbe spécialisé dans les bières et les cocktails. Ambiance jeune et terrasse sur la place.

Où acheter de bons produits ?

- Mercato orientale : via XX Settembre 272. L’un des plus beaux et importants marchés couverts de Gênes, en service depuis le 19e s, pour acheter des produits frais et locaux, dont des pâtes, du pesto, des jambons et fromages. En avril, un restaurant doit ouvrir au centre du marché.

Klainguti : piazza di Soziglia, 98. Cette pâtisserie, qui fait partie des botteghe storiche du vieux Gênes, régale la ville depuis deux siècles avec son pandolce, ses cannoli et ses créations, comme le Falstaff : un croissant fourré à la noisette dédié au musicien Giuseppe Verdi, qui était un habitué des lieux.

Liste de Botteghe storiche : les boutiques traditionnelles du vieux Gênes.

Texte : Jean-Philippe Damiani

Mise en ligne :

Italie Les articles à lire

Bons Plans Voyage

Services voyage