Indonésie : Borobudur et les temples autour de Yogyakarta

Indonésie : Borobudur et les temples autour de Yogyakarta
Borobudur © huci - stock.adobe.com

Si Yogyakarta est la capitale culturelle de Java, ses environs n’en sont pas moins riches en sites religieux de premier plan, à commencer par le plus grand monument bouddhique du monde : Borobudur. Mais il y aussi Prambanan et d’autres temples à découvrir, qui font de cette région d’Indonésie l’une des destinations majeures d’Asie du Sud-Est.

Consulter également notre reportage Yogyakarta, capitale culturelle de Java.

Borobudur, le plus grand monument bouddhiste du monde

Borobudur, le plus grand monument bouddhiste du monde
Borobudur © R.M. Nunes - stock.adobe.com

Situé à 40 km au nord-ouest de Yogyakarta, le temple bouddhiste de Borobudur (Unesco), bâti du 8e au 9e s, est l’un des monuments les plus emblématiques d’Asie. Haute de 35 m, sa silhouette pyramidale mais aplatie, assise sur un plan carré d’environ 120 m de côté, aux contours alternant saillies et retraits, ne laisse personne indifférent.

Édifié à l’aide plus de 1 500 000 blocs de pierre volcanique, ce gigantesque chef d’œuvre de 9 niveaux déroule d’abord quatre étages de galeries sculptées sans répit (5 km bout à bout !) de scènes bouddhiques en bas-reliefs  et ornées de centaines de statues de Bouddha. Suivent trois terrasses circulaires plantées de 32, 24 et enfin 16 petits stupas ajourés où siègent à chaque fois un bodhisattva, le tout couronné d’un stupa-flèche. 

Abandonné à la jungle à partir du 12e s, Borobudur est redécouvert en 1814 et baptisé par l’Anglais Raffles, tuyauté sur ces vestiges dont le nom s’était perdu. Le temple a été restauré sous l’égide de l’Unesco, de 1955 à 1983.

Plus qu’un « simple » temple, Borobudur est un gigantesque mandala de pierre, associé au karma – somme des actions passées, présentes et futures, dont le rôle initiatique est identique à celui de ces représentations du bouddhisme tibétain, mais en 3 D !

Borobudur © Glebstock - stock.adobe.com

Abandonné à la jungle à partir du 12e s, Borobudur est redécouvert en 1814 et baptisé par l’Anglais Raffles, tuyauté sur ces vestiges dont le nom s’était perdu. Le temple a été restauré sous l’égide de l’Unesco, de 1955 à 1983.

Plus qu’un « simple » temple, Borobudur est un gigantesque mandala de pierre, associé au karma – somme des actions passées, présentes et futures, dont le rôle initiatique est identique à celui de ces représentations du bouddhisme tibétain, mais en 3 D !

Le vertigineux rituel consiste à tourner dans le sens des aiguilles d’une montre et d’étage en étage pour accomplir l’ascension physique et spirituelle menant de la sphère des désirs terrestres au nirvana. 

Et rien ne presse ! D’une terrasse, vous apercevrez peut-être le courroucé volcan Merapi, au-delà de belles campagnes, vertes même en saison sèche – à ce sujet on conseille une balade sur la petite route  longeant la rivière Progo au sud de la Nationale.

Bukit Rhema © Michal - stock.adobe.com

Le site comprend aussi un musée, curieusement peu fréquenté alors que sa visite est recommandée pour mieux comprendre cette merveille du monde qui n’a pas encore livré tous ses secrets.

Les levers de soleil depuis le temple sont coûteux (tarif séparé) et souvent frustrant car brumeux. Autant choisir un point de vue : Bukit Barede non loin, ou Suroloyo, plus éloigné pour l’effet silhouette.

Resté assez villageois, Borobudur mérite une nuit sur place. Un agréable quartier de homestay tout budget s’est développé. Dans l’agglomération, visiter les petits temples de Pawon et Mendut.

