Carte d'identité Réunion

- Statut : territoire français d’outre-mer depuis le 19 mars 1946, doté d’un conseil régional et d’un conseil départemental (DROM).
- Superficie : 2 512 km², soit un territoire 3,5 fois plus petit que la Corse.
- Population : 866 500 habitants (estimation 2019), département français d’outre-mer le plus peuplé ; 40 % ont (plus que la Guadeloupe et Martinique réunies) ; 80 % vivent sur la côte.
- Chef-lieu : Saint-Denis.
- Monnaie : l'euro.
- Langues : le français et le créole principalement, plus le tamoul (Indiens du Tamil Nadu), le gujarati (Indo-musulmans originaires du Gujarat), le chinois, le malgache ou encore le comorien.
- Religions : catholique en majorité, musulmane et hindoue.
- Signes particuliers : densité de 335 hab./km² (3 fois la moyenne nationale) ; le volcan actif le plus au sud de la France.
- Patrimoine culturel immétariel de l'Unesco : pitons, cirques et remparts inscrits en 2010 ; le maloya, un art traditionnel réunionnais mêlant chant, musique et danse, a été classé au Patrimoine mondial immatériel par l’Unesco en 2009.
- Patrimoine mondial de l'humanité : dans la foulée, la partie centrale de l’île a été classée, en 2010, au Patrimoine mondial de l’humanité pour ses « pitons, cirques et remparts ».

Économie

À partir des années 1950, la société créole est passée d'une économie de plantation à la société du Coca-Cola en l'espace d'une génération. De 1970 à 2000, le solde migratoire a d'abord été négatif avec un départ massif des Réunionnais vers la métropole, avant de s'équilibrer, avec un retour au pays, l'arrivée des fonctionnaires, puis des investisseurs dans le tourisme ou encore des « décalés ».

Les sociologues parlent de société de télescopage entre le modèle créole et le modèle européen.

La filière canne

La filière canne reste la 2e source de revenus sur l’île, après le tourisme. Plus de la moitié de la surface agricole utile est consacrée à la culture de la canne. En 2018, on estimait que la filière assurait près de 18 000 emplois directs, indirects et induits (soit un peu plus de 13 % des emplois du secteur privé, et la 1re source d’emplois dans le domaine de l’agriculture).
Mais la suppression des quotas sucriers et la fin de la politique des prix garantis décidées en 2017, auxquelles s’ajoute la menace d’une diminution des subventions par l’Union européenne dans les années 2020, sont en train de changer radicalement la donne. La filière doit désormais faire face à la concurrence du sucre venu d’autres pays, où la main-d’œuvre est moins chère. Certaines sucreries s’inquiètent même de pouvoir encore exister dans quelques années. D’autant plus que le secteur est confronté à la diminution des surfaces agricoles, en raison notamment de la démographie croissante, et qu’une surface minimale de récolte est nécessaire à une sucrerie pour tenir son équilibre financier.

Les sociologues parlent de société de télescopage entre le modèle créole et le modèle européen. Le taux de chômage constitue le record au niveau européen (moins de 60 % des jeunes au chômage en 2015, selon l'Insee), tandis que le taux d’illettrisme s’élève à 21 % dans la population réunionnaise (7 % en métropole). La moitié de la population active travaille pour l'État. Malgré une apparente aisance générale (toute relative), une partie de la jeunesse paraît sans avenir.

Une situation qui s'améliore ?

Durant les années 2000, le département a aligné an un taux de croissance plus de 2,5 fois supérieur à celui de la métropole jusqu’en 2009, où la crise s'est fait durement ressentir.
La croissance a redémarré en 2014, et s'est maintenue (3,2 % en 2017), soutenue par la consommation et un rebond des investissements. Ce taux est bien supérieur à celui de la métropole. Mais près de 23 % de la population active est au chômage.
Une famille réunionnaise sur cinq vit des allocations familiales et près de 40 % de la population vit sous le seuil de pauvreté.
Entre débrouille, petits boulots, aides sociales et vrais emplois (grâce au tourisme notamment), La Réunion se bricole en permanence un point d’équilibre... instable, car régulièrement mis à mal par des maux qui viennent de la terre (les volcans), de l’air (les moustiques) ou de la mer (les requins).

Un développement touristique contre vents et marées

Si 1 touriste sur 2 vient à La Réunion pour des raisons familiales, 1 sur 4 vient bien pour découvrir l’île.

Pour dynamiser le tourisme, une réserve naturelle marine et un parc national (encore jeunes) ont été créés et l’inscription de ses « pitons, cirques et remparts » au Patrimoine mondial de l’Unesco en 2010 a eu un effet positif. Un tourisme vert et durable, axé sur la qualité, s'est donc mis en place, en contre-pied de la voisine île Maurice...

Une reconquête d’image de longue haleine, malheureusement mise à mal par les attaques de requins à répétition ces dernières années.

Malgré tout, les dernières années 2015 et 2016 ont connu une augmentation remarquable du nombre de touristes.

Voyage Réunion

Bons Plans Voyage Réunion

Services voyage



Forum Réunion

Voir tous les messages

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Réunion

Vos discussions préférées du forum Réunion

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Réunion

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Réunion

Agenda Réunion

Réunion Les articles à lire