Cuisine, gastronomie et boissons Auvergne

Cuisine

La viande de salers

Des cornes en lyre, les yeux de Liz Taylor, l'envergure de Columbo, c'est tout ce qui distingue la salers de la limousine. Disons que la limousine est plus connue... et que la salers - tout comme sa cousine, l'aubrac - a ses fans : sa viande, sans graisse et très persillée, est d'une exceptionnelle tendreté. En Bourbonnais, c'est la charolaise qui la remplace.

Les fromages

L'Auvergne est un plateau de fromages : elle peut s'enorgueillir de compter cinq appellations d'origine protégée. Dès 800 m d'altitude, les monts d'Auvergne se couvrent de narcisses, de crocus, de giroflées... Près de la moitié de la flore française ! C'est ainsi que l'on fait du bon lait...

- Le cantal (AOP) : le cantal est le costaud des plateaux. Les Auvergnats de Paris l'idolâtrent après 6 mois d'affinage, bien fruité sous sa croûte brun orangé. Le meilleur cantal est fait l'été, quand les vaches sont en montagne. Le best est le fermier.
- Le salers (AOP) : si sa forme et sa recette ressemblent au cantal, le salers est un fromage spécifique fabriqué uniquement à la ferme, au lait cru, du 15 avril au 15 novembre et seulement si les vaches ont pu se nourrir à satiété d’herbe. Affiné 3 mois au minimum, il offre un goût singulier, épicé et fruité.
- Le saint-nectaire (AOP) : star occulte de l'Auvergne aimée du Roi-Soleil. Lorsqu'il s'apprête à couler (mais il se retient !), ce fromage mou des monts Dore exhale un délicat goût de noisette. Préférez-le fermier, évidemment !
- La fourme d'Ambert (AOP) : produite dans les monts du Forez, cette pâte persillée diffère du roquefort par sa douceur fruitée, car elle est constituée de lait de vache alors que le roquefort est au lait de brebis, plus acidulé.
- Le bleu d'Auvergne (AOP) : Antoine Roussel, fils d'un paysan de Laqueuille, répandit sur son caillé la moisissure de son pain de seigle. Ce fromage d'altitude, puissant mais crémeux, développe une extraordinaire palette d'arômes.
- Le gaperon : puissant fromage de Limagne à l'ail et au poivre, confectionné avec du babeurre, et qui se présente sous la forme d'une boule.

La lentille du Puy (AOP)

Cette petite graine bombée, d'un vert sombre marbré de bleu, est la seule à bénéficier d'une appellation d'origine contrôlée. On attribue son parfum subtil aux volcans.

La lentille blonde de Saint-Flour

Abandonnée depuis plusieurs décennies, la production de la belle blonde à la saveur douce et sucrée a été relancée dans les années 2000 grâce au regroupement d'une poignée de passionnés. Petit à petit, on la trouve à la carte de restaurants de plus en plus nombreux.

Les cochonnailles

Saigné pour la mangoune, le cochon joue les pères Noël du long hiver auvergnat. La rudesse paysanne sait y faire, puisque les meilleurs jambons de montagne montrent une onctueuse délicatesse. On en sert souvent de véritables steaks ! Saucisse sèche « de montagne » également fameuse, même s'il faut parfois la trancher à la scie à métaux.