Véritable curios monumental, Bukit Rhema, ou encore Chicken Church (Ayam Gereja), s’atteint par une bifurcation 5 km à l’ouest du bourg.  Œcuménique et truffé de tableaux naïfs, ce curieux volatile abrite un escalier menant à une plateforme au panorama hypnotisant, où un enthousiaste barista sert de très bons cafés.

Prambanan, un formidable sanctuaire hindou

Prambanan, un formidable sanctuaire hindou
Prambanan © Alexpunker - stock.adobe.com

Sur la route de Surakarta, à 17 km à l’est de Jogja, au cœur d’une plaine fertile dominée par le volcan Merapi, le sanctuaire hindou de Prambanan (Unesco) demeure bien « chargé » malgré ses aménagements et la circulation alentour. Son style n’a ni la finesse ni la puissance de son contemporain Angkor, mais ses trois élancés temples centraux et la multitude de bas-reliefs narrant l’épopée du Ramayana marquent à jamais les visiteurs. Il s’agit du plus grand centre religieux hindou en Indonésie.

Baptisé en 856 par Rakai, roi du Mataram, il compta trois cours concentriques, 16 temples dans la première, dont les trois principaux, 224 dans la deuxième (les vestiges d’une centaine subsistent, deux sont restaurés)  et... aucun dans la troisième. Soit 240 en tout.

Les ornementations de Prambanan comportent souvent un lion, des arbres de vie et des kinnara, mi-homme mi-oiseau, parfois remplacés par des sages.

Temples de Prambanan © flocu - stock.adobe.com

Nichés dans un grand parc verdoyant, les trois temples principaux sont Candi Shiva, le plus élevé (48 m), Candi Brahma à gauche et Candi Vishnu à l’opposé, pointant eux à 33 m. Leurs tours dressées vers le ciel symbolisent le mont Meru, l’axe mythique du monde. En entrant par l’est, la première rangée de sanctuaires consacre les montures de cette trinité incarnée dans la pierre.

Chacune des quatre niches de Candi Shiva abrite une statue remarquable. Plutôt qu’à une officielle Durga, épouse de Shiva, les croyances locales identifient celle du nord à Roro Jonggrang, dont la légende vaut d’être comptée : « Pour éviter de se marier, cette belle princesse impose un sacré challenge à un prince prétendant : bâtir 1 000 temples et leurs statues en une nuit. Alors qu’il réussit après avoir recruté des djinns, Roro réveille les femmes et les harangue : « brûlez paille de riz, faites résonner mortiers ! ». Effrayés, les djinns s’enfuient avant d’achever la dernière statue. Courroucé, le prince transforme Roro en pierre. CQFD. »

Au nord des Candi, les temples bouddhistes Lumbung, Bubrah et Sewu valent surtout la promenade pour le dernier, dont le volume et la richesse se devinent malgré son aspect de Lego renversé.

Dommage, pas un poil d’anglais au petit musée...

Autres temples à l’est de Yogyakarta, des plages au sud...

Autres temples à l’est de Yogyakarta, des plages au sud...
Temple de Plaosan © flocu - stock.adobe.com

L’est de Yogyakarta est truffé de temples plus modestes que Prambanan mais dont la visite à travers campagne et villages se combine bien avec celle du chef-d’œuvre. Sur une journée : départ au petit matin, pause à midi et reprise après le pic de chaleur, l’ouverture jusqu’à 18 h laissant assez de temps.

3 km au nord-est de Prambanan, les jumeaux Plaosan Nord et Sud sont les plus connus. Plus intéressant, le premier compte deux structures rectangulaires identiques de deux étages. Chacune est veillée par deux gardiens dvarapalas, entourée de bas-reliefs et compte trois pièces garnies de statues de bodhisattvas et fenêtres ornées de têtes de dragon. 

2 km au sud de Plaosan, Candi Sojiwan profite d’une arrivée délicieuse et d’un cadre villageois.

Palais de Ratu Boko © edography - stock.adobe.com

5 km encore plus au sud, une jolie petite route grimpe au palais de Ratu Boko, surtout visité pour son panorama au couchant. Autant le contempler avant d’entrer – le tarif de 350 K est délirant –, ou pousser au Candi Ijo et son point de vue similaire, à travers d’étonnants paysages vallonnés et lacérés de carrières.

