Road trip en Combi VW avec des enfants

Road trip en Combi VW avec des enfants
© Blacksheep Vans

Prononcez les mots « road trip » et « combi Volkswagen » (VW pour les initiés) et vous êtes sûrs d’attirer l’attention. À croire qu’on rêve tous de partir sur les routes de France ou d’ailleurs, sans contrainte ou presque, des fleurs dans les cheveux, guitare en bandoulière, avec la possibilité de dormir au plus près de la nature. Un vieux rêve des années hippie, quoi !

Gavin’s Clemente-Ruiz, rédacteur au Routard, a tenté l’expérience lors des dernières vacances de la Toussaint. En solo avec ses deux fistons, de 9 et 3 ans. Il est parti en Bretagne pour rallier le Conquet, à la pointe ouest du Finistère, et le fameux Sainte-Barbe, dernier hôtel avant l’Amérique. Il nous raconte son aventure…

Comment choisir le bon véhicule ?

Ces dernières années, gros retour en force des combis, ces petits camions aménagés, moins grands que des camping-cars, compacts et donc plus maniables. Regardez sur Instagram ou les réseaux sociaux et suivez les tendances#vanlife. Les comptes pullulent. Et ça se comprend… Ces véhicules se faufilent partout ! C’est vrai que pour les apprentis nomades, c’est la solution idéale. Pas trop de contraintes et facilité d’usage les rendent attractifs.

À l’heure de choisir une destination pour les vacances scolaires, j’ai donc tapé sur mon moteur de recherches internet « location combi VW » et j’ai eu plusieurs choix. Plusieurs sites proposent des options variées, avec des véhicules anciens ou très récents.

J’ai comparé et j’ai trouvé le meilleur compromis avec Blacksheep. Il y en a pour tous les goûts. On trouve des combis pour les couples, des petits deux places bien pratiques. Pour une virée en amoureux ou entre potes, c’est parfait. Et pas besoin de permis de conduire spécial pour prendre le volant !

© Gavin's Clemente-Ruiz

Ensuite, tout est question de confort. Tous les véhicules disposent de couchages, de 2 à 4 places, avec ou sans toilettes et douches, tous ou presque avec frigo et plaques au gaz. On trouve tout le nécessaire pour cuisiner également. J’ai opté pour la version intermédiaire, sans douche et sans toilettes, et autant vous dire que les enfants ont été ravis d’apprendre qu’ils n’auraient pas besoin de se laver du séjour ! Vive l’aventure ! Mais qu’on se rassure, on trouve toujours des arrêts en route sur les aires dédiées ou les stations-service.

Pour l’arrivée d’eau, on fait le plein, comme pour l’essence, avant le départ. En route, on peut aussi recharger dans les campings ou les stations essence. On découvre aussi qu’il faut faire la vidange des eaux usées dans ces mêmes lieux autorisés. Si vous ne voyiez les stations essence que comme des arrêts techniques, vous allez vite apprécier la richesse des services proposés ! Certaines sont des villes miniatures. Et plutôt bienvenues avec des enfants quand la pause s’impose.

© Blacksheep Vans

L’une des grosses surprises du combi VW, c’est la qualité de son équipement. Force est de constater que tout ici est astucieusement pensé. La table coulissante pour manger à l’intérieur, les sièges avant qui se retournent pour s’installer autour de ladite table, la table pliante pour l’extérieur, cachée dans la porte latérale coulissante, ou encore les sièges pliables pour profiter du paysage, cachés dans la porte du coffre. Et même le petit miroir dans le placard intérieur ! On n’est jamais perdu. Au contraire ! Le confort est extra.

Inquiétude avant le départ : n’aurons-nous pas trop froid ? Une fois encore : au contraire ! Le chauffage stationnaire se programme facilement (mon fils l’a géré seul) et fonctionne sans souci. Dans nos duvets et nos couvertures en polaire, nous voilà bien au chaud, prêts à passer une belle nuit.

Avant cela, on a levé la capucine. La quoi ? Dans le toit du combi se cache une autre zone de couchage. Le toit se soulève d’une simple pression sur un bouton et devient une vraie zone pour dormir. Les kids s’amusent le matin à ouvrir les fermetures Éclair de la toile de protection et se mettent à appeler les passants autour du combi « Bonjour Monsieur ! Bonjour Madame ! » Vous serez vite repérés. Mais n’ayez crainte, les réactions sont souvent positives !

Quelles destinations ?

Quelles destinations ?
Vallée des Saints © Gavin's Clemente-Ruiz

Techniquement, on peut aller partout. C’est bien l’avantage ! Après, il faut savoir composer avec l’âge des moussaillons à bord et combiner cela avec la saison choisie. Bon, j’avoue, j’ai choisi la Bretagne pour les vacances de la Toussaint et disons que… nous avons été souvent interrompus par la pluie.