Quelques plats auvergnats

- Le pounti : sorte de pain au hachis de viande, de légumes et cuit avec des pruneaux, qu'on découpe en tranches.
- L'aligot et la truffade célèbrent les noces de la tomme fraîche et de la pomme de terre. Les deux s'associent avec la saucisse de pays ou un bon morceau de bœuf salers ou aubrac. Pour la truffade, les tubercules sont tranchés, alors qu'ils sont brassés dans la purée de l'aligot (Aubrac cantalien). Ce dernier est un délicieux plat, dont on file la pâte (toute une affaire !) en tenant haut la cuillère.
- La potée auvergnate : un mélange de saucisses à cuire, poitrine demi-sel, pied de cochon, choux, carottes et navets.
- Le chou farci : « tranche napolitaine » de feuilles de chou et de farce (un grand chef l'a remplacée par du foie gras !), mijotée en cocotte.
- La soupe aux choux : depuis Louis de Funès, elle incarne le pain quotidien du paysan d'Auvergne.
- La truite au lard : entourée ou farcie d'un morceau de poitrine fumée.
- Le tripou : tripes et farce en vessie.
- La tarte de Vic : dite aussi « à l'encalat », c'est une délicieuse tarte au lait caillé.
- Le patia : plat type de la jasserie. C’est un gratin de patates cuit au chaudron avec ail, oignon, crème fraîche, sel et poivre. Les pommes de terre sont en effet cuites très longtemps avant d’être écrasées.

- Le pâté aux pommes de terre : spécialité bourbonnaise s’il en est. Comme son nom l’indique ou presque : des pommes de terre généreusement arrosées de crème, cuites dans une pâte feuilletée. Roboratif !

- En prime : le coq au chanturgue (comme son nom l'indique), le gigot brayaude (très bon), le canard à la Duchambais, la pompe (fouace locale) et en particulier la pompe aux grattons, le cornet de Murat (tuile à la chantilly), les rissoles (raviolis) de Saint-Flour et des tombereaux de framboises et de myrtilles, à glaner tout l'été sur la chaîne des Puys...

Vins et alcools d'Auvergne

Les vins d'Auvergne

Dans le Cantal, on boit du cahors ; en Velay, du beaujolais. Les Auvergnats, qui ont fourni bien des châtelains à Pomerol, des bistrotiers à Paris... et des vinaigriers à Orléans, sont trop avisés pour porter leurs rouges (issus de gamay, surtout, et de pinot noir) au pinacle. Néanmoins, la qualité s'améliore.

Les côtes-d'auvergne

Cette appellation, qui a décroché une AOC en 2010, s'en sort bien, avec des rouges charnus, issus essentiellement du cépage gamay. Cinq dénominations locales.

- Le chanturgue : le pomerol auvergnat. Solide, bien structuré, velouté... De plus, il se garde !
- Le châteaugay : version light du précédent, inférieur à notre avis.
- Le boudes : un vin souple, léger, fruité, très agréable...
- Le corent : n'est vinifié qu'en rosé.
- Le madargue : rouges et rosés.

Le saint-pourçain

Vin de soif un peu rustique, c'est un blanc (à l'origine) ou un rouge vif du Bourbonnais, inégal (qui évolue de mieux en mieux), que l'on servait autrefois sur les tables royales, car c'est l'un des plus vieux vignobles de France. Récompensé lui aussi par une AOC.

Les remontants

- La gentiane : chaque été, les paysans appellent les « gentianeurs » pour déraciner cette « mauvaise herbe » (en fait, une fleur haute et magnifique) qui parasite leurs pâturages d'altitude. Après une interminable macération, la distillerie extrait des racines un alcool extrêmement amer, que l'on noie de sucre. Deux marques jumelles, l'Avèze et la Salers (distillée en Corrèze !), comblent les piliers de bistrots cantaliens.

- La verveine du Velay-Pagès : digestif incontournable dans la région du Puy-en-Velay, à la recette secrète composée de 32 plantes, elle se déguste nature, en cocktail, et même en glace. Elle a pour particularité une couleur vert fluo, mais qui est tout ce qu'il y a de plus naturel.

Le petit-lait

À défaut de sources thermales, l'Aubrac a eu le petit-lait : il y a bien longtemps, les curistes y promenaient leur gobelet de buron en buron.

Voyage Auvergne

Bons Plans Voyage Auvergne

Services voyage



Forum Auvergne

Voir tous les messages
Restos et gastronomie

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Restos et gastronomie Auvergne

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Auvergne

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Auvergne

Agenda Auvergne

Auvergne Les articles à lire