Plus près de Jogja (4 km à l’ouest de Prambanan), on enchaîne facilement les Candi Kalasan et Sari, à 200 m l’un de l’autre à travers la nationale. Un poil au nord et plus proche de la ville, le petit Sambisari resta longtemps enterré, d’où sa position quasi intacte en contrebas.

La plage de Parangritis n’est qu’à 25 km au sud de Jogja, mais la mer n’y est pas géniale. Autant louer un scooter, filer jusqu’à la jolie et baignable Indrayanti, 65 km à l’est, puis faire des sauts de baie en baie vers Kukup, 10 km à l’ouest, et aviser au feeling. Beaux paysages découpés, peu fréquentés hormis le week-end, trempettes possibles là où l’océan Indien le permet.  

Fiche pratique

Retrouvez tous les bons plans, adresses et infos pratiques dans le Routard Bali, Lombok en librairie.

Consulter notre guide en ligne Indonésie

Comment y aller depuis Yogyakarta ?

- Borobudur se trouve à 42 km de Yogyakarta. Pour y aller, prendre le bus public no 5 sur jl. Jojoynegaran, pour le terminal Jombor. De là, prendre le bus pour Borobudur. Sinon, on peut s’arrêter au Mendut Temple et prendre un becak, ou marcher. Trajet : env 1 h 30. Arrivé sur le site du temple, il faut marcher une vingtaine de minutes jusqu’au temple lui-même.

Avec une agence, compter env 250 000 Rps/pers en minibus, entrée des sites en sus. Il faut réserver sa place au moins 24 h à l’avance. Excursion d’une dizaine d’heures avec arrêts sur d’autres sites.

- Prambanan : depuis Sosro, damri 1A avec correspondance près de l’aéroport ou minibus direct depuis Terban toutes les 15 min, de 5 h à 18 h. Depuis Prawirotaman, allez à Giwangan, prenez un bus pour Solo et demandez qu’on vous arrête à Prambanan. Il y en a ttes les 10 min, 5 h-19 h. Durée du trajet : env 30 min. L’arrêt de bus se trouve à 500 m de l’entrée du parc archéologique.

Possibilité de passer par une agence de voyages pour transfert en minibus pour visiter les deux sites dans la même journée. Dans ce cas, deux solutions avec lever du soleil sur Borobudur, départ 3 h 45 (150 000 Rps/pers) ou sans, départ 5 h (90 000 Rps/pers), le prix des entrées sur les lieux n’étant pas inclus.

Droit d’entrée

Pour chacun des sites : 362 000 Rps/pers ou 25 $ Ouvert tlj 6 h-17 h.

Également un billet permettant de visiter en une journée ou deux (600 000 Rps ou 40 $) les temples de Borobudur et de Prambanan.

Y aller le plus tôt possible le matin pour bénéficier de la plus belle lumière et être plus tranquille. Évitez le dimanche.

Se loger et manger à  Borobudur :

- Rajasa, jl. Badrawati n°2. Tél. : 0293788276. rajasaborobudur@gmail.com,  10 chambres dont 4 avec AC face aux rizières. Bon plats locaux 25-40 K.

Dapoer Genting , jl. Pramudyawardhani n° 19, cantine locale sympa, plats 12-20 K.

Spectacle, festival : 

Ramayana à Prambanan :  mar, jeu et sam à 19h 30 et tous les jours de mai à octobre. L’épopée hindoue est interprétée par 250 danseurs avec les candi (tours) en arrière-plan. Exceptionnel.

Agence de voyage :

- Shanti Travel Indonésie : Tél. : (France) +33-(0)980080635 ; (Bali) +62-(0)813-5320-9905. Antenne indonésienne d’une agence française spécialisée en voyage sur-mesure en Asie. Très bonne connaissance du terrain et grande réactivité, même en dernière minute. Tarifs compétitifs. À titre indicatif : à partir de 100 €/pers/j.

Texte : Dominique Roland

Mise en ligne :

Indonésie Les articles à lire

Voyage Indonésie

Bons Plans Voyage

Services voyage