Qu’à cela ne tienne, je roulais pendant ces intermèdes pluvieux et dès qu’un rayon de soleil apparaissait, hop, j’attrapais mon Routard, et je regardais ce qui pourrait intéresser les enfants dans les environs. De quoi découvrir des sites complètement inconnus. Un régal.

Et il faut avouer que la vallée des Saints au petit matin, près de Carnoët, dans la brume, avec toutes ces sculptures taillées dans la pierre, grimper au phare du Conquet le nez au vent, avoir la plage des Grands Sablons pour nous seuls ou presque ou enfin se réveiller à Dinard face à Saint-Malo et se raconter des histoires de pirates et de marins en buvant le chocolat chaud du matin furent de grands moments. Un bonheur unique !

Hôtel Sainte-Barbe © Pascal Léopold

Autre solution pour choisir les destinations de l’équipée : on confie le soin aux enfants de choisir. Et pour ce faire, rien de tel qu’un « Pique-Nique-Douille » mémorable entre deux villes. L’occasion cette fois, à coup sûr, de tomber… dans une crêperie, pardi ! Le combi VW se prête à des jeux de famille assez ludiques. On retrouve une complicité (voire une promiscuité !), presque oubliée.

Enfin, n’hésitez pas à donner un objectif à votre voyage. Pour ma part, je voulais découvrir l’Hôtel Sainte-Barbe au Conquet. Un rêve d’hôtel, suspendu au-dessus de l’eau. J’ai aussi précisé aux enfants qu’il s’agissait du dernier hôtel avant l’Amérique ! De quoi les faire un peu plus rêver. Et de prendre une douche bien chaude à l’arrivée ! Quel hôtel… Pas besoin d’être en combi pour venir y passer quelques jours de rêve. Entre le spa et le rooftop, voire le resto, vous y trouverez votre bonheur.

Première prise en main

Première prise en main
© Gavin's Clemente-Ruiz

Quand vous louez votre combi chez Blacksheep, vous n’êtes pas lâché dans la nature ! Vous allez faire connaissance avec votre nouvel ami et les équipes dédiées. Vous ferez un tour du véhicule obligatoire pour vérifier qu’il n’y ait pas de souci, et pour que les impacts ou autres petits dégâts ne vous soient pas débités au retour. Rien que de très normal pour une location.

Vous découvrirez l’usage de toutes les commodités : ouverture des portes, mise en route du gaz, du frigo, du chauffage, des rideaux, coulissage des sièges pour voir comment déplier votre matelas seul le soir… Les enfants peuvent être mis à contribution. Ils vont même adorer que vous leur donniez quelques responsabilités et seront fiers de vous aider le moment venu. « Mais si papa regarde, c’est ici qu’il faut appuyer ! »

Grâce à mon fils aîné, 9 ans, qui n’avait pas perdu une miette de l’état des lieux et des précautions d’usage, nous avons pu mettre en route le chauffage stationnaire sans aucun souci. Merci mon chéri. Après, attention, les enfants n’ont qu’une envie : jouer avec tous les gadgets proposés par le combi. Il faut vite mettre des limites pour ne pas tomber dans l’excès.

Qu’est-ce qu’on met dans les bagages ?

Qu’est-ce qu’on met dans les bagages ?
© Gavin's Clemente-Ruiz

Conseil donné chez Blacksheep : pas de valise rigide et surtout plein de sacs de tailles différentes, faciles à caser dans tous les coins. En voilà un super conseil ! Le meilleur d’entre tous même. Il est vrai qu’à partir du moment où tout le monde se retrouve dans une petite surface, il faut limiter les mouvements. Et donc prévoir en amont les différentes étapes de la journée.

Certains aiment préparer un sac par poste journalier. Pas bête du tout, car cela vous évitera par exemple le matin de vous contorsionner pour attraper tee-shirt, sous-vêtements et autres nécessités du genre. Idem pour toutes les autres tâches quotidiennes. Il suffit juste d’être bien organisé et de bien planifier votre échappée. Un peu bizarre au départ d’avoir tous ces petits sacs disséminés aux quatre coins du combi, mais très vite, vous y verrez les avantages.

Adaptez-vous aussi à la saison et en fonction de vos coéquipiers de route. Là, rien de bien neuf ! N’oubliez pas non plus d’acheter quelques produits de première nécessité. Même si tout est prévu côté couverts, assiettes, casseroles, liquide vaisselle pour une journée et même linge de lit (location possible à la réservation), emmenez lingettes nettoyantes pour se débarbouiller le nez (voire plus), papier essuie-tout (qui essuie vraiment tout…), serviettes, sacs poubelles, et vos victuailles préférées.

Vous pouvez facilement vous faire cuire des pâtes, des œufs sur le plat, préparer une salade et boire votre chocolat chaud à bord du combi. Si, si ! Un vrai luxe ! Une indépendance totale inestimable.

On s’installe où le soir ?

On s’installe où le soir ?
© Gavin's Clemente-Ruiz

Les copains m’avaient donné le secret : l’application Park4Night, qui recense en France et ailleurs, les sites susceptibles de nous accueillir en combi. Avec photos, commentaires, tarifs et autres astuces. Téléchargez-la avant de partir.

Si vous voulez être tranquilles, le mieux reste de s’installer au camping qui vous loue un emplacement. On peut y faire la vidange, recharger le combi en eau et avoir un endroit dédié (et une douche). Oui, mais hors saison quand tout est fermé ou presque ? Eh bien, il reste des aires dédiées aux camping-cars que l’on peut partager. Souvent gratuites, parfois payantes, avec service minimum.

Il y a aussi la possibilité de dormir à la ferme. Une astuce pas chère qui plaira encore un peu plus aux enfants. L’occasion de partager le quotidien de la ferme. Et de se doucher aussi ! Sur le site Bienvenue à la ferme, vous trouverez celles qui vous accueilleront avec plaisir. Tarifs très raisonnables le plus souvent.

Attention, si vous dormez dans des zones non autorisées, signalées souvent par des panneaux, vous risquez d’être délogés en pleine nuit par les autorités compétentes, avec amende éventuelle. On déconseille !

Pour dormir, on fait comment ?

Pour dormir, on fait comment ?
Van avec la capucine relevée © Gavin's Clemente-Ruiz

Rien de plus simple. Selon le confort choisi pour votre combi, vous pourrez dormir sur un vrai matelas. On fait glisser les sièges qui servent de sommier et ensuite ledit matelas. Et à vous les doux rêves !

Si vous dormez sous la capucine, même confort ou presque. Il faut juste être un peu plus gymnaste pour atteindre le sommet. Les enfants adorent ce côté « cabane perchée secrète » ! Et ils adoreront encore plus passer leurs petites têtes entre le toit et vous pour faire des grimaces ou vous demander si vous dormez… La première nuit, ils ont quand même eu un peu peur et j’ai retrouvé mes compagnons de route à mes côtés sous la couverture…

On peut ajouter à cela quelques histoires sympas à lire le soir (à glisser dans la valise ou à écouter en podcast à diffuser sur les haut-parleurs du combi, effet stéréo garanti) et vous êtes assurés de souvenirs extra. Enfin, les bruits alentour feront le reste. « C’est quoi ça papa ? » Selon votre humeur, répondez ce qui vous chante.

Et ça coûte cher ?

Cela représente un certain budget. Comptez environ 100 € par jour pour 4 sans assurances. Mais rapporté au nombre de nuitées et de personnes à bord, plus la liberté, l’aventure en combi VW peut être une bonne affaire !

Il ne faut pas hésiter à comparer les différents sites de location concernés. Même les loueurs de véhicules « classiques » en proposent. L’essentiel étant de savoir combien de kilomètres vous souhaitez faire à peu près et d’adapter votre budget en conséquence. Les packages proposés peuvent varier selon le kilométrage choisi.

Il faut aussi prendre en compte l’assurance du véhicule qui permet plus ou moins de limiter les frais en cas de dommage. Enfin, ces véhicules consomment pas mal de carburant, un poste non négligeable du budget, mais cela reste très raisonnable. On prendra les itinéraires bis pour limiter l’usage des autoroutes, sauf si notre temps est compté. En mangeant à bord, on peut aussi faire de substantielles économies.

Bref, ce séjour en combi peut être une option sympa pour des vacances en famille amusantes, avec un budget maîtrisé. C’est aussi un moyen, pour ceux qui rêvent de s’acheter leur propre véhicule, de tester avant l’achat… Dans tous les cas, vos enfants adoreront. Qu’ils soient petits… ou même très grands !

Fiche pratique

Petite liste non exhaustive de loueurs

Pour les besoins de ce reportage, nous avons eu recours aux services et super équipes dévouées et pleines de bons conseils de Blacksheep Van et Freed Home Camper.

On a aimé l’accueil et les conseils. Avec en prime l’appli Blacksheep à télécharger avant le départ pour connaître les secrets de son super combi. Hyper pratique, en amont et même pendant le voyage.

D’autres agences, sociétés ou compagnies louent des combis

Hertz : www.trois-soleils.com

Indie Campers : https://indiecampers.com/

SeaVan : https://sea-van.com

YesCapa : https://www.yescapa.fr

Vintage Camper : https://www.vintage-camper.com

Pour suivre l’actualité du combi : http://www.becombi.com

Sur Instagram, les #vanlife #vanlifewithkids et autres #van… vous donnent des idées d’aménagements, d’itinéraires ou d’activités à faire dans votre combi.

Pour dormir à la ferme

Bienvenue à la ferme www.bienvenue-a-la-ferme.com

France Passion https://www.france-passion.com

Home Camper https://homecamper.com

Texte : Gavin's Clemente-Ruiz

Mise en ligne :

Bretagne Les articles à lire

Voyage Bretagne

Bons Plans Voyage

Services voyage